Commentaires à propos de votre film du mois

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
origan42
Cadreur
Posts: 4336
Joined: 2 Feb 07, 17:22

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by origan42 »

FILM D'AOÛT
Image
LA VENGEANCE AUX DEUX VISAGES (Marlon Brando, 1961) ****


J'avais le tiercé du mois depuis un bon moment, mais dans le désordre ; et c'est le Brando qui a le mieux vieilli dans mon esprit.

Le reste du mois par ordre de préférence :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Haut les cœurs ! (Sólveig Anspach, 1999) ****
Le septième sceau (Ingmar Bergman, 1957) ****
Truman (Cesc Gay, 2015) ****
Belladonna la sorcière / La Belladone des tristesses (Eiichi Yamamoto, 1973) ****

Le voleur de lumière (Aktan Arym Kubat, 2010) ***
Mr. Thank You / Arigatō-san (Hiroshi Shimizu, 1936) ***
New York New York (Martin Scorsese, 1977) ***
La moindre des choses (Nicolas Philibert, 1997) ***
La grande attaque du train d'or (Michael Crichton, 1979) ***
C'est arrivé entre midi et trois heures (Frank D. Gilroy, 1976) ***
La résurrection du Christ (Kevin Reynolds, 2016) ***
Les chevaliers blancs (Joachim Lafosse, 2015) ***
Le tueur s'est évadé (Budd Boetticher, 1956) ***
Toni Erdmann (Maren Ade, 2016) ***
Théodora, impératrice de Byzance (Riccardo Freda, 1954) ***
Les insectes de feu (Jeannot Szwarc, 1975) ***
Quoi de neuf, Pussycat ? (Clive Donner, 1965) ***
L'attaque dura sept jours (Andrew Marton, 1964) ***
Syriana (Stephen Gaghan, 2005) ***
Charlie Chan à l'opéra (H. Bruce Humberstone, 1936) ***
Le dingue du palace (Jerry Lewis, 1960) ***
Phase IV (Saul Bass, 1974) ***
Racket (John Cromwell, 1951) ***
Les possédées (Charles Brabant, 1956) ***
Charlie Chan en Égypte (Louis King, 1935) ***

Le beau joueur (Alfred E. Green, 1931) **
Les chevaliers du Texas (Ray Enright, 1949) **
La demoiselle d'honneur (Claude Chabrol, 2004) **
La fille du patron (Olivier Loustau, 2015) **
Désir sous les ormes (Delbert Mann, 1958) **
Alice et Martin (André Téchiné, 1998) **
Going straight (Sidney A. Franklin / Chester M. Franklin, 1916) **
Une chambre en ville (Jacques Demy, 1982) **
Marie Chantal contre Dr. Kha (Claude Chabrol, 1965) **
Quatre du Texas (Robert Aldrich, 1964) **
Les mystères d'Angkor (William Dieterle, 1960) **
Un espion de trop (Don Siegel, 1977) **
Green grass of Wyoming (Louis King, 1948) **
Un idiot à Paris (Serge Korber, 1967) **
Au revoir monsieur Grock (Pierre Billon, 1950) **
La main qui venge (William Dieterle, 1950) **

L'enlèvement des Sabines (Richard Pottier, 1961) *
Les babas cool / Quand tu seras débloqué, fais-moi signe ! (François Leterrier, 1981) *
Cœur de coq (Maurice Cloche, 1946) *
Recours en grâce (László Benedek, 1960) *
Amoureuse (Jacques Doillon, 1992) *
Quelques messieurs trop tranquilles (Georges Lautner, 1973) *
La femme de mon pote (Bertrand Blier, 1983) *
Cette nuit-là... (Maurice Cazeneuve, 1958) *

Trahison (Riccardo Freda, 1951) °
Bibi Fricotin (Marcel Blistène, 1951) °

RE-VISION
La nuit de tous les mystères (William Castle, 1959) * →
INTERPRÉTATION FÉMININE DU MOIS : KARIN VIARD Emma dans Haut les cœurs !
INTERPRÉTATION MASCULINE DU MOIS : ROBERT DE NIRO Jimmy Doyle dans New York New York
User avatar
Karras
David O. Selznick
Posts: 13383
Joined: 15 Apr 03, 18:31
Location: La cité du Ponant

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Karras »

Pas de gros coup de cœur côté film récent pour ce mois d'août, je garde :
ImageImageImage

La plus grosse satisfaction vient de la découverte de plusieurs films d'André Cayatte qui m'ont a peu prêt tous passionné par leur sujet qui souvent reste d'actualité :
Image
Nous sommes tous des assassins : Un plaidoyer anti peine de mort toujours pertinent. J'en fais mon film du mois.
Le glaive et la balance : Un film qui, par certain aspect, préfigure mai 68, une scène finale assez glaçante.
Mourir d'aimer : Émouvante Girardot pour un sujet qui révolte encore aujourd'hui.
Le passage du Rhin : Le destin croisé de deux prisonniers de guerre et une superbe Nicole Courcelle.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 24345
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by AtCloseRange »

Elvira Madigan de Bo Widerberg pour moi

Image
User avatar
Harkento
Assistant opérateur
Posts: 2744
Joined: 12 Oct 11, 18:05
Liste DVD
Location: Lyon

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Harkento »

AtCloseRange wrote:Elvira Madigan de Bo Widerberg pour moi

Image
Yes ! 8)
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16796
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Père Jules »

AtCloseRange wrote:Voilà qui fait plaisir!
Père Jules wrote:Parking (Jacques Demy, 1985) Image
A ce niveau de nullité, le film devient fascinant, incontournable.
Chef-d'œuvre !
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 50925
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Flol »

MJ wrote:
Ratatouille wrote:Pas encore de top pour août, sachant que je vois tout à l'heure ce qui pourrait être mon film du mois, voire de l'année.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Aurait pu entrer dans mon quinté. C'est assez bouleversant, même si, Solondz oblige, parfois trop schématique ou venimeux.
Le segment avec De Vito est le meilleur, il y est particulièrement magnifique.
Père Jules wrote:
AtCloseRange wrote:Voilà qui fait plaisir!
A ce niveau de nullité, le film devient fascinant, incontournable.
Chef-d'œuvre !
Hop obligé :

User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 50925
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Flol »

Et mon top 5 d'août :

1.
Image
Rester Vertical - Alain Guiraudie

2.
Image
Leçons de Ténèbres - Werner Herzog

3.
Image
Housebound - Gerard Johnstone

4.
Image
Le Nouveau - Rudi Rosenberg

5.
Image
Pete's Dragon - David Lowery
User avatar
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Posts: 10516
Joined: 13 Apr 03, 20:28
Location: A la recherche de Zoltar

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Joshua Baskin »

Petit mois, avec quelques bons films mais rien d'inoubliable.

Image
The walk - Robert Zemeckis

De beaux frissons et pas mal d'émotion, je me suis laissé prendre au jeu durant 2h.

Image
Kurt Cobain - Montage of heck

Dans un genre similaire à Amy, vu le mois dernier, un film bien plus réussi.

Image
Lady Killer - Roy del Ruth

Le James Cagney movie est quasiment un genre en soi. Celui-ci, assez léger est une vraie réussite.

Image
James White - Josh Mond

Modern Cassavetes
Laissez-moi passer, je suis Francis Moury
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5701
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Thaddeus »

Film du mois d'Août 2016
1. Le Flambeur (Karel Reisz, 1974)


Image


2. Le Voleur (Louis Malle, 1967)


Image


3. La Comtesse de Hong Kong (Charles Chaplin, 1967)


Image

Mes découvertes en détail :
Spoiler (cliquez pour afficher)
La folle ingénue (Ernst Lubitsch, 1946)
Il est assez facile de reconnaître dans le personnage de Charles Boyer, Tchèque fuyant en Angleterre le péril nazi, demi-artiste et demi-imposteur dont la totale liberté et l’absence de racines justifient une attitude plaisamment démystificatrice, le reflet estompé de l’auteur. Tout comme on peut voir dans la conclusion un hommage discret aux États-Unis, pays où il est possible à des émigrés de vivre, c’est-à-dire de s’embrasser en public, possible encore de connaître le succès à la condition de le chercher. Mais cette comédie moins mordante, piquante et malicieuse que de coutume reste d’abord une satire de la bourgeoisie de province, fondée sur la reconnaissance classique entre deux êtres que tout oppose, et dont le sens de l’observation sociale pallie un certain déficit de verve et d’originalité. 3/6

Partition inachevée pour piano mécanique (Nikita Mikhalkov, 1977)
Adaptant la première pièce de Tchekhov, le cinéaste restitue le dit et le suggéré, la surface et les profondeurs, la gaieté d’un marivaudage butineur et l’insouciance des nantis qui se teinte d’une inquiétude prémonitoire, les rires qui s’étranglent au moment où apparaissent la tentation des confessions masochistes et l’obscur désir de transformer un univers endormi. Révélatrice d’une société entraînée malgré elle vers les remous d’une inévitable révolution, cette peinture intimiste cerne toute la fragilité d’êtres qui se font et se défont le temps d’un orage d’été et d’un feu d’artifice, jusqu’à ce qu’une très belle déclaration d’amour conjure pour un temps la futilité des cœurs et la blessure des pensées. Le soleil se lève, un enfant endormi lui tourne le dos, l’émotion de cette douce musique perdure. 4/6

Les rebelles du dieu Néon (Tsai Ming-liang, 1992)
Capitale à la recherche de sa modernité, Taipei est le lieu de déambulation d’ados sans passion, qui partagent leur temps entre jeux vidéo et larcins divers, dissimulant une détresse larvée et nauséeuse. Entre les extérieurs pollués et l’appartement confiné où l’égout déborde d’une eau stagnante, d’autres endroits font transition (boîte à bachotage, galerie d’arcades, cabines de rendez-vous téléphoniques, hôtels de passe), qui agencent les pièces d’un puzzle jamais achevé et définissent l’oppression du cadre urbain à la manière du Goodbye South, Goodbye de Hou Hsiao-hsien. Le nihilisme apathique n’a pas encore atteint ce cinéma, et il arrive même qu’une certaine chaleur, des bouffées de tendresse éclairent l’existence de ces jeunes désillusionnés, provoquant comme un pincement au cœur. 4/6

Le voleur (Louis Malle, 1967)
Pas plus qu’il n’est question d’un gentleman-cambrioleur, il ne s’agit ici d’utiliser un temps soigneusement recréé à des fins de dandy en quête des jouissances esthétiques du revenez-y de la Belle Époque. C’est la construction d’une solitude qui est racontée, à travers une pâte où les délicates teintes pastel et les tâches de lumières dans les sous-bois du passé ne cachent rien d’une société bâtie sur les sables mouvants des rapports d’argent, pourrie par les valeurs réactionnaires de l’ordre bourgeois, soumise aux feux de la contestation anarchique, et où l’usurpation cynique est la règle. Sa réjouissante férocité, la séduction de sa forme et de ses interprètes (en particulier du gynécée papillonnant autour de Belmondo) concourent à l’ironie savoureuse de cette fable dont la légèreté voile à peine l’amertume. 5/6

Eureka (Nicolas Roeg, 1983)
Casting stellaire et sujet ambitieux pour un film construit comme un déroutant mille-feuille, chaque couche venant recouvrir et altérer la précédente : évocation historique mâtinée d’occulte, portrait d’un puissant retranché dans son for intérieur, feuilleton familial, roman d’amour fou, jusqu’au procès final qui apporte l’ultime métamorphose à cette œuvre polymorphe, foisonnante, baroque, volontiers grandiloquente et soumise à tout un nébuleux barda ésotérique. L’équilibre instable des registres auxquels elle recourt est comme dicté par la nécessité d’une forme plus convulsive que jamais, qui tente de rendre sensible les contradictions d’êtres ambigus et complexes, livrés qui à une névrose destructrice de la possession, qui à une consumante passion, qui aux insatisfactions d’un rêve inaccompli. 4/6

L’arme à gauche (Claude Sautet, 1965)
Sautet estimait qu’un cinéaste devait fournir le plus rapidement possible les données d’une situation. Curieusement, il faut pourtant une bonne demi-heure au film pour trouver sa vitesse de croisière et faire briller l’absence de bavardage et d’effets factices qui contribue à la densité dramatique de ce huis-clos marin. Sèche, nette, efficace, la mise en scène entretient un suspense réaliste et concret à la Becker, une tension rendue par des dichotomies visuelles (l’immobilité forcée du bateau opposée à l’immuabilité de l’île) que renforce un noir et blanc ciselé. Pas de littérature, pas de théâtre, pas de psychologie ; bref, pas de "qualité française" mais un souci de l’action qui ne renie pas l’intelligence. Et, cerise sur le gâteau, la présence de Sylva Koscina, très jolie pépée brune toute en casque-brushing laqué. 4/6

La comtesse de Hong Kong (Charles Chaplin, 1967)
Charmé de découvrir en ses deux stars de parfaits véhicules de coquinerie sentimentale, Chaplin polit et sophistique certaines de ses routines en un glissement de gratitude et de spleen. De son œil furibond, Marlon piétine, s’essouffle, enrage comme un taureau parqué dans une boutique de cristal. La divine Sophia enfile des dessous de femme-canon qui lui tombent aux chevilles, grignote avec des gestes fleuris qui évoquent la musique visuelle des petits pains, joint rondeur des attitudes et clownerie des mimiques. Exercice d’élégance où tout se passe entre les portes, les placards, les WC, les lits, les hublots, cette expérience de cristallisation boulevardière de situations extraites aux racines du burlesque puise dans sa désuétude même une intelligence spirituelle, une savoureuse drôlerie. Hands off Charlie. 5/6

La dernière valse (Martin Scorsese, 1978)
Après la commémoration des orchestres swing et des torch-singers qui enchantèrent la génération précédente, il revenait à Scorsese de s’interroger sur ce rock-and-roll qui bouleversa la sienne. En filmant le concert d’adieu de The Band, il creuse une surface attractive (la scène), l’embrasse dans ses séductions pour mieux en déjouer les pièges, et déroule le canevas de la vie d’un groupe : les tournées (épuisantes), les femmes (tentantes), l’argent (manquant). L’ampleur de la mise en scène, le sens des récits enchevêtrés, la richesse des changements d’axe apportent au film une majesté qui le rapproche de New York, New York, dont il est le pendant documentaire, mais sans en recouvrir la mélancolie : regard délavé des artistes, gestes las, pressés d’en finir. La jouissance de la musique, elle, est intacte. 4/6

Le flambeur (Karel Reisz, 1974)
Des films sur l’enfer du jeu, il en existe une palanquée. Sans révolutionner ce qui est presque un sous-genre du cinéma noir, le réalisateur en livre une variation particulièrement aiguë à travers le portrait d’un professeur d’université socialement intégré dont la passion se teinte d’une nuance inusitée de masochisme. De solitude en fuite en avant, de peur en déchéance, il se laisse voluptueusement consumer par son vice jusqu’à faire naître en lui la soif du châtiment, dont il finira par contempler la marque d’un sourire heureux. Itinéraire dostoïevskien donc, au centre d’un drame sophistiqué dont la tension permanente puise autant dans les pulsations des cercles interlopes de New York que dans les contradictions d’un être secret, ambigu, animé d’une fièvre autodestructrice et fasciné par le vertige auquel il aspire. 5/6

Jaguar (Jean Rouch, 1967)
Le journal de bord de trois amis nigérians partant vers la Côte d’or pour tenter d’y amasser une petite fortune. Tourné en 1954, le film est une sorte de brouillon de Moi, un Noir, une élaboration plus proche du reportage conditionné que d’une invention pleine et entière d’où jaillirait une observation critique du réel. Attaché à un paysage fermement et discrètement imposé, comme la terre que les héros habitent avec une sérénité héraclitéenne, où l’ombre des baobabs accueille palabres, joueurs de cartes et écrivains publics, où germent aussi l’énormité des marchés et la monotonie des bidonvilles, il offre une autre déclinaison de cette forme de création commentée par les protagonistes eux-mêmes, d’un accent de conteur truculent, mi-moraliste mi-griot, qui décrit et explique, qui réfléchit et prouve. 4/6

Gunga Din (George Stevens, 1939)
Tiré d’un poème de Kipling, cette épopée orientale est un film d’aventures bien construit mais assez conventionnel qui reproduit – époque oblige – tous les clichés de l’idéologie colonialiste. Trois sergents anglais en mission dans les régions montagneuses de l’Inde affrontent une armée de Thugs sanguinaires : l’argument est exotique, le traitement parfaitement désinvolte, voire franchement humoristique, malgré l’ampleur de la figuration et l’orchestration impeccable des scènes d’action. Cary Grant, obnubilé par l’or, s’y montre aussi déchaîné et clownesque que dans ses comédies, Douglas Fairbanks, après avoir été tenté par l’amour, sacrifie Joan Fontaine à l’uniforme et à l’amitié virile (le fou), et Victor McLaglen rejoue les colosses mi-rouspéteurs mi-chaleureux comme il sait le faire. Dépaysant. 4/6

Les amants de Salzbourg (Douglas Sirk, 1957)
Elle, Américaine, est une attachée culturelle venue à Munich pour découvrir l’Europe. Lui, Germano-Italien, est un chef d’orchestre à la Karajan qui se déplace comme un jeune coq, toujours avec l’air de mettre en scène même quand il est sincère. La première partie, qui puise un romantisme assez frelaté des paysages de Bavière et d’un folklore autrichien pour carte postale, laisse circonspect. C’est pour mieux abattre la carte maîtresse du cheminement dramatique : la suite révèle précisément le caractère illusoire d’une idylle dans laquelle chacun cherche à combler des désirs insatisfaits et à fuir une réalité qu’il n’assume plus. La prise de conscience finale, où le renoncement à l’amour est envisagé comme un don curatif, enrichit ainsi d’un relief inattendu la relative banalité de ce drame mondain. 4/6

Lucky Luciano (Francesco Rosi, 1973)
Rosi ouvre un nouveau dossier sinistrement spectaculaire, articulé autour de quelques charnières grinçantes : les conflictuels rapports italo-américains, la mise en place par l’armée alliée des pontes de la Mafia aux commandes en Italie du Sud, la corruption des différents domaines du pouvoir. Il fait la radiographie d’un cancer socio-politique en alternant les temps et les lieux par un vigoureux brassage des faits, serrant à chaque fois un peu plus sur la corde qui tient ensemble les partenaires d’un jeu souterrain et feutré, balayé par des tempêtes épouvantables. Au rythme des trafics qu’elle dévoile, des compromissions qu’elle révèle, des accommodements qu’elle met brutalement en lumière, cette captivante enquête impose une vigilance constante qui assoit le constat dans sa juste perspective critique. 4/6

Le chant du styrène (Alain Resnais, 1958) (CM)
Pour son dernier essai documentaire, le cinéaste recourt à la couleur, jouxte la malice du verbe et la fascination pour la matière, et retrace – à l’envers – le processus chimico-industriel qui transforme le composé organique en matériau plastique fini. Il promène sa caméra hypermobile le long des tuyauteries tentaculaires des usines à gaz, capte la danse d’une machinerie technologique complexe, s’amuse du jaillissement des formes et des teintes et exalte en esthète leur mystérieuse alchimie. Sous la conduite d’un guide éclairé et désinvolte nommé Raymond Queneau, l’exploration des usines Péchiney devient ainsi un poème au chromatisme de comédie musicale, une balade métamorphosée par les facéties chantantes des alexandrins, un éloge de la modernité inspiré de l’abstraction et du pop art. 4/6

Charisma (Kiyoshi Kurosawa, 1999)
Comme souvent chez Kurosawa, le film part du terreau fertile qu’est l’enquête policière pour s’enfoncer dans la forêt touffue de l’inconscient japonais. Ici pas de serial-killer malingre mais un arbre dont les propriétés (peut-être) maléfiques polarisent magnétiquement une communauté, et qui concentre la fascination d’un jeune homme dévoué à sa sauvegarde et d’une scientifique prête à tout pour le détruire. Partie étrange, filant la métaphore dendrologique pour mieux capter la dimension inquiétante et carnivore de la nature, l’indifférence fondamentale d’un écosystème aux règles à la fois rigoureuses et imprévisibles, et autour duquel s’organise tout un jeu de discours, d’attitudes, d’attitudes et de contradictions. Difficile de saisir le sens de cet objet clos et abstrait, opaque et déconcertant. 4/6

Henry V (Laurence Olivier, 1944)
Approche singulière que celle de cet exercice quasi brechtien, qui consiste à enchâsser les niveaux diégétiques afin d’accroître la dynamique et la caisse de résonance de l’écran. En commençant par une représentation de la pièce à l’époque même de Shakespeare, puis en s’amplifiant par un décor stylisé aux perspectives disproportionnées, avant finalement d’investir un espace naturel spectaculaire et hollywoodien à la manière du Robin des Bois du Curtiz, il résout de façon originale les contradictions inhérentes à la formule du théâtre filmé. Tableaux vivants et bataille épique, scènes courtoises et intermèdes comiques, monarques, fantassins et baladins se fondent dans cette réflexion sur l’exercice du pouvoir, dont la rutilance esthétique est soutenue par un traitement subtil de la couleur. 4/6

Le festin chinois (Tsui Hark, 1995)
Ce festin chinois est plutôt une auberge espagnole qui se présente comme un agrégat de séquences disparates, survoltées, répondant à la seule logique de la prolifération visuelle et de l’hypertrophie loufoque. On y trouve à boire et à manger : concours de cuisiniers filmés comme des combats de sabre ou des démonstrations de kung-fu, énorme poisson vivant semant la panique dans un restaurant, jeunes rivales massacrant un karaoké de Bizet, sous-intrigues sentimentales et mafieuses pimentant la sauce… Le rythme débridé, le délire absurde qui renvoie au burlesque muet, la vitalité intarissable de la mise en scène, la capacité du cinéaste à faire tenir debout son capharnaüm concourent au plaisir procuré par cette réjouissante comédie, bien à l’image de ses personnages : foutraque mais attachante. 4/6

Poison (Todd Haynes, 1991)
Reportage façon enquête journalistique : face à la caméra, des témoins rapportent l’incroyable histoire d’un gamin qui a tué son père avant de se volatiliser. Pastiche de film d’horreur des années cinquante : un savant injecte un sérum sexuel qui le rend pustuleux et contagieux – métaphore à peine voilée du sida. Drame fantasmatique et homosexuel : un prisonnier s’éprend de son codétenu dans un sordide univers carcéral. Trois styles, trois exclus, trois histoires qui s’inspirent d’un fait accompli ou en train de s’accomplir (meurtre, contamination, viol) pour parvenir à en saisir la dimension tragique. Trois fictions agilement entremêlées procédant d’une préoccupation commune (la transgression), et qui sont autant de trouées fantastiques sur une réalité pas bonne à dire et à montrer. Un bel exercice de style. 4/6

Le cirque infernal (Richard Brooks, 1953)
Le quotidien d’une antenne chirurgicale en pleine guerre de Corée : si le sujet en rappelle en un autre, on est pourtant bien loin de M.A.S.H. En racontant comment un médecin militaire se voit sauvé du dégoût de la guerre par l’amour d’une infirmière, le réalisateur exalte le courage sans musique ni médailles d’êtres qui se battent contre la mort et la souffrance, qui comprennent que les préjugés n’ont plus de saison sous le trente-huitième parallèle, que seule compte une abnégation capable de combattre l’horreur du présent. Mais les intentions humanistes, si irréprochables soient-elles, ne sont pas gage de réussite décisive, comme le prouve cette chronique sage et appliquée, d’un optimisme véhément. S’il est de toute évidence un honnête homme, Brooks n’est pas encore un cinéaste accompli. 3/6

Rester vertical (Alain Guiraudie, 2016)
Son précédent long-métrage était un modèle d’épure et de rigueur arithmétique ; Guiraudie brode cette fois sur une incertitude joyeusement déstructurée, suit la déambulation incertaine, dans une France en origami, d’un protagoniste en quête d’accomplissement dont il épouse les doutes et les velléités. Balançant entre pittoresque et banalité, il invente un entre-deux singulier enclin à exprimer les coutures lâches du rêve, les manifestations d’un improbable qui n’en reste pas moins parfaitement plausible, la fatalité d’un désarroi en résistance obstinée contre toutes les formes d’asservissement. Par sa drôlerie en sourdine, ses incongruités tranquilles, son mélange de fatigue existentielle et d’exaltation, sa tendresse (celle d’un père plein d’amour pour son nouveau-né), le film séduit, intrigue et stimule. 4/6

Les deux orphelines (David W. Griffith, 1921)
Après avoir appliqué un traitement de choc à l’histoire américaine, Griffith revisite celle de France. Danton accoure en sauveur sur son destrier pour la délivrance de dernière minute, Robespierre est un bourreau sournois précurseur de la brutalité bolchévique… Mais pour conférer à la tempête révolutionnaire son emportement torrentiel et sa valeur de séisme historique, le cinéaste s’est souvenu du tumulte d’Intolérance. Sous les codes du mélodrame, il récrit les faits en plaidant pour la modération, et raconte comment la chute des tyrans met fin à l’assujettissement de deux citoyennes qui gagnent, par l’endurance, une place au soleil. La force dramatique du récit et l’interprétation toujours extrêmement sensible de Lilian Gish suscitent une émotion qui n’est parfois pas loin de faire couler des larmes. 4/6

La frontière de l’aube (Philippe Garrel, 2008)
En optant pour le surnaturel, en recourant à un artisanat désuet qui craint pas le risque du grotesque, le cinéaste affirme sa foi en la capacité du cinéma à se réduire à quelques fondamentaux, à une pure chimie de photogénie et d’électricité qui puiserait autant chez Méliès que chez Cocteau ou Franju. Manière pour lui de remettre en jeu sa propre esthétique, ses afféteries ou ses impasses, d’insuffler plus d’inquiétude à son expression tout en privilégiant cette forme de douceur chuchotée, de tristesse lourde et résignée, qui garantit la beauté fragile de ses meilleurs films. Dans l’opposition entre la clarté saisie et la mate obscurité, il capte ainsi avec une belle poésie funambule les vertiges de l’amour fou, de l’emprise de la passion, et traduit la valse-hésitation d’une âme tourmentée par la culpabilité. 4/6



Et aussi :

Sieranevada (Cristi Puiu, 2016) - 4/6
Withnail et moi (Bruce Robinson, 1987) - 4/6
L'économie du couple (Joachim Lafosse, 2016) - 4/6
Dernier train pour Busan (Yeon Sang-ho, 2016) - 4/6
Toni Erdmann (Maren Ade, 2016) - 4/6
La salamandre (Alain Tanner, 1971) - 5/6
Image

Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Juillet 2016 - A touch of zen (King Hu, 1971)
Juin 2016 - The witch (Robert Eggers, 2015)
Mai 2016 - Elle (Paul Verhoeven, 2016)
Avril 2016 - La pyramide humaine (Jean Rouch, 1961)
Mars 2016 - The assassin (Hou Hsiao-hsien, 2015)
Février 2016Le démon des femmes (Robert Aldrich, 1968)
Janvier 2016La Commune (Paris 1871) (Peter Watkins, 2000)
Décembre 2015Mia madre (Nanni Moretti, 2015)
Novembre 2015Avril ou le monde truqué (Franck Ekinci & Christian Desmares, 2015)
Octobre 2015Voyage à deux (Stanley Donen, 1967)
Septembre 2015Une histoire simple (Claude Sautet, 1978)
Août 2015La Marseillaise (Jean Renoir, 1938)
Juillet 2015Lumière silencieuse (Carlos Reygadas, 2007)
Juin 2015Vice-versa (Pete Docter & Ronaldo Del Carmen, 2015) Top 100
Mai 2015Deep end (Jerzy Skolimowski, 1970)
Avril 2015Blue collar (Paul Schrader, 1978)
Mars 2015Pandora (Albert Lewin, 1951)
Février 2015La femme modèle (Vincente Minnelli, 1957)
Janvier 2015Aventures en Birmanie (Raoul Walsh, 1945)
Décembre 2014Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (Elio Petri, 1970)
Novembre 2014Lifeboat (Alfred Hitchcock, 1944)
Octobre 2014Zardoz (Sean Connery, 1974)
Septembre 2014Un, deux, trois (Billy Wilder, 1961)
Août 2014Le prix d’un homme (Lindsay Anderson, 1963)
Juillet 2014Le soleil brille pour tout le monde (John Ford, 1953)
Juin 2014Bird people (Pascale Ferran, 2014)
Mai 2014Léon Morin, prêtre (Jean-Pierre Melville, 1961) Top 100
Avril 2014L’homme d’Aran (Robert Flaherty, 1934)
Mars 2014Terre en transe (Glauber Rocha, 1967)
Février 2014Minnie et Moskowitz (John Cassavetes, 1971)
Janvier 201412 years a slave (Steve McQueen, 2013)
Décembre 2013La jalousie (Philippe Garrel, 2013)
Novembre 2013Elle et lui (Leo McCarey, 1957)
Octobre 2013L’arbre aux sabots (Ermanno Olmi, 1978)
Septembre 2013Blue Jasmine (Woody Allen, 2013)
Août 2013La randonnée (Nicolas Roeg, 1971)
Juillet 2013Le monde d’Apu (Satyajit Ray, 1959)
Juin 2013Choses secrètes (Jean-Claude Brisseau, 2002)
Mai 2013Mud (Jeff Nichols, 2012)
Avril 2013Les espions (Fritz Lang, 1928)
Mars 2013Chronique d’un été (Jean Rouch & Edgar Morin, 1961)
Février 2013 – Le salon de musique (Satyajit Ray, 1958)
Janvier 2013L’heure suprême (Frank Borzage, 1927) Top 100
Décembre 2012 – Tabou (Miguel Gomes, 2012)
Novembre 2012 – Mark Dixon, détective (Otto Preminger, 1950)
Octobre 2012 – Point limite (Sidney Lumet, 1964)
Septembre 2012 – Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973)
Août 2012 – Barberousse (Akira Kurosawa, 1965) Top 100
Juillet 2012 – Que le spectacle commence ! (Bob Fosse, 1979)
Juin 2012 – Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Mai 2012 – Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012)
Avril 2012 – Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939) Top 100
Mars 2012 – L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954)
Février 2012 – L'ombre d'un doute (Alfred Hitchcock, 1943)
Janvier 2012 – Brève rencontre (David Lean, 1945)
Décembre 2011 – Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais, 1968)
Novembre 2011 – L'homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) Top 100 & L'incompris (Luigi Comencini, 1967) Top 100
Octobre 2011 – Georgia (Arthur Penn, 1981)
Septembre 2011 – Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)
Août 2011 – Super 8 (J.J. Abrams, 2011)
Juillet 2011 – L'ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987)
Last edited by Thaddeus on 9 Mar 17, 17:01, edited 2 times in total.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 95335
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Jeremy Fox »

Un peu triste pour le Lubitsch (qui est mon préféré) mais content pour Le Flambeur qui fut mon film du mois de janvier.
vic
viking
Posts: 3612
Joined: 26 Apr 03, 18:37
Location: IHTFP

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by vic »

Film d'août :
Notre petite soeur (Hirokazu Kore-eda, 2015)

Image



Ride, Rise Roar (Hillman Curtis, 2011)

Image



Redécouverte du mois :
The Last Tycoon (Elia Kazan, 1976)

Image
Last edited by vic on 1 Sep 16, 12:02, edited 1 time in total.
Image
Unité Ogami Ittô

Withdrawing in disgust is not the same thing as apathy.

*Insane Insomniac Team*
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 95335
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Jeremy Fox »

vic wrote:Film d'août :
Notre petite soeur (Hirokazu Kore-eda, 2015)

Image

:D
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 17436
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Profondo Rosso »

Film du mois

1 Peppermint frappé de Carlos Saura

Image

2 La fille dans la vitrine de Luciano Emmer

Image

3 La Femme insecte de Shohei Imamura

Image

4 Souvenirs d'un été de Lesli Glinka Glatter

Image

5 Irréprochable de Sébastien Marnier

Image

6 Dernier train pour Busan de Sang-Ho Yeon

Image
Blue
subMarine
Posts: 5406
Joined: 13 Sep 06, 13:32

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Blue »

La rentrée commence bien, avec le somptueux "Fièvre Sur Anatahan" de Josef Von Sternberg

Image
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/L'Atelier 8/Esc 9/Elephant 10/Rimini 11/Coin De Mire 12/Spectrum 13/Wildside 14/La Rabbia-Jokers 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach
User avatar
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 12091
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by MJ »

Ratatouille wrote:Le segment avec De Vito est le meilleur, il y est particulièrement magnifique.
De Vito au top (qui s'attendait à autre chose?), mais c'est un segment plutôt alourdi par sa démonstration. Le premier est le plus déchirant, finalement!
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum