Commentaires à propos de votre film du mois

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Harkento
Assistant opérateur
Posts: 2741
Joined: 12 Oct 11, 18:05
Liste DVD
Location: Lyon

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Harkento »

Premier prétendant !

Image

Choses secrètes (2002) de Jean-Claude Brisseau

Un film qui pourrait aisément se casser la gueule avec son ton premier degrés, son réalisme très théâtralisé, mais en fait non ! Cette fable désenchanté fonctionne à merveille et son ouverture, aussi fascinante, envoûtante que profondément érotique, installe le spectateur dans un univers poétique et charnel qui déploie sans arrêt les niveaux de lectures (sexualité, relation amoureuse, critique sociale, domination, etc) au fur et à mesure que le récit avance. Certains acteurs semblent un peu à la ramasse par moment mais je ne suis sortis du film que lors du superbe plan final ! Le meilleur Brisseau vu à ce jour (après Les anges exterminateurs, La fille de nulle part et Noce Blanche, que j'avais aussi beaucoup aimé !).
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22922
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by cinephage »

bruce randylan wrote:
cinephage wrote:
Un film découvert à la Cinémathèque, l'attaque du train postal, de Roberto Farias (1962), est un grand coup de coeur. Alliant une logique de film noir (entre policier et mécanique infernale) à une reflexion sociale (les bandits habitent les favelas, et on les suit dans leur quotidien), le film est aussi l'occasion pour le metteur en scène de révéler un remarquable sens du cadre et de l'utilisation du son. Je n'ai pas pu voir, loin s'en faut, tous les films brésiliens qui me faisaient de l'oeil, lors de cette rétrospective organisée par la Cinémathèque, mais je suis très bien tombé, ce coup-ci.
Il me tentait beaucoup celui-ci mais les obligations sociales ont été plus fortes. Celà dit, il passe de temps en temps dans l'histoire permanente du cinéma.
Tu as vu quoi d'autres de cette rétro ?
Malheureusement rien d'autre... :oops:
Les contraintes sociales, comme tu dis, et puis j'ai une petit appréhension à l'égard du cinéma novo brésilien, j'ai vu et détesté Antonio das Mortes...
Mais sur ce coup-là, j'ai eu de la veine, le film est vraiment intéressant.
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18293
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Kevin95 »

El Dadal wrote:Le tournage est confié à Buzz Kulik, un vétéran de la télé (et qui signera le dernier film de Steve McQueen), qui va emballer un film sec et brutal.
Alors qu'ils ont mauvaise presse (et je suis gentil) je trouve son VILLA RIDES comme THE HUNTER très sympathiques (mise en scène carrée et efficace, très télévisuelle dans le bon sens du terme). Ta critique de RIOT donne d'ailleurs très envie.
bruce randylan wrote:
cinephage wrote:
Un film découvert à la Cinémathèque, l'attaque du train postal, de Roberto Farias (1962), est un grand coup de coeur. Alliant une logique de film noir (entre policier et mécanique infernale) à une réflexion sociale (les bandits habitent les favelas, et on les suit dans leur quotidien), le film est aussi l'occasion pour le metteur en scène de révéler un remarquable sens du cadre et de l'utilisation du son. Je n'ai pas pu voir, loin s'en faut, tous les films brésiliens qui me faisaient de l'oeil, lors de cette rétrospective organisée par la Cinémathèque, mais je suis très bien tombé, ce coup-ci.
Il me tentait beaucoup celui-ci mais les obligations sociales ont été plus fortes. Celà dit, il passe de temps en temps dans l'histoire permanente du cinéma.
Ah fat iech, c'était le film que j'ai stabiloté dans la programmation de la Cinémathèque. J'aurai dû m'abstenir d'aller revoir THREE AGES dans la salle d'à coté (parce que je l'ai en DVD, parce que la copie était très charbonneuse, parce que le public était relou, parce que le film n'était pas aussi "génial" que dans mes souvenirs et parce que l'accompagnement piano en live était difficilement supportable au-delà de deux minutes de projection). :?
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
bruce randylan
Mogul
Posts: 11589
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by bruce randylan »

cinephage wrote:
bruce randylan wrote:
Il me tentait beaucoup celui-ci mais les obligations sociales ont été plus fortes. Celà dit, il passe de temps en temps dans l'histoire permanente du cinéma.
Tu as vu quoi d'autres de cette rétro ?
Malheureusement rien d'autre... :oops:
Les contraintes sociales, comme tu dis, et puis j'ai une petit appréhension à l'égard du cinéma novo brésilien, j'ai vu et détesté Antonio das Mortes...
Tu as eu plus de chance que moi (sur 4 de vus, 2 correctement potables, 2 croûtes). Mais j'en avais déjà vu certains en DVDs ou à la télé qui ne m'ont pas toujours convaincu (Dona Flor et ses deux maris ; limite). Mais j'apprécie Le dieu noir et la diable blond ou pixote et j'aime beaucoup O Cangaceiro.
Dans l'ensemble, la sensibilité brésilienne me laisse un peu de marbre. Ca fait partie des pays où je ressens un gouffre culturel (j'accroche pas à la langue d'ailleurs)
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
Hitchcock
Electro
Posts: 967
Joined: 9 Dec 13, 13:34
Location: Londres

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Hitchcock »

Un petit mois en terme de quantité puisque je n'aurais vu "que" 33 films en avril. Après avoir remporté le titre de réalisateur du mois en mars, Asquith truste les première et quatrième places du top 10, sans grande peine puisque la concurrence fut relativement faible.

Image
1. L'Ombre d'un homme (Anthony Asquith)

Image
2 ex-aequo. Le Cri (Michelangelo Antonioni)

Image
Je n'ai pas tué Lincoln (John Ford)

Image
4. Le Réveil de la Sorcière Rouge (Edward Ludwig)

Image
5. The Young Lovers (Anthony Asquith)

6 ex-aequo. Les Berkman se séparent (Noah Baumbach)
La Femme qui faillit être lynchée (Allan Dwan)

8. Winslow contre le roi (Anthony Asquith)

9. Aventures en Birmanie (Raoul Walsh)

10. Fleurs d'équinoxe (Yasujiro Ozu)

11. Les Bourreaux meurent aussi (Fritz Lang)

12. A Big Hand for the Little Lady (Fielder Cook)

13. Surrender (Allan Dwan)

Réalisateur du mois :

Image
Allan Dwan

Prix d'interprétation masculin et féminin :

Image
Michael Redgrave dans L'Ombre d'un homme

Image
Ingrid Bergman dans Les amants du Capricorne
Mention pour Odile Versois dans The Young Lovers
User avatar
origan42
Cadreur
Posts: 4292
Joined: 2 Feb 07, 17:22

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by origan42 »

Hitchcock wrote: Michael Redgrave dans L'Ombre d'un homme
Ingrid Bergman dans Les amants du Capricorne
Mention pour Odile Versois dans The Young Lovers
:D
Magnifique choix.
Et d'accord pour la mention: Odile Versois est une véritable révélation dans ce film.

Quant au film du mois, il est dans mon top 100...
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5701
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Thaddeus »

Film du mois d'Avril 2015


1. Blue Collar (Paul Schrader, 1978)


Image


2. Le Démon s'éveille la Nuit (Fritz Lang, 1952)


Image


3. Faster, Pussycat ! Kill ! Kill ! (Russ Meyer, 1965)


Image

Mes découvertes en détail :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Journal d'une femme de chambre (Benoît Jacquot, 2015)
Avec un style enlevé qui ose parfois une certaine enluminure mais n’évite pas complètement les corsets de l’illustration, Jacquot capte la substantifique moelle du roman accusateur d’Octave Mirbeau. Ses images élégantes disent l’ambigüité de la servitude volontaire, la fascination trouble pour la brutalité (notamment sexuelle), la violence feutrée des rapports de classe, les turpitudes des maîtres sûrs de leur bon droit et les frustrations des domestiques qui focalisent leur haine vers d’autres victimes et entretiennent malgré eux le cycle du conflit et du ressentiment. Autant d’enjeux thématiques honorablement cernés et développés, mais dont la facture de l’ensemble, sanglée dans une qualité classique tirée à quatre épingles, n’exprime jamais vraiment la colère politique ni l’émotion résignée. 4/6

Comment l’esprit vient aux femmes (George Cukor, 1950)
On peut transformer la locution du titre français en une autre, qui formulerait pas le moindre des mérites de Cukor : comment faire d’une poule roulée comme Betty Boop mais à l’esprit poids plume, cumulant au départ les tics de langage crispants et les réflexes de poisson mort, une héroïne toujours plus imprévisible et attachante. Le mérite en revient aussi à Judy Holliday, dont l’humour explosif se marie à un charme d’une constante fraîcheur, et dont la prise de conscience naïve rythme de ses touchantes étapes cette satire des institutions américaines. Sans gommer vraiment la dimension théâtrale de ses origines, le film prend sa part très estimable à la comédie d’après-guerre, égratigne la paranoïa maccarthyste et combine habilement cocasserie des situations et attention aux personnages. 4/6

Les carabiniers (Jean-Luc Godard, 1963)
Un royaume aux allures de bidonville, une guerre en cours et deux pauvres bougres qui s’en vont la faire avec la promesse de pouvoir y commettre le pire en toute impunité. Après Le Petit Soldat, cette très grinçante métaphore pacifiste offre un nouvel éclairage sur l’état de conscience de son auteur. Godard nous bombarde une fois encore d’afféteries plus ou moins puériles, ne rechigne jamais à décaler gratuitement image et son (exemple) ou à faire jouer ses acteurs comme des pieds (symptôme), mais la férocité corrosive de son pamphlet brechtien, qui liquide en bonne et due forme l’héroïsme traditionnel du film de guerre et l’aliénation idéologique du désir de possession (représentée ici, ultime dérision, par un défilé de cartes postales), possède les propriétés purgatives d’un bon décapant. 3/6

La chute de l’empire romain (Anthony Mann, 1964)
Les ultimes feux des Hollywood epics, dont l’âge d’or était révolu, brûlent sur cette ample reconstitution de la Rome antique. Mann caresse l’ambition d’analyser les racines politiques et idéologiques d’une décadence civilisationnelle, et articule sa réflexion autour de grands blocs plus ou moins hétérogènes et heureux : tantôt philosophique (Marc Aurèle qui soliloque de façon shakespearienne avec la Mort), tantôt humaniste (Timonidès et ses harangues sur l’intégration ethnique), le scénario accumule des pensées, des faits, des comportements contradictoires finissant par relater précisément la genèse de la chute. Et il faut attendre la dernière heure, qui dépasse la rigidité narrative des deux précédentes, pour que s’affirme une amertume (propre à l’auteur), un lyrisme de l’effondrement assez saisissants. 4/6

Le démon s’éveille la nuit (Friz Lang, 1952)
Vertiges, contradictions et ambigüités des sentiments : parfois l’amour n’est pas une sinécure, l’époux tendre et dévoué est l’homme que l’on trahit, et l’alcoolique torturé, miroir des angoisses désenchantées de l’héroïne, celui dont elle s’éprend malgré elle. À mi-chemin du néoréalisme et du drame passionnel tel qu’il fleurit en France dans les années 30, Lang analyse les déchirements d’êtres gagnés par des tentations irréalisables, des libertés illusoires, de chimériques désirs. Chacun suscite notre compréhension et notre empathie, chacun souffre du mal qu’il se fait à lui-même et qu’il a conscience de faire aux autres, et le frêle espoir final n’éclaire que d’une lueur contrastée ce tableau aussi beau que subtil de l’éternelle insatisfaction humaine. Avec en prime une Marilyn toute fraîche et mimi. 5/6

Jamais de la vie (Pierre Jolivet, 2015)
Vingt ans après Fred, Jolivet en fait une sorte de remake officieux qui prend à nouveau le pouls d’une réalité sociale implacable et sinistrée. Toutes proportions gardées, il a su assimilier les leçons d’un certain cinéma noir américain (celui du Huston de Quand la Ville dort) et conjugue la dimension fatale d’un destin condamné d’avance à une lutte quotidienne pour la survie que n’étouffent jamais complètement l’acharnement de la mouise et la détresse économique. La conduite du récit suit un déroulement classique, la typologie des personnages est assez rude, Gourmet fait du Gourmet (mais il le fait bien) : des ces éléments connus et éprouvés le cinéaste tire pourtant un polar toujours sous tension, dont la sincérité d’engagement et la justesse du regard suscitent une totale adhésion. 5/6

Matador (Pedro Almodóvar, 1986)
L’Empire des Sens à la sauce movida. Promu maître de l’underground ibérique, Almodóvar exploite ici certains grands thèmes mystiques espagnols : le sang, l’amour, la religion. Dans cette corrida de sexe et de mort, un ancien matador et son double féminin tuent à la manière de Catherine Tramell, selon un rituel quasi sacré. Et lorsqu’ils tombent au cinéma sur le final de Duel au Soleil, leur bouquet final est annoncé, suicide conjoint dans l’abandon à un plaisir morbide, apothéose d’une passion indigne d’être poursuivie sur terre. Le réalisateur déploie le filet de ces névroses fatales avec un sens affirmé de la sophistication : capes rouges voletant dans la poussière de sable et devant des feux de cheminée, anges meurtriers et adulés tournant dans l’arène d’une très obsessionnelle tragédie postsurréaliste. 4/6

Blue collar (Paul Schrader, 1978)
Detroit, la capitale automobile, l’usine made in USA et son paysage : chaîne en continue, équipes de trois huit, contremaîtres poussent à la cadence, délégués peu soucieux des ouvriers – des Polonais, des immigrants, des Noirs. Englués dans leur quotidien, trois d’entre eux décident que leur coupe est pleine, passent à l’action et s’attaquent au coffre du syndicat. Maigre butin, grosses conséquences : le début d’un engrenage terrible qui consacre la victoire du système sur les individus, irrémédiablement broyés par la confrontation de leur utopie à la réalité. Avec une lucidité critique qui n’empêche ni la vitalité ni l’humour (le fric-frac aux accoutrements ridicules : hilarant), Schrader apporte une voix très forte à la dénonciation de la corruption ordinaire et de l’aliénation des petites gens par les puissants. 5/6

Les musiciens de Gion (Kenji Mizoguchi, 1953)
Estampille de garantie contre toute surprise négative, les films de Mizoguchi se suivent et se ressemblent. Il y a une réelle continuité, presque une consanguinité entre ses fictions historiques et ses récits modernes, fragments d’un panorama humaniste désabusé de la société et de ses castes. En racontant avec une résignation sereine la lente et implacable soumission de deux geishas aux lois de la marchandisation et de l’argent, il file une métaphore de l’initiation, des rites de passage à l’âge adulte, présentés comme une aliénation de l’innocence au profit d’une apparence artificielle. Il dénonce ainsi la perte de l’identité individuelle, l’étouffement de la révolte par les diktats d’un métier qui relève de l’esclavagisme institutionnalisé. Le constat est dur, sa formulation constamment mesurée. 4/6

Tess (Roman Polanski, 1979)
On peut considérer que Polanski verse dans un académisme haute couture et fait un film de rosière. Pourtant ces robes blanches dans la pairie, ces gerbes blondes dans un contre-jour doré, ces lèvres attirantes sur lequelles on pose une fraise, cette chasse à cour fantomatique dans la brume laiteuse, toutes ces images à la David Lean sont vivifiées par une pensée sincère à laquelle Nastassja Kinski, follement belle, apporte une remarquable force d’incarnation. Dressant le portrait d’une jeune fille qui tente d’échapper aux diverses formes de subordination auxquelles on tente de la soumettre, à la fois dénonciation de l’hypocrisie sociale et procès de l’intolérance (deux sujets que l’auteur connaît bien), le mélodrame est peut-être un poil corseté mais d’une grande facture, au sens artisanal du terme. 5/6

Le souffle au cœur (Louis Malle, 1971)
Difficile aujourd’hui de comprendre pourquoi ce film choqua autant. Car s’il y dépeint, à la toute fin et avec une neutralité tranquille, la violation d’un tabou, celle de la découverte de l’amour incestueux par un jeune garçon, c’est surtout à une évocation enjouée de l’adolescence et de ses rites d’initiation qu’il nous invite. La peinture de la vie bourgeoise et du collège catholique, bien que gentiment égratignée, est elle-même adoucie par l’élan de sérénité, l’appel au carpe diem que chaque personnage (les grands frères complices et licencieux, la mère joyeusement adultère) semblent promouvoir. Malle ricoche ainsi d’une anecdote à une autre, d’un détail cocasse à une notation savoureuse, adoptant une tonalité insouciante et radieuse qui assure une belle fraîcheur à sa chronique de l’éveil. 4/6

Le crabe-tambour (Pierre Schoendoerffer, 1977)
Dans le vent, la neige et les tempêtes au large de Terre-Neuve croise le Jauréguiberry, escorteur d’escadre et bâtiment d’assistance à la grande pêche. Malade, hanté par un sombre tourment, son commandant poursuit une quête toute personnelle. À bord le médecin et le chef-mécanicien évoquent le souvenir d’un homme qui a traversé les points chauds du globe, là où naissent les légendes. Le récit nous fait revivre l’Algérie, l’Indochine, les brumes de l’opium, les grandes et petites misères d’une gloire déçue, privilégiant les visages marqués par le doute et la solitude. Il y a quelque chose ici de l’amertume des aventuriers voyant leur passé s’effilocher au vent de l’Histoire, un sentiment de vertige et de perte à la Conrad. Un beau film noble, digne, un peu austère, porté par de brillants comédiens. 4/6

La bonne fortune (Mike Nichols, 1975)
L’humour bête et méchant recherché par cette farce rétro tient aux gaffes à répétition de deux escrocs voués aux projets les plus calamiteux, liés par le seul appât du gain, s’avérant moins épris de l’héroïne que de son héritage et finissant par se liguer pour hâter le cours du destin. On connaît le goût de Nichols pour les vociférations et les empoignades conjugales : ici des séquences entières sont dilatées pour le seul profit d’une plaisanterie graveleuse. Et il faut attendre la deuxième partie du récit pour que la comédie labellisée aux images, aux musiques et aux mœurs paradoxales des roaring twenties devienne amusante, pour que les mésaventures ubuesques de Warren Beatty et Jack Nicholson (qui s’en donnent à cœur joie dans un tandem à la Laurel et Hardy) suscitent enfin un franc sourire. 3/6

Larmes de clown (Victor Sjöström, 1924)
Les Scandinaves affectionnaient sans doute particulièrement ces fictions de cirque, outrées et pathétiques, dont la tradition fut reprise par Bergman avec La Nuit des Forains. On y voit soixante clowns provoquer, frapper puis enterrer le héros masochiste, ou bien encore le visage phosphorescent du héros maquillé, resté seul dans l’énorme arène, se transformer en point blanc puis s’éteindre peu à peu. Sjöstrom force sur le mélodrame mais parvient à l’équilibrer par un ton général d’amertume et une gamme d’innovations stylistiques assez généreuse : du gag, de l’effet dramatique, de la composition visuelle, du symbolisme, de la lumière et un Lon Chaney exprimant, dans sa douleur contenue, la condition d’un homme déchu de sa dignité par la cruauté et la veulerie inconscientes de ses pairs. 3/6

Shotgun stories (Jeff Nichols, 2007)
Dans l’engourdissement dépressif d’une bourgade de l’Arkansas, deux fratries se disputent jusqu’à la mort au sujet de leur père commun disparu. Violence et haine ancestrales, peinture d’un pays désolé, désœuvré, déserté par la loi, la justice et la civilisation, où les conflits se règlent encore à coups de fusil. Les hommes sont minés par le déterminisme de la filiation, les femmes tentent de briser la chaîne infernale. À trente ans, Jeff Nichols affiche la patience, la sagesse, le calme d’un vieux sachem du cinéma. Son aptitude à faire corps et intelligence avec ses rednecks taiseux, dont il souligne les qualités de cœur et de raison même quand les sentiments les dépassent, offre toute son amplitude à ce récit d’une vendetta tragique, proche de la lutte cornélienne entre Horaces et Curiaces. Un premier essai remarquable. 5/6

La furie du désir (King Vidor, 1952)
Outre la présence de Jennifer Jones, ce southern entretient une parenté évidente avec Duel au Soleil : la sauvageonne en butte aux menaces d’un "prédicant", la narration rétroactive destinée à en faire un être fabuleux, l’affrontement final qui dénoue des amours tourmentés – l’atmosphère épique et solaire de la Sierra où naîtra une fleur rouge étant ici remplacée par la moiteur et la boue des bayous. S’étendant pour étreindre, se rétractant pour griffer, Ruby Gentry transforme sa passion dévorante en domination sadique qui détruit son objet : la femme cherche à s’élever socialement par son propre vouloir, l’homme est incapable de comprendre qu’elle veut aussi lui "appartenir" pleinement. Certes le style est moins baroque qu’à l’accoutumée, mais pas de doute : on est bien chez Vidor. 4/6

Le fils du pendu (Frank Borzage, 1948)
Danny a vécu toute sa vie dans l’ombre d’un géniteur meurtrier, maudit comme un dangereux paria, un assassin en puissance. Un jour, par accident, il reproduit le crime de son père et commet un geste accélérant le destin qu’il avait toujours pressenti. Avec une grande plénitude formelle (l’introduction, la fête foraine, la chasse dans les bois…), Borzage exprime ici un fatalisme conforme au film noir de l’époque. Pourtant sa douceur proverbiale infiltre chaque recoin d’un récit où générosité, compréhension et mansuétude tiennent une place prépondérante. Le sage et lucide ermite Noir, le shérif bonhomme et bienveillant, l’amoureuse surtout, dont la beauté fragile dissimule une détermination pathétique, témoignent de cette foi humaniste, de cette sensibilité délicate qui sont celles de l’auteur. 5/6


Et aussi :

Shaun le mouton (Mark Burton & Richard Starzack, 2015) - 3/6
Faster, pussycat ! Kill ! Kill (Russ Meyer, 1965) - 5/6
Taxi Téhéran (Jafar Panahi, 2015) - 5/6
Le dossier Adams (Errol Morris, 1988) - 4/6
Jauja (Lisandro Alonso, 2014) - 4/6
Caprice (Emmanuel Mouret, 2015) - 4/6
Image

Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Mars 2015 - Pandora (Albert Lewin, 1951)
Février 2015 - La femme modèle (Vincente Minnelli, 1957)
Janvier 2015 - Aventures en Birmanie (Raoul Walsh, 1945)
Décembre 2014 - Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (Elio Petri, 1970)
Novembre 2014 - Lifeboat (Alfred Hitchcock, 1944)
Octobre 2014 - Zardoz (John Boorman, 1974)
Septembre 2014 - Un, deux, trois (Billy Wilder, 1961)
Août 2014 - Le prix d'un homme (Lindsay Anderson, 1963)
Juillet 2014 - Le soleil brille pour tout le monde (John Ford, 1953)
Juin 2014 - Bird people (Pascale Ferran, 2014)
Mai 2014 - Léon Morin, prêtre (Jean-Piere Melville, 1961) Top 100
Avril 2014L’homme d’Aran (Robert Flaherty, 1934)
Mars 2014 - Terre en transe (Glauber Rocha, 1967)
Février 2014 - Minnie et Moskowitz (John Cassavetes, 1971)
Janvier 2014 - 12 years a slave (Steve McQueen, 2013)
Décembre 2013 - La jalousie (Philippe Garrel, 2013)
Novembre 2013 - Elle et lui (Leo McCarey, 1957)
Octobre 2013 - L'arbre aux sabots (Ermanno Olmi, 1978)
Septembre 2013 - Blue Jasmine (Woody Allen, 2013)
Août 2013 - La randonnée (Nicolas Roeg, 1971) Top 100
Juillet 2013 - Le monde d'Apu (Satyajit Ray, 1959)
Juin 2013 - Choses secrètes (Jean-Claude Brisseau, 2002)
Mai 2013 - Mud (Jeff Nichols, 2012)
Avril 2013 - Les espions (Fritz Lang, 1928)
Mars 2013 - Chronique d'un été (Jean Rouch & Edgar Morin, 1961)
Février 2013 - Le salon de musique (Satyajit Ray, 1958)
Janvier 2013 - L'heure suprême (Frank Borzage, 1927) Top 100
Décembre 2012 - Tabou (Miguel Gomes, 2012)
Novembre 2012 - Mark Dixon, détective (Otto Preminger, 1950)
Octobre 2012 - Point limite (Sidney Lumet, 1964)
Septembre 2012 - Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973)
Août 2012 - Barberousse (Akira Kurosawa, 1965) Top 100
Juillet 2012 - Que le spectacle commence ! (Bob Fosse, 1979)
Juin 2012 - Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Mai 2012 - Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012)
Avril 2012 - Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939) Top 100
Mars 2012 - L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954)
Février 2012 - L'ombre d'un doute (Alfred Hitchcock, 1943)
Janvier 2012 - Brève rencontre (David Lean, 1945)
Décembre 2011 - Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais, 1968)
Novembre 2011 - L'homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) Top 100 & L'incompris (Luigi Comencini, 1967) Top 100
Octobre 2011 - Georgia (Arthur Penn, 1981)
Septembre 2011 - Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)
Août 2011 - Super 8 (J.J. Abrams, 2011)
Juillet 2011 - L'ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987)
Last edited by Thaddeus on 17 Mar 17, 09:44, edited 1 time in total.
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 24205
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by AtCloseRange »

Nous n'avons pas les mêmes valeurs :mrgreen:
User avatar
locktal
Assistant opérateur
Posts: 2388
Joined: 19 Mar 11, 01:03
Liste DVD
Location: Dijon

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by locktal »

Excellent mois d'avril 2015 !

Film du mois d'avril :
1- Peppermint frappé (Carlos Saura, 1967)
Image


Puis :
2- Pandora (Albert Lewin, 1951)
Image

3- Bonjour (Yasujiro Ozu, 1959)
Image

4- L'homme qui voulait savoir (George Sluizer, 1988)
Image

5- A la folie (Wang Bing, 2013)
Image

6- La sapienza (Eugène Green, 2014)
Image

7- Taxi Téhéran (Jafar Panahi, 2015)
Image

8- Femina ridens (Piero Schivazappa, 1969)
Image

9- Tueurs de dames / The ladykillers (Alexander Mackendrick, 1955)
Image

10- La mariée sanglante (Vicente Aranda, 1972)
Image

11- Why don't you play in hell ? (Shion Sono, 2013)
Image

12- Texas (Tonino Valerii, 1969)
Image
"Vouloir le bonheur, c’est déjà un peu le bonheur"
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14711
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Demi-Lune »

Le mois commence fort.
Image
Hitchcock
Electro
Posts: 967
Joined: 9 Dec 13, 13:34
Location: Londres

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Hitchcock »

origan42 wrote: Et d'accord pour la mention: Odile Versois est une véritable révélation dans ce film.
En effet, j'ai hâte de la voir dans d'autres films ! J'aurais quasiment pu lui donner le prix d'interprétation d'ailleurs mais c'est vrai qu'il est difficile de rivaliser avec Ingrid Bergman dirigé par Hitch...
User avatar
reuno
Assistant opérateur
Posts: 2336
Joined: 8 Oct 04, 10:25

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by reuno »

AtCloseRange wrote:
reuno wrote:Mon film du mois d'avril :

Image

Monsters: Dark Continent (Tom Green)
J'ai détesté Monsters mais je suis intrigué. Quelques mots?
Et bien... il reste très semblable au premier. :P

Un couple en devenir dans le premier avec les monstres en toile de fond dans le premier. Dans le second la guerre, le bourbier irakien (ou afghan) avec les monstres comme toile de fond aussi... mas le ton reste le même.
Un mélange de crainte et d'émerveillement suscité par ces aliens, des séquences assez semblables entre les deux films. A nouveau une interprétation de qualité... j'avais adoré le premier, j'ai à nouveau été conquis. Je craignais qu'on nous fasse le coup du Alien/Aliens, avec les marines, tous le côté guerrier, la suite "bigger and louder", mais finalement non, on n'est pas dans ce registre.

Bref... à toi de tester, je l'ai perçuainsi, il n'est pas exclu que tu l'apprécie aussi.
Tom Peeping
Assistant opérateur
Posts: 2337
Joined: 10 May 03, 10:20

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Tom Peeping »

J'ai vu en avril

Image

*** excellent / ** bon / * moyen / 0 mauvais

Metro / Subwave (Anton Megerdichev, 2013) *
Ce film catastrophe russe sur l'inondation du métro de Moscou par l'effondrement d'un tunnel sous la Moskova commence assez bien jusqu'à une scène réussie de wagons bondés engloutis par l'eau puis sombre dans sa seconde partie, truffée de clichés (le cocu, la gamine, le chiot..) et décalquée (en mille fois moins bien) sur "L'aventure du Poséïdon". L'intrigue prévisible et les ralentis dramatisants viennent à bout de la patience. BR Fr

La notte / La nuit (Michelangelo Antonioni, 1961) ***
A Milan, l'amour évaporé d'un couple marié fait place à l'étouffante routine sociale. Un film adulte d'une exigence littéraire et plastique qui n'existe plus aujourd'hui, sur l'ennui existentiel face à la mort affective. Marcello Mastroianni et Jeanne Moreau interprètent leurs personnages aisés et fatigués dans des cadres où l'humain est seul, même entouré. Le portrait à la forme passionnante d'une société bourgeoise bloquée sur elle-même. BR UK

Hunted / Rapt (Michael Crichton, 1952) **
Un assassin en fuite (Dirk Bogarde) traverse l'Angleterre entre Londres et l'Ecosse acommpagné d'un jeune fugueur de 6 ans (Jon Whiteley, formidable de naturel). Un petit film britannique typiquement de son temps qui panache thriller et social autour du parcours de deux outcasts (le meurtrier et l'enfant placé maltraité) dans des décors urbains et paysagers bien choisis. Rien d'extraordinaire mais l'émotion est bien au rendez-vous, simple et juste. DVD Z2 UK

Centurion (Neil Marshall, 2010) 0
Michael Fassbender fait ce qu'il peut pour donner du crédit à ce film inutile dans son rôle de soldat de la 9e Légion romaine survivant d'une embuscade et qui traverse avec quelques autres légionnaires les territoires hostiles des Pictes d'Ecosse. Hormis les beaux paysages, toute l'histoire n'est que prétexte à montrer en détail égorgements et giclures de sang carmin. Avec deux rôles féminins, clichés de plus dans une forêt de lieux communs. BR Fr

Captain Clegg / Night creatures / Le fascinant capitaine Clegg (Peter Graham Scott, 1962) **
En 1776 dans un village côtier anglais, des soldats du roi chassent des contrebandiers d'alcool. Une production Hammer avec ce qu'il faut de nuit et de brume, de taverne et de cimetière et donc des scènes d'atmosphère espérées. Peter Cushing est le pirate devenu pasteur, sorte de Robin des Bois en chaire à prêcher. Oliver Reed et Yvonne Romain font un couple vraiment sexy et le film est comme un livre d'aventures en mouvement. DVD Z1 US

Le 7ème juré (Georges Lautner, 1962) *
A Pontarlier, un notable pharmacien (Bernard Blier, très bon) qui a tué une fille légère est désigné juré au procès du type accusé à sa place. L'excellent scénario, d'un cynisme total (la bourgeoisie de province et la justice en prennent pour leur grade), aurait pu donner un film plus fort avec une mise en scène plus inventive et sans la voix off de Blier qui débite ses rages existentielles redondantes. Un brûlot en puissance resté un peu éteint. BR Fr

What Richard did (Lenny Abrahamson, 2012) **
Un été près de Dublin, un bachelier populaire à l'avenir souriant commet un meurtre accidentel. L'incident central coupe le film en deux : la première partie est une description originale de la jeunesse irlandaise aisée, la seconde un drame de la culpabilité plus conventionnel. L'ensemble est porté par l'interprétation sans faille du charismatique Jack Reynor et de ses partenaires. Un coming of age movie au ton atypique, proche de Van Sant. BR UK

Motel Hell (Kevin Connor, 1980) *
L'idée outrancièrement originale de l'histoire (un frère et une soeur hillbillies enlèvent et plantent des passants dans un potager humain pour en faire de la saucisse fumée) aurait pu donner une farce énorme mais la retenue du scénario et la réalisation assez plate empêchent cette comédie noire et référentielle de s'éléver au-dessus du lot. Rory Calhoun et Nancy Parsons font deux amusants méchants et les scènes du "jardin" sont mémorables. BR UK

Leviathan (Andreï Zviaguintsev, 2014) ***
Dans une petite ville côtière de la mer de Barents, un homme se bat contre son expropriation par le maire avec l'aide d'un ami avocat. Derrière l'histoire, c'est un portrait désespéré et désespérant de la Russie contemporaine, noyée dans la vodka et la corruption, que le film dessine dans une suite de séquences aux images magnifiquement composées. Un puissant drame individuel transformé par le réalisateur en une tragédie quasi-biblique. BR Fr

Old acquaintance / L'impossible amour (Vincent Sherman, 1943) ***
Bette Davis (retenue) et Miriam Hopkins (déchaînée) sont écrivaines, amies et rivales dans ce Women's Picture archétypique de la Warner qui panache habilement mélodrame sentimental et commentaire professionnel et social. On attend avec impatience chaque scène où les deux actrices se donnent la réplique, tout sourire ou toute grimace selon les méandres du scénario. Un chef-d'oeuvre du genre, avec une fin qui ne pourrait être plus parfaite. DVD Z1 US

Deliver us from Evil / Délivre-nous du Mal (Scott Derrickson, 2014) 0
Après un excellent début dans le zoo du Bronx la nuit qui installe une inquiétude prometteuse, ce navet d'horreur (inspiré d'une histoire vraie, tiens-donc) panache allègrement "NYPD Blue", "Seven" et "L'Exorciste" autour de la possession d'un soldat revenu d'Irak et de crimes sordides. La lumière est bleue, la caméra tremble, des inscriptions cabalistiques sont gravées dans la chair des possédés et j'ai vu la seconde moitié en accéléré. BR US

La decima vittima / La dixième victime / The 10th victim (Elio Petri, 1965) **
Un italien et une américaine doivent s'entretuer pour un show TV. Cette lointaine matrice des "Hunger Games", loin de se prendre au sérieux, est un pur film Pop tout dédié à son style Sixties, qui en fait le principal intérêt. Le scénario, étonnamment visionnaire, évoque le voyeurisme de la téléréalité et l'impérialisme de la pub. Si Marcello Mastroianni (teint en blond) est peu convaincant, Ursula Andress est un bonheur des yeux. Léger et fun. BR US

Calamity Jane / La blonde du Far-West (David Butler, 1953) ***
J'ai eu du mal au début avec le jeu surexcité de Doris Day en garçon manqué et le contexte de western mais très vite, l'étonnante audace des situations, presque toutes basées sur la confusion des genres, m'a vraiment amusé et le dynamisme des chansons (très bien mises en scène) ont abattu mes résistances. La fin du film fait revenir tous les personnages dans la norme mais ce Musical est d'un culot riant formidablement sympathique. BR US

Germania anno zero / Allemagne année zéro (Roberto Rossellini, 1948) ***
Le quotidien de survie d'un garçon de douze ans dans Berlin en ruines. Tourné dans le décor incroyable des décombres de la capitale allemande (les scènes d'appartement en studio fonctionnent moins bien que celles d'extérieur), un film où la lumière éclatante du soleil éclaire des drames personnels et collectifs d'une noirceur abyssale. Le propos sur le naufrage d'un peuple et le sacrifice d'une génération est d'une extrême clairvoyance. BR UK

Life itself (Steve James, 2014) **
Réalisé sous le contrôle de son sujet lui-même ("This is not only your film" écrit-il à un moment au réalisateur), un documentaire intime sur la vie, la carrière et le combat contre le cancer du critique de cinéma du Sun-Times de Chicago Roger Ebert (1942-2013). L'horreur des effets de sa maladie est traité avec la même franchise que la force de l'amour de sa femme Chaz et que son engagement total pour les films qui donnèrent un sens à sa vie. BR US

Search for Paradise (Otto Lang, 1957) **
Le quatrième film Cinerama est un travelogue entre Pakistan et Népal, composé de spectaculaires panoramas de plaines, de fleuves et de montagnes. Et de leurs populations, traitées à la mode colonialiste et condescendante de l'inénarrable écrivain-producteur Lowell Thomas. Une vision d'opérette (la musique va avec) qui se termine sur une ode aux bombardiers de l'US Air Force. De la propagande Fifties incorrecte en diable. BR US Smilebox

Le charme discret de la bourgeoisie (Luis Bunuel, 1972) *** Mon film du mois
Les angoisses de trois amis bourgeois se révèlent dans leurs rêves. Une comédie sociale toujours aussi réjouissante et percutante sur les zones d'ombres de la bonne société, traitée sur le mode absurde autour d'un dîner sans cesse reporté. Les idées de scénario et de mise en scène sont vertigineusement excitantes. Formidables créations de Delphine Seyrig et Stéphane Audran dans les rôles d'épouses racées et interloquées. BR UK

Interstellar (Christopher Nolan, 2014) 0
Un interminable (presque 3h) pensum pleurnichard qui pose en monument de la SF. Les forces des liens du sang, l'avenir de l'Humanité, les paradoxes d'un voyage spatio-temporel (à travers un "trou de ver" et un "trou noir") sont dégurgités dans un déluge de grandes idées, de vastes visions et de musique sérielle, mais sans aucune émotion. Matthew McConaughey se parodie lui-même en écorché chuchotant. Aussi pire que le pire Malick. BR Fr

Tom à la ferme (Xavier Dolan, 2013) *
Venu aux funérailles de son boyfriend, un jeune montréalais (Dolan) s'engage dans un humiliant rapport sado-masochiste avec le frère de celui-ci. Un film qui hésite entre deux genres : le drame psychologique et le thriller. Si le premier avait le vrai sujet intéressant, c'est le second, banal, qui l'emporte, gonflé par ses nombreuses références peu subtiles (plans et musique) à Hitchcock. Un essai trop bancal pour convaincre. DVD Z2 Fr
... and Barbara Stanwyck feels the same way !

Pour continuer sur le cinéma de genre, visitez mon blog : http://sniffandpuff.blogspot.com/
User avatar
origan42
Cadreur
Posts: 4292
Joined: 2 Feb 07, 17:22

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by origan42 »

Hitchcock wrote:
origan42 wrote: Et d'accord pour la mention: Odile Versois est une véritable révélation dans ce film.
En effet, j'ai hâte de la voir dans d'autres films ! J'aurais quasiment pu lui donner le prix d'interprétation d'ailleurs mais c'est vrai qu'il est difficile de rivaliser avec Ingrid Bergman dirigé par Hitch...
Il est étonnant qu'Alfred n'aimait pas (je crois) ce film. Pour ma part, c'est un de mes préférés de lui. Et Ingrid Bergman est dans un de ses meilleurs rôles.
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8872
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by feb »

Image
Il sera sans doute remplacé d'ici la fin du mois mais c'est une sacrée surprise. C'est un petit polar solide, franchement bien foutu, accompagné d'une bonne BO et il y a Rachel Ward.