Commentaires à propos de votre film du mois

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8872
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by feb »

Image
Somewhere in Time (1980)
+
Image
The Perks of Being a Wallflower (2012)
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 19930
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Supfiction »

feb wrote:
Image
Somewhere in Time (1980)
+
Image
The Perks of Being a Wallflower (2012)
Magnifique doublé romantique feb !

Quant à ton nouvel avatar, je ne m'en remets pas..
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 94754
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Jeremy Fox »

30 films pour juin et il est fort probable que mon film du mois sera également mon film de l'année.



Mon quarté :



Image

Image

Image

Image




Le résumé


* Deux jours, une nuit : Jean-Pierre et Luc Dardenne 2014 : 9/10

* Alamo (The Alamo) : John Wayne 1960 : 8.5/10

* Happiness Therapy (Silver Linings Playbook) : David O'Russell 2012 : 8/10
* Hannah et ses soeurs (Hannah and her Sisters) : Woody Allen 1986 : 8/10

* Comédie érotique d'une nuit d'été (A Midsummer Night's Sex Comedy) : Woody Allen 1982 : 7.5/10
* Attaque (Attack) : Robert Aldrich 1956 : 7.5/10
* Manhattan : Woody Allen 1979 : 7.5/10

* Le Témoin à abattre (Illegal) : Lewis Allen 1955 : 7/10
* Radio Days : Woody Allen 1987 : 7/10
* Le Désert des Tartares : Valerio Zurlini 1976 : 7/10
* September : Woody Allen 1987 : 7/10
* Une autre femme (Another Woman) : Woody Allen 1988 : 7/10
* Guerre et Amour (Love and Death) : Woody Allen 1976 : 7/10
* Annie Hall : Woody Allen 1977 : 7/10
* Hawaii police d'état (Hawaii Five-O) / Saison 12 : 1980 : 7/10

* La Rose pourpre du Caire (The Purple Rose of Cairo) : Woody Allen 1985 : 6.5/10

* Tellement proches : Olivier Nakache & Eric Toledano 2008 : 6/10
* Star Trek : J.J. Abrams 2009 : 6/10
* L'Empereur du Nord (Emperor of the North Pole) : Robert Aldrich 1973 : 6/10
* Sierra : Alfred E. Green 1950 : 6/10

* Les Fraises sauvages (Smultronstället) : Ingmar Bergman 1957 : 5.5/10
* Star Trek Into Darkness : J.J. Abrams 2013 : 5.5/10
* La Loi du milieu (Get Carter) : Mike Hodges 1971 : 5.5/10

* La Taupe (Tinker, Tailor, Soldier, Spy) : Tomas Alfredson : 5/10
* Sans mobile apparent : Philippe Labro 1971 : 5/10

* Gatsby le magnifique (The Great Gatsby) : Baz Luhrmann 2013 : 4.5/10

* La source (Jungfrukällan) : Ingmar bergman 1960 : 4/10
* Le Retour des Texas Rangers (The Texas Rangers Ride Again) : James P. Hogan 1940 : 4/10

* Cloverfield : Matt Reeves 2008 : 3.5/10
* Les Douze salopards (The Dirty Dozen) : Robert Aldrich 1967 : 3.5/10

* Le Shérif de fer (The Iron Sherif) : Sidney Salkow 1957 : 1/10
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4590
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by G.T.O »

Et, mon film est...surprise :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
suivi du beau Conte de la princesse Kaguya.
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16787
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Père Jules »

Jeremy Fox wrote:* La source (Jungfrukällan) : Ingmar bergman 1960 : 4/10
* Les Douze salopards (The Dirty Dozen) : Robert Aldrich 1967 : 3.5/10
:|
User avatar
origan42
Cadreur
Posts: 4292
Joined: 2 Feb 07, 17:22

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by origan42 »

Jeremy Fox wrote: il est fort probable que mon film du mois sera également mon film de l'année.
:D
Geoffrey Carter
Doublure lumière
Posts: 317
Joined: 9 Apr 14, 15:57

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Geoffrey Carter »

Jeremy Fox wrote:* Les Fraises sauvages (Smultronstället) : Ingmar Bergman 1957 : 5.5/10
* La source (Jungfrukällan) : Ingmar bergman 1960 : 4/10
:evil: :cry:
User avatar
BaronLundi
Electro
Posts: 826
Joined: 24 Jan 13, 12:41
Location: at the shop around the corner

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by BaronLundi »

Pas vu grand chose ce mois-ci, mais ça ne fait pas un pli.

Image

Quelle claque.


Hunger ★★★★★

13 Assassins ★★★★
School of Rock ★★★★

Lincoln ★★★
The Dark Knight Rises ★★★

Man of Steel ★★
World War Z ★★
The Adjustment Bureau ★★

Stargate ★
Field of Dreams ★


Notation
★★★★★ Excellent et au-delà
★★★★ Bien
★★★ Pas mal
★★ Bof
★ Nul et en-deçà
Dites non aux signatures
User avatar
origan42
Cadreur
Posts: 4292
Joined: 2 Feb 07, 17:22

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by origan42 »

FILM DU MOIS DE JUIN
Image
OPENING NIGHT (John Cassavetes, 1977) *****
Après avoir vu ce magnifique film et cette immense actrice, il va falloir que je me consacre sérieusement à la filmo de Cassavetes.

Puis par ordre de préférence:
Spoiler (cliquez pour afficher)
Le vent se lève (Hayao Miyazaki, 2013) *****

Souvenirs goutte à goutte (Isao Takahata, 1991) ****
La chute de la maison Usher (Jean Epstein, 1928) ****
Les hommes le dimanche (Robert Siodmark / Edgar G. Ulmer, 1930) ****
The Plague Dogs (Martin Rosen, 1982) ****
Solitude (Paul Fejos, 1928) ****
Faust (Alexandre Sokourov, 2011) ****
Jules César (Joseph Leo Mankiewicz, 1953) ****
Pompoko (Isao Takahata, 1994) ****

Meurtre sous contrat (Irving Lerner, 1958) ***
Norma Rae (Martin Ritt, 1979) ***
Hollywood Ending (Woody Allen, 2002) ***
Masques de cire (Michael Curtiz, 1933) ***
Camarades (Marin Karmitz, 1970) ***
La chute de la maison Usher (Roger Corman, 1960) ***
Coincée (Phil Karlson, 1955) ***
Églantine (Jean-Claude Brialy, 1972) ***
Un baquet de sang (Roger Corman, 1959) ***
J'ai tué ma mère (Xavier Dolan, 2009) ***

May in the summer (Cherien Dabis, 2014) **
Les beaux jours (Marion Vernoux, 2013) **
Police judiciaire (Maurice de Canonge, 1958) **
D'homme à hommes (Christian-Jaque, 1948) **
Le monde en marche (John Ford, 1934) **
Par la fenêtre (Gilles Grangier, 1948) **
Les amours imaginaires (Xavier Dolan, 2010) **
La femme aux bottes rouges (Juan Luis Buñuel, 1974) **

L'ennemi sans visage (Robert-Paul Dagan / Maurice Cammage, 1946) °
INTERPRÉTATION FÉMININE DU MOIS: GENA ROWLANDS (Myrtle Gordon dans 'Opening Night')
INTERPRÉTATION MASCULINE DU MOIS: JOHN GIELGUD (Cassius dans 'Jules César')
Last edited by origan42 on 1 Jul 14, 14:34, edited 2 times in total.
User avatar
Flavia
My Taylor is rich
Posts: 3797
Joined: 4 Jun 11, 21:27

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Flavia »

Geoffrey Carter wrote:
Jeremy Fox wrote:* Les Fraises sauvages (Smultronstället) : Ingmar Bergman 1957 : 5.5/10
* La source (Jungfrukällan) : Ingmar bergman 1960 : 4/10
:evil: :cry:

Je ne suis pas étonnée, Jeremy a un gros problème avec Ingmar. :mrgreen:
Federico
Producteur
Posts: 9462
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Federico »

Flavia wrote:
Geoffrey Carter wrote: :evil: :cry:
Je ne suis pas étonnée, Jeremy a un gros problème avec Ingmar. :mrgreen:
Qu'il prenne un krichprollch et ça ira mieux... :wink:
Image
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 17265
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Profondo Rosso »

Film du mois

1 Under the skin de Jonathan Glazer

Image

2 Le Roi de coeur de Philippe de Broca

Image

3 Le Monde de Suzie Wong de Richard Quine

Image

4 The Myth of The American Sleepover de David Robert Mitchell

Image

5 Génération Rebelle de Richard Linklater

Image

6 Five Star Final de Mervyn LeRoy

Image
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5701
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Thaddeus »

Film du mois de juin 2014


1. Bird People (Pascale Ferran, 2014)

Image


2. Stella Dallas (King Vidor, 1937)

Image


3. Vaudou (Jacques Tourneur, 1943)

Image

Mes découvertes en détail :
Spoiler (cliquez pour afficher)
L’ouragan de la vengeance (Monte Hellman, 1966)
Il y a des jours comme ça. On se réveille un beau matin, parfaitement honnête, et on se retrouve pris pour des bandits, pourchassé par la justice approximative de l’Ouest afin d’être pendu, contraint de fuir pour survivre, de tout abandonner, de prendre une famille en otage, de tuer à son tour. Cela se passe dans une lente et lourde atmosphère de fatalité immuable, d’inquiétude en aboi, de perplexité hagarde. Aucune enluminure stylistique, pas d’ajout factice pour dramatiser des situations sèches et élémentaires qui s’étirent, et où la plus absurde des méprises enclenche une engrenage infernal. Aussi loin de la plénitude romanesque que du cynisme grinçant, ce western décharné affirme une voix propre et singulière, même s’il s’inscrit parfaitement dans un certain courant de son époque. 4/6

Les poings contre les murs (David Mackenzie, 2013)
La prison, ses codes brutaux, ses règles hiérarchiques, ses petits trafics cachés sous le matelas ou dans l’anus, ses matons tantôt conciliants, tantôt vicieux, son mitard en cas d’insoumission, sa chaîne de clichés qui tourne en rond dans la cour pendant la promenade des tôlards. On connaît par cœur, alors comment cette énième plongée carcérale parvient-elle à autant agripper, stimuler, surprendre ? Parce qu’elle sait faire profil bas en ne relâchant pas la pression une minute, que l’attention est sans cesse bousculée par la peinture hyperréaliste du milieu, qu’elle suggère avec force le conflit entre violence et aspiration à la paix intérieure, que l’évolution de la relation père-fils, subtile et dégraissée, laisse entrevoir sans artifice la possibilité d’une rédemption. J'appelle cela une très belle surprise. 5/6

Bird people (Pascale Ferran, 2014)
Il faut chérir les propositions ambitieuses et originales comme celle-ci, qui misent sur des tours de force jamais hors de propos et poussent le spectateur à accepter la main qui lui est tendue. Première partie : un cadre saturé décide de s’affranchir de tout ce qui n’est plus une vie. Huis-clos intense en milieu hostile, dont chaque étape est à la fois une douleur et un soulagement. Deuxième partie : une jeune femme de chambre vit une expérience surnaturelle de liberté absolue. Segment funambule où rien ne compte plus qu’une audace candide à la Weerasethakul, la découverte émerveillée de l’instant. Reliée à la matière complexe de notre monde ultra-connecté, Ferran invite à sortir de son îlot solitaire pour nouer le contact, nous défaire de ce qui nous ligote, décoller très haut. C’est peu dire qu’un tel film fait du bien. 5/6

Blonde Vénus (Josef von Sternberg, 1932)
Le cinquième opus du couple Sternberg-Dietrich marque un net retrait de folie, d’excentricité et d’exotisme. Pas de subterfuge ou de décor fantaisiste, un formalisme moins poussé, et l’unique personnage de mère incarnée par la star. En rien préjudiciable, ce gain de sobriété stylistique se double d’un surplus de sensibilité, et si le film est peut-être le plus touchant de leur collaboration, c’est aussi le plus mésestimé. Car sur un canevas mélodramatique très pur, il laisse poindre la tristesse d’une trajectoire tiraillée entre la vie familiale, tendre mais sans attrait, et la séduction dangereuse d’une liaison adultère. Passant de la pureté à la dépravation, de la liberté rebelle à la soumission, l’héroïne gagne une humanité, une fragilité que la poésie de la mise en scène rend particulièrement expressives. 5/6

Crépuscule à Tokyo (Yasujirō Ozu, 1957)
C’est pour Ozu le film de tous les échecs. Échec du couple d’abord, avec cet homme divorcé suite à l’adultère de son épouse, son aînée qui a quitté foyer et mari velléitaire, sa cadette victime de la lâcheté de l’étudiant qui l’a mise enceinte. Échec du père ensuite, qui constate le fossé existant entre lui et sa fille, l’incompréhension creusée par des années de méprises et de malentendus. Échec de la mère enfin, qui ne peut renouer avec ses enfants et ne récolte, dans sa quête d’une réconciliation, que leur ressentiment – en sus peut-être d’une mort sur la conscience. Film le plus pessimiste de son auteur, cette chronique du délitement et de la détresse dépeint une famille disloquée, mais l’espoir qu’elle délivre in extremis annonce peut-être un nouveau départ, le cinéaste passant dès lors à la couleur. 4/6

Buffalo Bill et les indiens (Robert Altman, 1976)
Le célèbre héros de l’Ouest se mire avec autosatisfaction, se gargarise de maximes que lui seul comprend et bombe le torse en gérant son affaire sous chapiteau, la première entreprise de spectacle de la jeune Amérique. Altman lui fait mordre la poussière. Son image de combattant fier et épique est anéantie à la faveur d’un réjouissant exercice de dérision, en forme de farce démythifiante. Entouré de toute une équipe de professionnels (publicistes, secrétaires, historiens, producteurs), Buffalo Bill entretient le grand show de simulacres et de mensonges, s’enferme dans un espace clos (le cirque carnavalesque, que l’on ne quitte jamais) pour mieux s’enivrer, et le public avec lui, d’une représentation idéologique totalement fallacieuse. Tissée serrée, la satire est aussi drôle qu’intelligente. 5/6

X-men : Days of future past (Bryan Singer, 2014)
Après avoir manqué plusieurs épisodes (je crois), j’ai repris la série en cours de route. Normalisation de l’esthétique-bouillabaisse numérique, développements psychologiques sommaires, construction narrative à la va-comme-je-te-pousse autour d’un principe quand même un peu con (même en étant regardant sur les hypothèses SF), conception et conditionnement industriels du produit, avec son lot de rebondissements pas surprenants, de faux suspense téléphoné et de sentences signifiantes sur la-force-en-chacun-de-nous et le-futur-qui-n’est-jamais-écrit... Rien de nouveau, donc, sous le soleil du blockbuster dont je prends des nouvelles de temps à autre : pas désagréable et même plutôt distrayant, mais oublié dès la sortie de salle. 3/6

Le château du dragon (Joseph L. Mankiewicz, 1946)
Le conformisme de la première réalisation de Mankiewicz n’est qu’une impression de surface, et sa perversité bien réelle. Composant sur le canon de Rebecca, le cinéaste-scénariste dépasse les conventions du genre par son sens inné du non-dit et du mystère, et par la maîtrise d’une mise en scène qui contrôle chaque image et l'arrête à la juste frontière de l'effet visuel. Il suit une jeune fille naïve pétrie d’imagerie gothique qui se projette des rêves de princesse et qu’un riche cousin enferme dans son domaine seigneurial, vestige d’une féodalité européenne figée dans l’histoire depuis des lustres. Ce faisant, il témoigne déjà d’un goût de la désillusion romanesque et du portrait féminin qui, loin de ne faire qu’accuser l’héritage du romantisme victorien, affirment sa personnalité. De bien beaux débuts. 4/6

Jersey boys (Clint Eastwood, 2014)
Le réalisateur avait déjà tâté du biopic musical mais jamais avec un tel respect crâneur à toutes les conventions de l’ascension, de la gloire puis d’une chute précipitée par l’ivresse de la réussite et les querelles d’egos. En cela, il poursuit le projet paradoxal de ses précédents films : prêter le flanc aux critiques pour démontrer son aisance hors pair à les dépasser – l’apanage des meilleurs. Tirant le maximum des atouts dont elle dispose (fluidité consommée du récit, truculence des portraits, musicalité allègre des répliques et un savoureux Walken des familles en cerise sur le gâteau), l’aventure de ces quatre gominés des bas quartiers devenus stars (le rêve américain, encore et toujours) ne surprend donc pas mais elle séduit et file une jolie pêche, à l’image de son broadwayen générique final. 4/6

Mère et fils (Alexandre Sokourov, 1997)
Une mère va mourir et son fils l’accompagne. Dans ce poème en mouvement il y a peu de paroles : qu’y aurait-il encore à dire ? Mais il y a une grande douceur dans les gestes prodigués, l’amour qui lie ces deux êtres isolés au bout du monde, la proximité de leurs corps enlacés. La bande-son respire aux forces d’une nature vitale (le ciel, le vent, un orage). La forêt, avec son écorce brune et ses feuillages bruissants, vibre de couleurs chaudes contrastant avec le visage gris de l’agonisante. L’ailleurs passe au loin, une voile sur l’eau, un train qui barre le paysage d’une diagonale essoufflée. Les images travaillées, concaves ou anamorphosées, évoquent le romantisme d’un Friedrich et imposent l’exigence de ce film beau comme une liturgie funèbre. Cependant je l’admire plus qu’il ne me touche. 4/6

Europe 51 (Roberto Rossellini, 1952)
Rossellini fait ici rejouer la mort de son propre enfant à son actrice et filme l’héroïsme qui en découle comme une forme particulière de résilience. C’est donc presque à une autobiographie qu’il nous convie, en y maintenant son quotient paradoxal d’universalité. Grande bourgeoise en rupture avec la superficialité de la société capitaliste, Ingrid Bergman donne à percevoir de manière éloquente la lumière spirituelle de son personnage – lumière trop vive et déroutante pour ses proches, qui ne trouveront d’autre moyen pour l’éteindre que de la faire interner. Refusant autant l’utopie marxiste d’un paradis terrestre que celle, plus dogmatique, des voies chrétiennes, elle offre à la sainteté laïque un rayonnement qui exprime différemment, avec une force inédite, la morale du néoréalisme. 5/6

Vaudou (Jacques Tourneur, 1943)
Cinéaste de l’informulé, de l’indicible, de la suggestion des forces occultes qui s’épanchent dans le monde sensible dès lors qu’elles ont trouvé un point de fixation, Tourneur trouve ici un sujet idéal. Le martèlement obsédant des tams-tams, l’appel de la conque, la moiteur tropicale du décor haïtien, le noir et blanc évocateur, les ombres projetées par les plants de canne tandis que l’héroïne progresse vers la cérémonie nocturne, la démarche traînante d’un grand Noir aux yeux exorbités, la diction très calme des acteurs, étouffée comme dans un rêve, maintiennent une latence de l’horreur d’autant plus subtile que rien ne vient la concrétiser explicitement. Tout appartient ici au domaine secret de la nuit, tout crée un climat d’envoûtement maintenu jusqu’à la mort mystérieuse et apaisante du dénouement. 5/6

Stella Dallas (King Vidor, 1937)
C’est l’éternelle histoire de l’élévation sociale et de l’impossible conciliation entre sentiment et confort du paraître, entre ce vers quoi le cœur ramène et ce qu’il provoque de honte ou de déni. Stella a beau conquérir les classes supérieures, elle restera une prolétaire. Sa fille a beau se cacher d’elle devant ses riches amis, elle l’enlacera et l’embrassera aussitôt après. Fruit d’un amour inaliénable, leur lien ne se brisera que par le sacrifice de la mère, avec la bienveillance de sa fausse rivale (très belle scène où l’une "lègue" douloureusement Laurel à l’autre). Finesse infinie de l’étude psychologique, humour et fluidité sans faille de la narration, engagement grandiose de Barbara Stanwick : film superbe qui atteint sur la fin, terriblement poignante, les cimes sirkiennes de Tout ce que le ciel permet et Mirage de la Vie. 5/6

La dernière vague (Peter Weir, 1977)
Le changement d’époque et de cadre n’altère pas les penchants du réalisateur, après Hanging Rock, pour le fantastique suggestif et l’inquiétude irrationnelle. Son goût de l’énigmatique, du magique, de l’ambigüité est à nouveau flatté. À Sydney, murs de béton, buildings modernes, matérialisme de la civilisation blanche n’ont pas étouffé la voix secrète de la culture aborigène, ses légendes ancestrales, ses rites de sorcellerie, ses lois tribales qui agissent comme un retour presque géologique de son refoulé. En s’appuyant sur ce conflit, Weir bâtit un film-catastrophe qui tâtonne pendant un long moment, pâtit d’une faux-rythme étrange mais sans doute nécessaire pour créer l’atmosphère d’apocalypse en suspens que la dernière partie, plus réussie, parvient à créer. Inabouti mais original. 3/6

Xiao Wu, artisan pickpocket (Jia Zhang-ke, 1997)
Jia Zhang-ke dit s’être inspiré du fameux film de Bresson mais c’est plutôt du côté du néoréalisme italien qu’il faudrait chercher l’inspiration de son premier essai. Car si l’on ne saura rien de la technique de son jeune pickpocket aux vêtements trop vastes et aux manches trop longues, il nous est donné une image désabusée d’une petite ville provinciale de la Chine contemporaine, coincée entre modernité et tradition : un morceau de tiers monde, avec ses escrocs et ses entraîneuses, ses gens désœuvrés qui ne cessent de fumer, ses petits trafics et ses quartiers délabrés qu’on finit par démolir pour ne rien reconstruire à la place. Chronique sociale relâchée d’un pays en transition, dont la langueur et l’absence d’enjeu dramatique peuvent user la patience. 3/6

Le criminel (Orson Welles, 1946)
Trop dur d’être un génie : même lorsqu’il cherche à démontrer qu’il peut "faire un film comme tout le monde" (sic), Welles reste loin au-dessus de la mêlée. En traitant de la reconversion des criminels nazis en fuite, il tire un suspense vénéneux sur la séduction du mal au sein de l’atmosphère néoclassique de la Nouvelle-Angleterre. Magnétique et ambigu, il incarne un professeur respectable qui assassine dans les bois, griffonne une croix gammée lorsqu’il se sent aux abois, manipule une Loretta Young envoûtée et joue au chat et à la souris avec Edward G. Robinson. Le dénouement, avec l’horloge baroque et Mittleuropa, parachève le brio contenu de ce film faussement soumis aux codes traditionnels, et dont les personnages transmettent à l’image la sensation d’une extrême instabilité. 5/6


Et aussi :

Ugly (Anurag Kashyap, 2013) - 4/6
The rover (David Michôd), 2014) - 4/6
Black coal (Yinan Diao, 2014) - 4/6
La ritournelle (Marc Fitoussi, 2014) - 5/6
Mort à l'arrivée (Annabel Jankel & Ricky Morton, 1988) - 4/6
Under the skin (Jonathan Glazer, 2013 ) - 4/6
Le procès de Viviane Amsalem (Ronit & Shlomi Elkabetz, 2014) - 5/6
Image

Films des mois précédents :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Mai 2014 - Léon Morin, prêtre (Jean-Piere Melville, 1961) Top 100
Avril 2014L’homme d’Aran (Robert Flaherty, 1934)
Mars 2014 - Terre en transe (Glauber Rocha, 1967)
Février 2014 - Minnie et Moskowitz (John Cassavetes, 1971)
Janvier 2014 - 12 years a slave (Steve McQueen, 2013)
Décembre 2013 - La jalousie (Philippe Garrel, 2013)
Novembre 2013 - Elle et lui (Leo McCarey, 1957)
Octobre 2013 - L'arbre aux sabots (Ermanno Olmi, 1978)
Septembre 2013 - Blue Jasmine (Woody Allen, 2013)
Août 2013 - La randonnée (Nicolas Roeg, 1971) Top 100
Juillet 2013 - Le monde d'Apu (Satyajit Ray, 1959)
Juin 2013 - Choses secrètes (Jean-Claude Brisseau, 2002)
Mai 2013 - Mud (Jeff Nichols, 2012)
Avril 2013 - Les espions (Fritz Lang, 1928)
Mars 2013 - Chronique d'un été (Jean Rouch & Edgar Morin, 1961)
Février 2013 - Le salon de musique (Satyajit Ray, 1958)
Janvier 2013 - L'heure suprême (Frank Borzage, 1927) Top 100
Décembre 2012 - Tabou (Miguel Gomes, 2012)
Novembre 2012 - Mark Dixon, détective (Otto Preminger, 1950)
Octobre 2012 - Point limite (Sidney Lumet, 1964)
Septembre 2012 - Scènes de la vie conjugale (Ingmar Bergman, 1973)
Août 2012 - Barberousse (Akira Kurosawa, 1965) Top 100
Juillet 2012 - Que le spectacle commence ! (Bob Fosse, 1979)
Juin 2012 - Pique-nique à Hanging Rock (Peter Weir, 1975)
Mai 2012 - Moonrise kingdom (Wes Anderson, 2012)
Avril 2012 - Seuls les anges ont des ailes (Howard Hawks, 1939) Top 100
Mars 2012 - L'intendant Sansho (Kenji Mizoguchi, 1954)
Février 2012 - L'ombre d'un doute (Alfred Hitchcock, 1943)
Janvier 2012 - Brève rencontre (David Lean, 1945)
Décembre 2011 - Je t'aime, je t'aime (Alain Resnais, 1968)
Novembre 2011 - L'homme à la caméra (Dziga Vertov, 1929) Top 100 & L'incompris (Luigi Comencini, 1966) Top 100
Octobre 2011 - Georgia (Arthur Penn, 1981)
Septembre 2011 - Voyage à Tokyo (Yasujiro Ozu, 1953)
Août 2011 - Super 8 (J.J. Abrams, 2011)
Juillet 2011 - L'ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987)
Last edited by Thaddeus on 2 Mar 17, 14:19, edited 1 time in total.
User avatar
Flavia
My Taylor is rich
Posts: 3797
Joined: 4 Jun 11, 21:27

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by Flavia »

origan42 wrote:
Spoiler (cliquez pour afficher)
FILM DU MOIS DE JUIN
Image
OPENING NIGHT (John Cassavetes, 1977) *****[/center]
Après avoir vu ce magnifique film et cette immense actrice, il va falloir que je me consacre sérieusement à la filmo de Cassavetes.
8) Si tu découvres Cassavetes, je te recommande Une femme sous influence, Gena Rowlands y est extraordinaire ainsi que Peter Falk, le film est bouleversant et profondément humain.
User avatar
gnome
Iiiiiiil est des nôôôôtres
Posts: 19845
Joined: 26 Dec 04, 18:31
Location: sleeping in the midday sun...

Re: Commentaires à propos de votre film du mois

Post by gnome »

Flavia wrote:
Geoffrey Carter wrote: :evil: :cry:

Je ne suis pas étonnée, Jeremy a un gros problème avec Ingmar. :mrgreen:
Je l'admire, il persévère malgré tout...
Image