Luc Besson

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Luc Besson fait-il du cinéma français ?

Heu... on va dire que oui
33
28%
Non ! C'est de la merde américaine emballée dans de la merde française !!
34
29%
Parce qu'il fait encore du cinéma, c'lui là ?!!
26
22%
Mais, arrêtez vos conneries, il va faire fermer le forum ( et le site ) !!
26
22%
 
Total votes: 119

User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 40881
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Re: Luc Besson

Post by Rockatansky »

Oui ça me semble plus cohérent
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 24136
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: Luc Besson

Post by tenia »

hansolo wrote:Du côté des femmes, Mélanie Laurent est la seule réalisatrice à faire partie des dix premiers du classement grâce à son dernier long-métrage Plonger.
:shock:
Combien a-t'elle touché pour ce machin ?
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13090
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: Luc Besson

Post by hansolo »

tenia wrote:
hansolo wrote:Du côté des femmes, Mélanie Laurent est la seule réalisatrice à faire partie des dix premiers du classement grâce à son dernier long-métrage Plonger.
:shock:
Combien a-t'elle touché pour ce machin ?
Presque un million :
https://www.challenges.fr/cinema/luc-be ... -plonger_7
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 40881
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Re: Luc Besson

Post by Rockatansky »

Ce que je trouve énorme c'est la répartition Salaire/DA, à mon avis il doit y avoir les droits du scénario qu'elle a du amener avec elle
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
mannhunter
Laspalès
Posts: 15917
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Re: Luc Besson

Post by mannhunter »

Vu le box office du film ( http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=17444 ), elle devrait toucher un peu moins pour sa prochaine réalisation...
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13090
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: Luc Besson

Post by hansolo »

hansolo wrote:
tenia wrote: :shock:
Combien a-t'elle touché pour ce machin ?
Presque un million :
https://www.challenges.fr/cinema/luc-be ... -plonger_7
Étonnement le lien qui était encore juste quand je l''ai posté il y a 30 mn ne dirige plus vers le salaire de Mélanie Laurent :shock:
Page déréférencée ...

*Cinefinances.info précise que Mélanie Laurent, la réalisatrice de Plonger, ne figure pas dans le palmarès des dix cinéastes les mieux payés, contrairement à ce qui avait été précédemment indiqué. Aucune femme n’en fait donc partie."

http://www.lemonde.fr/economie/article/ ... oqyDfOE.99
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13090
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: Luc Besson

Post by hansolo »

Netflix en passe de s'offrir EuropaCorp
https://www.lesechos.fr/tech-medias/med ... 165303.php

Ca ne semble pas un poisson d'avril.
Valerian a précipité la chute du studio (sans compter Renegades jamais sorti, Coexister qui s'est vautré).
Je vois bien Besson garder la franchise Taxi.
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
Shin Cyberlapinou
Machino
Posts: 1461
Joined: 1 Feb 09, 09:51

Re: Luc Besson

Post by Shin Cyberlapinou »

Coexister a fait 600.000 entrées, score au fond correct, mais sauf score à la Intouchables (et encore) ce n'est pas une comédie française de moyenne envergure qui allait éponger les pertes d'un blockbuster à 200 millions... C'est finalement en sortant de son modèle standard de budget intermédiaire (j'avais lu l'expression "blockbuster lowcost" et il y a de ça) que Besson s'est planté, un peu comme la Cannon en son temps, mais il a la capacité pour rebondir à défaut de redevenir le mogul qu'il était il n'y a pas si longtemps. Pas vu et pas vraiment envie de voir Valérian mais au moins le pari était osé.
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13090
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: Luc Besson

Post by hansolo »

Shin Cyberlapinou wrote:Coexister a fait 600.000 entrées, score au fond correct, mais sauf score à la Intouchables (et encore) ce n'est pas une comédie française de moyenne envergure qui allait éponger les pertes d'un blockbuster à 200 millions...
On est d'accord, l'echec de Coexister (budget de 11 M$) est une goutte d'eau dans l'océan des pertes de EuropaCorp.
En revanche Renegades (au budget estimé a 80 M$) qui n'en fini plus de ne pas sortir; c'est bien plus problématique: je ne sais pas s'il est déja arrivé qu'un film de ce budget sorte en DTV ?! Même Cloverfield 3 n'a pas couté autant :!:

Taxi 5 limitera sans doute les dégâts, mais ne renflouera pas le navire ...
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
User avatar
Rockatansky
Le x20, c'est dangereux
Posts: 40881
Joined: 13 Apr 03, 11:30
Last.fm
Liste DVD

Re: Luc Besson

Post by Rockatansky »

hansolo wrote:Netflix en passe de s'offrir EuropaCorp
https://www.lesechos.fr/tech-medias/med ... 165303.php

Ca ne semble pas un poisson d'avril.
Valerian a précipité la chute du studio (sans compter Renegades jamais sorti, Coexister qui s'est vautré).
Je vois bien Besson garder la franchise Taxi.
La franchise Taxi appartient aussi à ARP.
Clear Eyes, Full Hearts Can't Lose !
« S’il est vrai que l’art commercial risque toujours de finir prostituée, il n’est pas moins vrai que l’art non commercial risque toujours de finir vieille fille ».
Erwin Panofsky
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 22906
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Luc Besson

Post by Commissaire Juve »

J'ai découvert Valérian ce ouiquènde et -- à quelques kitscheries près -- j'ai trouvé ça très sympa.

Entendons-nous : dans tous ces films qui se passent dans l'espace, ce qui me branche, ce sont les voyages et la machinerie (les vaisseaux spatiaux, tout ça).

Donc, ça m'a plu. Et je ne m'explique pas que le film n'ait pas cartonné au même titre que des trucs du genre Transformers ou Pacific Rim qui ne volent pas plus haut (Pacific Rim... franchement... 130 minutes de baston presque illisible entre des robots géants et des monstres qui ne ressemblent à rien, difficile de faire plus stupide... mais c'est dit sans condescendance : car je me délecte très régulièrement de ce genre de "produit").

J'ajoute que mon petit coeur a craqué pour Laureline (même si -- quel gâchis -- la mère Delevingne n'est pas vraiment "an option").

ET... ET... j'ai fini par re-sortir mon BLU de Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec... surtout pour voir s'il fonctionnait toujours. :mrgreen:

Je ne l'avais pas revu depuis 7 ans et 4 mois. Et... abtraction faite de la séquence du vol à dos de ptérodactyle (complètement foirée)... j'ai trouvé qu'il avait plutôt bien vieilli.

J'ai bien aimé -- notamment -- la séquence égyptienne et la séquence musée du Louvres (sympas, les petites momies... j'ai trouvé qu'elles avaient de la tenue comparées à celles des Brendan Fraser).

La façon anachronique de faire parler les personnages m'avait fait tiquer à l'époque (il n'y a pas de "z'y va", mais il y a du "Dégage" et du "Ramsès de mes deux") . Sept ans plus tard, ça m'a fait sourire.

Quant à Louise Bourgoin, souvent charmante, elle s'était très bien démerdée.

Bref : pas si mal... mais il faut faire l'effort d'oublier le "à dada sur mon ptérodactyle".

Prochaine étape : revoir Lucy... le bon gros fumage de moquette...
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
hansolo
David O. Selznick
Posts: 13090
Joined: 7 Apr 05, 11:08
Location: In a carbonite block

Re: Luc Besson

Post by hansolo »

Commissaire Juve wrote: J'ajoute que mon petit coeur a craqué pour Laureline (même si -- quel gâchis -- la mère Delevingne n'est pas vraiment "an option").
Pour ma part j'ai du mal a comprendre qu'elle suscite l'engouement :?:
Je ne lui trouve aucun charme et son rôle est antipathique a souhait (a peu près autant que Dane DeHaan ...)
Et je ne m'explique pas que le film n'ait pas cartonné au même titre que des trucs du genre Transformers ou Pacific Rim qui ne volent pas plus haut (Pacific Rim... franchement... 130 minutes de baston presque illisible entre des robots géants et des monstres qui ne ressemblent à rien, difficile de faire plus stupide... mais c'est dit sans condescendance : car je me délecte très régulièrement de ce genre de "produit").
Pacific Rim, ca n'a pas cartonné! Un score passable aux US et dans le monde: sans la Chine, ça faisait 300 M$ en tout.
Et même avec la Chine, on arrive a 410 M$ - de quoi assurer une legere rentabilité ... et encourager a faire une suite qui, encore une fois, devra son "salut" a la Chine - a des niveaux bien plus faibles cependant: avec le cout du film + le budget promo, la suite aura du mal a être rentable.

Bref on peut penser que Besson a eu de la "chance" que Valerian ne marche pas trop fort: le film aurait fait 50/100 M$ de plus, il aurait été capable de claquer le double dans une suite qui se serait vautrée ;)
- What do you do if the envelope is too big for the slot?
- Well, if you fold 'em, they fire you. I usually throw 'em out.

Le grand saut - Joel & Ethan Coen (1994)
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Luc Besson

Post by Thaddeus »

Parce que même lui a droit à un récap.


Image



(en italiques : films découverts en salle à leur sortie)


Le dernier combat
C’est un film-gageure, pas tellement éloigné de La Guerre du Feu sorti un an plus tôt. Mais si Annaud se tournait vers un passé lointain, Besson se projette dans un futur sinistre où la tempête a soufflé ce qui restait de civilisation. Un solitaire survit au sein d’un Paris détruit, retranché au dernier étage d’une tour engloutie sous les sables. Dans le huis clos minéral de ce monde mort, le cinéaste détaille les sentiments et l’énergie de personnages luttant pour empêcher un ultime enlisement. L’œil et l’oreille débarrassés de tous les clichés du genre, on découvre alors la force d’un regard, la puissance d’un geste simple et la peur que peut engendrer un seule son. Par son climat insolite et angoissant, sa poésie singulière, son réalisme concret, ses partis pris audacieux, la proposition suscite une franche adhésion. 4/6

Subway
En phase avec la musique électronique de Serra, le réalisateur développe déjà toute sa panoplie d’esthète chichiteux et branchouille, entre mouvance publicitaire technoïde et poésie fluorescente pour ados. L’important c’est le rythme, les couleurs, le chic, le choc, la mode. D’un certain point de vue cette odyssée cherchant à puiser l’imaginaire aux marges de la vie normale est un autoportrait du cinéma français des années 80, dans ses tentations et ses pentes : la volonté de faire du Carpenter urbain (tendance New York 1997) le dispute au repli vers un comique franchouillard où des flics grognons et lippus engueulent des seconds débiles. On peut trouver un certain charme à la faune bigarrée et hétéroclite, à la chevelure platine de Lambert, à la garde-robe d’Adjani, même si aujourd’hui la ringardise prévaut. 3/6

Le grand bleu
Il serait excessif de sortir le lance-flammes pour démonter ce film-culte d’une génération, sans importance particulière mais pas non plus honteux. Car si Besson n’a pas trouvé sa baleine blanche, du moins offre-t-il un voyage personnel, presque mystique, tenant davantage de la fuite utérine, du refus du monde sensible, que de la soif de liberté. Si l’on laisse son cynisme au vestiaire, on voit alors un récit d’aventures traditionnel vis-à-vis duquel il joue le jeu en l’outrant dans deux sens. D’abord il privilégie le schéma au dépends de l’enrobage romanesque, ensuite il met le paquet sur l’aspect spectaculaire (la mer, la plongée sous-marine, les dauphins), résultat de son goût pour le milieu naturel décrit. Et puis retrouver Rosanna Arquette et Griffin Dunne est une petite joie qui parle au fan d’After Hours que je suis. 3/6

Nikita
Le cinéaste a parfaitement révisé le cinéma hong-kongais, en a intégré les nouvelles normes à sa forme jeuno-branchouille. Et ça marche super bien. Parce que derrière la stylisation offensive du thriller noir et claustro éclot une forme naïve et émouvante, étonnamment fleur bleue, de romantisme. Lorsqu’elle tue, Nikita ne peut s’empêcher de pleurer ce qu’on a lui volé et qu’elle ne peut avouer à l’amoureux avec qui elle voudrait refaire sa vie. Le réalisateur sait mener un récit, entretenir une tension, filmer l’action, tirer de l’univers opaque des services secrets (totalement fantasmé et irréaliste, mais peu importe) une véritable fascination. Quant aux acteurs (Parillaud, Anglade, Karyo), ils sont tous excellents, aussi investis que complémentaires. Si Besson a fait un bon film dans sa carrière, il est là. 5/6

Léon
S’il ne fallait qualifier qu’un seul film au monde de poubelle nauséeuse, alors peut-être choisirais-je celui-ci. Le pire n’est pas encore constitué par les penchants stylistiques les plus horripilants de Besson, par ces plans m’as-tu vu en recherche constante de performance, par ces filtres esthétisants d’une insondable vulgarité. Il ne tient pas non plus à cette pseudo-poésie de maternelle qui fait s’attendrir sur un tueur neuneu et trop gentil (la preuve, il épargne femmes et enfants), dont le seul ami est une plante verte. Il réside dans l’irresponsabilité crasse consistant à rendre jolie l’ultraviolence, à montrer avec empathie et la plus abjecte complaisance un homme initier une gamine à la vengeance et au meurtre, et le justifier parce que les salauds en ce bas monde sont pléthoriques. Totalement gerbant. 0/6

Le cinquième élément
Si l’on admet que la candeur adolescente du cinéma de Besson frise la débilité régressive, alors on peut se laisser divertir par cette grosse machinerie de SF, puisant tantôt chez Mézières, tantôt dans Blade Runner, Brazil ou Total Recall, où les personnages sont autant de commentateurs que les acteurs de ce qu’ils font, et où chacun est un peu la parodie de lui-même. Pour cacher le vide sidéral d’un scénario bêtement édifiant, le cinéaste applique une recette du remplissage survitaminé qui n’est pas sans produire certains effets vaguement hallucinogènes, parfois même presque euphorisants : plus de décors chics, de costumes arty, de mouvements de caméra, de couleurs flashy, de boums, de bangs et de badaboums. Et le résultat, fantaisiste à souhait, procure un sentiment de légèreté assez heureux. 3/6

Jeanne d’Arc
Après tant d’autres Jeanne, voici celle de Besson, farouche, blonde, pleine de fièvre exaltée et d’un courage fougueux. Guerrière avant d’être sainte, animée d’un patriotisme inébranlable ou bien d’une haine viscérale envers les Anglais, c’est une jeune fille portée par une secrète soif de vengeance dont l’alibi divin n’est autre que le vecteur opportun. Contre toute attente, Besson ose donc l’ambigüité, le trouble, le doute, et insuffle au portrait de la pucelle une âpreté jamais exempte de compassion. S’il articule son propos à gros traits et verse régulièrement dans un patchwork formel bien chargé qui mêle le sword and sorcery, le gore, le préraphaélisme ou l’imagerie new age, il interroge avec une certaine perspicacité la frontière floue entre la foi et le fanatisme, l’aspiration à la grâce et la vanité narcissique. 4/6


Mon top :

1. Nikita (1990)
2. Le dernier combat (1982)
3. Jeanne d’Arc (1999)
4. Le grand bleu (1988)
5. Le cinquième élément (1997)

Cela fera bientôt vingt ans que je n’ai pas vu un film de Besson, étendard d’un cinéma jeuniste et formaliste qui, pour beaucoup, s’est métamorphosé depuis en emblème de l’embourgeoisement crétinisant, en symbole de l’industrie commerciale dans ce qu’elle de plus cynique et débilitante. Je réserverai donc mon jugement sur la seconde moitié de la carrière du cinéaste ; mais la première, bien que lourdement plombée par sa naïveté, sa désuétude esthétique, sa tentation du vide, n’est pas sans éclats ni quelques réelles qualités (même si le bonhomme a peut-être réalisé le film que je déteste le plus au monde).
1kult
Monteur
Posts: 4628
Joined: 27 Sep 10, 00:54

Re: Luc Besson

Post by 1kult »

Commissaire Juve wrote:J'ai découvert Valérian ce ouiquènde et -- à quelques kitscheries près -- j'ai trouvé ça très sympa.

Et je ne m'explique pas que le film n'ait pas cartonné au même titre que des trucs du genre Transformers ou Pacific Rim qui ne volent pas plus haut
Chiffres France :

Transformers (2007) : 1 984 829 entrées
Transformers 2: La Revanche (2009) 2 276 748 entrées
Transformers 3: La Face cachèe de la lune (2011) : 2 622 932 entrées
Transformers: L'Âge de l'exctinction (2014) : 2 343 189 entrées
Transformers: The Last Knight (2017) : 1 412 540 entrées

Pacific Rim : 1 019 101 entrées

Valérian : 4 040 253 entrées
1Kult.com, le Webzine du cinéma alternatif en continu !
------------
Le site : http://www.1kult.com
Le facebook : http://www.facebook.com/1kult
le twitter : http://www.twitter.com/1kult
Le compte viméo : http://www.vimeo.com/webzine1kult
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 22906
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Luc Besson

Post by Commissaire Juve »

1kult wrote:
Commissaire Juve wrote:J'ai découvert Valérian ce ouiquènde et -- à quelques kitscheries près -- j'ai trouvé ça très sympa.

Et je ne m'explique pas que le film n'ait pas cartonné au même titre que des trucs du genre Transformers ou Pacific Rim qui ne volent pas plus haut
Chiffres France :

Transformers (2007) : 1 984 829 entrées
Transformers 2: La Revanche (2009) 2 276 748 entrées
Transformers 3: La Face cachèe de la lune (2011) : 2 622 932 entrées
Transformers: L'Âge de l'exctinction (2014) : 2 343 189 entrées
Transformers: The Last Knight (2017) : 1 412 540 entrées

Pacific Rim : 1 019 101 entrées

Valérian : 4 040 253 entrées
Très intéressant. Au temps pour moi. EDIT : cela dit, en millions de dollars, c'est peut-être très différent ?
hansolo wrote:
Commissaire Juve wrote: J'ajoute que mon petit coeur a craqué pour Laureline (même si -- quel gâchis -- la mère Delevingne n'est pas vraiment "an option").
Pour ma part j'ai du mal a comprendre qu'elle suscite l'engouement :?:
Je ne lui trouve aucun charme et son rôle est antipathique a souhait (a peu près autant que Dane DeHaan ...)
Aucun charme ? Eh ben, tant pis pour toi ! :mrgreen: Moi, j'en ferais bien mon quatre-heures !

EDIT : si tu connais Opération Corned Beef, j'ai eu à peu près la même réaction que Jean Reno quand il découvre que sa femme est la maîtresse de Christian Clavier. :lol:

Notamment quand elle apparaît dans sa combinaison spatiale (mais la séquence du maillot de bain est déjà une belle entrée en matière).
-- Ah, la vache !
Spoiler (cliquez pour afficher)
:lol:

Quant à DeHaan : il en a pris plein la tronche pour pas un rond... là, aussi, je n'ai pas trop compris. Je ne le connais pas, j'ai trouvé qu'il avait fait le job.

Si on parle d'antipathie, je dois pouvoir faire une liste de comédien(ne)s autrement plus renommé(e)s qui me sont parfaitement antipathiques. Les goûts, les couleurs.
Last edited by Commissaire Juve on 5 Apr 18, 11:54, edited 4 times in total.
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...