Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17926
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Kevin95 »

Père Jules wrote:
Kevin95 wrote: il n'est pas de bon ton de dire son admiration du cinéma de Tarantino (en tout cas dans mon environnement).
Le problème avec ta remarque c'est qu'elle laisse penser que ceux qui n'apprécie pas "franchement" (clin d'oeil à jacques 2) le cinéma de Tarantino sont de mauvaise foi et/ou adopte une posture "je suis au-dessus de ces âneries pour ados attardés".

Il me semble qu'au-delà de ces jugements de valeur il est tout de même possible de ne pas aimer Tarantino sur la forme.
Ah non pas du tout, je pensais plus au ricanement déstabilisant de certains "érudits" quand on déclare adorer le cinéma de Tarantino. :wink:

J'ai le souvenir d'un prof de cinéma qui m'ait descendu lorsque j'ai cité un film du monsieur.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
jacques 2
Régisseur
Posts: 3172
Joined: 17 May 10, 17:25
Location: Liège (en Wallonie)

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by jacques 2 »

Jeremy Fox wrote:
Kevin95 wrote: il n'est pas de bon ton de dire son admiration du cinéma de Tarantino (en tout cas dans mon environnement).
Le grand écart Doris Day-Esther Williams / Tarantino fait encore plus s'arrondir les yeux ; on a du mal à comprendre comment je peux aimer à la fois avec autant de passion les "mièvreries sucrées" hollywoodiennes et le cinéma de "ultra-violent" (sic!) de Quentin :lol:
Amusant que tu parles de Doris Day puisque tu m'as justement donné envie de redécouvir cette actrice dont je n'ai gardé qu'un souvenir très diffus : femme certes magnifique mais image très - trop - lissée par le temps.
Du coup, je me suis commandé le coffret Warner et ai ressorti "l'homme qui en savait trop" pour la revoir en attendant ...

Et oui, ce genre d'écart que je pratique aussi volontiers c'est de l'éclectisme, non ?
Càd refuser les idées reçues, garder intacte sa curiosité et picorer dans tous les genres en cherchant le meilleur ...

:)
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 46015
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Flol »

hellrick wrote:
Kevin95 wrote: il n'est pas de bon ton de dire son admiration du cinéma de Tarantino (en tout cas dans mon environnement).
Bizarre, je pensais - sincèrement - que c'était justement un mec qui faisait l'unanimité...
Je ne sais pas dans quel environnement évolue Kevin, mais dans le mien, Tarantino est plutôt vu comme LE réalisateur hype par excellence, celui que si tu l'aimes pas, on te regarde chelou.
Je le sais d'autant plus que je vis ça quasi tous les jours (en tout cas, ceux où on est amenés à évoquer l'ami Quentin). Et pas de pose là-dedans, c'est vraiment que son cinéma ne me touche pas plus que ça, y compris Pulp Fiction qui a tendance à m'ennuyer (malgré quelques séquences portées par la grâce).
Last edited by Flol on 27 Sep 11, 18:44, edited 1 time in total.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17926
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Kevin95 »

Ratatouille wrote:
hellrick wrote:
Bizarre, je pensais - sincèrement - que c'était justement un mec qui faisait l'unanimité...
Je ne sais pas dans quel environnement évolue Kevin, mais dans le mien, Tarantino est plutôt vu comme LE réalisateur hype par excellence, celui que si tu l'aimes pas, on te regarde chelou.
Je le sais d'autant plus que je vis ça quasi tous les jours (en tout cas, ceux où on est amenés à évoquer l'ami Quentin). Et pas de pose là-dedans, c'est vr
A vous lire je vis dans la troisième dimension... :lol:

Non, c'est juste que le père Tarantino étant trop perçu comme un produit du "système", son cinéma est vu comme futilité à la mode (enfin faudrait leurs demander).
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25580
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Ouf Je Respire »

Kevin95 wrote:A vous lire je vis dans la troisième dimension... :lol:
Ca tombe bien pour toi: la troisième dimension, c'est la profondeur. :wink:
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17926
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Kevin95 »

Ouf, little dick wrote:
Kevin95 wrote:A vous lire je vis dans la troisième dimension... :lol:
Ca tombe bien pour toi: la troisième dimension, c'est la profondeur. :wink:
Heuuuu je n'ai pas compris :oops:
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
ed
Le Cary de l'hypoténuse
Posts: 24813
Joined: 19 Jan 06, 15:33
Location: Californie, années 50

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by ed »

Kevin95 wrote:
Ouf, little dick wrote: Ca tombe bien pour toi: la troisième dimension, c'est la profondeur. :wink:
Heuuuu je n'ai pas compris :oops:
Vivre dans la troisième dimension, c'est pas trop grave, ça donne du relief.
C'est vivre dans la quatrième qui poserait problème :wink:
Me, I don't talk much... I just cut the hair
Image
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 46015
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Flol »

Kevin95 wrote:
Ratatouille wrote: Je ne sais pas dans quel environnement évolue Kevin, mais dans le mien, Tarantino est plutôt vu comme LE réalisateur hype par excellence, celui que si tu l'aimes pas, on te regarde chelou.
Je le sais d'autant plus que je vis ça quasi tous les jours (en tout cas, ceux où on est amenés à évoquer l'ami Quentin). Et pas de pose là-dedans, c'est vr
A vous lire je vis dans la troisième dimension... :lol:

Non, c'est juste que le père Tarantino étant trop perçu comme un produit du "système", son cinéma est vu comme futilité à la mode (enfin faudrait leurs demander).
C'est moche, tu m'as quoté alors que j'avais pas fini d'écrire mon message. :|
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 22858
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by AtCloseRange »

Vrai?
Vroum?
Vrille?
Image
User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 24487
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by tenia »

C'est marrant, de mon côté, il est de bon ton d'adorer tout ce qu'a fait la monsieur (oui, même Death Proof, et bon, c'est dur quand même).

Genre, mon collègue (allemand, pourtant) qui va une fois par an au cinoche, un des derniers films bien qu'il ait vu, c'est Inglourious Basterds. :mrgreen:
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17926
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Kevin95 »

ed wrote:
Kevin95 wrote:
Heuuuu je n'ai pas compris :oops:
Vivre dans la troisième dimension, c'est pas trop grave, ça donne du relief.
C'est vivre dans la quatrième qui poserait problème :wink:
:lol: ah le con ! Merci (je devrais me relire des fois). :oops:
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17926
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Kevin95 »

Ratatouille wrote:C'est moche, tu m'as quoté alors que j'avais pas fini d'écrire mon message. :|
Ah désolé, je croyais que c'était le PC du boulot qui n'affichait pas la totalité du post.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Thaddeus »

Décidément on va m'accuser de faire une fixette sur QT.

J'apporte juste ma toute petite contribution quant au statut du cinéaste aujourd'hui, en exprimant mon étonnement face à cette idée selon laquelle il serait mal vu de l'adorer.

Heu... Je pense qu'il n'existe pas un réalisateur au monde, aujourd'hui, qui puisse revendiquer l'adoration absolue dont jouit le cinéaste. Le grand public l'adore, les geeks en sont fous, il est le dieu des cinéphages, l'intelligentsia le vénère (des Inrocks aux Cahiers, de Télérama au Monde, le bonhomme est encensé de partout). Bref, on est en pleine Tarantinomania. Je trouve comme Ratatouille qu'il est plutôt vu comme complètement out d'exprimer des réserves sur son cinéma.

Sinon j'adore Pulp Fiction aussi. :mrgreen:
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17926
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Kevin95 »

Seulement depuis Death Proof le vent commence à changer de sens, je trouve au contraire (du moins je l'ai subi) que de plus en plus de gens lèvent les yeux au ciel au nom de Tarantino comme à une époque on le faisait au nom de Spielberg (rien à voir entre eux deux hein mais c'est plus au niveau de leurs popularité).

Ça ne représente qu'une infime minorité des critiques / cinéphiles mais ça prends de l'importance.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Thaddeus »

Death Proof tout comme Inglourious Basterds étaient dans les premières places (quand ce n'est pas à la première place) de la plupart des tops annuels des places cardinales de la critique ciné française en 2007 et en 2009. Je suis un archiviste dans ce domaine, me croire sur parole. :mrgreen: Sur ce seul forum Dvdclassik, le dernier film de Tarantino a éclaté tous les autres dans le classement des internautes en 2009. Et ce ne sont que deux exemples symptomatiques.

Alors on va dire "infime", oui. Qu'une infime partie de gens remue face au consensus écrasant dont jouit le réalisateur, ça me semble bien montrer justement que la "norme", elle est bien du côté des défenseurs, pas l'inverse. Du coup, tenir des propos du genre "il n'est pas de bon ton de dire son admiration du cinéma de Tarantino", heu... :mrgreen: :wink: