Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15929
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Père Jules »

Je ne nie pas le côté spontanément jouissif de ce film.
Mais je trouve que le pied qu'on peut prendre à la première vision, ne tient pas la distance avec les visionnages successifs et les années.
Certaines scènes conservent un attrait indiscutable (le restau évidemment) mais le reste me parait globalement discutable sur le fond et démontre les limites de la cinéphagie de Tarantino.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90498
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Jeremy Fox »

Père Jules wrote:Je ne nie pas le côté spontanément jouissif de ce film.
Mais je trouve que le pied qu'on peut prendre à la première vision, ne tient pas la distance avec les visionnages successifs et les années.
.
Et bien justement, alors que j'avais hésité longtemps à le revoir en ayant peur de ça, ça fonctionne au contraire parfaitement avec moi au fil des revisions (je dois en être à 5)
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 20210
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Rick Blaine »

Père Jules wrote: Mais je trouve que le pied qu'on peut prendre à la première vision, ne tient pas la distance avec les visionnages successifs et les années.
Dans le cas de Pulp Fiction - que je trouve moins parfait que Jackie Brown par exemple -, autant le souvenir du film avait tendance à s'affadir un tout petit peu pour moi (sur le coté "tenir la distance"), autant je reprends un pied monstrueux à chaque fois que je le vois, maintenant je ne doute plus. :D
Jeremy Fox wrote: Et bien justement, alors que j'avais hésité longtemps à le revoir en ayant peur de ça, ça fonctionne au contraire parfaitement avec moi au fil des revisions (je dois en être à 5)
Edit: pareil en fait!!!
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15929
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Père Jules »

Jackie Brown est le seul film de Tarantino que je continue d'apprécier comme au premier jour. Là pour le coup c'est toujours aussi efficace.
Il m'apparait clairement comme son meilleur film. ;)
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 20210
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Rick Blaine »

Père Jules wrote:Jackie Brown est le seul film de Tarantino que je continue d'apprécier comme au premier jour. Là pour le coup c'est toujours aussi efficace.
Il m'apparait clairement comme son meilleur film. ;)
:D

Je suis un inconditionnel de Tarantino, et j'adore tous ses films - sauf Boulevard de la mort que je n'ai pas vu - mais Jackie Brown me semble effectivement son chef d’œuvre, le film dans lequel sa cinéphagie est le mieux digérée, dans lequel son montage est le plus efficace, avec en plus une B.O. d'exception et des plans magique: dès le premier travelling sur le tapis roulant pendant le générique, on ne peut que s'incliner!! :mrgreen:
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90498
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Jeremy Fox »

Rick Blaine wrote:
Père Jules wrote:Jackie Brown est le seul film de Tarantino que je continue d'apprécier comme au premier jour. Là pour le coup c'est toujours aussi efficace.
Il m'apparait clairement comme son meilleur film. ;)
:D

Je suis un inconditionnel de Tarantino, et j'adore tous ses films - sauf Boulevard de la mort que je n'ai pas vu - mais Jackie Brown me semble effectivement son chef d’œuvre, le film dans lequel sa cinéphagie est le mieux digérée, dans lequel son montage est le plus efficace, avec en plus une B.O. d'exception et des plans magique: dès le premier travelling sur le tapis roulant pendant le générique, on ne peut que s'incliner!! :mrgreen:
J'adore tous ses films y compris Boulevard de la mort (donc je te le conseille Rick). C'est vrai que Jackie Brown atteint une sorte de perfection et puis il possède une des fins les plus émouvantes que je connaisse (ah les yeux embués de tristesse de Robert Foster !) mais ma préférence ira toujours je pense à Pulp Fiction ne serait-ce que pour l'extraordinaire interprétation de Travolta.
jacques 2
Régisseur
Posts: 3172
Joined: 17 May 10, 17:25
Location: Liège (en Wallonie)

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by jacques 2 »

J'aime tous les films de Tarantino (sauf "Boulevard de la mort", ce qui n'est guère original ...) mais "Jackie Brown" est à mes yeux son meilleur par l'émotion toute en retenue, sans ostentation et l' histoire d'amour traitée avec pudeur mais sans mièvrerie ...
Et la BO qui, comme toujours, est parfaite ...

Un film excellentissime ... :D

Mais "Pulp fiction", je ne m'en lasse pas non plus : à un tel niveau d'excellence et de plaisir cinéphile, le combat est rude ...

Quant au débat à propos de la violence de ses films, il me paraît totalement ridicule et hors sujet : c'est une violence traitée de manière tellement irréaliste dans ses excès qu'elle s'en trouve désamorcée et tout sauf pernicieuse ...
On peut évidemment ne pas apprécier mais ce type de critiques, franchement ... :?
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90498
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Jeremy Fox »

jacques 2 wrote: Quant au débat à propos de la violence de ses films, il me paraît totalement ridicule et hors sujet : c'est une violence traitée de manière tellement irréaliste dans ses excès qu'elle s'en trouve désamorcée et tout sauf pernicieuse ...
On peut évidemment ne pas apprécier mais ce type de critiques, franchement ... :?

Je suis entièrement d'accord avec toi sur ce que j'ai souligné en gras ; mais il faut aussi accepter que d'autres aient une opinion contraire sans obligatoirement en passer par des relèvements de sourcils et des pff ressemblant à du mépris.

Ma femme n'a jamais tiqué sur la violence tarantinienne et a même fait voir ses films à nos filles alors qu'elles avaient à peine 12 ans ; en revanche, elle a toujours refusé de leur montrer la liste de Schindler aussi tôt. Moi j'en pensais tout le contraire ; ce n'est pas pour ça que l'un de nous avait tort ou raison et que nous allions nous battre à coups de 'franchement' :wink:
jacques 2
Régisseur
Posts: 3172
Joined: 17 May 10, 17:25
Location: Liège (en Wallonie)

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by jacques 2 »

Ce "franchement" ne me paraît guère excessif, ... très franchement ... :uhuh:
Plus sérieusement, ce genre de critique m'a toujours - me fera toujours - suer : et froncer les sourcils ne marque pas mon manque de respect mais plutôt mon incompréhension profonde face à ce type d'argument ...

Si tu veux lire de l'excessif, lis ce que Stark vient d'écrire à propos des 3 derniers opus de QT : dans le genre "sans nuances" il y va fort et c'est surprenant de sa part d'ailleurs ...

Sinon, nous sommes entre passionnés et nous ne nous envoyons - ni ne nous enverrons - de noms d'oiseaux : à partir de là, pas trop d'édulcoration quand même (puisque d'aucuns voudraient déjà édulcorer la violence à l'écran au nom des bons sentiments : débat aussi vieux que le Cinéma voire que l'Art en général)

:)
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90498
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Jeremy Fox »

jacques 2 wrote:Ce "franchement" ne me paraît guère excessif, ... très franchement ... :uhuh:
Plus sérieusement, ce genre de critique m'a toujours - me fera toujours - suer : et froncer les sourcils ne marque pas mon manque de respect mais plutôt mon incompréhension profonde face à ce type d'argument ...
Ok, c'est le smiley qui donne cette impression. Ceci dit, les anti-tarantino se trouvent devant la même incompréhension face à nos délires à propos de son cinéma. Quand j'affirme que Tarantino est le plus grand génie du cinéma actuel, je vois Bruce randylan faire des bonds derrière son écran par exemple :mrgreen:
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17929
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Kevin95 »

Jeremy Fox wrote:Quand j'affirme que Tarantino est le plus grand génie du cinéma actuel, je vois Bruce randylan faire des bonds derrière son écran par exemple :mrgreen:
Je te rejoins complètement dans cette affirmation mais le plus triste de l'affaire c'est que j'ai souvent honte de le dire, non que le talent de Tarantino soit affaire de subjectivité mais que le cinéaste est aussi médiatisé que détesté des puristes. Aussi pour éviter d'être assimilé à un adolescent victime médiatique il n'est pas de bon ton de dire son admiration du cinéma de Tarantino (en tout cas dans mon environnement).
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90498
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Jeremy Fox »

Kevin95 wrote: il n'est pas de bon ton de dire son admiration du cinéma de Tarantino (en tout cas dans mon environnement).
Le grand écart Doris Day-Esther Williams / Tarantino fait encore plus s'arrondir les yeux ; on a du mal à comprendre comment je peux aimer à la fois avec autant de passion les "mièvreries sucrées" hollywoodiennes et le cinéma de "ultra-violent" (sic!) de Quentin :lol:
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 20210
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Rick Blaine »

Jeremy Fox wrote:
Kevin95 wrote: il n'est pas de bon ton de dire son admiration du cinéma de Tarantino (en tout cas dans mon environnement).
Le grand écart Doris Day-Esther Williams / Tarantino fait encore plus s'arrondir les yeux ; on a du mal à comprendre comment je peux aimer à la fois avec autant de passion les "mièvreries sucrées" hollywoodiennes et le cinéma "ultra-violent" (sic!) de Quentin :lol:
:lol:

C'est vrai que Tarantino est difficile à faire passer, surtout quand les gens savent qu'on s’intéresse de près au cinéma. Ça passe pour du cinéma ultra-violent et sans fond. Je pense que c'est beaucoup du à son ultra-médiatisation, si ça cartonne, c'est que c'est neu-neu. Une association d'idée souvent déplorable (tout autant que l'idée d'un cinéma peu médiatisé qui ne serait pas un cinéma fait pour plaire au plus grand nombre).

En tout cas moi, je vais bientôt aller chercher le Boulevard de la Mort au fond de mon armoire, histoire d'avoir fait définitivement le tour du bonhomme!
User avatar
hellrick
David O. Selznick
Posts: 12969
Joined: 14 May 08, 16:24
Liste DVD
Location: Sweet Transylvania, Galaxie Transexuelle

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by hellrick »

Kevin95 wrote: il n'est pas de bon ton de dire son admiration du cinéma de Tarantino (en tout cas dans mon environnement).
Bizarre, je pensais - sincèrement - que c'était justement un mec qui faisait l'unanimité...j'ai l'impression que tout le monde l'aime Quentin...mais je dois fréquenter davantage d'ados de 35 ans fans de cinéma d'exploitation que la moyenne (en vrai et sur forum) :D
Et j'ai toujours dit que si je réalisais des films ils seraient comme ceux de QT, complètement nourris d'influences geek et bis allant du western au kung fu en passant par les films de guerre de série B, le polar HK et le cul 70's :fiou:
Critiques ciné bis http://bis.cinemaland.net et asiatiques http://asia.cinemaland.net

Image
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15929
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Pulp Fiction (Quentin Tarantino - 1994)

Post by Père Jules »

Kevin95 wrote: il n'est pas de bon ton de dire son admiration du cinéma de Tarantino (en tout cas dans mon environnement).
Le problème avec ta remarque c'est qu'elle laisse penser que ceux qui n'apprécie pas "franchement" (clin d'oeil à jacques 2) le cinéma de Tarantino sont de mauvaise foi et/ou adopte une posture "je suis au-dessus de ces âneries pour ados attardés".

Il me semble qu'au-delà de ces jugements de valeur il est tout de même possible de ne pas aimer Tarantino sur la forme.