Dune (David Lynch - 1984)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Pour vous, DUNE c'est...

un grand film de SF
24
19%
un bon film
47
37%
un gros ratage
56
44%
 
Total votes: 127

Tournesol
Freddie Mercury
Posts: 1139
Joined: 12 Apr 03, 23:16
Location: Chez Jeanne Mas.

Post by Tournesol »

Jean Claude Dus wrote:
Swan wrote:
Sans doute un équivalent de ceci.
Ca y ressemblera fortement fortement, je pense.
Est ce que le master utilisé sera le même que l'on connait ou est ce qu'ils ont enfin réussi à mettre la main sur un dont l'image soit à peu près correct ?

Sinon, j'aime beaucoup le film (même si comme beaucoup ici, je prefère les livres). Je le revoie réguliérement et je ne m'explique pas pourquoi, malgré le fait que certains aspects soient completement foiré (voix off comletement crispante, certains raccourcis et le ridicule de certaine scene), la fascination que j'eprouve pour ce film soit toujours intacte.
J'aime beaucoup la manière dont Lynch s'est réapproprié le personnage du baron Harkonen, conférant au personnage une sensualité trouble.
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Une tartine, suite à une récente re-vision

Post by Max Schreck »

Je gardais de ma première vision un souvenir assez vaporeux (d'autant plus que c'était en VF plein écran). Je précise, puisque cela semble être un élément de détermination important, que j'avais lu le Cycle de Dune en entier avant (inoubliable expérience de lecture). Suite à une récente nouvelle vision au bon format d'image et de langue, je viens irriguer un peu ce topic, complétant à l'occasion certaines informations du premier poste de Jake "Metal rider" Scully.

Quand bien même je souscrirais au principe qu'une adaptation cinématographique doit avoir une valeur en soi, décontextualisée de sa source, j'estime que la plaisir que je prends devant ce film provient du fait que j'en connais l'histoire et les personnages et que je suis capable de compléter les lacunes du récit proposé par Lynch. Je considère son film avant tout comme une illustration de ce monument de la littérature, et me réjouis de voir ainsi s'animer sous mes yeux les Duncan Idaho, Gurney Halleck, Feyd-Rautha, et autres Révérende mère, et de les entendre prononcer les étranges et familières inventions linguistiques d'Herbert.

ImageImage

Je crois que Lynch a fait preuve de sincérité et d'humilité dans l'écriture d'un scénario qu'il signe seul, tâche écrasante s'il en est. Je trouve qu'il se sort plutôt habilement des scènes d'exposition, les rendant vivantes et pleines d'informations à la fois (même si le spectateur doit faire preuve d'une attention soutenue). On ressent vraiment l'attachement et la fidélité des seconds rôles qui composent l'entourage des Atréides, les enjeux politiques sont bien là (entre l'Empereur, la Guilde des navigateurs, les Atréides, les Harkonnens, le Lansraad), de même que toute la dimension mystique de l'oeuvre d'origine. Même si c'est inévitablement simplifié, la lecture de Lynch prouve sa compréhension, sa sensibilité, ses efforts pour être le plus fidèle à l'oeuvre et le plus inspiré sur l'écran. L'emploi assez fréquent de la voix off, procédé très littéraire, crée un curieux décalage qui, à force, tente de rendre familière cette civilisation où l'on peut pénétrer les pensées des autres.

Le script n'est pas avare en "bizarreries lynchiennes". Le Baron Harkonnen, cruel, excessif, crée dès sa première apparition une ambiance trouble et malsaine (proche de la Marietta ou du Bobby Peru de Wild at heart). On le voit en train de se faire soigner (?) ses affreux pustules, avant de massacrer un jeune éphèbe qui venait déposer des fleurs en plastique (!). Tout ce qui touche aux Harkonnens est d'ailleurs d'une sauvagerie sans complaisance, faite de chair et de sang. Quand Lynch décide de faire mal, il va jusqu'au bout, créant des images assez mémorables (la main de Paul qui se consume lors de l'épreuve de la boîte). De même, la représentation des visions de Paul, à base de flashes d'images surréalistes, est comparable à celles qu'on trouve dans Eraserhead, Blue velvet, Fire walk with me ou Lost highway.

ImageImage

Paul Atréides semble traverser toutes les épreuves qui menacent son existence comme un dormeur au fil de son rêve. Ne le voit-on pas, lors de sa première apparition, rêvasser devant un écran qui lui détaille les différentes planètes de l'Empire ? La suite du film s'apparente à une lente et continue opération pour le sortir de ce rêve et l'amener enfin à la totale conscience de lui-même, qui, dans son cas, sera également la pleine conscience de l'univers. Et il est vrai que le spectateur lui-même peut partager ce point de vue, et plonger dans la fascination onirique des images du film et de certains décors, jusqu'au réveil final lors de la cérémonie de l'épice où Paul boit l'eau de vie, et qui fera alors basculer le récit dans la charge guerrière de la fin. Je trouve très belle la scène où Paul reçoit l'illumination dans le désert, lorsqu'il y est abandonné avec sa mère par les Harkonnens. Il fait un rêve éveillé, parsemé d'étranges visions qui sont en fait l'expression de sa prescience qu'il ne maîtrise pas encore, et soudain se tourne vers sa mère en lui annonçant qu'il sait qu'elle est enceinte. Jessica se demande alors s'il est bien l'élu, le Kwizatz Haderach, celui dont les Bene Gesserits redoutent la venue, et que les Fremens attendent.

Je ne me leurre pas pour autant, et la frustration est réelle de voir certains éléments sous-exploités. On peut regretter que le second acte (la fuite de Paul et Jessica, leur intégration chez les Fremens) soit un peu trop vite expédié. Les Fremens eux-mêmes manquent clairement d'épaisseur. On les voit trop peu vivre. Le désert, en dehors de ses très beaux vers des sables, a assez peu de réalité. À partir de là, Paul cesse en fait d'être un personnage auquel on puisse s'identifier, il apparaît plus distant et sans doute, Lynch parvient-il à l'élever ainsi au rang divin auquel il est promis. L'amour qui le lie à Chani n'a rien d'émouvant. Leur relation nous est donnée comme un simple constat, comme quelque chose qui était écrit et devait se réaliser. Une telle démarche court néanmoins le risque de brider l'empathie du spectateur.

Pour répondre à l'ambition du projet, et à sa prise en main ambitieuse du script, Lynch est parvenu à réunir autour de lui un casting assez classieux : Brad Dourif (le mentat Harkonnen Piter De Vries), José Ferrer (l'Empereur Shaddam IV), Jürgen Prochnow (le Duc Leto), Patrick Stewart (Gurney Halleck), Max von Sydow (Dr Kynes), Dean Stockwell (Dr Yueh), Sean Young (la belle Chani), ou Sting qui dégage un charisme incroyable à chacune de ses (trop brèves) apparitions. Kyle MacLachlan faisait ici sa première apparition cinématographique, devenant pour un temps l'alter ego de son réalisateur (Blue velvet, Twin peaks). On notera également les présences de Freddie Jones (Thufir Hawat), qui jouait l'atroce forain de Elephant Man, de Jack Nance (l'inoubliable protagoniste de Eraserhead) en Harkonnen muet dont on ne saisit jamais vraiment l'utilité, ainsi qu'une brève apparition de Silvana Mangano dans le rôle de la Bene Gesserit des Fremens.

ImageImage

Côté techniciens, Lynch retrouve le vétéran Freddie Francis, son chef opérateur de Elephant man (ils travailleront encore une fois ensemble sur The Straight story). De même, le sound designer Alan Splet est de la partie afin de créer ces étranges textures sonores qui baignent tous les films de Lynch, de The Grandmother à Blue velvet (ils se sont connus aux Beaux-arts) : bruits de ventilation, de machines, etc.

Dune ayant l'ambition d'être un nouveau jalon du space-opera, se devait d'être spectaculaire et d'assurer son accroche publicitaire : « Un monde au-delà du rêve, un film au-delà de votre imagination. » Le résultat souffre malheureusement du manque d'expérience de Lynch, ou en tous cas de son incapacité à mettre en valeur ses décors et matte paintings, pourtant très soignés. Les effets spéciaux optiques, incrustations et transparences sont plus qu'approximatifs, beaucoup semblent inachevés. Les scènes de batailles sont cadrées et montées sans dynamisme, faisant vraiment tomber à plat le climax du film. Cette charge des Fremens montés sur les vers n'a en effet rien de palpitant. Bénéficiant d'un très grand nombre de figurants, il peine vraiment à les diriger pour créer des plans impressionnants. Les cascades font un peu trop appel au trampoline, et les rayons lasers semblent ne jamais toucher leur cible. Il faut dire à ce sujet que les figurants jouent vraiment très mal, qu'ils soient au premier ou au second plan. On aurait presque de la peine pour eux.Seul le travail de Carlo Rambaldi apparaît vraiment réussi et irréprochable. C'est à lui qu'on doit la conception et l'animation des navigateurs de la Guilde, et des vers des sables (ces derniers sont d'une totale crédibilité).

ImageImage

Ce n'est pourtant pas faute d'avoir avec soi des noms prestigieux des effets spéciaux. Terry Cox (Brazil, Labyrinth, Who framed Roger Rabbit, Batman, Alien 3, Interview with a vampire, Saving private Ryan) ou Kit West (Return of the Jedi, Young Sherlock Holmes, Empire of the sun, Dragonheart). Parmi les cascadeurs on trouve le nom de Vic Armstrong, autre grand spécialiste qu'on trouve au générique de pas mal de James Bond (de You only live twice à Die another day), mais aussi Superman, Raiders of the lost Ark, Conan the barbarian, Legend, Total Recall, Last action hero, Starship troopers, Charlie's angels, Gangs of New York.

La part du producteur n'est sans doute pas négligeable dans cette incapacité à avoir su exploiter ces talents. Le film a été produit au Mexique par Raffaella De Laurentis sous la houlette de son père Dino. En parallèle, et sans doute dans un souci de rentabilité, se déroulait le tournage de Conan the destroyer. Richard Fleischer et Lynch ont pas mal souffert de cette cohabitation forcée, devant alors se mettre d'accord pour ne pas mélanger dans le même plan barbares et Fremens. Je ne reviendrais pas sur le fait que Lynch n'a pas bénéficié du final cut (qu'il exigera par la suite systématiquement, au prix de budgets moindres), et que le temps a sans doute manqué pour finaliser certains effets. On n'est pas obligé de tenir compte de tous ces éléments pour juger le film (j'évite sciemment l'appellation de "grand film malade"). Mais malgré tous ces défauts qu'on peut donc imputer à la fois aux difficultés de production et au manque d'expérience du réalisateur, il n'en reste pas moins que Dune parvient à quelque chose de suffisamment ambitieux et singulier pour qu'on puisse le considérer comme un film important dans le genre de la science-fiction, considérée autrement que comme un divertissement sans conséquence.

ImageImage

Thank you for your cooperation
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
Tite Bouh
Je kiffe ta race
Posts: 8067
Joined: 16 Jul 03, 12:25
Last.fm

Post by Tite Bouh »

Acheté 2.50 à la braderie, je me suis rendu compte qu'il n'y avait pas de VO, je l'ai revendu 10 euros a un copain :lol: :oops:
Nimrod
Hypoglycémique
Posts: 26173
Joined: 13 Apr 03, 18:57

Post by Nimrod »

Pas un ratage, pour moi, parce que le bouquin est quasi impossible à adapter. Lynch s'est donc réapproprié le film au lieu de faire un bête travail d'adaptation. C'est du Lynch avant d'être du Herbert.
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23409
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Post by Commissaire Juve »

tite bouh wrote:Acheté 2.50 à la braderie, je me suis rendu compte qu'il n'y avait pas de VO, je l'ai revendu 10 euros a un copain :lol: :oops:
Arf ! le cadeau empoisonné ! C'est salaud, ça ! :lol:
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
gehenne
Howard Hughes
Posts: 19884
Joined: 19 May 04, 00:43
Location: sous une pierre...

Post by gehenne »

Nimrod wrote:Pas un ratage, pour moi, parce que le bouquin est quasi impossible à adapter. Lynch s'est donc réapproprié le film au lieu de faire un bête travail d'adaptation. C'est du Lynch avant d'être du Herbert.
+666

mais je serai tout de même un peu plus méchant...

( en même temps, quand on touche à la (ma) pièce maitresse de la SF...)
Ainsi, toujours et pourtant...
bogart
Réalisateur
Posts: 6522
Joined: 25 Feb 04, 10:14

Post by bogart »

J'attends avec impatience une réédition de ce film en collector... 8)
Image
User avatar
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26773
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Post by Billy Budd »

tite bouh wrote:Acheté 2.50 à la braderie, je me suis rendu compte qu'il n'y avait pas de VO, je l'ai revendu 10 euros a un copain :lol: :oops:
Tu fais ça à des copains ?
Everybody's clever nowadays
Le prisonnier
Assistant opérateur
Posts: 2609
Joined: 3 Sep 03, 13:45
Location: Le village

Post by Le prisonnier »

Nimrod wrote:Pas un ratage, pour moi, parce que le bouquin est quasi impossible à adapter.
On a dit exactement la même chose du "Seigneur des Anneaux" pendant des années! Peter Jackson s'est plutôt bien sorti de son adaptation "impossible".

Le premier roman de la série, celui intitulé simplement "Dune", est très adaptable, à mon avis: c'est un grand drame shakespearien! Il y a vraiment la matière de faire un grand film, visuellement excitant (maintenant que la technique cinématographique permet de (presque) tout montrer), avec une histoire très forte. La suite des romans est moins intéressante. (j'ai eu du mal à les lire, d'ailleurs)
Nimrod wrote:Lynch s'est donc réapproprié le film au lieu de faire un bête travail d'adaptation. C'est du Lynch avant d'être du Herbert.
C'est bien le problème que j'ai avec le film, il trahit complètement l'esprit du roman, notamment les idées écologiques fortes d'Herbert. Le film de Lynch n'est pas "équilibré": Lynch est surtout intéressé par montrer la "décadence" des Harkonnen, les autres personnages sont assez fades par comparaison...
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Post by Max Schreck »

Le prisonnier wrote:La suite des romans est moins intéressante. (j'ai eu du mal à les lire, d'ailleurs)
J'ai un vrai faible pour L'Empereur-Dieu de Dune, et sa fantastique ambiance intimiste.
Le prisonnier wrote:Le film de Lynch n'est pas "équilibré": Lynch est surtout intéressé par montrer la "décadence" des Harkonnen, les autres personnages sont assez fades par comparaison...
En dehors du Baron, les autres Harkonnen n'ont pas vraiment d'épaisseur (Feyd-Rautha semble vraiment très loin et le duel final vient un peu comme un cheveu sur la soupe). La trahison de l'oeuvre originale est en fait moins problématique que cette incapacité à avoir fait exister tous ces personnages que le film montre (quand bien même il était nécessaire d'en limiter le nombre).

Sinon, euh... quelqu'un a-t-il lu mon texte poste plus haut ? :cry:
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
Tite Bouh
Je kiffe ta race
Posts: 8067
Joined: 16 Jul 03, 12:25
Last.fm

Post by Tite Bouh »

Nikita wrote:
tite bouh wrote:Acheté 2.50 à la braderie, je me suis rendu compte qu'il n'y avait pas de VO, je l'ai revendu 10 euros a un copain :lol: :oops:
Tu fais ça à des copains ?

J'ai proposé 5 il m'en a offert 10 j'allais pas refuser, et puis c 'est un fan de David Lynch et il adore la VF :wink:
Nimrod
Hypoglycémique
Posts: 26173
Joined: 13 Apr 03, 18:57

Post by Nimrod »

Le prisonnier wrote:
Nimrod wrote:Pas un ratage, pour moi, parce que le bouquin est quasi impossible à adapter.
On a dit exactement la même chose du "Seigneur des Anneaux" pendant des années! Peter Jackson s'est plutôt bien sorti de son adaptation "impossible".

Le premier roman de la série, celui intitulé simplement "Dune", est très adaptable, à mon avis: c'est un grand drame shakespearien! Il y a vraiment la matière de faire un grand film, visuellement excitant (maintenant que la technique cinématographique permet de (presque) tout montrer), avec une histoire très forte. La suite des romans est moins intéressante. (j'ai eu du mal à les lire, d'ailleurs)
Justement, Lynch ne disposait pas des techniques actuelles. Ceci dit, je t'accorde qu'il ne maîtrisait visiblement déjà pas celles de l'époque. ;)

Quant à dire que Peter Jackson s'est bien sorti de l'adaptation du Seigneur des Anneaux, c'est peut être vrai pour le 1er film. Le deuxième, il faudrait que je le revoie. Le troisième par contre, dans sa version cinéma en tout cas, est un total foirage.
Le prisonnier wrote:
Nimrod wrote:Lynch s'est donc réapproprié le film au lieu de faire un bête travail d'adaptation. C'est du Lynch avant d'être du Herbert.
C'est bien le problème que j'ai avec le film, il trahit complètement l'esprit du roman, notamment les idées écologiques fortes d'Herbert. Le film de Lynch n'est pas "équilibré": Lynch est surtout intéressé par montrer la "décadence" des Harkonnen, les autres personnages sont assez fades par comparaison...
On n'embauche pas un réalisateur comme David Lynch pour lui faire faire un travail de yes-man. Il avait sa vision du film (et pas du bouquin), et il a tenté d'y coller.

A mes yeux, on ne peut pas dire qu'un film est mauvais simplement parce qu'il n'est pas fidèle au bouquin qu'il adapte. Si un film est mauvais, c'est uniquement à cause de ses défauts propres.

Si on veut une version plus fidèle au bouquin (d'après les souvenirs que j'en ai, en tout cas.), mieux vaut regarder le téléfilm passé sur canal + il y a quelques années.
Nimrod
Hypoglycémique
Posts: 26173
Joined: 13 Apr 03, 18:57

Post by Nimrod »

Max Schreck wrote:Sinon, euh... quelqu'un a-t-il lu mon texte poste plus haut ? :cry:
Les captures d'écran sont très belles.

Je plaisante : j'ai lu ton texte.
Tuck pendleton
Mogul
Posts: 10614
Joined: 13 Apr 03, 08:14

Post by Tuck pendleton »

Max Schreck wrote:
Sinon, euh... quelqu'un a-t-il lu mon texte poste plus haut ? :cry:
oui à l'instant et je partage pleinement ton avis :wink:. Je trouve aussi l'exposition assez réussi même si très difficile pour quelqu'un qui n'est pas familier à l'univers d'Herbert.
Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Post by Max Schreck »

Tuck pendleton wrote:Je trouve aussi l'exposition assez réussi même si très difficile pour quelqu'un qui n'est pas familier à l'univers d'Herbert.
Oui, à tel point que j'aurais plutôt tendance à penser que le film s'apprécie davantage si on l'a lu, en tant qu'illustration d'un univers familier et apprécié — comme je l'écrivais là-haut. Or, il semble que pas d'avis postés pensent l'inverse.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...