Titanic (James Cameron - 1997)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Si le film ressortait sur les écrans, iriez-vous le (re)voir ?

Oui
26
43%
Non
25
41%
Peut-être
10
16%
 
Total votes: 61

jacques 2
Régisseur
Posts: 3172
Joined: 17 May 10, 17:25
Location: Liège (en Wallonie)

Re: Titanic (James Cameron - 1997)

Post by jacques 2 »

aurelien86 wrote:
Boubakar wrote:Et pareil que aurelien86, je compte retourner le voir, et peut-être en 2D (bien que la conversion 3D soit excellente).
Ca y est, j'ai été le revoir. On était 4 dans la salle, c'était beaucoup mieux ! :)
Vous avez été le revoir finalement, Ratatouille et Jacques2... ? Il le vaut vraiment bien.
C'est pour le prochain WE ... :)
Jericho
Cadreur
Posts: 4436
Joined: 25 Nov 06, 10:14

Re: Titanic (James Cameron - 1997)

Post by Jericho »

Déjà près de 500 000 entrées pour sa première semaine d'exploitation (sur plus de 300 copies).
Le phénomène reprend ? :lol:
Image
jacques 2
Régisseur
Posts: 3172
Joined: 17 May 10, 17:25
Location: Liège (en Wallonie)

Re: Titanic (James Cameron - 1997)

Post by jacques 2 »

Les grands films ne meurent jamais ... :D
aurelien86
Electro
Posts: 774
Joined: 2 May 08, 16:26

Re: Titanic (James Cameron - 1997)

Post by aurelien86 »

jacques 2 wrote:Les grands films ne meurent jamais ... :D
Exact !
Par curiosité, je me demandais comment les critiques avaient accueilli le film lors de sa sortie en 1998, étant un peu jeune à l'époque. Savez vous s'il y a moyen de récupérer sur le net les critiques des Cahiers, Positif, Inrocks... du film ?
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5701
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Titanic (James Cameron - 1997)

Post by Thaddeus »

Image



La rose sauvée des eaux


Il en est des formes comme des paquebots, elles n’ont jamais définitivement sombré et attendent l’aventurier qui tentera l’exploit de les faire réémerger. James Cameron est ce conquérant de l’impossible, ce chasseur de rêves, cet ingénieur de la démesure, seul capable de montrer des choses jamais vues auparavant : le combat dantesque d’une armée de soldats de l’espace contre des hordes de créatures monstrueuses dans Aliens, la rencontre avec une civilisation aquatique dans Abyss, le cauchemar d’un holocauste nucléaire qui emporterait notre planète en un souffle dans Terminator 2 — véritable manifeste esthétique où les scènes d’action les plus hallucinantes étaient conçues comme de pures chorégraphies de la matière, où l’azuré se confrontait à l’orangé, le feu à l’azote liquide, la rigidité du métal à la fluidité de la métamorphose, la fonctionnalité mécanique du cyborg à la vulnérabilité biologique de la chair. Le réalisateur canadien filme comme on boxe, avant et après la limite. Surtout après la limite. Au moment où de notre monde ne restent plus que des ruines, et d’un gigantesque bateau de luxe et de prestige qu’une épave. Il a beau jongler avec les budgets les plus dispendieux, son acharnement à casser ses jouets en fait bien plus qu’un money spender, un cas pathologique ne reculant devant rien pour perfectionner l’image qu’il se fait du néant. L’ampleur du projet s’associe ici à une ambition artistique considérable, qui consiste à ressusciter rien moins que l’âme du cinéma classique en réactivant ses grands flux de magie, de croyance et d’imaginaire. Les Cassandre de la profession prédisaient au pire un flop de l’envergure de La Porte du Paradis, au mieux un Waterworld bis. Onze Oscars plus tard et tous les records de recettes pulvérisés, Captain Jim aura transformé le pari en phénomène de société sans précédent et triomphé d’une aventure aussi insensée qu’en leur temps Autant en emporte le vent et Cléopâtre réunis. Il aura également fait entrer Leonardo DiCaprio et Kate Winslet (tout de fraîcheur, de fougue, de sensibilité juvéniles et radieuses) dans le panthéon des couples sacralisés de l’écran, aux côtés des Scarlett Leigh/Rhett Gable, Omar Jivago/Lara Christie et Rick Bogart/Ilsa Bergman.


Image


À des films colosses, il faut des spectateurs athlètes et des récits voltigeurs. Celui de Titanic part de zéro. Et il vient de plus loin encore, d'une zone en négatif très en dessous du niveau de la mer, là où gisent les restes du plus célèbre "insubmersible" de la navigation contemporaine : le Titanic disloqué, rouillé, envasé, enfoui. Un navire-fantôme. Toute la fiction progresse dès lors comme une vaste opération d'anamnèse où une certaine Rose DeWitt Bukater, survivante centenaire, fait office de canne blanche. Elle raconte le rapt d'une jeune femme arrachée à son destin par un ange qui lui sauve deux fois la vie et la tire de l'enfer (un mariage arrangé avec un homme de haut lignage industriel) avant de retourner dans son ciel, au cœur de l’océan. Elle est relatée à un explorateur qui, de nos jours, fouille le vaisseau englouti dans l'espoir d'y faire main basse sur un joyau mythique dont il vient de retrouver la trace. Ce bijou disparu et convoité voyage dans le temps et l'espace, suture par ses allers et venues le passé et le présent, la surface et les profondeurs. Le film se fonde donc sur un ravissement : autant qu'un enchantement de l’œil, il dispense une fable sur l'art de dérober les trésors, qu'ils s'appellent Rose, Cœur de l'Océan ou Titanic, de les enlever par la seule force du désir. Dans cette entreprise cyclopéenne, Cameron ne prétend pas faire seulement triompher sa propre signature : il signe moins une œuvre à la première personne que sur la première personne, sur cette morale strictement personnelle que défendent d’une seule voix tous les protagonistes. L’idée trouve l’une de ses plus belles formulations lorsque, au moment d’être enregistrée sur la liste des rescapés, Rose donne le nom de famille de Jack Dawson, faisant passer en contrebande, dans le bilan officiel de l’hécatombe, le secret d’une union amoureuse, préservant pour toujours, sous ce patronyme qu’elle ne gardera pas, le mystère de celle qu’elle est devenue au cours de la traversée.

Titanic est étonnamment en paix avec ses propres affinités électives, sa volonté de reproduire le désastre grandeur nature pour le filmer au-dessus de la mêlée, en donnant sa préférence à une figure de proue, Rose, et à son chevalier servant, qui ont toujours un point de vue imprenable sur le paysage et les événements. Le regard du cinéaste affirme de la même manière sa sereine suprématie : la fièvre conquérante d'Aliens, le goût du défi de Terminator ou True Lies ne trouvent paradoxalement guère place dans ce grand mélo romantique où le monumental sert de mètre étalon, où la mise en scène prend avec élégance la mesure de la catastrophe, domine son sujet avec une force qui ne cherche à en entraver nulle autre et s'épanouit sans crainte dans une étrange et naïve douceur. Rose complète quant à elle la galerie des héroïnes cameroniennes : masculines, pugnaces, effrontées, physiques, embrassant comme on met des gifles. Elle s'apparente à ces pionniers partis pour construire l'Amérique : dans le plan final, qui part de sa commode où sont posées les photos de sa vie, on la découvre tour à tour en cow-girl, en pilote d’avion, en actrice hollywoodienne. Si elle est l'incarnation vivante de l'indépendance et de la liberté d'un monde en pleine expansion, c’est parce que Jack lui apprend à se délivrer de ses chaînes, même si cela équivaut pour lui à couler à pic. Elle se défait du corps inerte agrippé à sa main comme on décolle une peau morte. Il faut savoir trancher ce qui est éteint en soi pour que perdure le vivant. Son fulgurant parcours initiatique (en un jour elle découvre comment cracher, nager, tenir une hache, dire non aux siens et faire l'amour) trouve son accomplissement dans ce sursaut d'énergie vitale. Jack lui a permis d'accoucher de cette part animale, de ce pur instinct de survie vers lequel il est nécessaire de régresser, à l'image des hommes de troisième classe alignant leur fuite sur celle des rats pour ne pas se tromper de chemin. Cet ultime élan témoigne de la substance privilégiée de Cameron, pour qui le couple, l'amour, l'existence entière ne peuvent se vivre qu'en état de guerre.


Image


Dans la destruction de ce miracle de la révolution industrielle où tout était embarqué, le Nouveau Monde des bâtisseurs et l’ancienne Europe des banquiers, les pâtisseries rococo de l'ère edwardienne et les tableaux de l'art moderne (un Picasso, un Degas), les vieilles valses de Strauss et les premiers foxtrots, ce ne sont pas seulement mille cinq cents passagers qui vont périr mais aussi la cargaison des illusions et le poids très lourd d'une société brutalement arrachée au champagne et au caviar, crucifiée par sa vanité, ses excès et son immobilisme. Sic transit gloria mundi… Certes l’illustration assez sommaire que délivre Cameron de l’organisation sociale, des rapports de classes et de leur lutte dialectique flirte avec le manichéisme. Et pourtant chacun se révèle face à la mort dans la nudité de son être : la morgue aristocratique peut devenir dignité stoïque, la discipline sacrifice, et la lâcheté rester lâcheté. Des correspondances poignantes, parcourues d’une authentique grandeur, d’un sens saisissant du tragique, s’établissent ainsi entre le commandant qui attend la mort à la barre et le milliardaire dans son fauteuil, un verre de brandy à la main, entre le premier officier se tirant une balle dans la tête après un geste malheureux et funeste et la mère assurant d’une voix brisée à son petit garçon, cramponné à ses bras, que tout sera bientôt fini. Les sidérantes images du naufrage, qui voient les corps tomber tandis que le navire se dresse lentement à la verticale, figurent la chute des damnés dans l'abîme. Portée par la partition lyrique de James Horner (et l’orchestre du bord qui jouait bien Plus près de toi mon Dieu au sein du tumulte), l'esthétique de la séquence renvoie aux fresques grandioses du XIXème siècle, à John Martin, Thomas Cole, aux allégories apocalyptiques où s'effondrent des architectures immenses déferlant sur le spectateur, dépassé par la terreur et le sublime. Dans un superbe raccourci poétique, l'eau dissout la peinture, les toiles retournent aux limbes et la couleur figée à l’évanescence. Quant à l’image des centaines de cadavres raidis flottant sur la surface glacée de l’océan, fugacement éclairés par la lueur des torches perçant la nuit, c’est une vision de pure fantasmagorie qui imprime la rétine comme peu d’autres.

Cameron convoque autour de la scène épique un espace sans cesse élargi : la voûte scintillante au-dessus de Jack, artiste rêveur ; le navire devenu point de lumière dans l’obscurité, avec un signal de détresse silencieux semblable à une étoile filante. Plus qu'une arche de Noé, le Titanic est une tour de Babel, chaos de langues et de richesses, érigée vers le ciel quand son plus grand défi devient incommensurable détresse. Lorsque ce palais majestueux s’élance sur l’Atlantique, le sentiment d’euphorie s'accompagne d'une vision infernale : aux plans des passagers, de la coque, des machines, répond celui des mécaniciens suants et léchés de flammes, galériens modernes emplissant les chaudières aux colossales proportions, dignes de Metropolis. Loin de se laisser griser par la technologie, la caméra caresse les bielles, frémit avec les poutrelles tordues, scrute le bâtiment du sommet des cheminées aux boutons des coursives, des fastueux salons d’apparat aux sauteries gaillardes improvisées dans les réfectoires, insuffle une dernière palpitation à l’énorme carcasse métallique qui se cabre avant de se briser et d’être avalée par les flots. Autant de sortilèges dont Rose est le relais actif : tout en en livrant généreusement ses souvenirs, elle sauvegarde son quant-à-soi et son secret intime, s’affranchit une fois pour toutes du sort du commun des mortels. L’amour transporte les héros du pont dans le soleil couchant à la fournaise où flottent les voiles de la robe de la jeune fille. Sauvé des eaux, son portrait fait d'elle une sirène. S'unissant à Jack, elle laisse sur une vitre la trace chaude d'une main ardente. Et lorsque le Cœur de l'Océan rejoint les abîmes avec son âme apaisée, le Titanic se réveille. À la surface, les vagues et le grand linceul bleu de la mer. Dans les tréfonds, au sein de l'épave, le temps s'annule et les amants se retrouvent, enfin réunis. La vie est sans prix.


Image
Last edited by Thaddeus on 27 Feb 22, 18:38, edited 1 time in total.
aurelien86
Electro
Posts: 774
Joined: 2 May 08, 16:26

Re: Titanic (James Cameron - 1997)

Post by aurelien86 »

Stark wrote:
aurelien86 wrote:Par curiosité, je me demandais comment les critiques avaient accueilli le film lors de sa sortie en 1998, étant un peu jeune à l'époque. Savez vous s'il y a moyen de récupérer sur le net les critiques des Cahiers, Positif, Inrocks... du film ?
Cadeau pour toi !

Les Cahiers avaient ardemment défendu le film. Voici deux articles : le premier est la critique parue à la sortie (par Frédéric Strauss), le second un "retour" sur le film, deux mois après (par Jean-Marc Lalanne).
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Image
Image
Image
Image
Aux Inrocks, le son de cloche était l'exact opposé. L'article était relegué dans un petit coin de page, totalement lapidaire, et s'achevait par l'assertion "Une croûte". L'auteur en était Frédéric Bonnaud.
Merci beaucoup pour ta réponse ! Et ta réactivité :) .
Je vais aller lire cela. Marrant car Lalanne est maintenant rédac chef des Inrocks, et Bonnaud n'écrit plus aux Inrocks... je ne savais pas qu'il y avait écrit d'ailleurs. Ce serait amusant de voir ce qu'il pense du film aujourd'hui, "à tête reposé", et s'il renierait un peu son avis initial. Car qualifier Titanic de croûte, c'est quand même fort je trouve (qu'on aime ou pas le film). :D
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5701
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Titanic (James Cameron - 1997)

Post by Thaddeus »

Je n'ai pas grand mérite ; j'ai recupéré les images que j'avais postées sur un autre forum il y a un bon moment déjà.

Les deux bonhommes se sont "croisés", en fait. Lalanne a quitté les Cahiers en 2003, après deux années à la tête de la rédaction, pour celle des Inrocks, qu'il occupe encore aujourd'hui. C''est à cette époque que Bonnaud a quitté cette dernière revue, après y avoir officié pendant dix ans. On lui doit d'ailleurs certaines des plus belles critiques qui y ont été écrites. Quand il n'aimait pas certains films, il y allait cash (je me rappelle de celle de Fight Club aussi, sans appel). J'aime bien ces deux mecs, de manière générale, qui doivent être copains comme cochons.
aurelien86
Electro
Posts: 774
Joined: 2 May 08, 16:26

Re: Titanic (James Cameron - 1997)

Post by aurelien86 »

Stark wrote:On lui doit d'ailleurs certaines des plus belles critiques qui y ont été écrites. Quand il n'aimait pas certains films, il y allait cash (je me rappelle de celle de Fight Club aussi, sans appel). J'aime bien ces deux mecs, de manière générale, qui doivent être copains comme cochons.
Tu parles de critiques négatives quand tu dis qu'on lui doit certaines des plus belles critiques ?
J'aime bien les deux également, Bonnaud et Lalanne. Et Bonnaud est toujours aussi dur et cinglant quand il n'aime pas un film, il suffit de le voir au Cercle pour s'en convaincre !
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5701
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Titanic (James Cameron - 1997)

Post by Thaddeus »

Non non, je parle des critiques positives, enthousiastes, quand j'évoque ses beaux papiers. Je trouve qu'on ne fait pas de "belle critique" lorsqu'on démolit un film. Ca peut être drôle, juste, cinglant, mais ce n'est pas le terme "beau" que j'emploierais. :wink:

Avec Rouyer, Bonnaud et Lalanne sont les deux chroniqueurs du Cercle que je préfère - ce qui ne veut pas dire que je sois toujours d'accord avec eux, loin de là. Disons que ce sont pour moi les plus cohérents, les plus convaincants et précis dans leurs argumentaires, quels qu'ils soient.
Nomorereasons
Dédé du Pacifique
Posts: 5150
Joined: 29 May 07, 20:19

Re: Titanic (James Cameron - 1997)

Post by Nomorereasons »

Stark wrote:Non non, je parle des critiques positives, enthousiastes, quand j'évoque ses beaux papiers. Je trouve qu'on ne fait pas de "belle critique" lorsqu'on démolit un film. Ca peut être drôle, juste, cinglant, mais ce n'est pas le terme "beau" que j'emploierais. :wink:
Je tape l'incruste sans bien connaître ces deux personnes, mais j'ai tout de même lu de "belles" critiques négatives, que ce soit en cinéma ou en littérature; de ces critiques qui dressent un portrait saisissant du faux bon film ou du faux bon auteur un peu comme La bruyère dressait ses Caractères (qui ne sont donc pas très flatteurs).
Mais pour rejoindre votre avis, je pense que le plus mordant des critiques, lorsqu'il est vraiment talentueux (je pense à Renaud Matignon, quoiqu' Angelo Rinaldi ne soit pas mauvais non plus), n'écrit jamais aussi bien que lorsque c'est un éloge.
User avatar
Eusebio Cafarelli
Passe ton Bach d'abord
Posts: 7859
Joined: 25 Jul 03, 14:58
Location: J'étais en oraison lorsque j'apprends l'affreuse nouvelle...

Re: Titanic (James Cameron - 1997)

Post by Eusebio Cafarelli »

Image
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 16216
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Titanic (James Cameron - 1997)

Post by Watkinssien »

Déjà postée en page précédente... :wink:
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Eusebio Cafarelli
Passe ton Bach d'abord
Posts: 7859
Joined: 25 Jul 03, 14:58
Location: J'étais en oraison lorsque j'apprends l'affreuse nouvelle...

Re: Titanic (James Cameron - 1997)

Post by Eusebio Cafarelli »

Pardon, pas vu...
Image
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 50697
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Titanic (James Cameron - 1997)

Post by Flol »

aurelien86 wrote:Vous avez été le revoir finalement, Ratatouille et Jacques2... ? Il le vaut vraiment bien.
Malheureusement, je pense que je n'irai pas le voir, et ce pour 2 raisons :
- je n'en aurai pas le temps
- j'ai beaucoup de mal à percevoir la 3D (petits problèmes oculaires)

C'est dommage, parce que je suis vraiment très curieux de voir comment Cameron a traité son film en 3D...
aurelien86
Electro
Posts: 774
Joined: 2 May 08, 16:26

Re: Titanic (James Cameron - 1997)

Post by aurelien86 »

Ratatouille wrote:
aurelien86 wrote:Vous avez été le revoir finalement, Ratatouille et Jacques2... ? Il le vaut vraiment bien.
Malheureusement, je pense que je n'irai pas le voir, et ce pour 2 raisons :
- je n'en aurai pas le temps
- j'ai beaucoup de mal à percevoir la 3D (petits problèmes oculaires)

C'est dommage, parce que je suis vraiment très curieux de voir comment Cameron a traité son film en 3D...
Ahhh, il faut trouver le temps, il faut trouver le temps... :wink: