Wong Kar Wai

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Quel est votre film de Wong Kar Wai préféré ?

As tears go by
2
3%
Nos années sauvages
2
3%
Les cendres du temps
5
7%
Chungking express
25
35%
Les anges déchus
6
8%
Happy together
9
13%
In the mood for love
19
27%
2046
3
4%
 
Total votes: 71

User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16063
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Post by Profondo Rosso »

"As Tears Go By" de Wong Kar Wai
Premier film du maître où à travers une intrigue hautement insiprée par le "Mean streets" de Scorsese (Jacky Cheung en lieu et place de De Niro en pote instable, reprise de la baston dans la salle de billard, héros partagé entre son amour et le milieu des gangsters) et les contraintes du film de triades il parvient déjà à imposer son style pas encore totalement abouti. Le scénario est sans doute le plus linéaire qu'il ait jamais fait mais le film se distingue par quelques figures visuelle réccurentes comme son art de dilater le temps (la scène du début ou Andy Lau se bastonne pour venger Fly), ainsi qu'une energie et et une liberté de mouvement à la camera portée très dynamique. On retrouve aussi son art de pondre la scène romantique qui tue ici les retrouvailles entre Maggie cheung et Andy Lau sur fond de "Take my breath away" (j'adore les reprise de tubes pop anglo saxon chez Wong kar wai :P qui reviendront avec "Karmacoma" de massive attack dans "Les anges de la nuit", le fameux "Califonia dreamin" de Chungking Express ou "Dreams" des Cranberries dans le même film). Le milieu des petites frappes de hong kong est décrit avec un réalisme palpable bien aidé par une interprétation sans faille, tout les seconds rôle ont la gueule de l'emploi (certains sont de vraix gangsters) notamment Jacky Cheung (décidément habitué au rôle de martyr avant "Une balle dans la tête) très intense et attachant dans son rôle de de fou furieux en mal de reconnaissance. Quelques scènes d'empoignes urbaine ultra violentes à la machette bien éloignée du futur style iconique figée et bien sanglante ajoute encore au cachet de veracité. Dans on premier rôle majeur, Maggie Cheung est étincelante de douceur et de fragilité et ses scènes intimistes avec Andy Lau (très bon aussi) annoncent déjà l'excellent "Nos Années sauvages". Premier film et méritant largement d'être classé dans ces meilleurs (quel final poignant! :( ) ça me donne envie de me rematter "nos Année Sauvages".... 5/6

le film du mois va être très dur entre "La Vie de Chateau", "Le grand Chantage" et celui ci j'enchaine les perles ces jours ci 8)
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Post by Alligator »

A Fei jing juen (Nos années sauvages) - (1991) :
7.5/10

Image
_______________

Très joli film, et ce malgré une photographie que je n'aime pas des masses, baveuse sur les lumières vives, verdâtre, maladive. Mais bon... ce n'est qu'une question de goût.
Le cinéaste connait la caméra, trouve de jolis angles, des mouvements achevés, osés mais qui percutent.
La richesse de la forme s'allie très bien à une étude, très finement amenée, de personnages féconds, pris dans des tourmentes amoureuses, des fractures de sentiments en dépossessions affectives, des petites gens égarées dans le tiraillement de leurs élans en pleines années soixantes philippino-hong-kongaises.
La trame musicale épouse très bien le récit, lui donne une couleur nostalgique, un rythme tout à la fois mélancolique et gracieux.
Les actrices sont délicieusement charmantes en plus d'être d'une justesse émouvante. Andy Lau confirme le bien que je pensais de lui.
C'est mon premier Wong Kar Wai. Je ne suis pas déçu.
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11592
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Alligator wrote:C'est mon premier Wong Kar Wai. Je ne suis pas déçu.
Dans ses meilleurs à mon avis.
Si je devais dresser un top.

1. Happy Together
2. Chungking Express

3. Nos Années Sauvages
4. In the Mood for Love
5. Fallen Angels


... 6. 2046
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16063
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Post by Profondo Rosso »

Mon préféré reste Chungking express antidepresseur iddéal sur pellicule fougeux, juvénile attachant et inventif, je ne m'en lasse pas. Juste après "In the mood for love" qui entre sophistication et extrème et histoire d'amour poigante reste un des plus beau mélo de ces dernières années. Sans doute le très beau et envoutant "Nos Années sauvage" ensuite où Won,g Kar wai pose les jalons de son style et de son ambiance unique ainsi que sur le fulgurant "As Tears go by". Un peu plus mitigé sur le reste pas vraiment accroché "Happy Together" le chassé croisé amoureux m'a laissé plutot froid, "Les cebdres du temps" bien pris par l'ambiance et la réalisation mais l'histoire m'est un peu passé au dessus de la tête (ça s'améliorera à la 2e vision). "Les anges Déchus" possède une ambiance nocturne hypnotique mais le ton est un peu trop froid pour moi. Toujours pas vu 2046 et j'attends le prochain avec impatience même si les échos de Cannes ne sont pas fameux semble t il.
User avatar
k-chan
squatteur
Posts: 14190
Joined: 16 Apr 05, 05:22
Location: on the road again.

Post by k-chan »

Alligator wrote:Les actrices sont délicieusement charmantes en plus d'être d'une justesse émouvante.
Maggie Cheung (my love) et Carina Lau. :P
Alligator wrote:C'est mon premier Wong Kar Wai. Je ne suis pas déçu.
Un film que je peux voir et revoir, sans me lasser. Je suradore (comme la plupart des autres films de WKW).
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Post by Alligator »

k-chan wrote:Maggie Cheung (my love) et Carina Lau. :P
Quel est le rapport de parenté entre Carina Lau et Andy Lau, mari et femme ou frère et soeur?
User avatar
k-chan
squatteur
Posts: 14190
Joined: 16 Apr 05, 05:22
Location: on the road again.

Post by k-chan »

Alligator wrote:Quel est le rapport de parenté entre Carina Lau et Andy Lau, mari et femme ou frère et soeur?
Aucun, certainement. A Hong-Kong, les noms de familles semblent ne pas être très variés (contrairement aux prénoms [pas l'occidental, mais l'autre], où là, tu trouveras rarement deux fois le même).
Dans Nos années sauvages, il y a aussi Maggie Cheung, Leslie Cheung et Jacky Cheung... mais je doute qu'ils aient des liens familiaux.

Des noms tels Cheung, Chan, Tsui, Lau, Wong, Leung... sont très courants. :wink:
Blue
subMarine
Posts: 5406
Joined: 13 Sep 06, 13:32

Post by Blue »

Alligator wrote:Très joli film, et ce malgré une photographie que je n'aime pas des masses, baveuse sur les lumières vives, verdâtre, maladive. Mais bon... ce n'est qu'une question de goût.
La photo étant signée Christopher Doyle, je mettrais plutôt en cause la qualité de l'édition DVD ou la conservation des films HK.

Sinon, le film en lui-même, c'est le Cinéma. WKW a fait plus abouti esthétiquement ("Happy Together"), mais des films avec une telle aura, il y en a vraiment peu (la disparition de Leslie Cheung apporte de plus un cachet "nostalgie" à l'ensemble des films dans lesquels il a pu tenir un rôle - à l'instar d'Anita Mui). Comme je le disais dans l'autre topic, c'est avec "The Killer", le seul film HK à atteindre un tel niveau de grâce à mes yeux.
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/L'Atelier 8/Esc 9/Elephant 10/Rimini 11/Coin De Mire 12/Spectrum 13/Wildside 14/La Rabbia-Jokers 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Post by Alligator »

Chung Hing sam lam (Chungking Express) (Kar Wai Wong, 1994) :
8/10
_______________

Image

Mon deuxième Kar Wai : encore un agréable moment.
Film en deux parties aussi différentes l'une que l'autre. La première flirte volontiers avec la violence du mouvement comme des sentiments, et quelque part aussi qui sait avec une certaine expérimentation. On peut se demander dans quelle mesure le cinéaste ne se livre pas ici à quelque chose de plus ludique que le genre policier veut bien le montrer. Le montage saccadé, le flou des cahots de l'image, les teintes plus sombres orientent le film vers un profil de film noir, la rousse héroïne conférant à l'histoire quelque chose de vieillot, d'archaïque, vers les années 50/60 peut-être.
Le style effronté, en même temps qu'agité de cette première partie m'a moins agacé pourtant que le jeu du pauvre Kaneshiro. M'a semblé se regarder par moments. Manque de naturel souvent.
La seconde partie est tout autre. La rencontre est beaucoup plus douce sans être pour autant très calme. Mais ici les tenants et les aboutissants tout aussi prévisibles dans leur bonheur annoncés n'en demeurent pas moins assortis d'un charme et d'une délicatesse qui caressent le spectateur. La caméra se veut plus caline et cherche dans les regards des personnages non plus la peur et le mal-vivre de la solitude mais la gourmandise et la malice amoureuse. De plus sur cette deuxième partie les deux acteurs sont épatants. Faye Wong que je ne connaissais pas est charmante, c'est peu dire. Tony Leung Chiu Wai confirme la grande classe qui se dégage de sa personnalité, de sa gueule et de son allure. Tous deux sont magnifiques et offrent de bien jolis moments de cinéma romantique.
Alors sans aller jusqu'à parler d'irritation à propos de la première partie, j'évoquerais plutôt une attente patiente que la seconde partie a largement fait oublier. Et pourtant, je n'ai pas le sentiment d'avoir vu un film inégal. Comme si les deux histoires s'auto-justifiaient, comme si un lien de nécessité les unissait et les fondait l'un et l'autre.
User avatar
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26675
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Post by Billy Budd »

La première histoire me bouleverse, la seconde me plaît
Everybody's clever nowadays
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15192
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Post by Watkinssien »

In the mood for love que je place très haut. C'est une sorte de rêve cinématographique incarné !
Image

Mother, I miss you :(
Ender
Electro
Posts: 975
Joined: 6 Jan 07, 15:01
Location: Mizoguchigrad

Post by Ender »

Les Anges déchus, Wong Kar-wai
Ce qui dans Chungking Express semblait apparaître à l'écran propulsé par un souffle de liberté et d'énergie folles est ici codifié, cadencé... plus mortifère. Ce n'est pas incongru pour un film dont les héros sont un tueur, un muet et une mafieuse rongée par la solitude. Wong Kar-wai perd en élan dans ce film mais le fait briller néanmoins d'une classe folle ; chaque personnage est génial, certains plans sont sublimes, le faux rythme du film est envoûtant...

Happy Together, Wong Kar-wai
Je retiens avant tout de ce film l'interprétation éblouissante de Tony Leung. Leslie Cheung lui habite son personnage avec grâce et sait le rendre délicieusement insupportable. WKW radicalise sa mise en scène (noir et blanc, impression de prises sur le vif, photo irréelle), la décompose presque (et ce n'est qu'une autre forme de composition très savante) pour suivre l'errance décousue de son couple.
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Post by Alligator »

Fa yeung nin wa (In the mood for love) (Kar Wai Wong, 2000) :

Image

_______________

Comme il a été dit jusqu'ici, la réalisation est plus que soignée, elle est d'une grâce et d'une beauté merveilleuse, la dynamique du film repose essentiellement sur une lenteur des plus appréciables, sans jamais emmerder le spectateur, une sorte d'alanguissement qui permet de se fondre dans les atermoiements des personnages, de bien entendre leur lente acceptation de leurs sentiments puis leur refus.

Encore des personnages emprisonnés, dans leur robes ou costumes étroits, dans les cadres de portes, ces verticales restreintes, ce monde étriqué, où la morale et le regard d'autrui pèsent d'un poids pathogène.

Malgré tout cela une certaine barrière subsiste avec les personnages. Un émoi que j'attendais et qui n'est pas venu. Une compassion peut-être. Une sympathie sûrement qui me manque.
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Sondage Wong Kar Wai

Post by Alligator »

Cheun gwong tsa sit (Happy together) (Kar Wai Wong, 1997) :

Image

pleins de captures à cliquer dessus que ça en devient plus grand
_______________

Wong Kar Wai ne cesse de m'ébouriffer! C'est un cinéaste si étonnant, donnant à presque chaque plan de son film une vie et une identité qui lui sont propres. Pas un cadrage ne ressemble à l'autre. Il y a une recherche perpétuelle, une invention, une idée formelle sur chaque plan, chaque séquence, une fixité ici, un mouvement là, une teinte ici, une sur-exposition là, une ligne brisée ici, une fluidité là. Le travail sur l'image est très impressionnant. D'autant plus qu'au final ces images hors du commun sont facilement identifiables à leur auteur. Malgré le fait qu'elles soient inédites, il s'en dégage un parfum particulier que l'on retrouve systématiquement dans les films de Kar Wai. C'est quand même extraordinaire! Je n'arrive pas à identifier les caractéristiques, les lignes directrices, les éléments génériques qui expriment la spécificité du style mais on ne peut y échapper, on le sent, on le voit, sans pouvoir dire comment ça marche. Et j'en reste comme deux ronds de flan.

Au-delà de la vie de la caméra, oeil dynamique se faisant oublier car il se déplace de manière tant naturelle, au delà de cette danse -tango en l'occurrence- le film est bouquet de mille fleurs, album de couleurs somptueuses. Le travail sur la photographie est sans doute un des plus remarquables dans le cinéma aujourd'hui, dénotant une maitrise technique parfaite. On use ce dernier adjectif sans trop de parcimonie et à force il peut paraitre galvaudé, mais ici, ce n'est absolument pas le cas : je pense littéralement que Wong Kar Wai fait plus qu'approcher la perfection dès lors qu'il élabore une photographie aussi bien pensée et exécutée.

Après... on a une histoire d'amour, de celles qui finissent mal en général. Or, chez cet auteur c'est bien plus que du général. Bon, que cela finisse mal ou pas, peu importe après tout, ce qui est important c'est que l'histoire d'amour parvienne à toucher le spectateur. En ce qui me concerne, ce n'est pas vraiment le cas.

Le personnage interprété par Tony Leung y parvient, certes. D'ailleurs on ne dira jamais assez que ce comédien est un géant, un de ceux qui seront montés au pinnacle dans les vingt ans à venir, qu'on peut considérer d'ores et déjà comme l'un des vingt meilleurs acteurs au monde à l'heure actuelle. Il nous fait ici cadeau d'une de ses meilleures performances. Malheureusement pour moi, son compagnon Leslie Cheung m'a semblé moins émouvant. Pourquoi? Manque d'empathie? Irritation? Il n'y a rien de plus tête à claque qu'un personnage qui ne sait pas trop ce qu'il veut, qui gère si mal son indécision. Et celui-là est corsé.
Dans une histoire d'amour, l'essentiel se trouve souvent dans l'interaction entre les deux personnages et l'échange entre les deux comédiens. De ce point de vue, j'ai très peu adhéré.

Tant pis. Pas grave, j'ai passé un très bon moment grâce à la sublime mise en image.
rosebud
Doublure lumière
Posts: 448
Joined: 24 Apr 07, 17:24
Location: Perpignan

Re: Wong Kar Wai

Post by rosebud »

La virtuosité de ce cinéaste est tout simplement éblouissante : chaque plan possède une magie et une beauté visuelle qui fait que l'Art au cinéma porte bien là son nom .
No Trespassing