Patrice Chéreau (1944-2013)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Max Schreck
David O. Selznick
Posts: 14811
Joined: 13 Aug 03, 12:52
Location: Hong Kong, California

Post by Max Schreck »

Johnny Doe wrote:La reine margot

Après la claque qu'avait été Intimité ça me fait vraiment mal d'avoir eu du mal à rentré dans ce film, pourtant il en a des qualité et j'ai globalement apprecié, mais dans la dernière partie je me suis vraiment ennuyé. Pourtant quel casting, je me rend compte à quel point Anglade est un acteur génial, il en fait pourtant constamment des tonnes mais il dévore l'écran. Superbe Auteuil (mais là je suis pas objectif non plus) et puis Adjani irradie bien souvent l'écran. Celà dit j'ai été relativement déçu par Greggory qui m'a semblé fade en gros méchant. A noté aussi Emmanuel Salinger assez transparent dans un petit rôle, mais si je le note, c'est bien parce qu'il me plaît bien chez Desplechin. Sinon c'est assez étonnant de violence et l'affiche est superbe et il faudra que je le revois un de ces coups.
Moi aussi il faudra que je le revoie, d'autant plus que je dispose du film dans sa version longue. Je reste sur ma première impression qui est celle d'un film époustouflant, tant dans sa photographie, que dans son casting et dans la furie du récit, entre le feuilleton de Dumas (La Medicis et son empoisonneur) et le théâtre de Chereau (Margot et ses frères). J'aimais beaucoup le duel épuisant auquel se livre Vincent Perez et son ennemi catholique, et je me demande encore s'il y a dans leur acharnement une quelconque référence aux Duellistes de Ridley Scott.
Un film âpre et sanglant, et une belle leçon d'histoire.
« Vouloir le bonheur, c'est déjà un peu le bonheur. » (Roland Cassard)
Mes films du mois...
Mes extrospections...
Mon Top 100...
Art Core
Paulie Pennino
Posts: 2254
Joined: 24 May 05, 14:20

Post by Art Core »

Max Schreck wrote:
Johnny Doe wrote:La reine margot

Après la claque qu'avait été Intimité ça me fait vraiment mal d'avoir eu du mal à rentré dans ce film, pourtant il en a des qualité et j'ai globalement apprecié, mais dans la dernière partie je me suis vraiment ennuyé. Pourtant quel casting, je me rend compte à quel point Anglade est un acteur génial, il en fait pourtant constamment des tonnes mais il dévore l'écran. Superbe Auteuil (mais là je suis pas objectif non plus) et puis Adjani irradie bien souvent l'écran. Celà dit j'ai été relativement déçu par Greggory qui m'a semblé fade en gros méchant. A noté aussi Emmanuel Salinger assez transparent dans un petit rôle, mais si je le note, c'est bien parce qu'il me plaît bien chez Desplechin. Sinon c'est assez étonnant de violence et l'affiche est superbe et il faudra que je le revois un de ces coups.
Moi aussi il faudra que je le revoie, d'autant plus que je dispose du film dans sa version longue. Je reste sur ma première impression qui est celle d'un film époustouflant, tant dans sa photographie, que dans son casting et dans la furie du récit, entre le feuilleton de Dumas (La Medicis et son empoisonneur) et le théâtre de Chereau (Margot et ses frères). J'aimais beaucoup le duel épuisant auquel se livre Vincent Perez et son ennemi catholique, et je me demande encore s'il y a dans leur acharnement une quelconque référence aux Duellistes de Ridley Scott.
Un film âpre et sanglant, et une belle leçon d'histoire.
Tout pareil, ce film est proche du chef-d'oeuvre pour moi. Des acteurs époustouflantes, une retranscription fidèle et non-édulcorée de la barbarie et des moeurs libérées de l'époque. Le duel dont tu parles m'a également beaucoup marqué, il est magnifique de réalisme et d'humanité tout en étant extrêmement âpre. Qui plus est la musique est superbe. Du grand cinéma français comme on en n'a plus (pas ?) beaucoup vu depuis.
User avatar
Billy Budd
Bordeaux Chesnel
Posts: 26675
Joined: 13 Apr 03, 13:59

Post by Billy Budd »

Je trouve que La Reine Margot ressemble à la plupart des films que j'ai vu de Chéreau, à moitié réussis ou à moitié ratés, selon mon humeur lors du visionnage

Interprétation toujours parfaite, y compris Gregory, j'avoue ne pas comprendre les réserves émises à son égard, mais récit bancal, Chéreau ayant manifestement eu envie de filmer certaines séquences, dont Perez à poil avec la marque du maillot de bain, et semble un peu se désintéresser de certaines autres
Everybody's clever nowadays
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 21104
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Post by Nestor Almendros »

JUDITH THERPAUVE de Patrice Chéreau (TMC)

C'est du Chéreau donc c'est assez austère. Pas ennuyeux (je me suis accroché) mais je pense être passé à côté de ce qui l'intéressait. On s'attache ici davantage aux conflits "sociaux" et intérieurs (de Signoret, quasi-impassible) plutôt qu'à la chute de l'entreprise (ce qu'on aurait sans doute mis plus en avant dans un film classique).
Le film date de 1979 mais on parle déjà des journaux gratuits. Je ne pense pas que c'était le thème important, mais vu aujourd'hui ça titille...
User avatar
Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Posts: 23036
Joined: 31 Dec 04, 14:17
Location: Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Patrice Chéreau

Post by Jack Carter »

le 12 novembre

Image
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Patrice Chéreau

Post by Alligator »

Persécution (Patrice Chéreau, 2009) :

Image

http://alligatographe.blogspot.com/2010 ... ution.html
_______________

Ma connaissance du cinéma de Patrice Chéreau n'est que trop parcellaire, maigrichonne. Je n'ai pas du tout aimé "La reine Margot", n'ai que de très vagues souvenirs de "L'homme blessé" vu il y a plus de 20 ans sans doute, quant à "Intimité" n'en ayant vu que quelques bribes, je me demande même pourquoi j'ose l'évoquer ici. C'est la raison pour laquelle je me considère comme tout neuf, un débutant face à la caméra de Chéreau et j'entrai ainsi dans la salle de l'Utopia St Siméon vierge d'a priori, ravi de l'expérience, d'autant plus que le casting était appétissant, un trio gagnant.

Finalement, de "persécution", de laquelle parlons-nous exactement? Celle d'Anglade qui, en piqué complètement allumé, tombé amoureux sur un simple regard, fait subir à l'objet de sa subite affection? Une obsession que le scénario ne situe pas en son centre mais bien plutôt comme une espèce de déclencheur. Un auxiliaire. Cette histoire d'harcèlement si proche de la folie, n'a en fin de compte qu'une place mineure dans l'histoire générale.

L'axe du film est bien plus dans l'incapacité de Duris à s'auto-analyser, à s'accepter et s'épanouir avec les autres et en premier lieu avec sa compagne. C'est si vrai qu'il s'échine à ne pas construire une véritable relation amoureuse, se collete avec une Charlotte Gainsbourg tout aussi infoutue de bâtir quelque chose de solide et serein. Elle est son alter-ego, à l'exception près qu'elle est capable de s'accepter telle qu'elle est. Cela ne lui épargne pas pour autant les désagréments inhérents à ce mode de fonctionnement, à cette forme de solitude pas toujours facile à assumer. Duris ne le sait pas, ne le voit pas. S'il y a persécution, c'est bien de celle-là qu'il s'agit, celle qu'il s'auto-inflige en évitant tout le temps, viscéralement, de se regarder dans le miroir. En s'occupant du nombril des autres, le sien reste voilé, inaccessible. Ses jugements moraux à l'emporte-pièce, son souci constant de rechercher et développer une sorte de perfection morale illusoire -excusez le pléonasme- lui permettent de faire l'impasse sur sa propre existence. La perfection n'étant pas de ce monde, il crée ainsi de nombreuses barrières avec sa copine comme avec ses amis, autant d'armures, de carapaces qu'il solidifie à force de jugements, de violences ou d'absences. Duris excelle à faire vivre son personnage pourtant excessif, à tel point que parfois, j'ai eu un peu l'impression qu'il n'était pas réel. A d'autres, au contraire, il lui donne une chair émouvante.

Ce qui aide à entrer dans cette violente mécanique sociale, c'est la très brillante mise en scène de Chéreau.

Le travail photographique est souvent remarquable mais le jeu des acteurs respire la justesse et le bon rythme.

Un très bon film qui m'a fait forte impression même si l'émotion, parfois, s'éclipse. Je n'ai pas tout le temps été conquis par l'histoire, mais toujours par la direction d'acteurs.
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49068
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Patrice Chéreau

Post by Boubakar »

Persécution (2009)

Plus fort encore que le saurien, je n'avais jamais vu un seul film de Patrice Chéreau, donc je ne savais absolument pas dans quoi j'allais mettre les pieds.
Il en résulte une expérience pas forcément désagréable, mais auquel sa froideur m'a vraiment rebuté. Le titre lui-même est plus un déclencheur que le vrai sujet du film, qui se base sur la relation Duris - Gainsbourg, tous les deux très biens. Jean-Hugues Anglade, en homme très collant et amoureux d'un simple regard, y est intense, incarnerait ici le "caillou dans la chaussure", quelque chose qui va faire vaciller le couple déjà vacillant, à cause de l'incapacité du personnage de Duris à s'engager, voire à prendre confiance en lui-même et aux autres. Il s'engueule avec son beau-père, avec sa copine, avec son meilleur ami, et pas une seule fois, on le verra reprendre pied, dans ce qu'on peut dire un verre d'eau.
C'est très bien filmé, notamment la première scène dans le métro et les diverses scènes d'engueulades (surtout quand Duris trahit son meilleur ami d'un secret qu'il devait garder et ce dernier vient à fondre en larmes), mais je ne sens pas l'incarnation dans les rôles, pas la moindre flamme dans cette histoire. L'histoire en elle-même est plutôt bien traitée, quoique le revirement est un peu trop facile, mais pour un sujet aussi brûlant que la nature des sentiments, j'attendais un peu plus de chaleur. A noter une musique assez peu présente, mais très surprenante, voulant accentuer un côté "thriller" dont le film n'a pas besoin (sur la présence ou pas du persécuteur dans l'appartement que retape Daniel).
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Patrice Chéreau

Post by Thaddeus »

MAJ page suivante.
Last edited by Thaddeus on 23 Apr 20, 14:07, edited 1 time in total.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15192
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Patrice Chéreau

Post by Watkinssien »

Je me permets de te conseiller Gabrielle, que je considère comme le plus beau Chéreau (avec Intimité) ! :)
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45967
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Patrice Chéreau

Post by Flol »

Je n'ai vu qu'un seul film de Patrice Chéreau : Persécution.
Et j'avais trouvé ça proprement insupportable : hystérique, pas crédible et prétentieux.
J'ai sous le coude La Reine Margot, du coup j'hésite un peu à me le mater, suite à cette expérience hyper désagréable...vous me le conseillez quand même ?
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Patrice Chéreau

Post by Thaddeus »

C'est noté, Watkinssien. :wink:

Ratatouille : comme je le dis juste au-dessus, j'ai beaucoup aimé La Reine Margot, mais je conçois qu'on puisse le trouver chargé et excessif. Cependant la théâtralisation qu'il déploie tient davantage d'une inspiration opératique que d'un certain cinéma de chambre auquel appartient peut-être Persécution (je ne sais pas, je ne l'ai pas vu). Je pense que tu peux tenter le coup...
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11589
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Re: Patrice Chéreau

Post by MJ »

Ratatouille wrote:Je n'ai vu qu'un seul film de Patrice Chéreau : Persécution.
Et j'avais trouvé ça proprement insupportable : hystérique, pas crédible et prétentieux.
J'ai sous le coude La Reine Margot, du coup j'hésite un peu à me le mater, suite à cette expérience hyper désagréable...vous me le conseillez quand même ?
Je ne compterais pas Chéreau dans mes cinéastes fétiches, mais disons que Pérsecution (que je n'ai pas eu la bonne volonté de regarder jusqu'au bout) n'est de loin pas à compter dans ses films d'importance. On y retrouve toute l'hystérie qui peut agacer chez lui, mais qui parfois est canalisée dans un regard fort (j'aime beaucoup Intimité - et assez Gabrielle, même si c'est un film un peu déséquilibré) quand elle n'est pas comme ici poussée à un tel paroxysme que ça en devient irregardable de procédé.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 17920
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Patrice Chéreau

Post by Kevin95 »

Ratatouille wrote:J'ai sous le coude La Reine Margot, du coup j'hésite un peu à me le mater, suite à cette expérience hyper désagréable...vous me le conseillez quand même ?
Même question avant de jeter un oeil sur La Reine Margot mais avec L'Homme blessé ? C'est mal barré ?
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
Amarcord
Assistant opérateur
Posts: 2827
Joined: 30 Oct 06, 16:51
Location: 7bis, rue du Nadir-aux-Pommes

Re: Patrice Chéreau

Post by Amarcord »

Kevin95 wrote:
Ratatouille wrote:J'ai sous le coude La Reine Margot, du coup j'hésite un peu à me le mater, suite à cette expérience hyper désagréable...vous me le conseillez quand même ?[/
Même question avant de jeter un oeil sur La Reine Margot mais avec L'Homme blessé ? C'est mal barré ?
Très.
De Chéreau, je ne conseille pratiquement rien : je n'ai jamais trouvé un cinéma (et un cinéaste) plus prétentieux... Même Lelouch a l'air d'un Prix Nobel d'humilité, à côté.
[Dick Laurent is dead.]
User avatar
Karras
Mogul
Posts: 11848
Joined: 15 Apr 03, 18:31
Location: La cité du Ponant

Re: Patrice Chéreau

Post by Karras »

Patrice Chéreau est décédé lundi soir d'un cancer du poumon à l'âge de 68 ans. Homme de théâtre, il était aussi réalisateur de cinéma à succès, notamment connu pour son film "La Reine Margot" avec Isabelle Adjani.