Rambo / First blood

Rubrique consacrée aux HD-DVD et Blu-ray de films tournés à partir de 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 22909
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: [HD-DVD / Blu-ray] Rambo

Post by Commissaire Juve »

mynameisfedo wrote:...

mais un redoublage reste envisageable si l'éditeur souhaite améliorer le mixage sonore, à l'image de ce qui a été fait pour star trek 1 ou superman 1.

Heeeiiiin ? :o c'est toi qui dis ça, mon vieux Fédo ?

Dis pas ça, malheureux. C'est à cause de ces délires de geeks que les éditeurs nous ont foutu en l'air des tas de VF de notre jeunesse : la tour infernale, les dents de la mer, rencontres du 3e type. Put***, on s'en bat les coui*** des mixages DTS 18.5 à la mords-moi-le-n*** :evil: .

L'image, l'image, rien que l'image... le son, on s'en tape. Il est très bien comme il est.
Last edited by Commissaire Juve on 25 May 08, 10:03, edited 2 times in total.
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
User avatar
Coxwell
Le Révolté de l'An 2000
Posts: 2899
Joined: 24 Feb 05, 10:58

Re: [HD-DVD / Blu-ray] Rambo

Post by Coxwell »

Je ne suis pas d'accord avec toi concernant le son. C'est tout aussi important de soigner les pistes sonores, en tout cas, pour ma part j'attache autant d'importance au son qu'à l'image. De toute façon, les cinéphiles regardent en VO, donc, la question du doublage concerne les geeks...
mynameisfedo
Bernanonos
Posts: 5811
Joined: 8 Feb 05, 16:18

Re: [HD-DVD / Blu-ray] Rambo

Post by mynameisfedo »

Commissaire Juve wrote:
mynameisfedo wrote:...

mais un redoublage reste envisageable si l'éditeur souhaite améliorer le mixage sonore, à l'image de ce qui a été fait pour star trek 1 ou superman 1.

Heeeiiiin ? :o c'est toi qui dis ça, mon vieux Fédo ?

Dis pas ça, malheureux. C'est à cause de ces délires de geeks que les éditeurs nous ont foutu en l'air des tas de VF de notre jeunesse : la tour infernale, les dents de la mer, rencontres du 3e type. Put***, on s'en bat les coui*** des mixages DTS 18.5 à la mords-moi-le-n*** :evil: .

L'image, l'image, rien que l'image... le son, on s'en tape. Il est très bien comme il est.
ah, mais je ne dis pas que c'est ce que je veux. je ne fais que constater ce qui se passe. :wink:

maintenant, je n'écoute globalement que les VO donc ça ne me touche pas vraiment.

en revanche, ça manque souvent de logique lorsqu'il s'agit de films à suite et que ces messieurs ne "redoublent" qu'un des opus.
enfin, je dis ça, mais le fait qu'harrison ford alias indiana jones ait été doublé par différents doubleurs ne semble pas gêner énormément les spectateurs français.

sinon, à propos de rambo: écouter les VQ des films reste relativement difficile car le doubleur français avait vraiment réussi à rajouter un certain cachet aux doublages. voix particulière gravée dans les mémoires, et qu'on entend également dans les guignoles de l'info: pas facile à oublier donc.
Last edited by mynameisfedo on 25 May 08, 12:52, edited 1 time in total.
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 22909
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: [HD-DVD / Blu-ray] Rambo

Post by Commissaire Juve »

mynameisfedo wrote:
maintenant, je n'écoute globalement que les VO donc ça ne me touche pas vraiment...
Idem quand je suis tout seul. Mais quand je mate des films "à plusieurs", j'ai généralement droit à la VF ! :roll:
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
mynameisfedo
Bernanonos
Posts: 5811
Joined: 8 Feb 05, 16:18

Re: [HD-DVD / Blu-ray] Rambo

Post by mynameisfedo »

Commissaire Juve wrote:
mynameisfedo wrote:
maintenant, je n'écoute globalement que les VO donc ça ne me touche pas vraiment...
Idem quand je suis tout seul. Mais quand je mate des films "à plusieurs", j'ai généralement droit à la VF ! :roll:
là, évidemment...

j'ai pû écouter la VQ de John Rambo, et c'est dommageable je pense au film (qui n'est d'ailleurs semble-t-il pas vraiment un chef d'oeuvre).
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 48893
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Rambo

Post by Boubakar »

Une version longue de John Rambo est prochainement prévue ;
From our panel at Comic-Con, DVD producer Cliff Stephenson told the audience that he'll be working on an extended cut of Sylvester Stallone's Rambo for DVD and Blu-ray release sometime in 2009.
mynameisfedo
Bernanonos
Posts: 5811
Joined: 8 Feb 05, 16:18

Re: Rambo / First blood

Post by mynameisfedo »

Nimrod
Hypoglycémique
Posts: 26173
Joined: 13 Apr 03, 18:57

Re: Rambo / First blood

Post by Nimrod »

mynameisfedo wrote:on en reparle => http://www.hdnumerique.com/actualite/ar ... sgate.html
Je ne comprends pas : le topic fait référence au 1er. La jaquette du film présente sur le site c'est le 4. Et ils évoquent un Rambo de 1989, c'est le 3 (je crois). :?
Jerome
Producteur Exécutif
Posts: 7025
Joined: 23 May 03, 15:29
Location: Parti chercher des archives inédites

Re: Rambo / First blood

Post by Jerome »

il y a une confusion ici. le titre "Rambo" designe "John Rambo" aux USA, le premier rambo s'appelle First Blood aux USA. Donc l'annonce de ce director's cut concerne le quatrième film, pas le premier.
"Sa place est dans un Blu-Ray"
Nimrod
Hypoglycémique
Posts: 26173
Joined: 13 Apr 03, 18:57

Re: Rambo / First blood

Post by Nimrod »

Jerome wrote:il y a une confusion ici. le titre "Rambo" designe "John Rambo" aux USA, le premier rambo s'appelle First Blood aux USA. Donc l'annonce de ce director's cut concerne le quatrième film, pas le premier.
OK. Si les 9 minutes supplémentaires concernent les scènes coupées présentes en supplément du BD actuel, ça ne présente pas d'intérêt.
Jerome
Producteur Exécutif
Posts: 7025
Joined: 23 May 03, 15:29
Location: Parti chercher des archives inédites

Re: Rambo / First blood

Post by Jerome »

Nimrod wrote:
Jerome wrote:il y a une confusion ici. le titre "Rambo" designe "John Rambo" aux USA, le premier rambo s'appelle First Blood aux USA. Donc l'annonce de ce director's cut concerne le quatrième film, pas le premier.
OK. Si les 9 minutes supplémentaires concernent les scènes coupées présentes en supplément du BD actuel, ça ne présente pas d'intérêt.

c'est ce que je pensais aussi au début mais en fait, même si c'est en partie vrai, il y a d'autres changements. Vois ce que le producteur de cette nouvelle édition m'a répondu sur un forum us : http://forgottensilver.wordpress.com/20 ... on-longue/

Fin du HS :wink:
"Sa place est dans un Blu-Ray"
mynameisfedo
Bernanonos
Posts: 5811
Joined: 8 Feb 05, 16:18

Re: Rambo / First blood

Post by mynameisfedo »

=> http://www.hdnumerique.com/actualite/ar ... -aout.html

nouvelle édition blu-ray pour le dernier rambo (4)
Cortez The Killer
Accessoiriste
Posts: 1542
Joined: 11 Mar 10, 11:01
Location: Quelque part dans Bedford Falls

Re: Rambo / First blood

Post by Cortez The Killer »

Je suis prêt à racheter cette édition seulement si cette version est digne d'intérêt.
Les bonus m'intéressent car il y a un journal de tournage de plus de 80 minutes.
De plus,j'ai entendu dire que le montage de l'intro du film serait totalement différente de la version vue en salle?
Jerome
Producteur Exécutif
Posts: 7025
Joined: 23 May 03, 15:29
Location: Parti chercher des archives inédites

Re: Rambo / First blood

Post by Jerome »

Cortez The Killer wrote:Je suis prêt à racheter cette édition seulement si cette version est digne d'intérêt.
+ d'infos : http://forgottensilver.wordpress.com/20 ... on-longue/
"Sa place est dans un Blu-Ray"
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Rambo / First blood

Post by Alligator »

Image

http://alligatographe.blogspot.com/2010 ... blood.html

Quelle efficacité! Celui-là aussi je ne l'avais pas vu depuis longtemps. Décidément, je suis en pleine période revoyure! Et j'avais oublié le très bel équilibre du film, sa belle structure, l'écriture terriblement efficace. Il s'agit d'un film de viande et pour un film de ce type, le langage est on ne peut mieux maitrisé. Un film de viande, c'est un film où le corps est à l'avant. Il est à la base de toute l'histoire. John J. Rambo est un soldat traumatisé par le fait que son camarade de guerre déchiqueté par une bombe s'est retrouvé éparpillé façon puzzle sur lui. Il ne peut se défaire de ces images de morceaux de copain tous collés partout sur lui, c'est vrai que c'est désagréable. Alors les tripes qui sortent, les jambes qui ont disparu, ça peut vous tournebouler un gars. Bref, il a des circonstances atténuantes. Vu ce qu'il va faire dans le film, faut lui trouver de quoi le rendre au moins pas trop antipathique, n'est-ce pas? Mettons lui également dans les pattes quelque flicard un brin roitelet et abusif et hop, l'affaire est faite!

Un film de viande se voit aussi au fait que la caméra ne lâche pas Rambo et n'omet rien de ce corps d'homme viril, ses cicatrices en sortes de tatouages ou médailles qui vous posent son militaire plus que des galons, le sang qui coule, l'atelier couture en forêt, l'homme des cavernes fait son petit travail sans trop broncher, je crois que j'aurais dit au moins un "aïe" personnellement, le sang coule, le cuissot de sanglier en grillade, les tuméfactions des faciès cassés par la furie de Rambo, etc.

Univers sans femme, ni sexe, où le corps de Rambo est dévolu à d'autres fonctions, il se confond avec la machine. Outil façonné par l'ordre et l'armée, le sens de son existence ne réside plus que dans la guerre, la hiérarchie de la violence et de la force. Aussi, son retour du Vietnam est-il marqué par l'échec et l'exclusion, d'autant plus que cette guerre est perdue. Quand on perd l'habitude, ça vous fouette une fierté nationale. Les héros sont morts. Parce qu'en plus, le film investit le champ politique, maladroitement, de manière très primaire ou "républicaine" en se parant du discours prétexte "ahhhh, si on m'avait aidé!" permettant d'éluder toute vision pragmatique défavorable aux États-Unis et qui déclinerait toutes les mauvaises raisons de s'y être engagé.

Le monde binaire des gentils et des méchants que Rambo a emmené dans ses bagages pour justifier son sacrifice au Vietnam dans sa petite tête s'est écroulé à son retour.
La guerre construit des malades avec les plus faibles des survivants. Ici, face à la moindre bassesse, à la première épine violemment plantée dans son derrière par un redneck encore plus obstrué que lui, Rambo-la-machine se remet en marche. Au quart de tour, il ronronne. L'homme disparait car la douleur est trop vive, la violence trop douillette. Écorché et orgueilleux.

Kotcheff montre parfaitement cela, cette étincelle qui rallume la flamme avec une maitrise des temps idéale : d'abord, on entre en douceur dans le film, le tempo est calme. Le shérif débarque en hypocrite mielleux mais condescendant et commence peu à peu à imprégner le récit d'une petite dose de fiel. La sérénité est bien malmenée dans le poste de police dès que les flics abusent de leur pouvoir et tout d'un coup, un éclair de souvenir aussi vif, éclatant qu'une lame de rasoir et le film bascule sur un rythme trépidant d'une grande violence. Rambo devient une furie. Explosion d'images, course et accélération. J'ai vraiment aimé ce changement de braquet. Par la suite, temps morts et actions sont efficacement respectés. La mécanique Rambo est bien huilée.

En revoyant le film, je mesurais avec une certaine admiration pour le phénomène et peut-être aussi, avouons le, une part de nostalgie, combien ce film avait été marquant. Et on le comprend aisément. Je me souviens de la fascination qu'un film aussi original à l'époque produisit. On en parlait avec avidité avant même de le découvrir. L'affiche topless sortait de l'ordinaire. Une boule de nerfs qui explose et exorcise toutes les frustrations contre la violence de la société elle même, contre l'échec, le mensonge, l'exclusion. Bref, un film qui parle à l'adolescent mâle, surtout avec cette figure de masculinité, ce corps maltraité qui traverse les épreuves (celui d'un ado en connait pas mal également) tout cicatrisé, toute plaie béante, attendant la sècheresse du temps, suscitant la crainte et l'envie tout à la fois.

Le film testostéroné, le film adolescent par excellence traversera sans nul doute les générations. Celle qui l'a connu à sa sortie, si tant est qu'elle soit américaine, pouvait également se trouver en parfaite adéquation avec le discours politique réactionnaire que le film distille doucement et que le final du deuxième volet hurlera de façon encore plus grossière (Ronald Reagan est président en 1980).

Évidemment, ce discours ne me touche pas. A peine fait-il naitre une petite risette narquoise sur ma face de franchouillard pépère dans son canapé. Par contre, le film représente un très bel objet pour uniquement ce qu'il est : un film d'action. Bien écrit, bien filmé, bien monté, il est en outre presque bien joué. En effet, je suis plutôt déçu (je n'ai -il est vrai- pas misé beaucoup sur le bonhomme) par la prestation de Richard Crenna que j'ai trouvé très monolithique et dont la diction m'a paru affreusement sur-jouée.
Au contraire, Brian Dennehy fait une belle impression. Il m'a donné envie de revoir Cocoon (autre héritage des années 80).
Sylvester Stallone est un acteur limité, certes, mais dans son registre, il excelle tout limité soit-il. Je n'aurais jamais pour lui l'espèce de dédain qu'un Steven Seagal ou Jean-Claude Van Damme pourrait susciter en moi. Stallone force le respect. Sa carrière est parlante. Au-delà du muscle, on sent le comédien qui fait des efforts. Ce ne sera pas le cas pour d'autres de ses films, alors ne boudons pas notre plaisir. L'acteur va s'embourgeoiser. Ici il est encore plein de fougue et de naturel dans son jeu. Appréciable.

En fait, à bien y réfléchir, dans le genre du film d'action, ce "First blood" est un chef d'œuvre. En tout cas, un classique.