Jean Renoir (1894-1979)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16314
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Jean Renoir (1894-1979)

Post by Supfiction »

Chotard et Cie est souvent amusant et on y "retrouve" le Charpin épicier (gros "négociant" plutôt) du Schpountz, qui a bâti son affaire petit à petit à force de travail, chasseur de fainéants, en un peu plus arrogant et bourgeois. Il est effectivement parfois colérique, volubile et orgueilleux, faisant inévitablement penser au futur Fufu (on pense aussi à Raimu), surtout face à un gendre empoté et poète (tendance Pierre Richard).
La tendresse de Pagnol faisant en partie place à la causticité de Renoir. Molière n'est pas loin dans l'esprit (d'ailleurs Charpin est déguisé en bourgeois gentilhomme lors du bal).
Sur ce point Le commissaire a raison, Charpin en fait par moments des tonnes et c'est dommage car dès qu'il est plus sobre il est très drôle. Le film aurait peut-être été plus équilibré avec un personnage du gendre plus étoffé et un acteur faisant le poids face à Charpin (comme un Claude Rich dans Oscar). Fernandel aurait pu tenir ce rôle, mais le film aurait été tout autre.
A travers la peinture de ce riche négociant, on peut déjà un peu deviner les convictions politiques de Renoir.

Au final, un film plutôt sympathique (surtout si l'on aime Charpin) mais qui aurait pu être bien plus réussi.

Image
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Jean Renoir (1894-1979)

Post by Thaddeus »

Image


Naissance d’une chanson



Lorsque Jean Renoir est appelé par le Front Populaire, qui organise avec l’appui de la C.G.T. une souscription auprès des militants pour financer un film exaltant l’idéal révolutionnaire, son intention n’est pas de livrer une débauche d’images grandiloquentes ni de faire retentir les clairons héroïques. Comme pour Une Partie de Campagne, il sait transformer la nécessité en vertu : sa grande idée est de réaliser une fresque bigarrée et égalitaire de la naissance d’une nation. Il engage ainsi une équipe qui travaille en coopérative, sans se soucier des lendemains, mettant en somme en pratique la belle utopie des ouvriers de l’imprimerie Batala dans Le Crime de Monsieur Lange. Il lui faut enraciner l’Histoire dans une réalité humaine, vivante, rechercher sa trace et son sens dans le mouvement éternel des peuples. Rien de plus normal, dès lors, que La Marseillaise (le film) présentât ceux qui adoptèrent et baptisèrent la Marseillaise ("Chant de guerre pour l’armée du Rhin"). Il se trouve en effet que l’air en question fut entendu par les fédérés de Marseille lors d’un banquet, de la bouche d’un insurgé de Montpellier, et que, trois jours avant l’arrivée de la colonne à Paris, son conseil général lançait une pétition contre la royauté. De même, il est exact qu’il y eut un double assaut aux Tuileries, le premier repoussé par un tir meurtrier, le second victorieux justement grâce aux Marseillais et aux Brestois arrivant à la rescousse des sectionnaires parisiens. Il est tout aussi avéré que les Suisses rencontrés par les rebelles furent invités en allemand à sympathiser et que quelques-uns se rendirent. Le réalisateur sait que cette journée a eu des dernières heures atroces, tout comme la prise de la Bastille, devenue Fête nationale en dépit des têtes coupées et plantées au bout des piques. Seulement, malgré les violences de l’Histoire, il lui est évident que le peuple a raison contre le Roi. "Nul ne peut régner innocemment", a dit Saint-Just et semble rappeler le cinéaste : un fondu-enchaîné justicier remplace au palais un garde en tricorne par un jeune jacobin en faction, bonnet phrygien et regard tourné vers l’avenir. Par ailleurs, si l’on songe à sa façon de filmer une rue du Midi par une fenêtre ouverte, ou au rassemblement sous les platanes des enrôlés tandis qu’un baryton local naïvement empathique entame un couplet du chant nouveau, on peut dire que Renoir fixe définitivement une certaine lumière du Sud sur le sol, les toits et les murs des maisons. Un mot suffit pour définir l’art avec lequel il joue de l’espace et du décor : élégance. Élégance des recadrages, des mouvements de grue, de certains travellings et panoramiques qui, à bout de course, découvrent un visage connu.


Image



Faire jouer la comédie à des acteurs, en toute liberté, recréer avec eux une ambiance fraternelle, susciter un enthousiasme communicatif à l’endroit de la cause embrassée, au lieu de se livrer au pointilleux mais stérile exercice du musée imaginaire : tel est le projet de Renoir, qui a su retrouver dans le peuple français des années trente les archétypes, les particularismes, les "gueules" les plus conformes à celles et ceux de 1789. Pour qu’un comédien soit bon, il est essentiel de le laisser s’exprimer dans le registre qui lui est propre, de respecter la saveur personnelle de son articulation, la hauteur de son timbre de voix et les altérations linguistiques qui peuvent déparer son élocution. Il faut entendre tel chef marseillais "résumer la situation" en quêtant les applaudissements de son auditoire, tel autre, pipe au bec, stigmatiser "les janissaires" et "les capellans", Jenny Hélia interpeller ses compatriotes, les mains sur les hanches, du haut de la tribune de l’Assemblée, Carette pester contre M. de Rochambault, et puis ici un parfum d’accent nivernais, là celui du parigot de souche… Le film est une sorte de fête du verbe, de symphonie des dialectes français. Car la Révolution, ce fut aussi un peu le soulèvement des patois et des idiomes populaires, le chœur immense de toutes les voix de France, sa saine et brouillonne effervescence contre le langage pompeux et maniéré de la Cour, bref le droit de tous à la parole. De façon progressive, les protagonistes, d’abord en "vacance" ou en fuite dans la montagne, s’agglomèrent au peuple de Marseille, qui part se fondre dans le creuset de la Nation, c’est-à-dire Paris en armes. Ce n’est à tout prendre qu’en deux ans que la fiction monarchique s’écroule. À la structure en épisodes s’en superpose une autre, qui fait contraster d’avance avec le chant la ritournelle des émigrés, parfaite expression d’une chimère sentimentale. Quant à l’hymne même, on l’apprend avec les Marseillais d’abord à la cantonade, puis à l’heure du départ (où les femmes tombent à genoux comme pour une bénédiction) et enfin à Paris. Avant de nous emmener au "cinéma dans le cinéma", c’est-à-dire au théâtre d’ombres assez rudimentaire de Lotte Reiniger, Renoir signale, par des affiches d’époque, que les théâtres de la capitale fonctionnaient en abondance. Et, détail révélateur, il prête à Louis XVI une allusion à la tragédie dont lui et son entourage sont les acteurs. Marie-Antoinette aura même ce mot révélateur : "Le rideau va se lever sur le dernier acte de la tragédie, et je suis d’avis de frapper les trois coups !" Ainsi voit-on déjà la légende s’emparer de l’Histoire.

Exemple de rigueur dramatique, le film narre l’envahissement progressif d’un monde qui se perd (dans tous les sens du terme) par un autre qui se cherche. En travers de ce mouvement, il n’y a qu’un homme (et le dernier carré des aristocrates non émigrés ou non ralliés) : Pierre Renoir est parfait dans sa composition du roi, utilisant sa lenteur naturelle, sa parcimonie physique, sa myopie (exagérée ?) pour occuper l’espace d’une manière presque inerte, qui répond au mot terrible de Mirabeau sur sa nolonté. On a souvent commenté le gag (car c’en est un) de la perruque de travers, lors du passage en revue des troupes. On a moins remarqué que dans la séquence suivante, il demeure superbement empoté avec son couvre-chef empanaché à la main, qu’un ordre soudain empêche à trois reprises d’exhiber dignement. C’est cela, le véritable réalisme. Dans le même ordre d’idée, le retrait des Tuileries (dirigé, Jouvet-Rœderer aidant, comme un défilé de somnambules) s’oppose à l’attitude de la reine, avec son air pincé d’étrangère en visite, ou à l’agonie de Bomier qui voit repasser au pas de charge ses camarades victorieux sous le regard bouleversé de sa jeune amie parisienne. Si la bataille de Valmy est traitée comme une clausule, c’est que l’opéra est fini. Au cri "Vive la Nation !" Renoir substitue une digression lyrique sur la liberté conçue comme une belle amante. L’obscure dette mélodramatique qui empêchait Bomier de partir trouve son sens : le "rachat" par la mère, qui permet le départ, était déjà l’image de la redevance inconnue envers la patrie. C’est autour de filles aux bras chargés de fleurs que passe le travelling complexe qui, du carton "Ci-gît la Bastille", s’élève jusqu’à la grande place où, du fond, les volontaires débouchent. Il faut signaler aussi le chorus des femmes entamant la Carmagnole à l’instant décisif de la réunion du Club, la course des chambrières contrastant avec la raideur mécanique des soldats de garde, ou bien sûr la galvanisante harangue de la citoyenne Louise Auclair devant la Constitution à Valencienne — grand moment d’exaltation collective. Mais c’est à Nadia Sibirskaïa que Renoir réserve toute sa tendresse, sans pour autant tomber dans la frivolité.


Image



Il n’y a pas dans La Marseillaise l’impossible objectivité que certains ont cru y trouver. Ce qui s’y affronte, ce ne sont pas les raisons de chacun, très chères à Renoir par ailleurs. La scène de Coblence est caractéristique : la haine feutrée aveugle la plupart des bannis, tandis que Saint-Laurent reste lucide et expose le point de vue qu’Arnaud lui a révélé sur la tour du fort à Marseille. Mais la partie n’est pas égale : à aucun moment, le doute sur le bien-fondé de leur action n’effleure les patriotes. Pendant que les nobles essaient de reconstituer le menuet, eux s’initient à la manœuvre en douze temps du fusil : à l’archéologie se confronte la technologie (dont on sait le goût chez Renoir, cf par exemple la lunette d’approche de La Règle du Jeu). Bien que les grands axes de la narration disposent d’une autonomie qui en assure la modernité, les destins individuels interfèrent (avec ou sans violence) dans la progression du récit. Ainsi la dramaturgie du peuple coïncide-t-elle avec celle du film, qui réserve de très beaux instants d’émotion ou de souffle épique : la voix rauque et cassée de Louison lorsqu’elle apprend la blessure mortelle de Bomier, l’arrivée du régiment au faubourg Saint-Antoine, ou bien encore le moment où les assaillants se rangent devant la Garde nationale, l’exhortent à changer de camp, et que la fraternisation s’établit. Ce qui s’ébauche avec une brève véhémence à Valmy, c’est à la lettre une autre histoire, écrite pour prévenir les Français de ce qui, en 1938, se prépare au-delà du Rhin. Il est donc logique qu’un Provençal moins tendre que Bomier, artiste et beau parleur, défie tous les tyrans de l’Europe, et qu’avec Arnaud le sentencieux la conquête de la liberté soit finalement comparée à celle d’une femme qui n’est pas encore la maîtresse de l’homme mais qui laisse la porte ouverte à l’activité du désir. La Marseillaise n’est pas davantage la joyeuse bousculade que d’autres ont vue. C’est en réalité l’un des opus les plus cohérents et les plus denses de la carrière de Renoir. L’aspect débridé de la vie, constante du cinéaste, y est rendu en même temps que l’idée centrale (la liberté et tout ce qu’elle suppose) prend graduellement forme et rigueur. Par sa qualité plastique autant que par sa gravité politique, c’est aussi, sans doute, le seul film à la hauteur des événements dont tant d’entreprises ont essayé fiévreusement d’exploiter la renommée et d’obérer le souvenir.


Image
Last edited by Thaddeus on 22 Apr 19, 14:47, edited 5 times in total.
User avatar
Rick Blaine
Howard Hughes
Posts: 19828
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Jean Renoir (1894-1979)

Post by Rick Blaine »

Content de voir quelqu'un prendre la défense de ce film parfois injustement mésestimé. :D
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Jean Renoir (1894-1979)

Post by Thaddeus »

Eh oui, totalement enthousiasmé par ce film, peut-être victime d'une accusation d'approche partisane alors que tout dans sa conception semble traduire plutôt l'enthousiasme de la paix et de la fraternisation. À cet égard, la critique du site est révélatrice. Pour moi c'est du grand Renoir, truculent, humain, chaleureux.
User avatar
Major Dundee
Réalisateur
Posts: 6145
Joined: 15 May 06, 13:32
Location: Bord de la piscine de "Private Property"

Re: Jean Renoir (1894-1979)

Post by Major Dundee »

De tout coeur avec vous 8)
Charles Boyer (faisant la cour) à Michèle Morgan dans Maxime.

- Ah, si j'avais trente ans de moins !
- J'aurais cinq ans... Ce serait du joli !


Henri Jeanson
User avatar
ed
Le Cary de l'hypoténuse
Posts: 24554
Joined: 19 Jan 06, 15:33
Location: Californie, années 50

Re: Jean Renoir (1894-1979)

Post by ed »

Thaddeus wrote:Eh oui, totalement enthousiasmé par ce film, peut-être victime d'une accusation d'approche partisane alors que tout dans sa conception semble traduire plutôt l'enthousiasme de la paix et de la fraternisation. À cet égard, la critique du site est révélatrice. Pour moi c'est du grand Renoir, truculent, humain, chaleureux.
Je fais également partie des amateurs. J'étais d'ailleurs le seul de l'équipe à le faire figurer dans mon top Renoir
Me, I don't talk much... I just cut the hair
Image
Léo Pard
Machino
Posts: 1127
Joined: 29 Sep 10, 18:33

Re: Jean Renoir (1894-1979)

Post by Léo Pard »

Ça tombe bien, c'est justement ce film qui ouvrira la saison du Ciné-Club de France 2 dans 3 semaines. J'espère pouvoir en profiter pour le découvrir. :)
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 22907
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Jean Renoir (1894-1979)

Post by Commissaire Juve »

La nuit du carrefour (1932)... découvert hier soir au cinéma de minuit.

Encore un rendez-vous manqué avec Renoir (je crois qu'on n'est pas faits pour s'entendre). Je n'ai pas du tout aimé, j'ai trouvé ça mal joué (je parle des seconds couteaux et de l'exaspérante Winna Winifried) et inintéressant au possible.

Je ne sais pas ce que donne le roman de Simenon, mais... oh la vache !

La même année, Maurice Tourneur réalisait Au nom de la loi, et, croyez-moi, c'était un film d'une autre trempe !

Merci à Patrick Brion m'avoir fait économiser des sous.
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89960
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Jean Renoir (1894-1979)

Post by Jeremy Fox »

Le roman est un des tous meilleurs Maigret, si ce n'est celui que je préfère. Pas trop fan du film non plus.
User avatar
Rick Blaine
Howard Hughes
Posts: 19828
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Jean Renoir (1894-1979)

Post by Rick Blaine »

La Nuit du Carrefour est un Renoir très mineur effectivement, voire même plutôt raté. Le Tourneur lui est infiniment supérieur, cela va sans dire, mais je pense que le cinéma de Renoir n'est pas fait pour se confronter à ce type de matériau. Le résultat ressemble plus au Renoir poussif de la période muette qu'a ses multiples chef d’œuvres des années 30.
Rashomon
Electro
Posts: 980
Joined: 7 Apr 14, 14:16

Re: Jean Renoir (1894-1979)

Post by Rashomon »

Rick Blaine wrote:au Renoir poussif de la période muette
Ah, je ne suis pas tout seul. :D
J'ai été voir La fille de l'eau samedi à la Cinémathèque et sans m'ennuyer (je n'en ai pas eu le temps: le film est court) je n'ai pas été très impressionné non plus: très plat et Catherine Hessling manquait de charisme. J'ai Nana sur mes étagères depuis quelques temps et je me demande ce que ça vaut: quelqu'un l'a vu?
User avatar
Rick Blaine
Howard Hughes
Posts: 19828
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Jean Renoir (1894-1979)

Post by Rick Blaine »

Rashomon wrote:
Rick Blaine wrote:au Renoir poussif de la période muette
Ah, je ne suis pas tout seul. :D
J'ai été voir La fille de l'eau samedi à la Cinémathèque et sans m'ennuyer (je n'en ai pas eu le temps: le film est court) je n'ai pas été très impressionné non plus: très plat et Catherine Hessling manquait de charisme.
Pour moi c'est un enfer ce film, peut-être le plus mauvais Renoir que j'aie vu. Ca a beau être court, je me suis profondément ennuyé. :oops:
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15103
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Jean Renoir (1894-1979)

Post by Watkinssien »

Rashomon wrote:
Rick Blaine wrote:au Renoir poussif de la période muette
Ah, je ne suis pas tout seul. :D
J'ai été voir La fille de l'eau samedi à la Cinémathèque et sans m'ennuyer (je n'en ai pas eu le temps: le film est court) je n'ai pas été très impressionné non plus: très plat et Catherine Hessling manquait de charisme. J'ai Nana sur mes étagères depuis quelques temps et je me demande ce que ça vaut: quelqu'un l'a vu?
Nana est la meilleure oeuvre muette de Renoir. Un grand film et une très belle adaptation du roman de Zola.
Image

Mother, I miss you :(
bruce randylan
Mogul
Posts: 11497
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Jean Renoir (1894-1979)

Post by bruce randylan »

Nana ?
Un effroyable mélo interminable avec une actrice insupportable et "disgracieuse" dira-t-on.
Je ne comprend pas qu'on encense ce film ci et qu'on descende en flamme l'inhumaine par exemple.

De la période muette, je garde en revanche un bon souvenir de la petite fille aux allumettes.
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
User avatar
Rick Blaine
Howard Hughes
Posts: 19828
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Jean Renoir (1894-1979)

Post by Rick Blaine »

bruce randylan wrote: De la période muette, je garde en revanche un bon souvenir de la petite fille aux allumettes.
C'est aussi ce qui me paraît être le meilleur (mais je n'ai pas vu Nana)
Quoiqu'il en soit, Renoir reste un cinéaste de la parole.