Dans la chaleur de la nuit (Norman Jewison - 1967)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Dans la chaleur de la nuit (Norman Jewison - 1967)

Post by Federico »

Je l'ai revu moi aussi avec un grand plaisir (le thème de Quincy Jones chanté par Ray Charles, waouhh !). Malgré quelques figures un peu caricaturales (l'échalas Perkins-ien, la nymphette nympho, les Rednecks désoeuvrés...), c'est du cinéma assez velu. Sidney Poitier est hyper-classe ("They call me Mr Tibbs") et Steiger n'en fait pas trop pour une fois. Et puis cette scéne terrible de la gifle rendue et de l'atroce réplique du notable qu'on imagine trop bien se promenant la nuit avec ses potes sous des cagoules blanches pointues en portant des croix enflammées... :?
Mais dans le portrait violent d'un Deep South qui ne l'est pas moins, Arthur Penn avait placé la barre très très haut l'année précédente avec La poursuite impitoyable. OK, il y a chez lui aussi des figures encore plus excessives et des tics Actors Studio mais - pardon pour l'expression - quel putain de film !

Je ne connais également que les grands classiques de Jewison mais il mérite d'être classé parmi les meilleurs artisans de cette période. Et puis Le Kid de Cincinatti, L'Affaire Thomas Crown et Rollerball dans une filmo, ça incite au respect...
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
jacques 2
Régisseur
Posts: 3172
Joined: 17 May 10, 17:25
Location: Liège (en Wallonie)

Re: Dans la chaleur de la nuit (Norman Jewison - 1967)

Post by jacques 2 »

Personne n'a regardé le documentaire qui suivait la diffusion du film sur Arte hier ?

Parce que un des intérêts en était bien de nuancer certains jugements faits à l'emporte pièce - comme certains énoncés ci-dessus - et qui se résument à traiter plus ou moins ouvertement Sydney Poitier d'Oncle Tom ... :?

Alors que cet homme - cet acteur - a créé un précédent en arrivant à s'imposer petit à petit et au travers de rôles souvent subtils à une Amérique qui ressemblait plus qu'un peu à celle évoquée dans l'excellent film de Jewison ...
Non, Sydney Poitier n'était pas Malcolm X mais, avec son ami Harry Belafonte, il a ouvert une brèche et a toujours interprété des personnages charismatiques et positifs avec des valeurs universelles : ce n'est déjà pas si mal, je crois, alors que, jusqu'à lui, le "nègre" de service était toujours réduit au rôle de pitre ou de serviteur ... :wink:

Et le film de Jewison a plus que très bien vieilli ... :)
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Dans la chaleur de la nuit (Norman Jewison - 1967)

Post by Federico »

jacques 2 wrote:Personne n'a regardé le documentaire qui suivait la diffusion du film sur Arte hier ?

Parce que un des intérêts en était bien de nuancer certains jugements faits à l'emporte pièce - comme certains énoncés ci-dessus - et qui se résument à traiter plus ou moins ouvertement Sydney Poitier d'Oncle Tom ... :?

Alors que cet homme - cet acteur - a créé un précédent en arrivant à s'imposer petit à petit et au travers de rôles souvent subtils à une Amérique qui ressemblait plus qu'un peu à celle évoquée dans l'excellent film de Jewison ...
Non, Sydney Poitier n'était pas Malcolm X mais, avec son ami Harry Belafonte, il a ouvert une brèche et a toujours interprété des personnages charismatiques et positifs avec des valeurs universelles : ce n'est déjà pas si mal, je crois, alors que, jusqu'à lui, le "nègre" de service était toujours réduit au rôle de pitre ou de serviteur ... :wink:
Intéressant documentaire contenant de grands passages. Notamment la remarquable conférence de presse donnée par Poitier où on le sent très marqué par tout ce que les uns et les autres disent de lui et où il parvient à poser calmement ses mots et des mots très bien pesés et choisis. On sent un homme d'une intelligence rare.

Un regret personnel : le nom de Joanna Shimkus n'est évoqué qu'une fois accompagnant une photo datant de l'époque de L'homme perdu (1969) où elle et Poitier se sont rencontrés.

Image
Last edited by Federico on 25 Oct 10, 23:37, edited 1 time in total.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
Lord Henry
A mes délires
Posts: 9466
Joined: 3 Jan 04, 01:49
Location: 17 Paseo Verde

Re: Dans la chaleur de la nuit (Norman Jewison, 1967)

Post by Lord Henry »

Demi-Lune wrote: Il serait intéressant que je découvre un peu plus la filmo de Jewison car c'est un cinéaste qui me donne l'impression d'être un "annonceur" du Nouvel Hollywood mais également un artisan digéré par les studios au point qu'il ne participera jamais vraiment à la révolution cinématographique des 70's. Me trompe-je ?
Norman Jewison est un illustrateur traditionnel du cinéma à thèse, mais il avait la chance d'avoir sous la main Hal Ashby comme monteur. En vérité, son cinéma est plus proche de Stanley Kramer - on peut penser à La Chaîne - que du "nouvel Hollywood".
Image
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15520
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Dans la chaleur de la nuit (Norman Jewison - 1967)

Post by Watkinssien »

Un des meilleurs films de Jewison, où tout est efficace : la mise en scène, l'interprétation, le scénario, le traitement des sujets.
Image

Mother, I miss you :(