Robert Parrish (1916-1995)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16570
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Robert Parrish (1916-1995)

Post by Profondo Rosso »

Libre comme le vent (1958)

Image

Steve Sinclair est un tireur repenti et coule maintenant des jours paisibles dans son ranch "Double S". Son jeune frère, en revanche, ne s'est pas retiré de la vie tumultueuse des affrontements aux revolvers et se vante d'être un roi de la gâchette. Ayant fait la connaissance de la belle Joan Blake, chanteuse dans un saloon, il vient présenter à son frère sa future fiancée.

Un superbe western qui participe au souffle novateur du genre en cette fin des années 50 avec des œuvres comme Le Gaucher d'Arthur Penn sorti la même année. Avec Robert Parrish cette mutation se fait moins démonstrative que chez Penn, s'inscrivant au cœur d'un récit subtil et intense. Le film traite d'un conflit fraternel entre l'aîné Steve Sinclair (Robert Taylor) et son cadet Tony (John Cassavetes), tous deux dirigeant un ranch dans une vallée paisible. Ancien hors-la-loi repenti, Steve a élevé son frère et fait plus figure de père de substitution dans sa volonté de calmer la fougue de Tony. Robert Taylor sa présence taciturne et son stoïcisme offre un parfait contrepoint adulte et stable à la prestation de John Cassavetes imprégnée de la méthode où il fait preuve d'un agitation permanente dans le phrasé et l'attitude, d'un besoin enfantin d'attirer les regards. On ressent dans cette attitude chez Tony est besoin maladif de d'épater, d'égaler puis de surpasser son frère aîné qu'il admire. Cela sera visible lorsqu'il amènera de la ville sa fiancée Joan Blake (Julie London) mais finalement dans l'Ouest le meilleur moyen de se distinguer, de susciter la crainte et l'admiration de tous, c'est par son brio à la gâchette. L'attitude psychotique qu'il a de s'exercer au tir avec son nouveau revolver montrera qu'il suffira d'une occasion pour éveiller ses bas instincts. Celle-ci se présentera lorsqu'un redoutable tueur (Charles McGraw) viendra se venger de Steve et que Tony sous prétexte de protéger son frère ressentira pour la première fois le gout du sang en réussissant à le tuer. Un premier forfait réussi par pure chance (la formidable scène d'introduction inspirée des Tueurs de Robert Siodmak (et de la nouvelle d'Hemingway évidemment) ayant capturée toute la dangerosité et la menace de Charles McGraw), ce dont Tony est conscient sans se l'avouer mais le mal est fait son bouillonnement intérieur a trouvé sa raison d'être en recherchant jusqu'au bout cette adrénaline mortelle.

John Cassavetes s'inscrit dans la veine de ces personnages juvénile, psychotiques et imprévisibles qu'on trouve dans les westerns de cette période comme le Paul Newman du Gaucher ou le Robert Wagner du Brigand bien-aimé (1957). Des êtres qui amènent un malaise et une instabilité dans le genre par des actions reposant plus sur une psychologie torturée qu'un objectif déterminé et un trame classique. Tony s'oppose ainsi à tous les autres protagonistes à l'inverse en quête de cette stabilité, nécessaire suite à un passé qu'on devine pour chacun douloureux. Steve par cette vie d'éleveur souhaite définitivement tourner le dos à son passé de tueur. Joan recherche quant à elle une existence décente et calme après avoir chanté dans les saloons les plus sordides. Dennis Deneen (Donald Crisp) rêve lui de faire de cette vallée un havre de paix et abhorre la violence qui lui a coûté un fils. Parrish amène cette même conviction au poignant personnage secondaire de Clay Ellison (Royal Dano), ancien soldat nordiste cherchant une terre où enfin s'établir avec sa famille. Ce type de héros perdus, en recherche d'attache, sont typique de Robert Parrish notamment Robert Mitchum dans L'Aventurier du Rio Grande, Gregory Peck dans La Flamme pourpre (1954) ou les exilés de L'Enfer des tropiques (1957). Le réalisateur accorde à chacun une belle séquence intimiste où s'exprimera avec sobriété cette blessure à cicatriser, ce manque à combler. On pense aux échanges entre Robert Taylor et Julie London ou en quelques mots ils sauront reconnaître leur fêlures mutuelles et se rapprocher (tout cela sans vraie scène d'amour le lien se faisant implicite), l'arrivée nocturne et l'attitude digne de Clay Ellison chez Dennis Deneen. Tony est trop jeune, trop dangereux et fougueux pour avoir de tels attentes et sèmera le chaos sans se soucier de personne.

Parrish fait remarquablement s'équilibrer ces volontés divergentes entre quiétude et anarchie. Les scènes de violence sont sèches et douloureuses, contrebalancées par des moments contemplatifs où se dévoile une science du décor impressionnante avec ce scope embrassant le panorama de cette vallée verdoyante et de son arrière-plan montagneux. L'introspection côtoie la furie la plus prononcée d'une scène à l'autre (l'échange apaisé entre Taylor et Julie London directement suivie par l'agression du camp d'intrus par Tony), ces désirs antinomiques finissant par s'entremêler dans le duel final où la prairie inondée de fleur sert de cadre à un affrontement fratricide inéluctable. Le film surprend d'ailleurs jusqu'au bout par l'issue de ce duel avec un anti climax inattendu et poignant. Un captivant western. 5/6

Image
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Robert Parrish (1916-1995)

Post by Federico »

En jetant un oeil sur le casting à rallonge d'A l'Ouest, rien de nouveau de Lewis Milestone (1930), je découvre que le jeune Parrish y fait une apparition en écolier. Donc ça doit se situer soit au tout début...
Image
...soit à la fin du film.
Image
Ayant débuté comme enfant-acteur aux derniers temps du muet, Parrish joua également dans L'aurore de Murnau, Les lumières de la ville de Chaplin et plusieurs Ford des années 30.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
martinbrady
Accessoiriste
Posts: 1787
Joined: 8 Feb 11, 10:27
Location: planète Z

Re: Robert Parrish (1916-1995)

Post by martinbrady »

oui mais il est né en 16, donc il avait 14 ans, à mon avis c'est pas dans la salle de classe, je regarde le film ce soir, je vais guetter les ados (oui, bon), merci pour l'info.
"Lacrimas", horse called "Tears"...
martinbrady
Accessoiriste
Posts: 1787
Joined: 8 Feb 11, 10:27
Location: planète Z

Re: Robert Parrish (1916-1995)

Post by martinbrady »

Federico wrote:En jetant un oeil sur le casting à rallonge d'A l'Ouest, rien de nouveau de Lewis Milestone (1930), je découvre que le jeune Parrish y fait une apparition en écolier. Donc ça doit se situer soit au tout début...



...soit à la fin du film.
Image
Ayant débuté comme enfant-acteur aux derniers temps du muet, Parrish joua également dans L'aurore de Murnau, Les lumières de la ville de Chaplin et plusieurs Ford des années 30.
martinbrady wrote:oui mais il est né en 16, donc il avait 14 ans, à mon avis c'est pas dans la salle de classe, je regarde le film ce soir, je vais guetter les ados (oui, bon), merci pour l'info.
si peut-être le jeune homme à droite au 1er rang mais franchement je crois pas.
Parrish fin 50:
Image
un moment je l'ai confondu avec Glenn Boles + erreur de IMDB annonçant un écolier au lieu d'un soldat:
Image
j'aurais bien voulu que ce soit lui, moi, mais bon c'est pas Parrish c'est Boles.
"Lacrimas", horse called "Tears"...
martinbrady
Accessoiriste
Posts: 1787
Joined: 8 Feb 11, 10:27
Location: planète Z

Re: Robert Parrish (1916-1995)

Post by martinbrady »

dernière tentative d'identification, tu dois avoir raison, c'est le même profil que l'écolier au 1er rang à droite:
Image

Image


toutes mes excuses... :wink:
"Lacrimas", horse called "Tears"...
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92367
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Robert Parrish (1916-1995)

Post by Jeremy Fox »

Le western du Week-End : L'aventurier du Rio Grande
User avatar
Addis-Abeba
Mouais
Posts: 12622
Joined: 12 Nov 04, 23:38
Location: Chocolatine

Re: Robert Parrish (1916-1995)

Post by Addis-Abeba »

Robert Parrish a fait des films intéressants comme ceux cités dans ce topic, mais il ne semblait pas doué pour la comédie, exercice toujours très difficile.

Comme pour ce The Bobo

Image

Juan Bautista (Peter Sellers) désire être un matador et un chanteur en même temps. Un directeur de théâtre lui offre sa chance s'il séduit la belle Olympia et passe une heure dans l'appartement de cette dernière, toutes lumières éteintes.

Malheureusement c'est lourd, indigeste
Peter Sellers pour une fois n'est pas drôle, son personnage ne fait pas rire, mais en plus il agace.
Il reprend un peu celui de The Party, sauf que contrairement au chef-d'oeuvre de Blake Edwards, rien ne fonctionne.Ce n'est pas seulement la faute du réalisateur et de l'acteur, le scénario est quand même pas folichon, un peu ridicule même.
En point positif, la magnifique Britt Ekland qui elle s'en sort bien, elle tient bien son personnage, et dès qu'elle est à l'écran on ne s'ennui pas, elle domine largement le casting.
J'allais dire que son hypothétique liaison dans le film avec Juan Bautista parait peu crédible, sauf qu'elle a était marié quatre ans avec Peter Sellers :o
A noter le rôle d'un barman sympathique et protecteur joué par Al Lettieri
Image
Ca change des ses emplois dans Guet-Apens et autres, qui sont arrivés bien après, le pauvre est mort trop jeune.


Pour ceux qui n'ont pas vu ce The Bobo, pas de regret, pas de panique, ca vaut pas le coup, ou alors juste pour Britt Ekland, ce qui en soi est déjà une très bonne raison.
"On va voir King-Kong au cinéma avec les collègues, tu viens avec nous ? Non j'aime pas les films Chinois..."
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------