Frank Capra (1897-1991)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

kiemavel
Assistant opérateur
Posts: 2191
Joined: 13 Apr 13, 09:09

Re: Frank Capra (1897-1991)

Post by kiemavel »

Juve est donc contagieux. J'espère qu'on va quand même pas être obligé de le mettre en quarantaine :mrgreen:


EDIT : Je n'ai pas vu si cela avait été relayé ailleurs ... donc éventuellement pour rappel, ce film ouvrait la série des 4 Capra décortiqués dans Les chemins de la philosophie de Adele Van Reeth en mars dernier

https://www.franceculture.fr/emissions/ ... -avec-vous
https://www.franceculture.fr/emissions/ ... h-au-senat
https://www.franceculture.fr/emissions/ ... t-mr-deeds
https://www.franceculture.fr/emissions/ ... -est-belle
Rashomon
Electro
Posts: 993
Joined: 7 Apr 14, 14:16

Re: Frank Capra (1897-1991)

Post by Rashomon »

kiemavel wrote:Juve est donc contagieux. J'espère qu'on va quand même pas être obligé de le mettre en quarantaine :mrgreen:
Me comparer au Comissaire est un coup bas dont je me souviendrai le moment venu. :mrgreen:
Plus sérieusement, j'aime Capra mais pas dans sa veine idéaliste et moralisatrice. Je préfère New York-Miami et La Blonde platine à Monsieur Deeds et - sacrilège! - La Vie est belle. Sans doute suis-je trop cynique.
User avatar
rodoliv
Electro
Posts: 760
Joined: 10 Sep 16, 22:33

Re: Frank Capra (1897-1991)

Post by rodoliv »

Rashomon wrote:
kiemavel wrote:Juve est donc contagieux. J'espère qu'on va quand même pas être obligé de le mettre en quarantaine :mrgreen:
Me comparer au Comissaire est un coup bas dont je me souviendrai le moment venu. :mrgreen:
Plus sérieusement, j'aime Capra mais pas dans sa veine idéaliste et moralisatrice. Je préfère New York-Miami et La Blonde platine à Monsieur Deeds et - sacrilège! - La Vie est belle. Sans doute suis-je trop cynique.
Disons que 2/10 c'est vache quand même, ça vaut combien "les bronzés 3" sur ton échelle? :D
kiemavel
Assistant opérateur
Posts: 2191
Joined: 13 Apr 13, 09:09

Re: Frank Capra (1897-1991)

Post by kiemavel »

Rashomon wrote:
kiemavel wrote:Juve est donc contagieux. J'espère qu'on va quand même pas être obligé de le mettre en quarantaine :mrgreen:
Me comparer au Comissaire est un coup bas dont je me souviendrai le moment venu. :mrgreen:
Plus sérieusement, j'aime Capra mais pas dans sa veine idéaliste et moralisatrice. Je préfère New York-Miami et La Blonde platine à Monsieur Deeds et - sacrilège! - La Vie est belle. Sans doute suis-je trop cynique.
Je ne te suis pas sur La vie est belle mais je vois évidemment le rapprochement. Rien de comparable cependant avec l'optimisme - contagieux ou pas, la preuve- d'un film comme Vous ne l'emporterez pas avec vous que j'aime néanmoins mais c'est loin d'être mon Capra préféré. Je ne rentre pas dans le détail mais la conversion finale des affreux et sinistres riches rejoignant finalement la communauté des farfelus me fait aussi tousser un peu.
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18642
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Frank Capra (1897-1991)

Post by Supfiction »

Tiens, je n'avais meme pas vu qu'un Capra venait de sortir en blu ray (le quatrième en France). Le film le mérite amplement.

https://www.amazon.fr/State-Union-Lenje ... 1_1&sr=8-1

Image
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 21977
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: Frank Capra (1897-1991)

Post by Nestor Almendros »

bientôt en test sur Classik
"Un film n'est pas une envie de faire pipi" (Cinéphage, août 2021)
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18642
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Top Frank Capra

Post by Supfiction »

Ann Harding wrote: Ladies of Leisure (1930, Frank Capra) avec Barbara Stanwyck, Ralph Graves, Lowell Sherman et Marie Prevost

Kay Arnold (B. Stanwyck) est une 'party-girl' qui vit avec son amie Dot (M. Prevost). Un soir, elle rencontre Jerry Strong (R. Graves), un fils à papa qui a décidé devenir artiste peintre. Il l'embauche comme modèle...

Ladies of Leisure est un film important car il marque la première collaboration entre Frank Capra et Barbara Stanwyck. Elle n'avait alors tourné que deux films (dont The Locked Door, voir ci-dessus). Mais, c'est dans ce film que sa personnalité éclate à l'écran. Capra utilise un scénario sur un sujet éculé au possible : la pauvre fille qui se prostitue et le fils à papa qui tombent amoureux provoquant l'ire de son père. On est devant une version modernisée de La Dame aux camélias issue d'une pièce produite par David Belasco à Broadway. Mais, Capra arrive à surmonter ce handicap grâce à une subtile direction d'acteurs. Barbara, dès sa première apparition, impose son personnage de fille entretenue, gouailleuse et naturelle. Son visage encore enfantin est en contraste avec son attitude de fille revenue de tout. Elle dérobe le portefeuille de Ralph Graves avant de lui restituer plus tard, car entre temps, elle est tombée amoureuse de lui et veut changer de vie. Comme le dit Capra dans ses mémoires (qui sont parfois sujet à caution) elle donnait tout dès la première prise. On sent une jeune actrice sensible qui s'implique à 100% dans son personnage. Elle apprendra plus tard à conserver une saine distance avec son rôle. Joseph Walker, le collaborateur habituel de Capra, fait des merveilles à la photo particulièrement sur les gros plans du visage radieux de Barbara. Dans les rôles secondaires, on remarque un excellent Lowell Sherman en fêtard éméché (qui fait des peintures sur le dos dénudé de jeunes femmes) et Marie Prevost, une actrice du muet qui jouait souvent les filles de mauvaise vie, qui est maintenant un peu replète et joue avec ironie de son physique face à la très mince Barbara. Le film est réellement un produit de la période Pre-Code en n'hésitant pas à nommer un chat un chat. La première scène est de ce point de vue parfaite avec les fêtards dans l'appartement de Ralph Graves qui jettent des bouteilles dans la rue depuis le toit du gratte-ciel et se livrent aux pires délires sous l'emprise de l'alcool. Si l'on considère que le film est de 1930, Capra réussit brillamment à donner du mouvement à sa caméra. Il n'y a aucun statisme dans ce film qui conteint de nombreux travellings et qui est monté très intelligemment. Espérons qu'il sera un jour disponible en DVD comme les autres grands films de Capra avec Stanwyck que sont The Miracle Woman et The Bitter Tea of General Yen.
Dernier Capra parlant qui me restait à voir en fait. La parenté avec La dame aux camélias est évidente dans la dernière partie du film plus tragique. Il y a un peu de Pretty woman avant l’heure également dans le personnage de Barbara Stanwyck. L’actrice est absolument étonnante dans ce film. Elle ne joue pas tout à fait comme on la connaît dans ses films ultérieurs. Elle est beaucoup plus fragile et à fleur de peau. Le film repose entièrement sur elle déjà car le scénario ne porte que partiellement la patte usuelle de Capra. Ou juste in extremis..
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 48517
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Frank Capra (1897-1991)

Post by Flol »

Arthur555 wrote:Salut ! Tu ne me croiras pas, mais j’ai commencé à voir les films de Frank Capra l’an dernier.
Tu mens.
User avatar
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Posts: 10171
Joined: 13 Apr 03, 20:28
Location: A la recherche de Zoltar

Re: Frank Capra (1897-1991)

Post by Joshua Baskin »

Image
Laissez-moi passer, je suis Francis Moury
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22699
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Re: Frank Capra (1897-1991)

Post by cinephage »

Flol wrote:
Arthur555 wrote:Salut ! Tu ne me croiras pas, mais j’ai commencé à voir les films de Frank Capra l’an dernier.
Tu mens.
Flol vient-il de rater le test de Turing ? :o :D
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
Dan
Stagiaire
Posts: 1
Joined: 9 Mar 19, 10:45

Re: Top Frank Capra

Post by Dan »

Ann Harding wrote:Image
Ladies of Leisure (1930, Frank Capra) avec Barbara Stanwyck, Ralph Graves, Lowell Sherman et Marie Prevost

Kay Arnold (B. Stanwyck) est une 'party-girl' qui vit avec son amie Dot (M. Prevost). Un soir, elle rencontre Jerry Strong (R. Graves), un fils à papa qui a décidé devenir artiste peintre. Il l'embauche comme modèle...

Ladies of Leisure est un film important car il marque la première collaboration entre Frank Capra et Barbara Stanwyck. Elle n'avait alors tourné que deux films (dont The Locked Door, voir ci-dessus). Mais, c'est dans ce film que sa personnalité éclate à l'écran. Capra utilise un scénario sur un sujet éculé au possible : la pauvre fille qui se prostitue et le fils à papa qui tombent amoureux provoquant l'ire de son père. On est devant une version modernisée de La Dame aux camélias issue d'une pièce produite par David Belasco à Broadway. Mais, Capra arrive à surmonter ce handicap grâce à une subtile direction d'acteurs. Barbara, dès sa première apparition, impose son personnage de fille entretenue, gouailleuse et naturelle. Son visage encore enfantin est en contraste avec son attitude de fille revenue de tout. Elle dérobe le portefeuille de Ralph Graves avant de lui restituer plus tard, car entre temps, elle est tombée amoureuse de lui et veut changer de vie. Comme le dit Capra dans ses mémoires (qui sont parfois sujet à caution) elle donnait tout dès la première prise. On sent une jeune actrice sensible qui s'implique à 100% dans son personnage. Elle apprendra plus tard à conserver une saine distance avec son rôle. Joseph Walker, le collaborateur habituel de Capra, fait des merveilles à la photo particulièrement sur les gros plans du visage radieux de Barbara. Dans les rôles secondaires, on remarque un excellent Lowell Sherman en fêtard éméché (qui fait des peintures sur le dos dénudé de jeunes femmes) et Marie Prevost, une actrice du muet qui jouait souvent les filles de mauvaise vie, qui est maintenant un peu replète et joue avec ironie de son physique face à la très mince Barbara. Le film est réellement un produit de la période Pre-Code en n'hésitant pas à nommer un chat un chat. La première scène est de ce point de vue parfaite avec les fêtards dans l'appartement de Ralph Graves qui jettent des bouteilles dans la rue depuis le toit du gratte-ciel et se livrent aux pires délires sous l'emprise de l'alcool. Si l'on considère que le film est de 1930, Capra réussit brillamment à donner du mouvement à sa caméra. Il n'y a aucun statisme dans ce film qui conteint de nombreux travellings et qui est monté très intelligemment. Espérons qu'il sera un jour disponible en DVD comme les autres grands films de Capra avec Stanwyck que sont The Miracle Woman et The Bitter Tea of General Yen.
J'ai vu ce film il y a assez longtemps et je n'arrive plus à me souvenir de la fin... Kay se jette du bateau, mais en réchappe-t-elle ? Merci de restituer mes souvenirs !
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18642
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Frank Capra (1897-1991)

Post by Supfiction »

martinbrady wrote: 29 Dec 20, 14:31 après doc sur Capra que je vais pas louper
Déjà dispo depuis plusieurs jours:
https://www.arte.tv/fr/videos/094480-00 ... -amerique/