Martin Scorsese : Les débuts (60's-70's)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Tuck pendleton
Mogul
Posts: 10614
Joined: 13 Apr 03, 08:14

Post by Tuck pendleton »

Pour ceux qui ont vu Big Shave...l'introduction de Gangs of new york n'est-elle pas une auto citation?
Johnny Doe
Producteur
Posts: 8897
Joined: 13 May 03, 19:59

Post by Johnny Doe »

J'ai Who's that knocking at my door en vhs depuis un bail. J'ai vu le début et j'accroche pas plus que ça, mais je vais perséverer.

Il FAUT que je voie Boxcar Bertha.

A ma première vision, qui date sérieusement, j'avait pas adoré Mean Streets. :cry:

Pour The Big Shave j'en avait fait un topic et, oui, tuck, le début de GONY fait certainement référence à ce court métrage !
- Errm. Do you want to put another meeting in?
- Any point?
- May as well. Errm. And then when nothing comes in, just phone you up and cancel it.
User avatar
Vic Vega
Roi du BITE
Posts: 3466
Joined: 15 Apr 03, 10:20
Location: South Bay

Post by Vic Vega »

Vu que Mean Streets, pour moi déjà du grand Scorcese avec une superbe photo rouge dans les scènes de boite et une mise en scène déjà virtuose, un sujet de départ -un type en difficulté pour cause de dettes de jeu- repris plus tard par Ferrara pour Bad Lieutenant -les scènes avec Keitel dans l'église sont à cet égard annonciatrices-, un beau tandem Keitel/De Niro, des choix musicaux que je n'ai pas oubliés -les Ronettes en ouverture, Clapton, les Stones dans ma scène favorite du film (l'arrivée de Johnny Boy au son de Jumping Jack Flash après que Keitel ait parlé à Dieu en voix off)-, bref du grand polar.
ImageImageImageImage
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93410
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Vic Vega wrote:Vu que Mean Streets, pour moi déjà du grand Scorcese .
Pour moi déjà du plus grand Scorsese ;-) L'un de mes préférés
Kurtz

Post by Kurtz »

Mean streets: bof...3,5/6

Who's that knocking at my door (Martin Scorcese, 1969)

Ce premier film annonce l'oeuvre de Scorcese. Y sont en effet déja présents: Little Italy et ses jeunes paumés, la religion catholique, le péché, des mouvements de caméra déja élaborés, le rock, le cinéma et Harvey Keitel.
Harvey Keitel donc, qui interprète ici un jeune homme qui partage son temps entre ses potes, les pétasses et le cinéma (c'est un fan de western, La Prisonnière du désert et Rio Bravo sont expressément cités). Seulement voilà, un jour il rencontre une fille. Mais celle-ci n'est pas pas comme les autres, les "poules" comme ils les appelle. Amoureux pour la première fois, il ne peut faire avancer leur liaison, hanté par le péché, il ne toucher cette femme, de peur de la "salir".
Cette histoire d'amour est intéressante. On prend du plaisir à suivre ce couple. La mise en scène, fauchée et influencée par la Nouvelle Vague est fraîche. Le tout, accompagné par des chansons pop, notamment The End. En plus, la fille, interprétée par Zina Bethune est ravissante, ce qui ne gâche rien. Malheureusement, les scènes avec les potes sont beaucoup moins intéressantes. Il ne se passe rien, il n'y a pas d'intrigue, de ressort dramatique, on les voit juste discuter, boire et aller en voiture alors forcément, c'est chiant. On a hâte de revenir au couple.
Bref, un premier film intéressant mais oubliable.

3,5/6

Alice n'est plus ici: un beau portrait de femme 4,5/6


je n'ai pas aimé Taxi driver
phylute
La France peut être fière
Posts: 25518
Joined: 2 Jan 04, 00:42
Location: Dans les Deux-Sèvres, pas loin de chez Lemmy

Post by phylute »

Who's knocking... m'a complètement ravi. Pour un premier film, je le trouve d'une maîtrise incroyable et effectivement le cinéma de scorsese est bel et bien là dès ce premier opus. Mais plus que la nouvelle vague, je sens dans ce film une très forte influence de Cassavetes, mais une influence loin d'être pesante bien au contraire. Cassavetes dira d'ailleurs à propos de Boxcar Bertha que c'était un bon film, mais qu'il interdisait à Scorsese de refaire ça !
J'ai moyennement aimé Boxcar, bien plus Alice n'est plus ici et plus encore Mean Streets. Mais de ses débuts je reste vraiment très très attaché à Who's knocking....[/b]
Simone Choule
antépiphoromaniaque
Posts: 4355
Joined: 13 Apr 03, 14:39
Location: Chez Trelkovsky...

Post by Simone Choule »

Tout ce que Saint Martin a pu faire avant 1973 reste à mon gout anecdoctique bien qu'anonciateur des thématiques et formes scorsesiennes à venir...
Et puis arrive : MEAN STREETS

Quel putain d'enfoiré de chef d'oeuvre ! Je l'ai vu mille fois.
Requiem
David O. Selznick
Posts: 12124
Joined: 13 Apr 03, 10:37
Location: In the veins of the Dragon

Post by Requiem »

J'ai justement revu hier Who's that knocking at my door et c'est un vraiment un chouette film. Mention spéciale au délire de Keitel autour de La Prisonière du Desert
Image
ENTER THE DRAGON...
Reine du bal masqué saison 11
Breezy
Passe ton bac d'abord
Posts: 8023
Joined: 13 Apr 03, 17:30
Last.fm
YMDB
Location: Brigadoon

Post by Breezy »

Johnny Doe wrote:
A ma première vision, qui date sérieusement, j'avait pas adoré Mean Streets. :cry:
Moi pareil,pourtant Scorsese fait partie de mes cineastes favoris,je m'etais ennuyé :oops:
Image
NUTELLA

Post by NUTELLA »

Simone Choule wrote:Tout ce que Saint Martin a pu faire avant 1973 reste à mon gout anecdoctique bien qu'anonciateur des thématiques et formes scorsesiennes à venir...
Et puis arrive : MEAN STREETS

Quel putain d'enfoiré de chef d'oeuvre ! Je l'ai vu mille fois.
ANECDOTIQUE!!! :shock: tu n'as pas du voir le magnifique Boxcar Bertha :wink:
sinon,Who's that knocking at my door,m'a moi aussi passablement ennuyé.
Mean streets est dejà exellent,mais un peu trop brouillon à mon gout,c'est l'ébauche de son style,mais c'est pas encore ca.
et pour finir Alice n'est plus ici est un film bouleversant,porté par la superbe prestation de la,grande Ellen Burstyn 8)
Johnny Doe
Producteur
Posts: 8897
Joined: 13 May 03, 19:59

Post by Johnny Doe »

breezy wrote: Moi pareil,pourtant Scorsese fait partie de mes cineastes favoris,je m'etais ennuyé :oops:
frustrant isn't it ?

J'ai la cassette en vost (pas super qualité par contre), il FAUT que je le revois (rien que pour sa BO, Bobby et Harvey)
- Errm. Do you want to put another meeting in?
- Any point?
- May as well. Errm. And then when nothing comes in, just phone you up and cancel it.
User avatar
Spongebob
Mogul
Posts: 10334
Joined: 21 Aug 03, 22:20
Last.fm
Liste DVD
Location: Pathé Beaugrenelle

Post by Spongebob »

Image

The Big Shave, court-métrage de fin d'étude de Martin Scorsese (1967).

Une salle de bain immaculé. Un homme entre, commence à se raser, une fois, deux fois, trois fois... le sang coule à flot. L'homme se regarde dans la glace, semble satisfait du résultat.
Une sublime métaphore de l'Amérique mise en face de l'horreur devenue quotidienne et banale de la guerre du Vietnam.
Trés court mais trés bon :D .
Breezy
Passe ton bac d'abord
Posts: 8023
Joined: 13 Apr 03, 17:30
Last.fm
YMDB
Location: Brigadoon

Post by Breezy »

Spongebob wrote: The Big Shave, court-métrage de fin d'étude de Martin Scorsese (1967).

Une salle de bain immaculé. Un homme entre, commence à se raser, une fois, deux fois, trois fois... le sang coule à flot. L'homme se regarde dans la glace, semble satisfait du résultat.
Une sublime métaphore de l'Amérique mise en face de l'horreur devenue quotidienne et banale de la guerre du Vietnam.
Trés court mais trés bon :D .
Tu l'as vu ou?
Image
User avatar
Spongebob
Mogul
Posts: 10334
Joined: 21 Aug 03, 22:20
Last.fm
Liste DVD
Location: Pathé Beaugrenelle

Post by Spongebob »

breezy wrote:Tu l'as vu ou?
Cet aprés-midi lors d'un cours d'images animées consacré à la couleur . On a eu droit à quelques autres extraits : Marnie d'Alfred Hitchcock (la tâche d'encre rouge sur le chemisier), Le Tombeur de ces dames de Jerry Lewis (scènes de la graisse et du tableau), L'Ange de la veangeance d'Abel Ferrara (scène du meurtre devant la toile blanche)...
Tuck pendleton
Mogul
Posts: 10614
Joined: 13 Apr 03, 08:14

Post by Tuck pendleton »

Spongebob wrote:Image

The Big Shave, court-métrage de fin d'étude de Martin Scorsese (1967).

Une salle de bain immaculé. Un homme entre, commence à se raser, une fois, deux fois, trois fois... le sang coule à flot. L'homme se regarde dans la glace, semble satisfait du résultat.
Une sublime métaphore de l'Amérique mise en face de l'horreur devenue quotidienne et banale de la guerre du Vietnam.
Trés court mais trés bon :D .
l'effet m'a semblé un peu cheap et j'ai eu l'impression que Scorsese reprenait une esthétique publicitaire. Les gouttes de sang tombant dans l'évier rappelle Psycho