Quand passent les cigognes (Mikhail Kalatozov - 1957)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Quand passent les cigognes (Mikhail Kalatozov - 1957)

Post by Anorya »

Boudiouh ! Utilise la balise Spoilers quand même ! :mrgreen:
Sinon c'est tiré du topic "utilisation d'une photo dans un film" non ? C'est vrai qu'elle a un rôle plus qu'important dans ce film. :)

Par contre, je n'ai pas mis 6/6 parce que personnellement, j'ai été plus subjugué (terrassé) par Soy Cuba. D'autant plus que j'ai mis un peu de temps à bien rentrer dans ce Kalatozov. Enfin, par moment, j'avais envie de foutre des baffes pour l'idéalisme un peu trop poussé de Boris. :lol: :mrgreen:
Mais ça ne gâche en rien le fait que c'est un film magistral. :D
Image
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Quand passent les cigognes (Mikhail Kalatozov - 1957)

Post by homerwell »

Anorya wrote:Boudiouh ! Utilise la balise Spoilers quand même ! :mrgreen:
voilà c'est fait :wink:
Sinon c'est tiré du topic "utilisation d'une photo dans un film" non ? C'est vrai qu'elle a un rôle plus qu'important dans ce film. :)
oui, ça fait un peu recyclage mais j'avais aussi mis quelques mots sur la présentation du film...
Par contre, je n'ai pas mis 6/6 parce que personnellement, j'ai été plus subjugué (terrassé) par Soy Cuba. D'autant plus que j'ai mis un peu de temps à bien rentrer dans ce Kalatozov. Enfin, par moment, j'avais envie de foutre des baffes pour l'idéalisme un peu trop poussé de Boris. :lol: :mrgreen:
Mais ça ne gâche en rien le fait que c'est un film magistral. :D
J'ai eu pour ma part (même si je l'ai beaucoup aimé) un peu de mal avec la structure en trois parties du film "Soy Cuba", submergé dans le déluge d'images, perdant le fil narratif, et aussi un peu frustré car j'aurais bien aimé voir développer chaque histoires plus complètement.

Quant à l'idéalisme de Boris, on peut facilement le prendre pour un peu de naïveté, d'autre sont partis à la guerre la fleur au fusil... Alors que dans "Soy Cuba", les plans de fin avec la charge des guerrieros dans le brouillard tient d'une imagerie révolutionnaire un peu archaïque que j'ai eu plus de mal à gober.
Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Quand passent les cigognes (Mikhail Kalatozov - 1957)

Post by Anorya »

homerwell wrote: Quant à l'idéalisme de Boris, on peut facilement le prendre pour un peu de naïveté, d'autre sont partis à la guerre la fleur au fusil... Alors que dans "Soy Cuba", les plans de fin avec la charge des guerrieros dans le brouillard tient d'une imagerie révolutionnaire un peu archaïque que j'ai eu plus de mal à gober.
Oui aussi, c'est d'ailleurs l'histoire que j'aime le moins dans les 4 que propose le film. :o
Image
User avatar
Kiké
Assistant(e) machine à café
Posts: 150
Joined: 11 Jun 15, 10:12

Re: Quand passent les cigognes (Mikhail Kalatozov - 1957)

Post by Kiké »

QUAND PASSENT LES CIGOGNES

Image

Le cinéma semble aimer les conséquences tragiques de la guerre sur les histoires d’amour, de « Casablanca » au « Long dimanche de fiançailles » en passant par « L’adieu aux armes ». En voici une des plus belles illustrations : « Quand passent les cigognes », un film soviétique qui se centre sur une femme, Véronika, et son évolution entre amour passionnel, refus de réalité, tentative de survie, tentation de l’infidélité, profonde dépression et possible retour dans le monde des vivants. Véronika, personnage magnifique que le cinéaste ne juge jamais, et actrice magnifique nommée Tatiana Samoilova lui apportant énormément de vie et de chaleur. Les autres personnages paraissent parfois un peu schématiques, mais Véronika est assez riche pour compenser largement. Au rayon des petites déceptions, signalons aussi une fin très légèrement moralisatrice
même si le film évite très clairement toute propagande, et reste dans l’ensemble une œuvre intemporelle. Cette belle histoire devient sublime par la caméra de Kalatozov, qui traduit tous les sentiments de ses personnages par la seule force des images. J’ai souvent pensé à Murnau pour la puissance lyrique de certaines scènes qui expriment tellement, et sont tellement inexplicables par nos mots. On trouve dans ce film de nombreuses scènes d’extra-terrestres, tant la caméra semble mue par des forces venues d’ailleurs ! Que ce soit la mer, les escaliers, la mort, le train ou les mouvements de foule, j’ai eu l’impression que tous ces éléments étaient filmés comme pour la première fois. Et toute cette virtuosité fait sens, traduisant les sentiments et fonctionnant souvent en miroir d’autres scènes. Bref, voilà un exemple parfait pour illustrer comment une mise en scène et une actrice peuvent transcender un sujet.
You said it, man. Nobody fucks with the Jesus.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45538
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Quand passent les cigognes (Mikhail Kalatozov - 1957)

Post by Flol »

J'ai rarement vu une mise en scène aussi impressionnante que dans ce film. Enfin si, depuis j'ai vu quelque chose d'aussi fort...si ce n'est même encore plus fort : ça s'appelle Soy Cuba et c'est signé...Mikhail Kalatozov. Si tu ne l'as pas vu, fonce.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89966
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Quand passent les cigognes (Mikhail Kalatozov - 1957)

Post by Jeremy Fox »

Plus ça va, plus je me rends compte être de moins en moins touché par les cinéastes ultra-formalistes, aussi bien Welles que Mizoguchi, Sternberg ou Eisenstein. Il en va de même pour Kalatozov qui, après m'avoir ennuyé à mourir avec Soy Cuba, me laisse de marbre avec ce grand classique 'palmé', pourtant plastiquement étonnant, fourmillant de plans sublimes et de travellings impressionnants. Sauf que je ne ressens rien, que ça me passe bien au-dessus de la tête et en suis le premier attristé, d'autant que le lyrisme exacerbé, je peux en être très friand par ailleurs.

4/10
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15105
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Quand passent les cigognes (Mikhail Kalatozov - 1957)

Post by Watkinssien »

Jeremy Fox wrote:Plus ça va, plus je me rends compte être de moins en moins touché par les cinéastes ultra-formalistes, aussi bien Welles que Mizoguchi, Sternberg ou Eisenstein. Il en va de même pour Kalatozov qui, après m'avoir ennuyé à mourir avec Soy Cuba, me laisse de marbre avec ce grand classique 'palmé', pourtant plastiquement étonnant, fourmillant de plans sublimes et de travellings impressionnants. Sauf que je ne ressens rien, que ça me passe bien au-dessus de la tête et en suis le premier attristé, d'autant que le lyrisme exacerbé, je peux en être très friand par ailleurs.

4/10
Image
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Rick Blaine
Howard Hughes
Posts: 19831
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Quand passent les cigognes (Mikhail Kalatozov - 1957)

Post by Rick Blaine »

Jeremy Fox wrote:Plus ça va, plus je me rends compte être de moins en moins touché par les cinéastes ultra-formalistes, aussi bien Welles que Mizoguchi, Sternberg ou Eisenstein. Il en va de même pour Kalatozov qui, après m'avoir ennuyé à mourir avec Soy Cuba, me laisse de marbre avec ce grand classique 'palmé', pourtant plastiquement étonnant, fourmillant de plans sublimes et de travellings impressionnants. Sauf que je ne ressens rien, que ça me passe bien au-dessus de la tête et en suis le premier attristé, d'autant que le lyrisme exacerbé, je peux en être très friand par ailleurs.

4/10
J'avais eu le même ressenti devant ce film. J'aime toujours Welles ou Sternberg donc je mettrais plutôt ça sur le compte de la froideur propre au film qu'au formalisme au sens large pour ma part.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89966
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Quand passent les cigognes (Mikhail Kalatozov - 1957)

Post by Jeremy Fox »

Rick Blaine wrote: J'avais eu le même ressenti devant ce film. J'aime toujours Welles ou Sternberg donc je mettrais plutôt ça sur le compte de la froideur propre au film qu'au formalisme au sens large pour ma part.
Ah oui moi aussi d'ailleurs.

Je généralisais quand même aussi un peu car j'adore certains films de ces cinéastes (Citizen Kane, La soif du mal, La femme et le pantin).
Mais je crois que je ne suis pas le seul à faire son constat comme quoi les œuvres ultra-formalistes nous estomaquent souvent au début de notre cinéphilie puis nous déçoivent ensuite car nous ne recherchons plus la même chose. Enfin, il me semble l'avoir déjà lu par ici.
Cololi

Re: Quand passent les cigognes (Mikhail Kalatozov - 1957)

Post by Cololi »

Un peu le même ressenti que Jeremy sur ce film. J'y sens une certaine froideur. Bien sûr c'est beau ... bien sûr difficile d'être totalement insensible à la très belle héroïne ... mais ... cela ne m'emporte par réellement.
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Quand passent les cigognes (Mikhail Kalatozov - 1957)

Post by Thaddeus »

Image


La vie passionnée de Veronika



À voir ou revoir aujourd’hui Quand Passent les Cigognes, on peut être irrité par un discours du don de soi à la collectivité qui emprunte tous les détours d'une rhétorique plus ou moins subtile pour venir redresser le drame individuel. Si l'on s'attache seulement à en lire le message politique, on peut aussi y déchiffrer un volontarisme sans nuances : d’une certaine manière, et bien que les complexités du cœur soient traduites sans être déformées par les besoins partisans, Kalatozov reconduit une propagande bien-pensante qui invite à oublier les états d'âme et les intérêts personnels au profit d'un intérêt supérieur de l'Union soviétique. Dès le début, les figures d'amoureux s'inscrivent dans une architecture massive où leur liberté semble d'avance surveillée, et la mise en scène tout entière se déploie sous le signe de l'écrasement ou de la vision surplombante. C'est déjà le motif des cigognes, présage de bonheur qui reviendra comme un au-delà des souffrances égoïstes ; c'est l'insistance spectaculaire avec laquelle se découpent les traits de l'héroïne sur la toile de fond d'un malheur qui la cerne de toutes parts ; c'est enfin le mouvement de plongée qui permet in extremis de l'entraîner dans un élan populaire plus fort que la mort. Et pourtant même de tels reproches contiennent en eux-mêmes leurs propres contradictions : le cinéaste montre bel et bien qu’il existe dans son pays, comme dans tous les autres, des profiteurs du régime, des resquilleurs, des embusqués, il refuse toute dimension désespérante ou morbide à sa symphonie de la tristesse, et il trouve une pleine puissance d’identification lors d’une conclusion qui atteint à l’universalité.


Image



Une fois les réserves (très relatives) formulées, il convient donc de souligner l’essentiel et de célébrer les grandes qualités de cette œuvre étendard du dégel soviétique. De façon révélatrice, son succès a largement dépassé les frontières de l'URSS. Son caractère édifiant n’a manifestement pas beaucoup heurté l'audience internationale. Au printemps 1958, c’est surtout le minois, la grâce, la vitalité d’une jeune fille russe aux yeux de gazelle, fraîche comme la source et ardente comme la braise, qui séduisirent les publics du monde entier : Tatiana Samoïlova. Incontestablement, le film existe en dépit du discours idéologique qu'il véhicule, selon une logique du sous-texte visuel qui est celle-là même que poursuivait Eisenstein dans Ivan le Terrible. Contre toute vraisemblance, cette Iseut moderne continue d'attendre un Tristan dont la mort n'est que trop certaine. Et par un merveilleux télescopage du temps, l'homme à l'instant de mourir assiste à un mariage qui n'aura pas lieu. Le grand art du cinéaste est ici de nous identifier à ses deux protagonistes, de nous faire partager leur folie et leur perception déformée de la réalité, d'où l'abondance des plans fragmentaires qui réduisent les comparses à n'être souvent qu'une paire de pieds, et qui contraignent l'héroïne elle-même, au moment où elle apprend la disparition de son bien-aimé, à ne plus voir que ses propres mains plongées dans la lessive. L'hallucination peut ainsi alterner avec la contemplation obsédée d'un détail, pourvu que dans tous les cas la perte amoureuse soit filmée de l'intérieur, avec une frénésie instable qui est comme le réflexe immédiat d'une caméra subjective.

Le meilleur de Quand Passent les Cigognes réside moins dans la politique que dans ce que celle-ci a rendu possible une désaffection des tabous sociaux, considérés naguère comme seule vérité avouable, au profit des humbles et pourtant impérieuses exigences de la vie familière et familiale. Dans ce contexte, le sacrifice des soldats change lui-même de sens : ce sont moins des héros anonymes qui meurent que des époux et des fils. Ce vol de cigognes (en réalité des grues) dont la pointe glisse lentement le long du ciel, on en suit au début et à la fin de la fiction la paisible progression. Il marque la prééminence des forces de la nature sur toutes les autres. Les guerres et les dictatures n'ont qu'un temps. Elles ne peuvent rien sur les saisons. Leur seule action contre l'amour réside dans la mort des amants, le véritable tragique des passions humaines venant d'une autre source, intérieure. Ainsi du contraste poignant entre Boris qui agonise dans un sordide marécage et les rêves radieux qui peuplent ses derniers moments. Le film de Kalatozov est un poème. Ses deux constantes sont les visages et le mouvement. Pas un plan fixe d'un bout à l'autre de l'ouvrage, qui dessine un tracé longitudinal, pareil à celui de la vague qui roule et qu'une autre vient emporter, tandis qu'une troisième s'apprête à prendre le relais des deux premières. Le fléau du conflit n'est jamais montré dans son essence. On en voit surtout les conséquences sur la conscience des êtres, leur esprit et leur comportement. Les combats eux-mêmes ne sont réduits qu'à une courte séquence : une poignée d'hommes, mal équipés, pataugent dans la boue des environs de Smolensk. Tout le récit est imprégné par le conflit "ambiant", depuis la grisaille volontaire de la photographie montrant les rues de Moscou anormalement vides, les pavés mouillés, les chevaux de frise aux carrefours, le demi-éclairage des maisons, jusqu'au déroulement du drame lui-même, dont les à-côtés favorisent des scènes d'une grande intensité (telle la panique morale qui submerge un hôpital surchargé).


Image



Ce qui fait d'ailleurs la beauté des deux grandes "périodes" lyriques du film (la séquence où Veronika remonte le courant de la foule pour essayer en vain de voir Boris avant son départ et celle où elle arpente en tous sens une autre foule pour retrouver un homme qui est maintenant mort), c'est bien l'angoisse d'un regard qui n'arrive plus à saisir l'autre, et pour lequel le monde entier n'est plus dès lors que morceaux épars, figures grotesques, faux-semblants... Dans les ruines de l'après-guerre et la grande désillusion de l'après-stalinisme, il y a là un retour du romantisme s'appuyant sur le sentiment d'une faillite collective, que peut seule transcender la lamentation individuelle. C’est que Veronika est une admirable héroïne de mélodrame. Pour elle, la guerre n'existe que médiatisée par les personnages qui lui sont proches. Elle est horrible parce qu'elle lui prend son amour. Si elle participe à l'effort social, c'est à travers son appartenance à une famille. Kalatozov sait faire lire dans son visage toute la sensualité d'un corps, et dans son regard, avant qu'il se noie de larmes, toute la décision d'un tempérament actif brisé par le malheur. Il est vrai qu’elle est dans l'ensemble le jouet des événements, y compris lorsqu'elle accède à la fin du film à une sorte de sérénité, en acceptant de distribuer son capital d'amour resté stérile à un peuple dans la joie de la paix gagnée collectivement. Mais tout en subissant les faits, elle leur imprime la marque de tout son être. Elle peut renoncer à tout, sauf à être ce qu'elle est. La séparation et le manque de nouvelles ne la transforment pas en pur esprit, pure mémoire absorbée par la fidélité. La peur qu'elle éprouve pour la vie de Boris ne la met pas à l'abri d'une peur personnelle intense et viscérale, qu'elle recherche d'ailleurs quand elle refuse de descendre dans l'abri lors du bombardement. Lorsqu’elle frappe Mark avant de lui abandonner brusquement son corps et son orgueil (en lieu et place du mélo banal qui aurait exigé un viol véritable), elle indique qu’elle est sensible aux émotions les plus fortes, et que l’angoisse ouvre la voie au désir. C'est cette scène qui donne toute son intensité réelle, crédible, à la passion folle qui continue de l'habiter au-delà même de la mort de celui qu'elle aime.

En opérant la synthèse de raffinements visuels alors délaissés, Kalatozov restaure les prestiges d'une recréation élégiaque. Aux artifices traditionnels de l'analogie romanesque, son découpage substitue volontiers la coupe franche. Il reprend un certain nombre de procédés du muet mais en les débarrassant de leur vocation signifiante, et visualise l’itinéraire intérieur de l’héroïne, ses obscurs méandres, en rappelant les ressources les plus diverses de l'écriture cinématographique. Cela passe essentiellement par un éclatant retour au "formalisme", tel qu'a dû le sacrifier la génération précédente : les contrastes rythmiques de la fin du muet alternent avec un usage théâtral, solennel, du plan-séquence et de la profondeur de champ. Le texte de l'amour devient un objet mystérieux, rendu inaccessible par l'enchaînement des malentendus, des rendez-vous manqués, des désirs égarés. Quand Passent les Cigognes affirme la puissance d’un cinéma épique mais réaliste, dont les prouesses techniques, le goût de l’ornement, les travellings acrobatiques, le chatoiement du montage sont systématiquement employés à des fins dramatiques. La scène finale, où Veronika distribue une à une les fleurs destinées à Boris, qu’envers et contre tout elle persiste à croire vivant, pourrait en être la clé. Elle mêle l’amertume des deuils irréparables et le sentiment si réconfortant de la vie, les blessures terribles de la guerre et la lumière de la tendresse et de l’espoir, la solitude éprouvée lorsqu’on a perdu ce qu’on aime et la présence chaleureuse, fraternelle, de ceux dont on est solidaire, les amis, les autres. C’est le triomphe de la bonne foi et de l’enthousiasme, l’affirmation d’une sincérité qui, tout au long du film, n’aura cessé d’émouvoir.


Image