Errol Flynn (1909-1959)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7261
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Re: Errol Flynn (1909-1959)

Post by Cathy »

J'ai bien aimé Green Light (par contre j'avais totalement zappé Kay Francis :fiou:) , quand je pense que tous ces films avaient été diffusés lors de l'intégrale Errol Flynn de TCM !
User avatar
onvaalapub
Machino
Posts: 1372
Joined: 28 Mar 11, 18:02
Location: Monument Valley

Re: Errol Flynn (1909-1959)

Post by onvaalapub »

Cathy wrote:J'ai bien aimé Green Light (par contre j'avais totalement zappé Kay Francis :fiou:) , quand je pense que tous ces films avaient été diffusés lors de l'intégrale Errol Flynn de TCM !
Depuis le temps que je veux voir tous les films de Flynn édités sans sous titres... Malheureusement, je doutes que TCM nous fassent ce plaisir. Ils ne restent que les trésors Warner.
Image
Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7261
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Re: Errol Flynn (1909-1959)

Post by Cathy »

En plus pour remuer le couteau dans la plaie, hormis ces derniers films, ils avaient diffusé quasiment tous ses films plus ou moins importants et certains où on le voit dans des rôles qu'on ne pense pas pour lui comme Never Say goodbye avec Eleanor Parker où il joue un père divorcé.
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Errol Flynn (1909-1959)

Post by Federico »

Cathy wrote:J'ai bien aimé Green Light (par contre j'avais totalement zappé Kay Francis :fiou:)
Image
Puisque c'est ça, je boude...
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8803
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Errol Flynn (1909-1959)

Post by feb »

Pourquoi parles-tu de Kay Francis, Cathy ? :?
ed wrote:Portrait de la jeune fille en feu
L'un des films les plus rigoureux, scénaristiquement et formellement, qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps (...)
Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7261
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Re: Errol Flynn (1909-1959)

Post by Cathy »

Parce que je ne sais pas lire, et que je pensais qu'il y avait Kay F'rancis dans Green Light alors que c'est dans Tornade, et que là je l'ai remarquée sans problème :fiou: :oops:
User avatar
Tommy Udo
Producteur
Posts: 8666
Joined: 22 Aug 06, 14:23

Re: Errol Flynn (1909-1959)

Post by Tommy Udo »

T'imagine, Kay Francis/Anita Louise/ Margareth Lindsay dans GREEN LIGHT... Notre Febby aurait pété un câble. Fo pas trop les regrouper, ces belles demoiselles car c'est dangereux pour sa santé :mrgreen:
User avatar
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8803
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Errol Flynn (1909-1959)

Post by feb »

Ah je préfère :mrgreen: Par contre dans Green Light il y a Margaret Lindsay, n'est-ce pas Monsieur Udo ? :fiou: :mrgreen:
EDIT : merde comment il m'a grillé :shock: :mrgreen:
ed wrote:Portrait de la jeune fille en feu
L'un des films les plus rigoureux, scénaristiquement et formellement, qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps (...)
User avatar
onvaalapub
Machino
Posts: 1372
Joined: 28 Mar 11, 18:02
Location: Monument Valley

Re: Errol Flynn (1909-1959)

Post by onvaalapub »

Cathy wrote:En plus pour remuer le couteau dans la plaie, hormis ces derniers films, ils avaient diffusé quasiment tous ses films plus ou moins importants et certains où on le voit dans des rôles qu'on ne pense pas pour lui comme Never Say goodbye avec Eleanor Parker où il joue un père divorcé.
Justement celui-la j'ai très envie de le voir depuis longtemps... :|
Image
User avatar
Tommy Udo
Producteur
Posts: 8666
Joined: 22 Aug 06, 14:23

Re: Errol Flynn (1909-1959)

Post by Tommy Udo »

ERROL FLYNN
Les Années "Warner Bros." (1935-1953)



(3)
Green Light
La Lumière Verte

-1937-




Pour la chronique, c'est ici :wink:



Image
Last edited by Tommy Udo on 29 Jun 14, 18:52, edited 18 times in total.
Julien Léonard
Duke forever
Posts: 11844
Joined: 29 Nov 03, 21:18
Location: Hollywood

Re: Errol Flynn (1909-1959)

Post by Julien Léonard »

Jolie chronique ! :wink:

Ce que je n'arrive pas tellement à comprendre, c'est le voile pudique que jette Errol Flynn sur ses films Warner plus intimistes, quand il en parle dans son autobiographie. Je dois lire ce livre à peu près une fois par été, et je le trouve toujours aussi distant avec ces films-là. Il se plaint beaucoup de ces films d'aventure qu'il aime de moins en moins tourner, et avoue régulièrement qu'il aurait préféré une carrière plus "terre-à-terre". Mais il ne parle jamais de Green light, A perfect specimen, Never say goodbye, The sisters, Cry wolf, Escape me never... qui sont pourtant presque tous de très bons films, aux sujets intéressants et solidement réalisés. Dans son livre, Flynn survole le sujet, ne cite même pas les titres, et parle de son dédain pour ce que la Warner lui a fait joué. Or, on voit bien que la Warner lui permettait de tutoyer de nombreux registres. Ses rapports difficiles avec Jack et Harry Warner composeraient-ils l'unique source de cet oubli volontaire et de cette relecture discutable à l'encontre de sa propre filmographie ?

Ce que j'aurais aimé lui poser la question moi-même, afin qu'il me réponde à propos de cette "ambiguïté de carrière" ! Pour avoir vu l'intégralité de sa filmo hollywoodienne, je peux dire que Flynn a eu régulièrement l'opportunité d'incarner autre chose que ce héros d'aventure que l'on aime tant. Y compris sur un crime-drama façon "The Thin man" avec le très sympathique Footsteps in the dark.
Image
User avatar
Tommy Udo
Producteur
Posts: 8666
Joined: 22 Aug 06, 14:23

Re: Errol Flynn (1909-1959)

Post by Tommy Udo »

Julien Léonard wrote:Ce que je n'arrive pas tellement à comprendre, c'est le voile pudique que jette Errol Flynn sur ses films Warner plus intimistes, quand il en parle dans son autobiographie. Je dois lire ce livre à peu près une fois par été, et je le trouve toujours aussi distant avec ces films-là. Il se plaint beaucoup de ces films d'aventure qu'il aime de moins en moins tourner, et avoue régulièrement qu'il aurait préféré une carrière plus "terre-à-terre". Mais il ne parle jamais de Green light, A perfect specimen, Never say goodbye, The sisters, Cry wolf, Escape me never... qui sont pourtant presque tous de très bons films, aux sujets intéressants et solidement réalisés. Dans son livre, Flynn survole le sujet, ne cite même pas les titres, et parle de son dédain pour ce que la Warner lui a fait joué. Or, on voit bien que la Warner lui permettait de tutoyer de nombreux registres. Ses rapports difficiles avec Jack et Harry Warner composeraient-ils l'unique source de cet oubli volontaire et de cette relecture discutable à l'encontre de sa propre filmographie ?
Je me suis fait la même réflexion lors de la lecture de cette autobiographie :o
C'est en effet assez étonnant vu la qualité de certains films. Je n'ai vu, pour l'instant, que GREEN LIGHT parmi ceux que tu cites, mais je me souviens avoir lu dans ce même topic tout le bien que tu pensais de A PERFECT SPECIMEN et NEVER SAY GOODBYE il me semble (avec un Flynn assez doué pour la comédie). Et j'ai hâte de les découvrir.
C'est une idée, ou Flynn passait, à l'époque, pour être un acteur limité qui ne pouvait s'en sortir qu'avec un seul type de rôles ? Rien que pour avoir vu GREEN LIGHT, je pense tout à fait le contraire^^
Julien Léonard
Duke forever
Posts: 11844
Joined: 29 Nov 03, 21:18
Location: Hollywood

Re: Errol Flynn (1909-1959)

Post by Julien Léonard »

Tommy Udo wrote:
Julien Léonard wrote:Ce que je n'arrive pas tellement à comprendre, c'est le voile pudique que jette Errol Flynn sur ses films Warner plus intimistes, quand il en parle dans son autobiographie. Je dois lire ce livre à peu près une fois par été, et je le trouve toujours aussi distant avec ces films-là. Il se plaint beaucoup de ces films d'aventure qu'il aime de moins en moins tourner, et avoue régulièrement qu'il aurait préféré une carrière plus "terre-à-terre". Mais il ne parle jamais de Green light, A perfect specimen, Never say goodbye, The sisters, Cry wolf, Escape me never... qui sont pourtant presque tous de très bons films, aux sujets intéressants et solidement réalisés. Dans son livre, Flynn survole le sujet, ne cite même pas les titres, et parle de son dédain pour ce que la Warner lui a fait joué. Or, on voit bien que la Warner lui permettait de tutoyer de nombreux registres. Ses rapports difficiles avec Jack et Harry Warner composeraient-ils l'unique source de cet oubli volontaire et de cette relecture discutable à l'encontre de sa propre filmographie ?
Je me suis fait la même réflexion lors de la lecture de cette autobiographie :o
C'est en effet assez étonnant vu la qualité de certains films. Je n'ai vu, pour l'instant, que GREEN LIGHT parmi ceux que tu cites, mais je me souviens avoir lu dans ce même topic tout le bien que tu pensais de A PERFECT SPECIMEN et NEVER SAY GOODBYE il me semble (avec un Flynn assez doué pour la comédie). Et j'ai hâte de les découvrir.
C'est une idée, ou Flynn passait, à l'époque, pour être un acteur limité qui ne pouvait s'en sortir qu'avec un seul type de rôles ? Rien que pour avoir vu GREEN LIGHT, je pense tout à fait le contraire^^
A perfect specimen est sympa, sans plus. Par contre, j'avoue beaucoup aimer Four's a crowd et surtout Never say goodbye. Tu devrais te régaler. :wink: Mais il y a encore d'autres surprises... plus mélodramatiques.
Image
User avatar
Tommy Udo
Producteur
Posts: 8666
Joined: 22 Aug 06, 14:23

Re: Errol Flynn (1909-1959)

Post by Tommy Udo »

Julien Léonard wrote:A perfect specimen est sympa, sans plus. Par contre, j'avoue beaucoup aimer Four's a crowd et surtout Never say goodbye. Tu devrais te régaler. :wink: Mais il y a encore d'autres surprises... plus mélodramatiques.
Super ! De bons moments en perspective :D
User avatar
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8803
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Errol Flynn (1909-1959)

Post by feb »

Une chronique bien agréable à lire, merci Tommy :wink:
Tommy Udo wrote:Il serait par ailleurs injuste de ne pas évoquer la superbe et émouvante Margaret Lindsay, (...)Frank Borzage a trouvé en Margaret Lindsay l’actrice idéale capable de personnifier, au plus juste, les sentiments, parfois contradictoires, inhérents à la renonciation. Belle, téméraire, et envoûtante, (...)
8)
ed wrote:Portrait de la jeune fille en feu
L'un des films les plus rigoureux, scénaristiquement et formellement, qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps (...)