La Dernière Caravane (Delmer Daves - 1956)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93035
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Notez les films Naphtas- Janvier 2009

Post by Jeremy Fox »

daniel gregg wrote:vu récemment The Last Wagon the de Delmer Daves...
Composition habitée et sensible de Richard Widmark entourée de quelques (très)jolies filles dont la vision ajoute au plaisir que procure la découverte de ce film.
... dont la sublime Felicia Farr, actrice au générique d'autres de ses westerns comme 3h10 pour Yuma ou Jubal dans lesquels elle était tout aussi inoubliable.
daniel gregg
Producteur Exécutif
Posts: 7073
Joined: 23 Feb 04, 23:31

Re: Notez les films Naphtas- Janvier 2009

Post by daniel gregg »

Jeremy Fox wrote:
daniel gregg wrote:vu récemment The Last Wagon the de Delmer Daves...
Composition habitée et sensible de Richard Widmark entourée de quelques (très)jolies filles dont la vision ajoute au plaisir que procure la découverte de ce film.
... dont la sublime Felicia Farr, actrice au générique d'autres de ses westerns comme 3h10 pour Yuma ou Jubal dans lesquels elle était tout aussi inoubliable.
Ah oui tiens Jubal, acheté il y a quelques années en Z1 et que je n'ai toujours pas vu, peut être parce qu'il ne comporte pas de stf... :oops:
joe-ernst
Décorateur
Posts: 3753
Joined: 20 Mar 06, 15:11
Location:

Re: Delmer Daves (1904-1977)

Post by joe-ernst »

La dernière caravane (The Last Wagon, 1956)

Intéressant western que cette œuvre de Daves, où sont mises en avant les thématiques du racisme, de la violence, de la vengeance et de la justice. Daves a su tirer le maximum d’un scénario assez prévisible sans malheureusement empêcher une dose de sentimentalisme de s’y glisser. Néanmoins sa mise en scène précise et nerveuse tient en haleine le spectateur et pallie même à certaines interprétations assez faibles. Richard Widmark est formidable, laissant paraître la sensibilité et la violence de son personnage avec beaucoup de nuance, et le film lui doit beaucoup. Très belle photo.
Image

We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars. Oscar Wilde.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93035
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Delmer Daves (1904-1977)

Post by Jeremy Fox »

joe-ernst wrote:La dernière caravane (The Last Wagon, 1956)

Intéressant western que cette œuvre de Daves, où sont mises en avant les thématiques du racisme, de la violence, de la vengeance et de la justice. Daves a su tirer le maximum d’un scénario assez prévisible sans malheureusement empêcher une dose de sentimentalisme de s’y glisser.
"Sentimentalisme" qui fait partie de sa palette ; mais la tendresse et la sensibilité avec lesquelles il le manie fait tout passer selon moi. A mon avis, l'un des plus beaux westerns qui soit. Je vais me le revoir sous peu d'ailleurs. :idea:
joe-ernst
Décorateur
Posts: 3753
Joined: 20 Mar 06, 15:11
Location:

Re: Delmer Daves (1904-1977)

Post by joe-ernst »

Jeremy Fox wrote:
joe-ernst wrote:La dernière caravane (The Last Wagon, 1956)

Intéressant western que cette œuvre de Daves, où sont mises en avant les thématiques du racisme, de la violence, de la vengeance et de la justice. Daves a su tirer le maximum d’un scénario assez prévisible sans malheureusement empêcher une dose de sentimentalisme de s’y glisser.
"Sentimentalisme" qui fait partie de sa palette ; mais la tendresse et la sensibilité avec lesquelles il le manie fait tout passer selon moi. A mon avis, l'un des plus beaux westerns qui soit. Je vais me le revoir sous peu d'ailleurs. :idea:
Je l'ai trouvée plus marquée dans cette oeuvre que dans les autres que j'ai pu voir, c'est pour cela que je l'ai relevée. :wink:
Image

We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars. Oscar Wilde.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93035
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Delmer Daves (1904-1977)

Post by Jeremy Fox »

joe-ernst wrote:
Jeremy Fox wrote:
"Sentimentalisme" qui fait partie de sa palette ; mais la tendresse et la sensibilité avec lesquelles il le manie fait tout passer selon moi. A mon avis, l'un des plus beaux westerns qui soit. Je vais me le revoir sous peu d'ailleurs. :idea:
Je l'ai trouvée plus marquée dans cette oeuvre que dans les autres que j'ai pu voir, c'est pour cela que je l'ai relevée. :wink:
Ce n'est pas faux ; peut-être car la plupart des protagonistes sont des jeunes, la plupart ayant gardé encore une bonne part d'innocence.
Joe Wilson
Entier manceau
Posts: 5463
Joined: 7 Sep 05, 13:49
Location: Entre Seine et Oise

Re: Delmer Daves (1904-1977)

Post by Joe Wilson »

La dernière caravane

Magnifique western, juste en-dessous de 3h10 pour Yuma, pour ma part.
Mémorable sens du cadre, et un Richard Widmark viscéral et époustouflant de tension, comme à son habitude.
Les valeurs de transmission, d'apprentissage, chères à Daves, sont évoquées de manière poignante, car toujours mêlées à la fébrilité et l'angoisse d'une fuite en avant.
La tendresse s'immisce avec une immense délicatesse, à l'image de cette superbe scène entre Widmark et Farr, rythmée par le lancinant martèlement des tambours.
Et la mise en scène parvient cependant à conserver jusqu'au bout une brutalité, une sécheresse (à l'image d'une magistrale ouverture) saisissantes.
Si le final laisse une frustration, c'est moins par le regret d'un choix de scénario (expéditif) que par le constat d'une rupture...le film ayant toujours fasciné dans sa vision d'un isolement, d'un cheminement personnel. Avec évidence et sans didactisme.
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93035
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Delmer Daves (1904-1977)

Post by Jeremy Fox »

Joe Wilson wrote:La dernière caravane

Magnifique western, juste en-dessous de 3h10 pour Yuma, pour ma part.
Mémorable sens du cadre, et un Richard Widmark viscéral et époustouflant de tension, comme à son habitude.
Les valeurs de transmission, d'apprentissage, chères à Daves, sont évoquées de manière poignante, car toujours mêlées à la fébrilité et l'angoisse d'une fuite en avant.
La tendresse s'immisce avec une immense délicatesse, à l'image de cette superbe scène entre Widmark et Farr, rythmée par le lancinant martèlement des tambours.
Et la mise en scène parvient cependant à conserver jusqu'au bout une brutalité, une sécheresse (à l'image d'une magistrale ouverture) saisissantes.
Si le final laisse une frustration, c'est moins par le regret d'un choix de scénario (expéditif) que par le constat d'une rupture...le film ayant toujours fasciné dans sa vision d'un isolement, d'un cheminement personnel. Avec évidence et sans didactisme.
Certainement le film dont une image m'a le plus marqué étant enfant, celle de Widmark attaché à la roue. Revu 4 ou 5 fois depuis toujours avec le même ravissement d'autant plus que Felicia Farr y tient un rôle important. L'un des westerns que j'ai le plus hâte de chroniquer lors de ma rétrospective et, pour le coup, je repasserais à la caisse chez Sidonis pour avoir la vost.

Au cas où tu ne l'aurais pas vu, Daves a réaisé un troisième western presque aussi admirable que Yuma et The Last Wagon, à savoir Jubal
Wagner
Assistant opérateur
Posts: 2258
Joined: 2 Oct 04, 19:21
Location: Dans le temps

Re: Delmer Daves (1904-1977)

Post by Wagner »

Il me semble même que Daves est un des meilleurs réalisateurs de western dont il a donné nombre de jalons essentiels: la colline des potences, le Flèche brisée...
Image

Ego sum qui sum
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93035
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Delmer Daves (1904-1977)

Post by Jeremy Fox »

Wagner wrote:Il me semble même que Daves est un des meilleurs réalisateurs de western dont il a donné nombre de jalons essentiels: la colline des potences, le Flèche brisée...
Oui, si je devais n'en choisir qu'un seul, ce serait lui ; le plus proche de mes attentes concernant le western. Le plus sensible et le plus lyrique.
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 22004
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: La dernière caravane (Delmer Daves, 1956)

Post by Nestor Almendros »

Encore une belle découverte signée Delmer Daves.

Comme pour beaucoup d'entre vous, le film impressionne par son aspect visuel. Le tournage quasi-intégral en extérieurs, la beauté des images, le souffle de l'aventure inhérent à la splendeur des paysages rendent le spectacle encore plus vibrant. Le master Fox édité par Sidonis/Calysta rend d'ailleurs bien justice à la palette presque bi-chromatique du film: le vert des arbres et les tons ocres de la terre et des reliefs, appuyés par certains choix vestimentaires (la chemise verte du gamin, la tenue de Todd presque terreuse). On pourrait presque ajouter, à la limite, une troisième dominante de couleur: le bleu (du ciel). Bref, Daves l'amoureux de la nature (aspect déjà visible dans ses précédents films comme dans les suivants) offre un spectacle de toute beauté.

Le scénario est tout aussi intéressant que cette plongée réaliste dans l'Arizona de 1873. Daves revient, une nouvelle fois, sur les problèmes raciaux et les figures indiennes qui y sont stigmatisées. Si l'époque du film (1956) trouvait dans la population noire des échos plus contemporains, la question indienne était tout aussi importante. Le film joue plusieurs fois sur les a priori, les idées toutes faites, les raccourcis faciles concernant les indiens. Todd le Comanche est d'abord montré comme un assassin froid et déterminé (cf comment il abat de sang froid ses poursuivants au début du film). De la même façon, les 300 Apaches qui pourchassent nos héros par la suite sont montrés comme sanguinaires et implacables. Or, dans les deux cas, ces assauts de violence sont "justifiés" par la vengeance pour des meurtres perpétrés par des blancs, tous des "officiels" d'ailleurs: le shérif et ses frères pour le cas de Todd, les autorités américaines (l'armée?) pour les tribus Apache. Il y a bien l'idée d'un certain abus de pouvoir, d'une mainmise sur un peuple qu'on veut contrôler, abuser voire faire disparaitre.
Le scénario aborde aussi le racisme de façon plus intimiste avec les deux soeurs qui n'ont en commun que leur père. La blanche se braque (par bétise) contre les indiens, la sang-mêlée n'a d'autre choix que de prendre sur elle et de s'accuser de cette "faute". Elle finira par s'accepter et ne plus avoir honte de ses origines: le personnage de Todd est comme un guide à travers la forêt, éclaireur autant pour la survie que pour leur ouverture d'esprit. Comme dans beaucoup de films de Daves, les personnages (comme le spectateur) vont faire une sorte de travail intérieur, une réflexion intime et un cheminement vers une sorte de sagesse qui leur donnera les réponses. C'est le cas ici dans la scène finale du tribunal où tous les protagonistes de la caravane avoueront avoir changé moralement.

Le scénario bénéficie d'une intrigue solide et d'une bonne caractérisation des personnages. La première partie, qui privilégie la communauté, sert bien à développer les personnalités et à installer les conflits. Quelques évènements un peu anodins en apparence (le bain de minuit, par exemple) sont immédiatement balayés par une justification intense (ici: la découverte du camp attaqué). Ainsi plusieurs fois dans le film, le scénario détourne l'atmosphère ou l'attention pour provoquer un choc par contraste.
Parmi les regrets, on pourra noter un romantisme trop facile, quelques réactions peu originales. Dommage également que la fin semble aussi bâclée: lorsqu'ils échappent aux Apaches après l'explosion du chariot, on est déçu par la rapidité d'exécution qui ne profite pas davantage de la situation (une explosion arrange tout) alors que les préparatifs avaient été minutieusement montrés. De même, le plan final est une conclusion bien hâtive en regard de personnages qu'on aurait aimé cotoyer un tout petit peu plus.
"Un film n'est pas une envie de faire pipi" (Cinéphage, août 2021)
User avatar
Sybille
Assistant opérateur
Posts: 2092
Joined: 23 Jun 05, 14:06

Re: La Dernière Caravane (Delmer Daves - 1956)

Post by Sybille »

Image Image

The last wagon / La dernière caravane
Delmer Daves (1956) :

Superbe film. :o
Les dix premières minutes, presque muettes, sont exemplaires en terme de mise en scène, et déjà intriguent par la présence d'un homme muni d'un fusil, d'aspect furtif, qui traque autant qu'il est poursuivi par deux cavaliers d'allure et de paroles non moins mystérieuses. Daves soigne chaque plan, la lumière est chaude, les couleurs vives, et l'optimisation des paysages de l'Arizona en devient fabuleuse. L'arrivée du convoi sur la crête abrupte, de cette poignée de gens 'civilisés', renvoit une impression fantastique, presque surnaturelle.
L'histoire quant à elle mélange avec habileté aventure, émotion, et se fait en même temps récit d'apprentissage. Chaque personnage ressort riche d'une expérience neuve, le fait d'être en prise à la vie sauvage, à ses multiples dangers, oblige en effet à des comportements sans concession (on n'hésite pas à tuer, à dépouiller les morts... puisque c'est vital, nécessaire).
Le réquisitoire final de Widmark (toujours excellent) qui prend la défense des Indiens est un très beau moment, dommage que le cadre soit devenu alors inévitablement un peu terne. Les dialogues sont fins, piqués d'un zeste d'humour, mais n'hésitent pourtant pas à déployer une douce intimité, en particulier lors de cette dernière nuit qui voit les personnages de Widmark et Felicia Farr s'avouer leur amour. Les acteurs sont bons. Discrets, ils s'effacent presque, et se mettent entièrement au service du film.
Un western éclatant de beauté et d'intelligence. 8,5/10
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93035
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: La Dernière Caravane (Delmer Daves - 1956)

Post by Jeremy Fox »

Sybille wrote:
The last wagon / La dernière caravane
Delmer Daves (1956) :


Un western éclatant de beauté et d'intelligence. 8,5/10
Bon résumé 8) As tu vu ces autres westerns que sont 3.10 pour Yuma et Jubal que l'on pourrait qualifier de même ?
User avatar
Sybille
Assistant opérateur
Posts: 2092
Joined: 23 Jun 05, 14:06

Re: La Dernière Caravane (Delmer Daves - 1956)

Post by Sybille »

Non, je ne connais pas ces 2 films. :wink: Mais je vais sûrement ne pas tarder à me procurer 3.10 pour Yuma, titre qui m'intrigue depuis pas mal de temps, surtout d'après la bonne réputation qu'il a sur le forum.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93035
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: La Dernière Caravane (Delmer Daves - 1956)

Post by Jeremy Fox »

Sybille wrote:Non, je ne connais pas ces 2 films. :wink: Mais je vais sûrement ne pas tarder à me procurer 3.10 pour Yuma, titre qui m'intrigue depuis pas mal de temps, surtout d'après la bonne réputation qu'il a sur le forum.
Jubal = L'homme de nulle part au cas où tu le chercherais aussi ; il est sorti chez Columbia en zone 2. Le genre de western capable de plaire au plus grand nombre