Dino Risi (1916-2008)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

GiulioP
Stagiaire
Posts: 10
Joined: 13 Jan 16, 17:34

Re: Dino Risi (1916-2008)

Post by GiulioP »

Est-ce que on peut ôter le sous-titres en francais du film Le Prophète par Dino Risi (Studio ESC Editions ) ?
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 20814
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: Dino Risi (1916-2008)

Post by Nestor Almendros »

User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16105
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Dino Risi (1916-2008)

Post by Supfiction »

Jeremy Fox wrote:
cinephage wrote: Belles, mais pauvres, de Dino Risi (1957) 7,5/10 - Une comédie sociale charmante et fort drole, où l'ironie s'efface derrière des personnages assez touchants. Une jolie découverte.
Pareil ; bien meilleur que Pauvres millionnaires qui suivra. Me reste à découvrir le premier film de la trilogie mais celui-ci fut une petite bouffée de fraîcheur.

Et puis il y a la ravissante Marisa Allasio :oops:

Image
Elle a malheureusement abandonné sa carrière cinématographique après s’être mariée à un comte italien.. mamma mia che peccato!
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89611
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Dino Risi (1916-2008)

Post by Jeremy Fox »

Jeremy Fox wrote:
cinephage wrote: Belles, mais pauvres, de Dino Risi (1957) 7,5/10 - Une comédie sociale charmante et fort drole, où l'ironie s'efface derrière des personnages assez touchants. Une jolie découverte.
Pareil ; bien meilleur que Pauvres millionnaires qui suivra. Me reste à découvrir le premier film de la trilogie mais celui-ci fut une petite bouffée de fraîcheur.
C'est fait grâce à Noz pour 2.99 :D

Image

Plus qu'à le visionner
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16105
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Dino Risi (1916-2008)

Post by Supfiction »

Tu vas te régaler. Marisa Allasio.. :oops:
kiemavel
Assistant opérateur
Posts: 2035
Joined: 13 Apr 13, 09:09

Re: Dino Risi (1916-2008)

Post by kiemavel »

Jeremy Fox wrote:C'est fait grâce à Noz pour 2.99 :D

Plus qu'à le visionner
Merci pour le tuyau. Je ne l'ai pas celui là. J'y fonce, demain dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne !
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 16105
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Dino Risi (1916-2008)

Post by Supfiction »

kiemavel wrote:
Jeremy Fox wrote:C'est fait grâce à Noz pour 2.99 :D

Plus qu'à le visionner
Merci pour le tuyau. Je ne l'ai pas celui là. J'y fonce, demain dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne !
Vas-y par la foret! Ou encore mieux, tu as la trilogie en Blu ray (avec un DVD de bonus et un livret) pour 15 euros ici.

Image
kiemavel
Assistant opérateur
Posts: 2035
Joined: 13 Apr 13, 09:09

Re: Dino Risi (1916-2008)

Post by kiemavel »

Supfiction wrote:
kiemavel wrote: Merci pour le tuyau. Je ne l'ai pas celui là. J'y fonce, demain dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne !
Vas-y par la foret! Ou encore mieux, tu as la trilogie en Blu ray (avec un DVD de bonus et un livret) pour 15 euros ici
Ah oui, encore mieux. Merci :wink:
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89611
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Dino Risi (1916-2008)

Post by Jeremy Fox »

Supfiction wrote:Tu vas te régaler. Marisa Allasio.. :oops:

C'est vrai que cette actrice était sacrément craquante ; dommage qu'elle ait arrêté sa carrière si tôt. Le film est vraiment très plaisant, inférieur néanmoins à celui qui suivra.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89611
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Dino Risi (1916-2008)

Post by Jeremy Fox »

Les Acacias ressortent en salle cette semaine Dernier amour. La chronique est signée Justin Kwedi.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89611
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Dino Risi (1916-2008)

Post by Jeremy Fox »

User avatar
Jean-Pierre Festina
Doublure lumière
Posts: 693
Joined: 13 Nov 07, 12:55

Re: Dino Risi (1916-2008)

Post by Jean-Pierre Festina »

Très bonne chronique, et excellente conclusion.
Calvin Klein, Louis Pion, Fossil, Cerruti, G-Shock, G-shock premium, Casio pro-trek, Ted Lapidus, Michael Kors, Diesel, Daniel Wellington, Hugo Boss, Emporio Armani, Cluse, Gucci, Guess, Lacoste, Maserati, Nixon, Pulsar, Tommy Hillfiger... et bien sûr Festina !
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 15865
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Dino Risi (1916-2008)

Post by Profondo Rosso »

Fantôme d'amour (1981)

Image

Pavie, fin des années 1970. Nino Monti, un conseiller fiscal connu, paie la place de bus d'une femme à l'air misérable et malade qui n'avait pas la monnaie. Le soir même elle le rappelle pour lui rendre ses 100 lires, et se présente : Anna Brigatti, qui fut son grand amour de jeunesse. Nino est troublé. Il cherche à la revoir, il la pense toujours aussi jeune et belle que celle qu'il a connue.

Fantôme d'amour s'inscrit dans un cycle de films sombres et désenchantés pour Risi où ses personnages sont hantés par leur passé, s'interrogent sur leur vieillesse. Âmes perdues (1976) explore ce poids du passé sous un angle funèbre lorgnant sur le surnaturel quand Dernier amour (1978) s'avère à la fois plus caustique et tragique avec le dernier tour de piste d'un amuseur. Fantôme d'amour croise ces deux facettes avec ce héros que le souvenir d'un amour perdu vient hanter. Nino (Marcello Mastroianni) chérit le souvenir d'Anna (Romy Schneider), romance passionnée de ses vingt ans dont il ne s'est jamais vraiment remis du départ. Sa photo se dissimule encore à l'abri des regards dans sa bibliothèque, et c'est son visage qui lui apparait pour se donner la vigueur nécessaire lors des rapports avec son épouse au sein de leur mariage rangé et ennuyeux. Une rencontre impromptue (mais finalement pas tant que cela) la ramène à lui mais sous une allure vieillie et malade loin des doux moments d'antan. D'ailleurs Dino Risi ne fait pas intervenir l'image passée d'Anna sous forme de flashbacks, mais plutôt de séquences oniriques relevant du souvenir embelli, du fantasme. Lorsqu’Anna retrouvera ses traits juvéniles dans le présent, là encore la réalité de cette image sera questionnée par les évènements mystérieux et l'imagerie mortifère.

Anna est un souvenir qui hante Nino et qui ne peut donc lui apparaître dans ses plus beaux atours que dans des environnements hantés. Risi en révèle subtilement les indices (ce fruit pourrissant dans une pièce lors de la visite de la villa), où nous avertit par la métaphore visuelle quand Anna se volatilise dans un lac qui s'avérera recéler un cadavre en son fond. L'esthétique grisâtre et la photo brumeuse de Tonino Delli Colli ajoutent à ce côté fantomatique et parfois hors du temps du film, relevant de l'humeur dépressive du héros mais aussi d'une réalité altérée par son esprit ou par de vraies manifestations surnaturelles. C'est la grande question du film, les morts hantent-ils les vivants ou inversement ? Nino ne peut pleinement aimer Anna que dans l'image mentale ou concrète (la photo) qu'il en a gardée, et fera montre d'un dégoût cruel quand elle lui réclamera un baiser sous ses traits fanés. Anna quant à elle ne peut retrouver sa beauté que grâce à l'amour intact entretenu par Nino, seul élément lumineux la rattachant au monde des vivants. Autrement sa face hideuse relève une nouvel fois du réel (le cancer qui l'enlaidit avant sa mort) mais aussi du mental avec cette fois une quête vengeresse d'outre-tombe qui lui confère une aigreur et une haine qui se répercutent sur son allure, même fantôme.

Nino refuse ainsi longtemps de voir ce que le spectateur a compris depuis un moment, car cela menace son équilibre psychologique. Non pas par la possibilité qu'Anna soit un fantôme, mais plutôt par le fait que sa "vraie" image ne correspondent plus à ce tendre passé qui l'a aidé à traverser une existence morne. Le film rejoint ainsi d'autres grandes œuvres sur l'obsession amoureuse oscillant entre le rêve et le fantastique (Le Portrait de Jennie de William Dieterle, Peter Ibbetson d'Henry Hatthaway (1935), L'Aventure de Madame Muir de Joseph L. Mankiewicz (1947)) mais Risi en ôte toute la sève romantique pour n'en faire qu'une béquille fragile d'être fragiles et vieillissants, ne vivant plus qu'à travers leurs regrets. La dernière scène en est l'illustration la plus désespérée, la figure aimée devenant désormais la seule étincelle d'un être ayant cédé à ses failles et choisi définitivement le monde de l'illusion. 5/6