Vincente Minnelli (1903-1986)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Sybille
Assistant opérateur
Posts: 2092
Joined: 23 Jun 05, 14:06

Re: Vincente Minnelli (1903-1986)

Post by Sybille »

"Nina" fait partie des 2,3 Minnelli qu'il me reste à découvrir (avec "Mademoiselle ma femme" et "Melinda").

J'aime aussi beaucoup "Yolanda". Beule a raison de louer les 2 numéros phares du film, effectivement parmi les plus beaux réalisés par Minnelli ou même dans toute la comédie musicale en général.
User avatar
Barry Egan
Accessoiriste
Posts: 1535
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Vincente Minnelli (1903-1986)

Post by Barry Egan »

Qu'et-ce que Maman comprend à l'amour

Ah c'est du fin. Belle description des milieux aisés, critiquée élégamment, sans agressivité, et même avec délicatesse (amour ?) par le truchement d'un humour discret et parfois ravageur (David Fenner est un crétin de première classe). J'aime bien aussi cette ambiance entre deux eaux, avec ce batteur sympa qui joue du Bill Haley encore plus aseptisé en soirée guindée, qui montre sans le vouloir les transitions à l'oeuvre dans la (haute) société. Quelques années plus tard, ce serait déjà un souvenir du passé :

Image
User avatar
Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7281
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Re: Vincente Minnelli (1903-1986)

Post by Cathy »

Barry Egan wrote: 24 Oct 20, 12:11 Qu'et-ce que Maman comprend à l'amour

Ah c'est du fin. Belle description des milieux aisés, critiquée élégamment, sans agressivité, et même avec délicatesse (amour ?) par le truchement d'un humour discret et parfois ravageur (David Fenner est un crétin de première classe). J'aime bien aussi cette ambiance entre deux eaux, avec ce batteur sympa qui joue du Bill Haley encore plus aseptisé en soirée guindée, qui montre sans le vouloir les transitions à l'oeuvre dans la (haute) société. Quelques années plus tard, ce serait déjà un souvenir du passé :
Je suis contente que tu aies apprécié. J'ai toujours peur de surestimer certains films :) ! Jeremy Fox te recommandera "Il faut marier Papa", personnellement je suis moins fan, mais bon ça permet aussi de voir Ron Howard quand il était un jeune acteur :)
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93016
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Vincente Minnelli (1903-1986)

Post by Jeremy Fox »

Cathy wrote: 24 Oct 20, 12:43 [ Jeremy Fox te recommandera "Il faut marier Papa", personnellement je suis moins fan, mais bon ça permet aussi de voir Ron Howard quand il était un jeune acteur :)
C'est un des premiers qu'il a vu :wink: En tout cas heureux que le cinéaste te plaise autant :)
User avatar
Barry Egan
Accessoiriste
Posts: 1535
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Vincente Minnelli (1903-1986)

Post by Barry Egan »

Les deux films ne sont pas comparables à mon goût, ce qui est assez choquant quand on pense qu'il n'y a que 5 années d'écart entre les deux sorties. Le même écart spirituel qu'entre "Pal Joey" et "Bye Bye Birdie" en fait.
Image
User avatar
Barry Egan
Accessoiriste
Posts: 1535
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Vincente Minnelli (1903-1986)

Post by Barry Egan »

Le Père de la mariée

Comme les meilleurs Capra, un film qui semble frais et classique à la fois, le genre qu'on a l'impression d'avoir vu cent fois quand on le voit la première fois et qui se regardera encore comme si c'était la première à la centième. Abandonner toute prétention à l'originalité et se focaliser sur une situation universelle dans la bonne humeur peut parfois produire les meilleurs résultats, surtout quand tu as à ta disposition un Spencer Tracy qui ne joue pas et une Elizabeth Taylor toute jeune. Même le jeune premier qui joue le futur mari a une bouille sympa. Plus Russ Tamblyn moins jeune que dans "Escale à Hollywood" et qui commence à avoir l'air impertinent. Bref, que des jeunes, qui enterrent les vieux, mais c'est (ça) la vie...
Image
User avatar
Barry Egan
Accessoiriste
Posts: 1535
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Vincente Minnelli (1903-1986)

Post by Barry Egan »

Un numéro du tonnerre

Eh bien ma foi, voilà un film bien agréable, frais et léger, mis en scène avec beaucoup de savoir-faire. Bon l'actrice principale c'est pas Grace Kelly, mais elle a sa grâce à elle. Dean Martin joue honnêtement en face. Les chansons sont sympathiques, le sourire est constant, et ce n'est pas creux. Voir tous ces gens réunis lors de la dernière scène, loin de leurs téléphones et se reconnaissant les uns les autres...
Image
User avatar
Sybille
Assistant opérateur
Posts: 2092
Joined: 23 Jun 05, 14:06

Re: Vincente Minnelli (1903-1986)

Post by Sybille »

Barry Egan wrote: 7 Nov 20, 17:21 Un numéro du tonnerre
Contente que tu aies apprécié ce Minnelli souvent assez mal aimé. Le film est certes mineur mais comme toi, j'avais été tout de suite séduite par la partition musicale, la sympathie, l'humour et même l'émotion qui émanent des personnages et de leurs relations.
User avatar
Barry Egan
Accessoiriste
Posts: 1535
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Vincente Minnelli (1903-1986)

Post by Barry Egan »

A vrai dire, je l'ai trouvé bien plus agréable que "Gigi", pourtant bien plus réputé. Aucune surcharge et l'émotion arrive vite, dès le début en fait, quand on entre en relation avec Judy Holliday et ses voix. La petite chanson aux feux rouges ou la danse avant la soirée "hollywoodienne", dans ce décor simple et beau... il en faut peu pour être heureux.
Image
User avatar
Sybille
Assistant opérateur
Posts: 2092
Joined: 23 Jun 05, 14:06

Re: Vincente Minnelli (1903-1986)

Post by Sybille »

Même si j'avais également aimé "Gigi" quand je l'ai vu pour la 1e fois, "Un numéro du tonnerre" m'avait spontanément beaucoup plus enthousiasmée. Faudra que je revoie les deux ceci dit (+ tous les autres !)
User avatar
Barry Egan
Accessoiriste
Posts: 1535
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Vincente Minnelli (1903-1986)

Post by Barry Egan »

Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse

Alors celui-ci, il est vraiment passionnant de bout en bout et il justifie sa durée. A partir des relations les plus simples, la famille, les liens de sang, le script développe un nombre de liens entre des événements qui laissent le spectateur... exsangue. L'homme qui s'aventure vers le sanguinaire au-delà de ses liens de sang, de la joie primitive de danser avec ses semblables et d'accroître sa famille, le mouton noir de la famille en fait, c'est celui qui amène le drame collectif à son insu. Et pourtant, c'est pas si clair que ça. Le superficiel, le frivole sans descendance qui prend la femme d'une autre, qui le fait par une attirance légère et non par un caprice profond, ajoute des couches de tragique et ne se mêle au combat que par une forme de culpabilité envers l'autre homme à qui il a enlevé l'amour et la force de se battre durablement. C'est du Shakespeare en fait ! J'aurais plutôt vu quelqu'un comme Louis Jourdan dans le rôle de Glenn Ford, mais cela ne suffit pas à briser l'élan narratif, la pertinence thématique et la beauté formelle du film (ces rouges !).
Image
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 10569
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Vincente Minnelli (1903-1986)

Post by Alexandre Angel »

Barry Egan wrote: 14 Nov 20, 13:20 J'aurais plutôt vu quelqu'un comme Louis Jourdan dans le rôle de Glenn Ford
Ah non.
User avatar
Beule
Monteur
Posts: 4502
Joined: 12 Apr 03, 22:11

Re: Vincente Minnelli (1903-1986)

Post by Beule »

C'est Delon que Minnelli voulait au départ, si je ne m'abuse.
User avatar
Barry Egan
Accessoiriste
Posts: 1535
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Vincente Minnelli (1903-1986)

Post by Barry Egan »

à Alexandre : qui alors ???

Oui, Delon, ça l'aurait fait aussi.
Image
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 10569
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Vincente Minnelli (1903-1986)

Post by Alexandre Angel »

Je veux dire que Glenn Ford est idéal pour ce genre de rôle (introversion soucieuse) mais c'est tout :)
De toute façon, c'est une distribution assez composite et on peut imaginer d'autres têtes (je trouve Lee J.Cobb assez discutable et j'avais trouvé le film grotesque la toute première fois que je l'ai vu,ado, à cause de lui).