Le Petit Soldat (Jean-Luc Godard - 1960)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Jake Scully
Producteur
Posts: 9994
Joined: 29 May 03, 18:01

Le Petit Soldat (Jean-Luc Godard - 1960)

Post by Jake Scully »

Des premiers Godard, c'est un des rares que je n'avais pas vu (reste plus que ALPHAVILLE). Lacune remplie grâce aux cours de filmo...

Réalisé en 1959 mais interdit jusqu'en 1963 par la censure française, LE PETIT SOLDAT est l'histoire d'un déserteur (période de la Guerre d'Algérie) installé à Genève où il participe aux opérations de l'OAS. Il rencontre une jeune fille étrangère et en tombe amoureux...
J'ai plutôt bien aimé ce film, mais certaines scènes sont vraiment longues. La question de la torture occupe une place dans le film, et c'est probablement ce qui a contribué à la censure (on retrouve d'ailleurs la scène de l'interrogatoire dans la baignoire dans PIERROT LE FOU). Michel Subor n'est pas mauvais mais je trouve cependant qu'il n'arrive pas à atteindre le jeu "naturel" de Belmondo.

À noter aussi que dans une réplique, le personnage principal donne la vision du cinéma par Godard: "Le cinéma, c'est la vérité 24 fois par seconde."

Image

Qu'en avez-vous pensé?
Dolly-Bell
Assistant(e) machine à café
Posts: 187
Joined: 13 Oct 03, 16:24
Location: Au pays des funambules

Post by Dolly-Bell »

Moi j''adore Week end et Je vous salue Marie, je n'ai pas vu Le petit soldat mais on m'en dit du bien régulièrement.
Un autre Godard grandiose me vient à l'esprit JLG/JLG, un auto-portrait de cet immense artiste.

:wink:
Ne cours pas après la poésie. Elle pénètre toute seule par les jointures.
Cosmo Vitelli
Pipeaulogue
Posts: 7754
Joined: 13 Apr 03, 00:48
Location: Sur le forum DVDCLASSIK

Re: Le Petit Soldat (J.-L. Godard, 1959/63)

Post by Cosmo Vitelli »

Rick Deckard wrote:"Le cinéma, c'est la vérité 24 fois par seconde."

Image
Une des plus grosses conneries qu'il a pu proférer.
"De toutes les sciences humaines, la pipeaulogie - à ne pas confondre avec la pipe au logis - ou art de faire croire qu'on sait de quoi on parle, est sans conteste celle qui compte le plus de diplômés !" Cosmo (diplômé en pipeaulogie)
Ouf Je Respire
Charles Foster Kane
Posts: 25555
Joined: 15 Apr 03, 14:22
Location: Forêt d'Orléans

Re: Le Petit Soldat (J.-L. Godard, 1959/63)

Post by Ouf Je Respire »

Cosmo Vitelli wrote:
Rick Deckard wrote:"Le cinéma, c'est la vérité 24 fois par seconde."

Image
Une des plus grosses conneries qu'il a pu proférer.
Ah merde, tu m'as grillé. :mrgreen:
Image
« Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. » André Gide
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Re: Le Petit Soldat (J.-L. Godard, 1959/63)

Post by Philip Marlowe »

Ouf Le Fayot wrote:
Cosmo Vitelli wrote:
Une des plus grosses conneries qu'il a pu proférer.
Ah merde, tu m'as grillé. :mrgreen:
Franchement ça se discute.
Cosmo Vitelli
Pipeaulogue
Posts: 7754
Joined: 13 Apr 03, 00:48
Location: Sur le forum DVDCLASSIK

Re: Le Petit Soldat (J.-L. Godard, 1959/63)

Post by Cosmo Vitelli »

Philip Marlowe wrote:
Ouf Le Fayot wrote:
Ah merde, tu m'as grillé. :mrgreen:
Franchement ça se discute.
Pour moi il s'agit d'une phrase plus "écrite" que "pensée", dont Godard a le secret.
C'est très beau à lire et à dire "Le cinéma, c'est la vérité 24 fois par seconde", mais bon...
"De toutes les sciences humaines, la pipeaulogie - à ne pas confondre avec la pipe au logis - ou art de faire croire qu'on sait de quoi on parle, est sans conteste celle qui compte le plus de diplômés !" Cosmo (diplômé en pipeaulogie)
Jake Scully
Producteur
Posts: 9994
Joined: 29 May 03, 18:01

Re: Le Petit Soldat (J.-L. Godard, 1959/63)

Post by Jake Scully »

Cosmo Vitelli wrote:Pour moi il s'agit d'une phrase plus "écrite" que "pensée", dont Godard a le secret.
C'est très beau à lire et à dire "Le cinéma, c'est la vérité 24 fois par seconde", mais bon...
Il faut pas entendre le mot "vérité" tel quel. Du moment qu'on ressent de "l'authenticité" dans le film c'est l'essentiel, c'est ce que veut dire Godard.
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

C une vision du cinéma comme une autre et je ne vois pas ce qu'elle a de particulièrement conne.
Cosmo Vitelli
Pipeaulogue
Posts: 7754
Joined: 13 Apr 03, 00:48
Location: Sur le forum DVDCLASSIK

Re: Le Petit Soldat (J.-L. Godard, 1959/63)

Post by Cosmo Vitelli »

Rick Deckard wrote:Il faut pas entendre le mot "vérité" tel quel. Du moment qu'on ressent de "l'authenticité" dans le film c'est l'essentiel, c'est ce que veut dire Godard.
Oh là dis donc, tu prêtes des pensées bien pragmatiques à Godard toi :D
Godard parlait bel et bien de la vérité comme visée de l'image. D'ailleurs conscient de la faiblesse de son assertion il a "réparé" ça en prétendant le contraire dans Vent d'Est : "Ce n'est pas une image juste, c'est juste une image".
Il se contredit très souvent, preuve qu'il est meilleur poète que philosophe. Très souvent ce qu'il dit à moins d'importance que comment il le dit.
"De toutes les sciences humaines, la pipeaulogie - à ne pas confondre avec la pipe au logis - ou art de faire croire qu'on sait de quoi on parle, est sans conteste celle qui compte le plus de diplômés !" Cosmo (diplômé en pipeaulogie)
christian
Accessoiriste
Posts: 1795
Joined: 13 Oct 03, 12:25

Post by christian »

Oui, j'ai beaucoup aimé ce film assez noir et peu connu de Godard, la musique de Maurice Leroux (sans doute inspiré des "Etudes" de Debussy) avec 2 pianos solos est vraiment envoutante aussi, les scènes de tortures sont prenantes et le film n'est jamais ennuyeux pour un sous...

A la même époque et sur un thème similaire, sortait "L'insoumis" d'Alain Cavalier, film totalement introuvable avec une musique sublime (et je pèse mes mots) de Georges Delerue, si quelqu'un l'a en VHS ? je suis preneur à bon prix car je réve de le voir (le film est produit par la MGM mais aucune édition DVD n'est annoncée)

Dans le même genre, "le combat dans l'ile" également de Alain Cavalier (avec un extraordinaire J.L.Trintignant, Romy Schneider et une musique superbe de Serge Nigg) est superbe aussi, il passe de temps en temps sur le cable...
Ronan
Assistant(e) machine à café
Posts: 246
Joined: 19 Jun 03, 17:48

Post by Ronan »

Pas mon préféré, mais, comme Anna Karina arrache tout...Pourtant, je déteste faire la midinette devant une actrice,vraiment, mais, Godard, je sais pas pourquoi, me fait avoir à chaque fois. Comme Bergman, en fait....Mizochuchi, c'est plus facile de résister, un fantôme sans sourcil au visage lunaire, ça fait plus peur qu'autre chose, quand même...

Quant aux 3257 "bons mots" Godardiens répertoriés, des plus brillants aux plus obscurs, ça n'a , a mon avis, pas grands sens de les commenter comme des "pensées", ce qu'ils ne sont pas, et surtout de les extraire de leur contexte...

Ce ne sont pas des "aphorismes", comme ceux de Char qui "tiennent", seuls ou en recueuil, mais plutôt des "aphorismes de cinéma", qui ne prennent leur sens qu'au cours du film, dit par un interprète, formant la ligne de crète de ces dialogues souvent plus "triviaux" qu'un dialogue "normal" de cinéma, parfois fabuleusement "enlevés", quand de l'image et de l'interprétation, jaillissent des étincelles.

Je vois ces dialogues comme autant d'aveux "je ne suis pas un écrivain, mais essayer de m'empêcher d'écrire ce que je veux, quand je filme", pas si loin de ce qu'il laisse transparaitre dans quelques interviews. Un peu comme Gainsbourg et ses "je vous emmerde, dans mon art mineur, j'écris de sacré vers", si je me fait comprendre.

Enfin bref, toute mise en boutonnièred'un dialogue de Godard a tendance à m'énerver, mais c'est aussi une des faiblesses du bonhomme, de prêter le flanc à ce genre d'adoration, ou de lapidation définitive...
Cosmo Vitelli
Pipeaulogue
Posts: 7754
Joined: 13 Apr 03, 00:48
Location: Sur le forum DVDCLASSIK

Post by Cosmo Vitelli »

Ronan wrote:Quant aux 3257 "bons mots" Godardiens répertoriés, des plus brillants aux plus obscurs, ça n'a , a mon avis, pas grands sens de les commenter comme des "pensées", ce qu'ils ne sont pas, et surtout de les extraire de leur contexte...

Ce ne sont pas des "aphorismes", comme ceux de Char qui "tiennent", seuls ou en recueuil, mais plutôt des "aphorismes de cinéma", qui ne prennent leur sens qu'au cours du film, dit par un interprète, formant la ligne de crète de ces dialogues souvent plus "triviaux" qu'un dialogue "normal" de cinéma, parfois fabuleusement "enlevés", quand de l'image et de l'interprétation, jaillissent des étincelles.

Je vois ces dialogues comme autant d'aveux "je ne suis pas un écrivain, mais essayer de m'empêcher d'écrire ce que je veux, quand je filme", pas si loin de ce qu'il laisse transparaitre dans quelques interviews. Un peu comme Gainsbourg et ses "je vous emmerde, dans mon art mineur, j'écris de sacré vers", si je me fait comprendre.

Enfin bref, toute mise en boutonnièred'un dialogue de Godard a tendance à m'énerver, mais c'est aussi une des faiblesses du bonhomme, de prêter le flanc à ce genre d'adoration, ou de lapidation définitive...
D'accord sur l'essentiel. Mais pour ce qui est de "Le cinéma c'est la vérité 24 fois par secondes" Godard s'est lui même mis dans la panade, en confirmant le fondement de cette assertion dans diverses interviews. Puis ensuite, le temps aidant, il a changé de position.
Mais tout cela n'est pas très important je te l'accorde.
"De toutes les sciences humaines, la pipeaulogie - à ne pas confondre avec la pipe au logis - ou art de faire croire qu'on sait de quoi on parle, est sans conteste celle qui compte le plus de diplômés !" Cosmo (diplômé en pipeaulogie)
John Anderton
Vintage
Posts: 7655
Joined: 15 Apr 03, 14:32
Location: A bord de l'Orca, au large d'Amity

Re: Le Petit Soldat (J.-L. Godard, 1959/63)

Post by John Anderton »

Cosmo Vitelli wrote:
Rick Deckard wrote:"Le cinéma, c'est la vérité 24 fois par seconde."

Image
Une des plus grosses conneries qu'il a pu proférer.
Si c'était la seule...
ImageImage
Cinzano
Electro
Posts: 853
Joined: 10 May 03, 01:07

Post by Cinzano »

À propos du "Petit soldat" du "plus con des Suisses pro-Chinois" (dixit Debord), cet article paru dans "Positif" en juin 1963, sous la plume de Gérard Legrand (cité dans "La Nouvelle Vague" de Jean Douchet, coéd. Cinémathèque Française / Hazan, 1998, p. 267). Outrancier, peut-être, mais juste sur le fond....
Noirâtre, informe, ridicule...

(...) Alertés pr une vétilleuse censure, nous avons cru que M. Godard avait tourné un film fasciste. Il n'a fait que déverser une poubelle dans une autre. À bout de souffle, mis à part le talent de ses interprètes, est, en comparaison, "construit" à gros boulons. Bluff pour bluff, M. Godard récite – en le nommant – une page de Cocteau, mais s'attribue sans autre procès une admirable page de Nietzsche, qu'il détourne de son sens en la faisant glisser le long d'un immeuble où, paraît-il, on torture. Il est vrai que M. Nietzsche n'est plus là pour crier au génie devant ce rond-de-cuir affolé de gélatine, également privé d'intelligence et de générosité, de violence et de candeur. (...) Noirâtre, informe, ridicule au-delà du bavardage et de la "photo", le Petit Soldat, ce n'est déjà plus le mépris, c'est l'ennui : la mort sans phrases.
Ajoutons à cela les forts relents d'anarchisme de droite véhiculés par ce film, et par le personnage interprété par Michel Subor : "Je n'aime pas les Arabes parce que je n'aime pas le désert, ni le colonel Lawrence. Encore moins la Méditerranée, et Albert Camus. (...) Et puis les Arabes sont paresseux."

Je ne résiste pas à citer cet autre article de "Positif", signé Louis Seguin et paru à la sortie d'"A bout de souffle" en avril 1960... Jubilatoire.
Le plus fabriqué des films

Tous les copains, et même quelques autres, s'y sont mis. Comme Georges Sadoul, enfoncez-vous le bien dans la tête : "Que de talent ! Que de brio ! Que de métier !" De même qu'il y a dans À bout de souffle des assassins prédestinés et des indicateurs par vocation, de même Jean-Luc Godard est un cinéaste-né. Le travail, l'apprentissage, il laisse cela aux autres. Il est le doué, l'élu, le jeune héros de la race des Seigneurs.
Ceci dit, À bout de souffle n'en reste pas moins le plus fabriqué, le plus truqué des films, et les recettes en sont des plus simplistes. Vous faites dire une chose à vos héros puis, un peu plus tard, le contraire, et vous n'avez plus qu'à présenter ce mauvais paradoxe comme l'ambiguïté même de la vie. De même pour le style. Vous suivez "objectivement" vos personnages par de "vertigineux" mouvements d'appareil tout en vous gardant soigneusement de raccorder les diverses étapes de leurs parcours. Le film prend un aspect chaotique que vous présentez comme la vivacité même du génie.
Assurer enfin, comme le metteur en scène et le critique "communiste" plus haut cité, que le héros de ce film est, amélioré et mis au goût du jour, le hors-la-loi de Quai des brumes est une aberration. Le déserteur des années 30 participait à une mythologie peut-être factice mais recommandable puisque de gauche. Le voyou de 1960, qui dit aimer la police, et sa petite amie qui, selon Godard, accomplit sa personnalité en le dénonçant aux flics, participent d'une autre mythologie, au moins aussi artificielle et parfaitement haïssable puisque de droite. L'anarchiste Gabin était du bois dont se faisaient les combattants des Brigades internationales ; l'anarchiste Belmondo est de ceux qui écrivent : "Mort aux Juifs !" dans les couloirs du métro, en faisant des fautes d'orthographe.
:lol: :lol: :lol:
Jake Scully
Producteur
Posts: 9994
Joined: 29 May 03, 18:01

Re: Le Petit Soldat (J.-L. Godard, 1959/63)

Post by Jake Scully »

Cosmo Vitelli wrote:Godard parlait bel et bien de la vérité comme visée de l'image.
Je ne suis pas si sûr, mais bon, je vérifierai tout ça. Il faut que je replonge dans mes analyses sur Godard pour vérifier. :wink:

Les conneries, il les a surtout faîtes pendant sa "période Maoiste" où il disait plein d'absurdités et se fâchait avec tous ses anciens amis tels que Truffaut (qui lui a écrit une belle lettre d'insultes), Jean-Pierre Léaud, Anna Karina, Belmondo, etc.