Serguei Eisenstein (1898-1948)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: Discutons d'Eisenstein

Post by Anorya »

Strum wrote:
Le temps scellé selon Tarkovski, c'est donc le temps capturé et ressenti dans sa durée par le plan, et non par le montage.
Tout à fait.
Et c'est pourquoi je regrette que cet ouvrage passionnant soit traduit par temps scellé et non temps sculpté, bien justement. ;)

Demi-Lune wrote: Pour ma punition, deux Tarkovski ce mois-ci.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image Image Image
Mais pourquoi ? Pourquoi Seigneur Dieu m'inflige-je un châtiment si cruel ? :mrgreen:
Mais c'est pas non plus le bûcher un Tarkovski...
Si ? :oops:

Strum wrote:
Strum wrote:Ou pour le dire autrement, Ivan le Terrible, c'est excitant, Andreï Roublev, c'est planant. :mrgreen:
Et pour conclure en m'autocitant, si tu préfères Tarkovski à Eisenstein, Anorya, cours voir Colonel Blimp de Powell & Pressburger, qui vient de ressortir au cinéma dans une sublime version restaurée (+ possiblement quelques minutes inédites) mettant à l'amende le dvd actuel et ses couleurs parfois un peu palies, et qui est un des plus beaux film sur le temps qui passe et sur la durée qui soient.
C'est prévu, je suis en pleine rétrospective Powell/Pressburger en ce moment. Je sens que ce film ne pourra que me plaire.
Et puis Anton Walbrook, très hâte de retrouver cet acteur qui m'avait déjà beaucoup plu dans La ronde et complètement subjugué hier soir lors de mon visionnage des Chaussons rouges.
Image
riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: Serguei Eisenstein (1898-1948)

Post by riqueuniee »

Anton Walbrook est une fois de plus excellent dans Colonel Blimp, dans un registre (entre comédie et émotion) très différent de celui de sonrôle dans les chaussons rouges.
Entre Powell/Pressburger, Tarkovski et Eisenstein, je ne choisis pas :je prends les trois.
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14477
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Serguei Eisenstein (1898-1948)

Post by Demi-Lune »

La Grève (1925)

Eisenstein est rentré illico dans mon panthéon de cinéastes favoris en seulement trois films, et ce n'est pas La Grève qui viendra contredire ce coup de foudre. Ce premier long est déjà un étalage, d'un aboutissement ahurissant, de tout ce qui fait du style d'Eisenstein l'un des plus époustouflants et influents du Cinéma: expressivité des gros plans, recherches visuelles signifiantes, montage dramatique. Il y a trop d'idées géniales dans ce film pour qu'elles soient toutes énumérées : citons simplement ces espions aux surnoms d'animaux qui sont visuellement identifiés comme tels, ou cette encre déversée sur le plan de l'usine qui coule comme une inéluctable traînée de sang. Du langage cinématographique à l'état pur, qui me conforte dans mon idée que le muet soviétique avait très précocement atteint une forme de perfection dans l'expression filmique. Des histoires fortes d'abord racontées par la seule force des images et de leur juxtaposition rythmique, propulsées par une bande musicale très dramatique. Comme précédemment chez ce réalisateur, je trouve personnellement que le discours propagandiste cherche moins à marteler servilement et bêtement une idéologie, qu'à édifier grâce à une dramaturgie purement imagée, d'une puissance exceptionnelle. Par exemple, la scène où les gros patrons se rassemblent et se gaussent des revendications salariales, atteint son but d'édification peut-être pas tant par l'attitude révoltante des dirigeants capitalistes (une grosse caricature bien poilante et assumée comme telle) que par la manière dont Eisenstein construit en images le rapport de force avec les ouvriers : le découpage, qui va du salon enfumé aux ouvriers pris en tenaille par les forces montées, crée un décalage émotionnel. Les verres d'alcool, le presse-citron métaphorique, bref le confort princier du patronat, sont des images juxtaposées à celle d'une situation d'oppression et ce décalage provoque un effet instinctif chez le spectateur : celui de l'empathie pour le prolétariat. Voici comment, par des moyens purement cinématographiques et très habiles, Eisenstein fait de la pédagogie finaude pour les masses, tout en satisfaisant les autorités commanditaires qui espéraient peut-être un fond idéologique plus affirmé, plus martelé. Vous me direz que l'effet émotionnel et édificateur du montage, c'est le b.a-ba, mais il y a une telle évidence dans l'art d'Eisenstein que ce b.a-ba requinque profondément. Après, je dirais que La Grève reste un peu en-dessous du Cuirassé Potemkine et Octobre qui sont encore plus rodés et virtuoses, mais il y a tant d'images mémorables... et c'est un film truffé de gags ! C'est vraiment très amusant, c'est étonnant. En fait je regrette surtout le parallèle final et métaphorique entre le carnage et le dépeçage gore d'une vache bien vivante ; c'est, pour des raisons stylistiques de montage propre à Eisenstein, certes beaucoup plus "beau", "culotté" et "édifiant" que la scène ridicule de L'année des treize lunes de Fassbinder, mais le problème moral reste le même.
Filiba
Doublure lumière
Posts: 413
Joined: 5 May 12, 18:51

Re: Serguei Eisenstein (1898-1948)

Post by Filiba »

Merci! ça donne envie de le voir.
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45985
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Serguei Eisenstein (1898-1948)

Post by Flol »

Vu 2 films de Eisenstein (Alexander Nevsky et Le Cuirassé Potemkine), avec à chaque fois le même avis : impressionné par leur aspect formel, mais complètement saoulé par le fond propagandiste.
Pas du tout envie d'en voir d'autres, à vrai dire...
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49085
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Serguei Eisenstein (1898-1948)

Post by Boubakar »

Ratatouille wrote:Vu 2 films de Eisenstein (Alexander Nevsky et Le Cuirassé Potemkine), avec à chaque fois le même avis : impressionné par leur aspect formel, mais complètement saoulé par le fond propagandiste.
Pas du tout envie d'en voir d'autres, à vrai dire...
Pareil (même si l'avis de Demi-Lune concernant La grêve donne envie).
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15195
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Serguei Eisenstein (1898-1948)

Post by Watkinssien »

Ratatouille wrote:Vu 2 films de Eisenstein (Alexander Nevsky et Le Cuirassé Potemkine), avec à chaque fois le même avis : impressionné par leur aspect formel, mais complètement saoulé par le fond propagandiste.
Pas du tout envie d'en voir d'autres, à vrai dire...
Je te conseille de voir Ivan le Terrible qui transcende (encore mieux, car c'est déjà le cas pour les deux films cités) la propagande pour délivrer une oeuvre beaucoup plus audacieuse politiquement...
Image

Mother, I miss you :(
julien
Oustachi partout
Posts: 9045
Joined: 8 May 06, 23:41

Re: Serguei Eisenstein (1898-1948)

Post by julien »

Oui mais formellement Ivan le Terrible il est beaucoup moins intéressant. Plus théâtral dans sa mise en scène.
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15195
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Serguei Eisenstein (1898-1948)

Post by Watkinssien »

julien wrote:Oui mais formellement Ivan le Terrible il est beaucoup moins intéressant. Plus théâtral dans sa mise en scène.
Je ne pense pas pour ma part... Le film a quand même des cadres cinématographiques à tomber par terre et son utilisation du montage (qui participe essentiellement de la mise en scène d'Eisenstein) est toujours vivace...

Image

Image

Image

Image

Sans parler des gros plans :

Image

Image
Image

Mother, I miss you :(
julien
Oustachi partout
Posts: 9045
Joined: 8 May 06, 23:41

Re: Serguei Eisenstein (1898-1948)

Post by julien »

Il y a des choses intéressantes c'est évident ; et effectivement l'utilisation des gros plans est souvent judicieuse. La séquence d'ouverture lors du sacre d'Yvan, avec les plans serrés sur la tronche des Boyards et des ambassadeurs, qui ruminent en contrechamps, c'est absolument génial ; mais après des réussites formelles telles qu'Alexandre Nevski ou La ligne générale, je trouve que ça reste assez décevant. C'est souvent un peu trop pachydermique. A mon avis il a tellement voulu soigner son cadre et sa lumière, qu'il en a un peu oublié la dimension rythmique qui fonctionnait si bien dans ses précédents films mais bon difficile aussi de se faire une idée globale de l'oeuvre puisqu' Einsenstein n'a jamais pu tourner la troisième partie.

Je crois aussi qu'Orson Welles, pour d'autres raisons, n'appréciait pas du tout ce film. Tu confirmes ?
Image
"Toutes les raisons évoquées qui t'ont paru peu convaincantes sont, pour ma part, les parties d'une remarquable richesse." Watki.
wontolla
mon curé chez les forumistes
Posts: 6922
Joined: 14 Mar 10, 14:28
Liste DVD
Location: Bruxelles

Re: Serguei Eisenstein (1898-1948)

Post by wontolla »

Après avoir vu Eisenstein In Guanajuato de Peter Greenaway, j'aimerais découvrir le cinéma d'Eisenstein.
Quelle édition DVD (voire BD) avec VO ST Fr pouvez-vous me conseiller ?
Merci.
User avatar
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Posts: 10713
Joined: 21 Apr 03, 16:18

Re: Serguei Eisenstein (1898-1948)

Post by -Kaonashi Yupa- »

wontolla wrote:Après avoir vu Eisenstein In Guanajuato de Peter Greenaway, j'aimerais découvrir le cinéma d'Eisenstein.
Quelle édition DVD (voire BD) avec VO ST Fr pouvez-vous me conseiller ?
Merci.
Je crois qu'il n'y a pas l'embarras du choix en VOSTFR, malheureusement.
À vérifier : il me semble que tout est chez films sans frontière uniquement, à part Le Cuirassé Potemkine qui est aussi chez MK2 (vu l'éditeur, j'ai envie de croire que la copie est différente et meilleure).

Très envie de voir le film de Greenaway. Avec lui au moins on est sûr d'être surpris (en bien ou moins bien), et j'adore la (courte) filmo d'Eisenstein.
User avatar
Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Posts: 23111
Joined: 31 Dec 04, 14:17
Location: Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Serguei Eisenstein (1898-1948)

Post by Jack Carter »

-Kaonashi Yupa- wrote:
wontolla wrote:Après avoir vu Eisenstein In Guanajuato de Peter Greenaway, j'aimerais découvrir le cinéma d'Eisenstein.
Quelle édition DVD (voire BD) avec VO ST Fr pouvez-vous me conseiller ?
Merci.
Je crois qu'il n'y a pas l'embarras du choix en VOSTFR, malheureusement.
À vérifier : il me semble que tout est chez films sans frontière uniquement, à part Le Cuirassé Potemkine qui est aussi chez MK2 (vu l'éditeur, j'ai envie de croire que la copie est différente et meilleure).

Très envie de voir le film de Greenaway. Avec lui au moins on est sûr d'être surpris (en bien ou moins bien), et j'adore la (courte) filmo d'Eisenstein.
La Greve est chez Carlotta sinon :wink:
User avatar
-Kaonashi Yupa-
Tata Yuyu
Posts: 10713
Joined: 21 Apr 03, 16:18

Re: Serguei Eisenstein (1898-1948)

Post by -Kaonashi Yupa- »

Jack Carter wrote:La Greve est chez Carlotta sinon :wink:
:o
La fiche amazon indique "nouveau master restauré". Je vais vérifier ça...
User avatar
Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Posts: 23111
Joined: 31 Dec 04, 14:17
Location: Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: Serguei Eisenstein (1898-1948)

Post by Jack Carter »

-Kaonashi Yupa- wrote:
Jack Carter wrote:La Greve est chez Carlotta sinon :wink:
:o
La fiche amazon indique "nouveau master restauré". Je vais vérifier ça...
je pense que ça doit etre le cas car sorti en collaboration avec la Cinematheque de Toulouse :wink: