François Truffaut (1932-1984)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

les premiers films de Truffaut : le meilleur ?

Les 400 coups
52
41%
Tirez sur le pianiste
4
3%
Jules et Jim
9
7%
La peau douce
30
24%
Baisers volés
18
14%
Fahrenheit 451
5
4%
La mariée était en noir
9
7%
 
Total votes: 127

primus
Machino
Posts: 1236
Joined: 27 Jun 17, 00:18

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by primus »

Reprenant une rétroperso avec les coffrets artificial eye j'en suis à Les deux anglaises et le continent. Etant globalement d'accord avec ce qui a été écrit dans les précédentes pages je n'ai pas grand chose à ajouter. Je remonte le sujet si ça peut donner envie à d'autres de (re)voir le cinéma de Truffaut.
Pendant les deux anglaises, je pensais au parallèle entre ce monde sans technologie (pas si lointain) et le notre. Dans ces amours contrariés de jadis il y a cette noblesse, cette qualité des sentiments dans le sacrifice et la retenue. Aujourd'hui c'est souvent l'immédiateté et l'illusion de la profusion permanente qui malmènent les relations. Le film m'a cueilli progressivement, jusqu'à me séduire complètement. Désormais un des meilleurs de Truffaut pour moi. J'aime cette phrase d'un amour naissant qui part à l'écart pour tenter de le concrétiser. Quand les mots deviennent superflus le personnage de Léaud dit "Vivons, nous mettrons une étiquette après". Un exemple d'élégance parmi d'autres dans cette adaptation qui fut un bide critique et commercial. Bide qui affecta fortement Truffaut.
Il faut avoir le bon état d'esprit, le bon timing. Je m'y suis repris à deux fois là aussi. Décidément je ne cesse ces temps-ci de réévaluer à la hausse des déceptions passées et c'est très bien ainsi. L'horizon de ma cinéphilie s'élargit ainsi encore un peu plus. Se méfier de ses certitudes...
Bon par contre pour Une belle fille comme moi rien à faire. Deuxième tentative, j'ai arrêté au bout de 20 minutes.
Les bluray vus de ces coffrets anglais c'est techniquement correct en projection. Du bon grain, un bon piqué et toujours pas mal d"inédits en HD. Pour apprécier le charme suranné Des deux anglaises, la photo d'Almendros, il faut bien ça. Un voyage dans le temps bien agréable et propice à la réflexion sur l'amour, encore.
Demi-Lune wrote: 14 Oct 21, 15:27Ah par contre je suis affirmatif, monfilm = primus.
Je suis également Julien, Soleilvert, Nicolas Brulebois, Riqueunee, Boris le hachoir, Francis Moury, Yap, Bob Harris, Nutella, et tous les "invités" pas assez bien pour vous 8)
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93037
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Jeremy Fox »

primus wrote: Il faut avoir le bon état d'esprit, le bon timing. Je m'y suis repris à deux fois là aussi. Décidément je ne cesse ces temps-ci de réévaluer à la hausse des déceptions passées et c'est très bien ainsi. L'horizon de ma cinéphilie s'élargit ainsi encore un peu plus. Se méfier de ses certitudes...
8) J'ai fait de même avec Truffaut après avoir justement acheté ce coffret ; il fait désormais partie de mon panthéon et j'avais même réussi à apprécier Une Belle fille comme moi.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93037
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Jeremy Fox »

Jeremy Fox wrote: 24 Jan 16, 18:31 Image

Une belle fille comme moi - 1972

Voulant écrire une thèse de sociologie sur les femmes criminelles, un jeune homme un peu timoré (André Dussolier) vient interroger une prisonnière qui n'a pas la langue dans sa poche ni froid aux yeux, Marie (Bernadette Lafond). A travers les différents rendez-vous qu'ils ont dans sa cellule, nous allons connaitre son histoire, celle d'une garce qui, pour arriver, profite des hommes et de leur obsessions sexuelles...

Dans cette comédie totalement amorale, Truffaut met en scène une galerie de personnages tous aussi pourris les uns que les autres, notamment des garces et des obsédés sexuels. Il faut avoir vu Charles Denner en dératiseur catholique, Guy Marchand en chanteur macho, Claude brasseur en avocat véreux ou encore Philippe Leotard en garagiste simplet croiser chacun leur tour (malheureusement pour eux) le chemin de la pétillante Bernadette Lafont sur laquelle le film repose entièrement. A son image il n'est donc pas dépourvu de verve ni de vitalité qui font de ce Truffaut certes mineur un assez réjouissant moment à passer, entre situations cocasses et personnages truculents. Je n'ai pas été déçu alors que je m'attendais au pire.
Dire que je n'avais même pas évoqué les dialoges savoureux et truculents de Dabadie avec quelques répliques qui auraient pu devenir cultes, surtout sorties de la bouche d'une Bernadette Lafont survoltée et suprêmement drôle ; une comédie pas si mineure que sa réputation le laisse croire finalement. Je me suis régalé à nouveau.
poet77
Assistant opérateur
Posts: 2166
Joined: 12 Aug 11, 13:31

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by poet77 »

Image

François Truffaut en roman graphique, voilà qui n'est pas banal. Le nom de Noël Simsolo en tant que scénariste me paraît être de bon augure...
User avatar
Frances
Assistant opérateur
Posts: 2819
Joined: 3 Oct 12, 20:24

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Frances »

Sur le site d'ARTE deux documentaires sur François Truffaut :

F.T. des films d'amour https://www.arte.tv/fr/videos/098883-00 ... -truffaut/

Hitchcock/Truffaut https://www.arte.tv/fr/videos/053420-00 ... -truffaut/
"Il faut vouloir saisir plus qu'on ne peut étreindre." Robert Browning.
" - De mon temps, on pouvait cracher où on voulait. On n'avait pas encore inventé les microbes." Goupi
Mains Rouges.

Mes films du mois :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Jan 21 : Cousin Jules
Fev 21 : Midnight special
Mar 21 : Nanouk l'esquimau
Avr 21 : Garden of stones
Mai 21 : Fellini Roma
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93037
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Jeremy Fox »

Poursuite de notre intégrale Truffaut qui se poursuivra jusqu'au printemps 2021 avec La Peau douce chroniqué par Justin Kwedi, le DVD Mk2/Carlotta testé par Ronny Chester
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93037
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Jeremy Fox »

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93037
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Jeremy Fox »

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93037
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Jeremy Fox »

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93037
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Jeremy Fox »

Notre intégrale Truffaut se poursuit avec Une belle fille comme moi chroniqué par Jean Gavril Sluka.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93037
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Jeremy Fox »

Poursuite de notre grand cycle Truffaut bimensuel avec L'histoire d'Adèle H chroniqué par Justin Kwedi.
User avatar
Mama Grande!
Machino
Posts: 1489
Joined: 1 Jun 07, 18:33
Location: Tokyo

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Mama Grande! »

L'Amour en Fuite

Truffaut fait partie de ces réalisateurs dont j'apprécie les films mais sans être bouleversé pour autant. Lors de leur découverte, je les ai trouvés agréables et divertissants, mais pas au point d'y repenser souvent après.
Quelle ne fut donc pas ma surprise donc en découvrant ce film mal aimé, et pourtant si touchant. C'est le film des adieux, et comme tout film de ce genre, il possède une mélancolie certaine. Antoine n'est plus jeune, mais pas vieux non plus. Il n'est plus un adolescent, mais il n'est pas complètement adulte non plus. Et il a beau être tête à claques, on a quand même envie qu'il trouve le bonheur. Il consomme l'adieu à ses anciens amours (magnifique Marie-France Pisier notamment), mais pour en embrasser un nouveau (Dorothée très convaincante).
C'est doux-amer, ça a réveillé l'esprit fleur bleue qui dort au fond de moi, et j'ai passé un très bon moment. Cerise sur le gâteau, pour quelqu'un de ma génération, voir Dorothée comme ultime amour d'Antoine Doinel est encore plus émouvant :oops:
Bref, si je l'avais vu dans la foulée des autres Antoine Doinel, j'aurais peut-être été plus sévère, mais en l'état, j'ai beaucoup aimé et ça me donne de (re)découvrir les autres Truffaut. :o
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18698
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Supfiction »

J’aime beaucoup ce film. Peut-être davantage que Domicile conjugal même. Dorothée est effectivement très convaincante et mutine à l’image de ce qu’elle était à l’époque dans Récré A2. Elle aurait pu faire carrière. Marie-France est évidemment sublime. On regrette de ne pas la voir davantage. Le film souffre juste de son aspect recyclage sauf si on le découvre avant les autres.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93037
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Jeremy Fox »

Supfiction wrote: 19 Jan 21, 13:50 Dorothée est effectivement très convaincante et mutine à l’image de ce qu’elle était à l’époque dans Récré A2. Elle aurait pu faire carrière.
Tout à fait d'accord ; et je dis la même chose au sein de ma chronique à paraitre prochainement sur le site. J'aime bien le film mais préfère quand même de loin Domicile conjugal.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93037
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Jeremy Fox »