François Truffaut (1932-1984)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

les premiers films de Truffaut : le meilleur ?

Les 400 coups
52
41%
Tirez sur le pianiste
4
3%
Jules et Jim
9
7%
La peau douce
30
24%
Baisers volés
18
14%
Fahrenheit 451
5
4%
La mariée était en noir
9
7%
 
Total votes: 127

User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 22220
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Major Tom »

yaplusdsaisons wrote:
Dirk Diggler wrote:Je proclamerai aussi que Jean-Pierre Léaud est de moins en moins aimable au fil des films. Sur "Domicile Conjugal", déjà c'était limite, mais là, en tant que provincial, j'ai parfois souffert. C'est tout ce que le marseillais déteste chez le parisien, une caricature mouvante.
Je te conseille La Maman et la putain, c'est un film très parigot tourné par un cinéaste très bordelais, et très "provincial" d'une façon générale.
Grand film! Il est quand même largement temps qu'ils le sortent, et je ne demande même une édition particulière, avec des bonus, des cartes postales de Paris, mais un DVD avec juste le film quoi... :cry:
Image
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23416
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by AtCloseRange »

L'Histoire d'Adèle H (1975)
Un des rares Truffaut que je n'avais pas vu (reste à voir l'Argent de Poche et la Sirène du Mississipi dans les longs).
Impression globalement mitigée. C'est un des films les plus étouffants de Truffaut avec La Chambre Verte. On a une impression permanente de surplace avec uen répétition constante des séquences (elle va chercher son courrier, elle va à la librairie chercher du papier, elle rêve de la mort de soeur, elle poursuit Pinson de ses assiduités). L'idée n'est pas neutre et veut nous montrer qu'Adèle n'a qu'une obsession et que tout est orienté vers/dirigé par cette obsession mais le résultat est un film assez fermé et cloisonné.
Et au final, je suis resté plutôt extérieur à cette passion qui nous échappe.
Reste Adjani qui se sort bien d'un rôle difficile.
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Federico »

Oui, je suis assez d'accord sur l'impression d'étouffement face à L'histoire d'Adèle H, l'un des films de Truffaut les moins aisément abordables. C'est limite neurasthénique mais dans cette veine sombre, je lui ai toujours préféré - de très loin - La chambre verte malgré ses nombreux défauts. Faudrait sans doute que je le revoie car ça fait un bail. Je crois que j'ai aussi parfois un peu de mal avec le jeu d'Adjani, ici comme ailleurs (je fais une exception pour l'Adjani des tout débuts, au théâtre, car c'était vraiment une jolie révélation)... :?
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23416
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by AtCloseRange »

J'ai été surpris de le voir quasiment en bas de liste du Top Truffaut sur Classik alors que je pensais qu'il était globalement plutôt apprécié mais je comprends mieux pourquoi maintenant. C'est presque le moins "aimable" (dans tous les sens du terme) de ses films.
Pour faire le lien avec la Chambre Verte, on y retrouve (en dehors de la musique de Jaubert) un autel avec une photo (celle de Pinson).

Le film m'a beaucoup fait penser à un autre que je trouve bien supérieur: la Maitresse du Lieutenant Français de Karel Reisz.
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Federico »

AtCloseRange wrote:Le film m'a beaucoup fait penser à un autre que je trouve bien supérieur: la Maitresse du Lieutenant Français de Karel Reisz.
Il y a effectivement des similitudes, dans le ton et la photographie notamment. Pour l'ambiance générale et ce romantisme sombre qu'on peut aussi retrouver, dans une certaine mesure dans La leçon de piano ou dans les séquences 19ème du Poids de l'eau de Kathryn Bigelow.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93038
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Jeremy Fox »

AtCloseRange wrote: Le film m'a beaucoup fait penser à un autre que je trouve bien supérieur: la Maitresse du Lieutenant Français de Karel Reisz.
Clairement oui : il manque au film de Truffaut tout ce que l'on retrouve dans le film de Reisz et avant tout le lyrisme et la passion
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18196
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Kevin95 »

Jeremy Fox wrote:Clairement oui : il manque au film de Truffaut tout ce que l'on retrouve dans le film de Reisz et avant tout le lyrisme et la passion
Je n'ai pas (encore) vu le film de Karel Reisz mais je trouve dans L'Histoire d'Adèle H., peut être pas du lyrisme (le style de Truffaut se veut plus viscéral à la frontière du naturalisme d'où l'aspect étouffant ressentit par Federico et AtCloseRange) mais assurément de la passion. Prenons à titre d'exemple la célèbre et très belle scène où Adjani recherche chez les soldats son amant ou encore celles chez le libraire, seul personnage à sentir un trouble, un dérèglement chez Adèle Hugo. Appelez ça comme vous voudrez mais pour moi c'est la passion des sentiments que filme François Truffaut.

Bizarrement, si L'Histoire d'Adèle H. est un film hermétique, La Chambre Verte l'est tout autant, voir plus, donc je suis étonné de le voir plus apprecié (c'est l'un des rares films du cinéaste à encore m'échapper).
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23416
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by AtCloseRange »

Kevin95 wrote:
Jeremy Fox wrote:Clairement oui : il manque au film de Truffaut tout ce que l'on retrouve dans le film de Reisz et avant tout le lyrisme et la passion
Je n'ai pas (encore) vu le film de Karel Reisz mais je trouve dans L'Histoire d'Adèle H., peut être pas du lyrisme (le style de Truffaut se veut plus viscéral à la frontière du naturalisme d'où l'aspect étouffant ressentit par Federico et AtCloseRange) mais assurément de la passion. Prenons à titre d'exemple la célèbre et très belle scène où Adjani recherche chez les soldats son amant ou encore celles chez le libraire, seul personnage à sentir un trouble, un dérèglement chez Adèle Hugo. Appelez ça comme vous voudrez mais pour moi c'est la passion des sentiments que filme François Truffaut.

Bizarrement, si L'Histoire d'Adèle H. est un film hermétique, La Chambre Verte l'est tout autant, voir plus, donc je suis étonné de le voir plus apprecié (c'est l'un des rares films du cinéaste à encore m'échapper).
Oui mais la passion est chez le personnage, pas vraiment dans l'histoire. Cette obsession est posée d'entrée comme une des données de l'équation mais je trouve qu'on ne la partage pas vraiment.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18196
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Kevin95 »

Pourtant j'ai vraiment l'impression (après c'est subjectif) que Truffaut nous la montre sous toutes les coutures et que la passion du personnage "contamine" tout le long du film et le récit et la mise en scène (laquelle ne cesse d'être dans l'empathie). La force du film je trouve et que Truffaut ne créer aucune distance avec son héroïne, il lui colle aux basques et épouse ses émotions.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23416
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by AtCloseRange »

Kevin95 wrote:Pourtant j'ai vraiment l'impression (après c'est subjectif) que Truffaut nous la montre sous toutes les coutures et que la passion du personnage "contamine" tout le long du film et le récit et la mise en scène (laquelle ne cesse d'être dans l'empathie). La force du film je trouve et que Truffaut ne créer aucune distance avec son héroïne, il lui colle aux basques et épouse ses émotions.
Ce que je voulais dire, c'est qu'on n'a pas vraiment les clés pour la comprendre. Il y a tout le passé de cette relation amoureuse qui reste flou, de même que le lien qui pourrait être fait avec sa soeur morte à laquelle elle semble s'identifier (elle prend parfois son nom et je me demande même si ce n'est pas elle-même qu'on voit se noyer dans ses rêves).
Sans compter ce pauvre Pinson qui me semble un peu trop falot pour inspirer une telle passion.
Il manque de mon point de vue un contrepoint à la folie d'Adèle H. L'avantage de La Chambre Verte , c'est la présence du personnage joué par Nathalie Baye qui équilibre un peu le récit qui aurait pu souffrir du même souci.
Ici, Adèle est trop "solitaire". Tous les autres personnages ne sont que de vagues présences (même Pinson).
Truffaut est tombé trop amoureux d'Adèle (à moins que ce ne soit d'Isabelle...).
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18196
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Kevin95 »

Ok, je comprends maintenant mieux vos (tes ?) réserves. Car c'est justement ce qui m’émeut dans le film de Truffaut, à savoir cette narration à la première personne (tous les films / livres narrés de la même manière me font souvent un effet bœuf) et il m'est impensable d'imaginer la présence d'un personnage annexe, déstabilisant pour le coup l'empathie ressentit et par le metteur en scène et par le spectateur (en tout cas par moi). Dans un style radicalement différent mais pour illustrer mon point de vue, ce serait comme introduire un personnage récepteur à la folie de Deneuve dans Repulsion de Roman Polanski, cela enlèverait tout le sel, l'émotion et l'impact de ladite folie. Il en est de même pour la folie amoureuse d'Adèle Hugo.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Barry Egan
Accessoiriste
Posts: 1535
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Barry Egan »

L'Enfant sauvage

Après "Tirez sur le pianiste", c'était dur de croire que je pourrais voir un Truffaut aussi bon le lendemain, et même si j'ai aimé "L'enfant sauvage", le ton enjoué du film avec Aznavour était plus à mon goût du moment.

Alors "L'enfant sauvage", c'est d'abord la performance du jeune garçon qui est absolument étonnante, il est stupéfiant de réalisme :shock: En regardant le film, on a jamais conscience que c'est quelqu'un qui joue un rôle, on y croit vraiment, comme si c'en était un vrai de sauvage. C'est en grande partie dû à sa crédibilité physique, il bouge et grimpe sans efforts, on croirait que ça n'a pas été travaillé, chapeau.

Après, j'ai aimé la mise en scène volontairement datée, les ouvertures et fermetures à l'iris sont délicieuses, et le rythme du montage peut se faire épuisant à l'image des exercices imposés par l'instit Truffaut (que j'ai adoré dans "La Chambre verte", mais qui me semble manquer un peu de chaleur ici).

Et enfin la belle réflexion sur la civilisation, même si la fin est bien ambigue et ne laisse pas la satisfaction attendue, à dessein. Le garçon malgré tous les efforts de son maitre ne peut pas parvenir à l'idéal que celui-ci espère le voir atteindre, c'est une donnée, et j'ai un peu tiqué devant l'emballement du Dr. Itard à chaque avancée, qui ne peut s'empêcher de faire travailler le garçon, ne lui laissant aucun répit, et demandant grâce lorsque lui-même est malade et qu'il est aussi vigoureusement sollicité. Même perplexité lorsqu'il décide de tester son sens moral en le punissant pour une bonne réponse, et en conclut lorsque l'injustice amène l'enfant aux larmes que celui-ci est armé de ce sens. Derrière le schématisme du scénario qui enchaine scènes d'exercice imposées et évasions, le propos est très complexe, l'amour manifeste de l'éducateur ne suffisant pas à étouffer la volonté de pouvoir du scientifique, toutefois en le restreignant, et vice versa.

Un joli travail, en somme. Jusqu'ici je n'ai pas vu un seul film tourné par Truffaut dans lequel je n'ai pas senti une implication sincère, qu'elle soit émotionnelle ou simplement professionnelle, et ça, ça mérite le respect.
Image
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by homerwell »

A propos de ce dernier plan dans "les 400 coups", est-il chargé d'espoir, soulignant la vitalité de l'enfance, ou au contraire symbolise t-il une jeunesse fauchée par l'incompréhension ?
riqueuniee
Mogul
Posts: 10077
Joined: 15 Oct 10, 21:58

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by riqueuniee »

On peut en effet se poser la question. J'ai l'impression qu'il y a un peu des deux dans ce plan. Au spectateur, suivant la façon dont il a "reçu" le film, de décider...
En ce qui concerne L'enfant sauvage, tiré d'une histoire vraie (le film adapte fidèlement le récit du Docteur Itard, interprété par Truffaut dans le film), le jeune interprète avait justement été choisi (entre autres) pour sa crédibilité physique .
Le texte du docteur Itard figure dans ce livre http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_ss_i_1 ... ooks%2C384.
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23404
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: François Truffaut (1932-1984)

Post by Commissaire Juve »

homerwell wrote: A propos de ce dernier plan dans "les 400 coups", est-il chargé d'espoir, soulignant la vitalité de l'enfance, ou au contraire symbolise t-il une jeunesse fauchée par l'incompréhension ?
C'est un plan qui fait plutôt froid dans le dos (pris au premier degré) : journée froide, la fuite, une plage déserte, impossibilité d'aller de l'avant... et maintenant ?

Question : il y a des gens qui ont déliré sur "la mère" et "la mer"... aussi froide l'une que l'autre ?
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...