Elle et lui (Leo McCarey - 1939 & 1957)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93019
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Elle et lui (Leo McCarey - 1939 & 1957)

Post by Jeremy Fox »

Dans ce cas effectivement. :wink: Disons alors que Elle est lui est un parfait mélange entre mélo et comédie romantique ; on rit ou sourit quand même très souvent.
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8458
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Elle et lui (Leo McCarey - 1939 & 1957)

Post by Strum »

Jeremy Fox wrote:Dans ce cas effectivement. :wink: Disons alors que Elle est lui est un parfait mélange entre mélo et comédie romantique ; on rit ou sourit quand même très souvent.
Voilà, c'est un(e) 'mélo-die romantique' (d'ailleurs, la musique du film est sublime). :mrgreen:
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93019
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Elle et lui (Leo McCarey - 1939 & 1957)

Post by Jeremy Fox »

Strum wrote:
Jeremy Fox wrote:Dans ce cas effectivement. :wink: Disons alors que Elle est lui est un parfait mélange entre mélo et comédie romantique ; on rit ou sourit quand même très souvent.
Voilà, c'est un(e) 'mélo-die romantique' (d'ailleurs, la musique du film est sublime). :mrgreen:
Joli :) et oui la musique est magnifique... y compris les chansons :twisted: :mrgreen:
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23393
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Elle et lui (Leo McCarey - 1939 & 1957)

Post by AtCloseRange »

Jeremy Fox wrote:
Strum wrote:
Voilà, c'est un(e) 'mélo-die romantique' (d'ailleurs, la musique du film est sublime). :mrgreen:
Joli :) et oui la musique est magnifique... y compris les chansons :twisted: :mrgreen:
Euh, non :mrgreen:
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18677
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Elle et lui (Leo McCarey - 1939 & 1957)

Post by Supfiction »

Il y a eu une "affaire" en 1939 et 1957, mais il y a eu également 1994..
Supfiction wrote:
Image



Love affair (1994)


Réalisation : Glenn Gordon Caron
Avec : Annette Bening et Warren Beatty


Il s'agit de la troisième version de cette histoire après l'original Elle et lui "Love Affair" en 1939, avec Irene Dunne et Charles Boyer, le premier remake Elle et lui "An Affair to Remember" en 1957, avec Deborah Kerr et Cary Grant.
Versions auxquelles il faut rajouter également le vrai/faux remake Nuits blanches à Seattle "Sleepless in Seattle" en 1993, avec Tom Hanks et Meg Ryan (qui jouait une obsédée du film de 1957, finissant par reproduire la fameuse scène du rendez-vous du 8 Mai en haut de l'Empire State Building.
Cette version de 1994 a un titre français, Rendez-vous avec le destin, je ne sais pas pourquoi car de mémoire, le film n'a jamais eu le droit à une sortie dans les salles françaises et encore moins en VHS, dvd, vod, télé..

Passons tout de suite sur le point faible de cet ultime remake : la réalisation de Glenn Gordon Caron. Sans imagination, sans ambition esthétique, d'une grande platitude et avec des moyens visiblement limités, surtout en comparaison avec la luxueuse version technicolor de 1957 (il y a par exemple souvent pas ou peu de figurants à l'écran autour des deux acteurs). Tout cela donne à cette version des allures de téléfilm. C'est vraiment dommage car le couple Bening/Beatty fait des merveilles au point de se hisser largement au niveau de ses illustres prédécesseurs (voire au delà, pour part et pourtant j'avais un gros faible pour Irène Dunne face à Charles Boyer), exploit qui semblait déjà impossible au moment du premier remake.

Beatty est l'acteur idéal dans ce rôle qui semble avoir été créé pour lui. Son personnage est le playboy et ex-quarterback Mike Gambril, pratiquement le même personnage que son Joe Pendleton dans Heaven Can Wait / Le ciel peut attendre (réalisé et joué par la star en 1978). Alors qu'il est sur le point de se marier avec une millionnaire et star de la télé (Kate Capshaw), il tombe amoureux au premier regard de Terry McKay (Bening), designer d'intérieur et musicienne, au cours du trajet en avion pour rejoindre sa fiancée.
"You know, I've never been faithful to anyone in my whole life." lui dit-il au cours du film. C'est une ligne de dialogue du film qui semble être tirée de leur vie privée et avoir été prononcée pour de vrai à l'issue de leur rencontre sur le tournage de Bugsy durant lequel ils sont tombés amoureux.
Anette Bening est à tomber, moins romantique que Deborah Kerr, plus indépendante et plus forte très certainement, bref plus moderne, et pourtant extrêmement attendrissante.
Image
Le reste du casting est au diapason : la tante, rôle crucial dans l'affaire puisque c'est de sa rencontre avec Terry McKay que naît la liaison amoureuse (la jeune femme ayant alors l'opportunité de voir en son prétendant autre chose qu'un séducteur beau parleur), est incarnée par une Katharine Hepburn tremblotante. Elle est parfaite pour ce rôle à ce moment de sa vie (à plus de 80 ans, 87 en fait, elle n'a jamais jusqu'alors semblé aussi petite et fragile) et son excentricité naturelle ("If I knew I was going to live to 86 I wouldn't have let the maid go") sied parfaitement à ce rôle de grand-mère retirée du monde sur une île sauvage (les extérieurs sont magnifiques d'ailleurs et participent au romantisme et au mysticisme de cette séquence clef). C'est son dernier film.
La connivence Hepburn / Bening est immédiate et surtout, on voit très distinctement dans les yeux d'Annette l'émotion et l'admiration qu'elle éprouve à ce moment là pour la femme et l'actrice légendaire. Acteurs et personnages se confondent alors. Ils savent que le moment est unique et qu'ils ne se reverront probablement plus. Le film prend à ce moment une autre ampleur et l'émotion restera présente jusqu'à la fin. C'est pratiquement un exploit de réussir une histoire d'amour sans absolument aucune nunucherie en 1994. Tels les films de Bogdanovitch, ce Elle et lui est l'alliance de classicisme, de cinéphilie et de modernité.

Quant à Pierce Brosnan, il était décidément dans sa période cocu/ dindon de la farce (puisqu'il tenait le même genre de rôle dans Madame Doubtfire). Il était temps qu'il fasse James Bond..

Kate Capshaw est le pendant féminin de Brosnan, ils sont les amants délaissés par les deux protagonistes de cette histoire d'amour inattendue.

Le scénario de Robert Towne ("l'ancien talent des 70's") et Warren Beatty est assez proche du scénario original, à l'exception notable de la rencontre qui a lieu dans un avion juste avant son atterrissage en catastrophe sur un cailloux du pacifique. La séquence de la croisière mondaine a disparu, remplacée par un sauvetage sur un bateau russe (séquence étonnante durant laquelle les marins russes chantent du Beach Boys et apprennent à Terry McKay à boire à la russe, comme si les scénaristes s'amusaient eux-même de cette réconciliation Est-Ouest inattendue).
Du coup, on ne retrouve pas tout à fait le charme et la magie de la première version, ni la comédie de quiproquos (Deborah Kerr et Cary Grant déjeunant dos à dos scrutés par les autres passagers). Les scénaristes Towne et Beatty auront très probablement jugé que cette séquence ne fonctionnait plus en 1994. Ils n'ont peut-être pas eu tort d'ailleurs. Et puis cela donne surtout au film son indentité proche, évitant le copier-collé. Il y a bien un ou deux paparazzis qui rodent mais Beatty n'en use pas comme prétexte à la comédie.

Privé de ces éléments de comédie, le film se fait plus adulte et réaliste, moins drôle mais plus intemporel tout en étant totalement dans son époque. A ce titre, il réussit le petit exploit d'être pleinement une histoire d'amour des années 90 et ne jamais paraître empêtré dans les mécanismes trop bien huilés de la comédie romantique post-Quand Harry rencontre Sally.
En fait, la seule chose qui intéresse Beatty c'est Annette. Et comme on le comprend! Si elle ressemble physiquement davantage à Deboirah Kerr, elle est souvent plus proche du jeu taquin d'Irène Dunn face à Charles boyer. Elle laisse par exemple croire à Beatty qu'ils se sont déjà connu par le passé, le plongeant dans l'embarras.
"I like watching you move"
Ajoutez à cela une partition romantique juste ce qu'il faut du légendaire Ennio Morricone (dont la musique accompagnait déjà les premiers émois du couple Beatty/Bening dans Bugsy, très proche d'ailleurs dans son style langoureux) ainsi qu'une chanson de Louis Armstrong pour l'ambiance rétro à la woody allen et vous obtenez un film délicieusement romantique (et non une comédie romantique) injustement exclue des écrans français à sa sortie. Trois versions de cette histoire et trois bijoux, qui aurait cru cela possible.

Image
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22718
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Re: Elle et lui (Leo McCarey - 1939 & 1957)

Post by cinephage »

Pour moi, ce film est clairement sorti en salles, en 1993... Mais bon, on est dans la partie naphta du forum. :wink:

Edit : allociné précise que le film avait fait 902 412 entrées, et donne une date de sortie France qui serait le 17 novembre 1993.
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18677
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Elle et lui (Leo McCarey - 1939 & 1957)

Post by Supfiction »

cinephage wrote:Pour moi, ce film est clairement sorti en salles, en 1993... Mais bon, on est dans la partie naphta du forum. :wink:

Edit : allociné précise que le film avait fait 902 412 entrées, et donne une date de sortie France qui serait le 17 novembre 1993.
Je suis très étonné par cette info allociné. D'ailleurs aucune mention d'une sortie française ailleurs. 902000 entrées, ça me parait énorme d'ailleurs.
Je me rappelle très bien qu'à l'époque je voulais absolument le voir, étant un grand admirateur de Bugsy, leur précédent film, et qu'il n'est jamais sorti à part en vhs ntsc vendue à prix d'or au virgin megastore. C'était avant internet donc je ne peux pas être sûr à 100% qu'il n'a jamais été dans aucune salle.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93019
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Elle et lui (Leo McCarey - 1939 & 1957)

Post by Jeremy Fox »

Si, il est bien sorti en salles ; je m'en souviens :wink:
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18677
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Elle et lui (Leo McCarey - 1939 & 1957)

Post by Supfiction »

Jeremy Fox wrote:Si, il est bien sorti en salles ; je m'en souviens :wink:
Ok, je vous crois.. Je n'habitais pas à Paris à l'époque, je serai passé à côté, mais ça a du être du rapide en tous cas.

Quoiqu'il en soit, cette version n'a pas à rougir des deux précédentes. C'est un fait rarissime pour ma part d'aimer tout autant un film et ses deux remakes.
User avatar
Barry Egan
Accessoiriste
Posts: 1535
Joined: 5 Jan 12, 18:51

Re: Elle et lui (Leo McCarey - 1939 & 1957)

Post by Barry Egan »

Charles Boyer > Cary Grant
Irene Dunne > Deborah Kerr
Noir et blanc > Couleur
Chanson en français > chanson en anglais
Plus court > plus long
Plus vif > plus langoureux

Ce n'est pas que j'ai déprécié le remake - j'ai vu les deux films sur deux soirées consécutives - mais le premier a pour lui cette énergie typique de son temps, un Charles Boyer qui est plus dense et plus singulier que Cary Grant que je trouve un brin effacé dans le rôle de l'amoureux. Le remake est plus un film sur la femme jouée par Deborah Kerr (interprète aux allures mélancoliques) alors que le premier présente un couple qui passe par tous les états du désir à la tendresse au languissement à l'extase de l'attente etc etc.

La séquence chez la grand-mère est aussi puissante dans le remake que dans l'originale, malgré la couleur dans le remake qui met plus en avant la relation entre Terry McKay et la grand-mère alors que le noir et blanc du premier film met l'accent sur la mystique qui naît de la rencontre des êtres, du moment et du lieu.

En tout cas une bien belle découverte pour moi dans le domaine du film romantique, c'était aussi beau que "Le destin se joue la nuit".
Image