Elle et lui (Leo McCarey - 1939 & 1957)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Swan
Au poil soyeux
Au poil soyeux
Posts: 32185
Joined: 12 Apr 03, 15:00
Location: The Swanage

Elle et lui (Leo McCarey - 1939 & 1957)

Post by Swan »

An Affair to Remember : très joli film, mélange étonnant de comédie romantique sophistiquée et de mélo. Cary Grant et Deborah Kerr sont tous deux fabuleux. Je regrette juste la fin quelque peu rapide. 8/10.
Image
Image
"One Day There'll Be a Place for Us"
User avatar
Beule
Monteur
Posts: 4502
Joined: 12 Apr 03, 22:11

Post by Beule »

Swan wrote:An Affair to Remember : très joli film, mélange étonnant de comédie romantique sophistiquée et de mélo. Cary Grant et Deborah Kerr sont tous deux fabuleux. Je regrette juste la fin quelque peu rapide. 8/10.
Que lui reproches-tu exactement? C'est pour moi une apothéose en tearjerker heureux et concis. Pas de pathos lourdement souligné; idéal. Et ça ne rate jamais, j'ai les yeux embués à chaque vision :oops: :wink:
Swan
Au poil soyeux
Au poil soyeux
Posts: 32185
Joined: 12 Apr 03, 15:00
Location: The Swanage

Post by Swan »

Beule wrote:Que lui reproches-tu exactement? C'est pour moi une apothéose en tearjerker heureux et concis. Pas de pathos lourdement souligné; idéal. Et ça ne rate jamais, j'ai les yeux embués à chaque vision :oops: :wink:
Je ne lui reproche rien, j'aurais juste aimé voir quelques scènes supplémentaires montrant les réactions de Cary Grant après avoir revu Deborah Kerr dans la salle. Mais ce n'est pas grand chose, et je te rejoins sur l'absence de lourdeur de la conclusion.
Image
Image
"One Day There'll Be a Place for Us"
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93019
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Beule wrote:
Swan wrote:An Affair to Remember : très joli film, mélange étonnant de comédie romantique sophistiquée et de mélo. Cary Grant et Deborah Kerr sont tous deux fabuleux. Je regrette juste la fin quelque peu rapide. 8/10.
Que lui reproches-tu exactement? C'est pour moi une apothéose en tearjerker heureux et concis. Pas de pathos lourdement souligné; idéal. Et ça ne rate jamais, j'ai les yeux embués à chaque vision :oops: :wink:
Moi aussi, cette fin me fait venir les larmes à chaque coup et et j'adore tout le film d'ailleurs avec aussi cet intermède paradisiaque et poignant chez la grand mère. Un film qui peut en une minute vous faire basculer du rire aux larmes : Bravo McCarey. :P
Alex Blackwell
Charles Foster Kane
Posts: 22026
Joined: 13 Apr 03, 10:10
Location: into the sky, into the moon

Post by Alex Blackwell »

Jeremy Fox wrote:
Beule wrote: Que lui reproches-tu exactement? C'est pour moi une apothéose en tearjerker heureux et concis. Pas de pathos lourdement souligné; idéal. Et ça ne rate jamais, j'ai les yeux embués à chaque vision :oops: :wink:
Moi aussi, cette fin me fait venir les larmes à chaque coup et et j'adore tout le film d'ailleurs avec aussi cet intermède paradisiaque et poignant chez la grand mère. Un film qui peut en une minute vous faire basculer du rire aux larmes : Bravo McCarey. :P
Il y a ausi la séquence de la chapelle, où une mise en scène toute de finesse parvient à se mettre remarquablement au service des acteurs: Cary Grant est progressivement envahi par la ferveur du moment et quelques regards suffisent à baigner la scène dans une aura de mysticisme.
Image

Night of the hunter forever


Caramba, encore raté.
Solal
Accessoiriste
Posts: 1860
Joined: 9 Sep 03, 11:11
Location: A l'est d'Eden

Elle et lui (Leo McCarey, 1939/1957)

Post by Solal »

J'ai eu l'occasion de voir la version de 1939 de Elle et lui (A Love Affair) de Leo McCarey. J'avais un peu hésité parce que je gardais un souvenir un peu terne de la version de 56 (An Affair to Remember) mais je me suis quand même laissé tenter. Grand bien m'en a pris : c'est totalement bluffant.
Des dialogues comme j'en ai rarement entendu (même chez Lubistch - et je tiens pourtant That Uncertain Feeling pour la référence absolue en la matière), un rythme idéal, avec des ruptures très fluides (même les ressorts les plus mélo fonctionnent) et une magie qui opère de bout en bout. Charles Boyer et Irene Dunne (mieux employée encore que dans The Awful Truth du même McCarey) sont on ne peut plus attachants.

Bref, que du bon... A se demander ce qui a pu pousser McCarey a vouloir en tourner une seconde version. Besoin de relancer sa carrière ? Une vague ambition maniériste (voir l'emploi des couleurs en 56) ? Etrange en tout cas... Pour ceux qui ont vu les deux versions : avez-vous eu le même sentiment ?
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93019
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Welcome déjà ;-)

Etonnament tu prend comme référence absolue, le Lubitsch dont on dit très souvent qu'il s'agit de son moins bon ;-) Mais pourquoi pas, j'aime aussi assez ce Lubitsch que je considère quand même comme mineur.

Je n'ai pas vu la première version de Elle et lui mais je place la seconde dans mon panthéon personnel des plus beaux mélos hollywoodiens, un film miraculeux qui arrive à faire rire et pleurer d'une scène à l'autre. La version 1957 est pour moi un chef d'oeuvre.

Donc pas d'accord apparemment ;-)
Solal
Accessoiriste
Posts: 1860
Joined: 9 Sep 03, 11:11
Location: A l'est d'Eden

Post by Solal »

Jeremy Fox wrote:Welcome déjà ;-)
Oh merci... :D
Jeremy Fox wrote: tu prend comme référence absolue, le Lubitsch dont on dit très souvent qu'il s'agit de son moins bon ;-) Mais pourquoi pas, j'aime aussi assez ce Lubitsch que je considère quand même comme mineur.
Oui je sais qu'il est très sous-estimé (mais redécouvert et tout de même un peu réévalué à la hausse ces dernières années). A mes yeux c'est surtout une référence en ce qui concerne la mécanique des dialogues, l'emploi du 2nd degré, des sous-entendus, etc. C'est pour ça que je l'évoquais : Elle et lui a les mêmes qualités.
Jeremy Fox wrote: Donc pas d'accord apparemment ;-)[/b]
C'est pas grave :D .
Et puis, ce que tu dis de la version de 56 est assez proche de ce que j'éprouve pour la version de 39... Ca m'intéresserait d'autant plus d'avoir ton avis si tu as l'occasion de la voir...
Dave Garver
Producteur Exécutif
Posts: 7512
Joined: 14 Apr 03, 09:28
Location: dans la tête d'Elgrog

Post by Dave Garver »

Je n'ai vu que la version de 1957 que j'adore. Si je mets la main sur cette première mouture, je lui donnerai sa chance :D
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93019
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Solal wrote:Et puis, ce que tu dis de la version de 56 est assez proche de ce que j'éprouve pour la version de 39... Ca m'intéresserait d'autant plus d'avoir ton avis si tu as l'occasion de la voir...
Sans problèmes mais ça m'étonnerait qu'à sa vision, je n'apprécie moins la seconde que je regarde une fois par an sans jamais me lasser ;-)

A suivre donc
User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 51391
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Post by Roy Neary »

Je me range du côté de Jeremy pour ce qui est de l'émotion fournie par le remake de 1957. Le Elle est lui original appartient bien à son époque (les années 30 et la screwball comedy) et nous régale par ses répliques et son rythme enlevé. Mais Leo McCarey a sûrement souhaité developper les éléments dramatiques de son récit (les films de McCarey sont devenus plus sombres après la guerre).
De plus, je préfère largement Cary Grant à Charles Boyer.
Image
Solal
Accessoiriste
Posts: 1860
Joined: 9 Sep 03, 11:11
Location: A l'est d'Eden

Post by Solal »

Dave Garver wrote:la version de 1957 que j'adore
Je ne sais pas pourquoi je veux à tout prix en faire un film de 56... mais non c'est bien de 57 :roll:

Quoi qu'il en soit, je conseille chaudement la première version... et je vous assure que je ne suis pas atteint du syndrome "la-première-version-était-quand-même-bien-meilleure" :wink:
Solal
Accessoiriste
Posts: 1860
Joined: 9 Sep 03, 11:11
Location: A l'est d'Eden

Post by Solal »

Roy Neary wrote:Leo McCarey a sûrement souhaité developper les éléments dramatiques de son récit (les films de McCarey sont devenus plus sombres après la guerre).
Oui c'est très juste. L'explication me convient, même si j'ai l'impression justement que ses films sont moins maîtrisés durant cette période. Je pense surtout à The Bells of St. Mary's qui est limite lourdaud dans le genre mélo ou encore à The Good Old Sam qui est un peu du Capra sans en être, non ?

Ceci dit, autant que je m'en souvienne, je n'ai pas vu ses derniers films. A suivre, donc, également...

Pour revenir à la version de 39, tu as mis le doigt sur ce qui fait mon attachement au film : cette greffe inespérée d'éléments dramatiques (et oniriques également - voir l'escale à Madère) sur une screwball comedy.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93019
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Dans ses derniers films, il ne faudrait pas oublier son burlesque La brune brulante avec Paul Newman et Ce bon vieux Sam, même s'il patine dans la seconde partie est une sacrément bonne comédie (la scène du repas avec les gosses est tout simplement tordante ;-)
John T. Chance
Assistant(e) machine à café
Posts: 274
Joined: 23 Apr 03, 09:00
Location: Paris

Post by John T. Chance »

les 2 versions sont des chefs d'oeuvre. la version de 57 est plus mélodramatique, celle de 39 plus screwball comedy : il s'agit de deux variations sur le même thème opérées par un des plus grands cinéastes de la période.
passe me voir du côté du rio grande, petite...