La Passion de Jeanne d'Arc (Carl Theodor Dreyer - 1928)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Anorya
Laughing Ring
Posts: 11859
Joined: 24 Jun 06, 02:21
Location: LV426

Re: La passion de Jeanne D'arc (Carl Theodor Dreyer, 1928)

Post by Anorya »

Demi-Lune wrote:
P.S. : Anorya avait été très inspiré, il y a deux ans. :mrgreen: :uhuh:
N'est-ce pas ? :mrgreen:

A l'instar d' In the mood for love, la première fois que j'avais vu le film, j'étais subjugué, c'était une claque énorme.
Je le revois 4 ans plus tard mais comme le souvenir du Wong-Kar Waï, la vision m'avait trop marqué, je m'en souvenais que trop bien et du coup, le film n'a pas pris sur moi. C'est rare mais cela m'arrive parfois avec des oeuvres qui sont d'énormes chocs brutaux mais qui, à la revoyure et dans un laps de temps trop court, ne me touchent d'un coup plus du tout. :|
Image
allen john
Accessoiriste
Posts: 1945
Joined: 17 May 06, 19:00
Location: Une maison bleue

Re: La passion de Jeanne d'Arc (Carl Theodor Dreyer - 1928)

Post by allen john »

A l'occasion de sa sortie en Blu-ray chez nos grands amis de MoC, je reviens sur le très controversé (ici, en tout cas, et c'est très bien, tant il est parfois énervant de constater à quel point en matière de cinéphilie il existe un dogme irritant) chef d'oeuvre de Dreyer. Le Bluray est splendide, comment en aurait-il été autrement, et le film est pour moi sacré. Au sens profane du terme, puisque le personnage de Jeanne d'Arc, Sainte (Baillement) et héroïne nationale (Vomissements), ce n'est absolument pas ma tasse de thé...

La passion de Jeanne d'Arc

C’est au-delà de la personnalité et de l’histoire, voire de l’anecdote de Jeanne d’Arc, qu’il faut considérer le film de Dreyer : avec à la base une commande d’une société de production Française (Qui avait suggéré au cinéaste plusieurs possibilités d’héroïne, dont Jeanne d’Arc n’était qu’un exemple), le film a été pour Dreyer l’occasion de tester des conditions de tournage uniques, et inspirées de ses propres expériences : Le maître du logis (1925), qui avait été un succès au Danemark et un film noté à l’étranger, allait en particulier pousser le metteur en scène à rééditer les exigences de concentration des acteurs (Tenus notamment de dire un texte très précis afin d’incarner totalement un personnage), et l’excès de maquillage noté sur le tournage de ce film Danois allait pousser Dreyer à tenter de tourner avec des visages aussi nus que possible. Mais le plus spectaculaire, c’est bien sur le choix de privilégier des plans de visages. J’utilise volontiers ce terme au lieu de « gros plans », parce qu’il y a dans cet usage établi du plan très rapproché (En particulier le « gros plan » de star, disons, à la Griffith) un petit aspect de décrochage, alors que Dreyer rapproche sa caméra afin de se rapprocher du lieu de l’action, les visages ayant ici la fonction de fenêtre de l’âme… Le scénario condensera les minutes du procès de manière à donner l’impression d’une journée, et les quelques 100 minutes de projection sont donc entièrement suspendues à l’issue de ce procès, qu’on sait perdu d’avance : « Jehanne la bonne lorraine, qu’Anglois brulèrent à Rouen », disait François Villon : le propos n’est pas ici de savoir comment, plutôt de montrer ce qui s’st passé dans la tête des protagonistes durant ces moments historiques. Et, c’est ce qui différencie ce film de celui, plus volontiers hagiographique de Marco de Gastyne (Le par ailleurs très intéressant La vie merveilleuse de Jeanne d’Arc), à aucun moment on ne nous dira que Jeanne d’arc est une sainte. Et ça c’est très important…

Jeanne d’Arc, devant ses juges, afin de répondre de son statut d’hérétique, de confirmer ou de désavouer ses prétentions d’être l’envoyée de Dieu, et les juges se fixant pour tâche de satisfaire leurs alliés anglais, tout en évitant de sacrifier la jeune femme : voilà les camps en présence, pour une version condensée du procès, qui réussit à reprendre tous les chefs d’accusation, et l’ensemble du débat. Renée Falconetti compose avec un génie habité une petite Jeanne apeurée devant ses accusateurs, à la recherche d’un soutien qu’elle trouvera chez deux de ses juges, mais qui ne sera sincère que chez l’un. Face à elle, parmi les nombreux ecclésiastiques, on remarque en particulier Cauchon (Eugène Silvain), qui préside la cour et semble être attaché à triompher de la jeune femme tout en la sauvant ; contrairement à l’habituelle image de l’évêque dans la croyance populaire, Cauchon dans ce film est soucieux de lui éviter le bûcher… un rôle tout en nuance, mélange de dogme et d’une certaine roublardise, mais pas de diabolisation à l’excès. Par contre, le grand Maurice Schutz compose un personnage tortueux, qui n’hésite pas à se faire passer pour un envoyé de Charles VII afin de tromper, manipuler et déstabiliser Jeanne. C’est lui qu’elle cherchera du regard dans une scène clé afin d’obtenir son approbation. Enfin, Massieu (Antonin Artaud), lui a charge d’assister Jeanne au plus près durant son procès, est un ami, un vrai. Un homme qui montre à la jeune accusée bien plus que de l’empathie, une vraie compassion.

Le déroulement du procès est donc limité à un jour, et on n’a pas le temps de souffler, la tension est dès le début très vive. Seront abordées sans relâche, la question de la persuasion de Jeanne d’être bien l’envoyée choisie par Dieu (un échange savoureux, dans lequel les prêtres essaient de la coincer en montrant l’incohérence de ses propos, mais elle triomphe sans aucun effort), le cas plus épineux du choix de la jeune femme de porter ses habits d’homme (Il y a plusieurs théories à ce sujet, Dreyer les évite, afin de ne pas embrouiller le débat : certains estiment que ce serait une manipulation des Anglais, qui auraient caché ses vêtements féminins afin de l’a faire condamner), la question de son âme et celle de son jeune âge. La mise en scène qui scrute les visages, les expressions, et la nudité du décor font mouche durant ces questions réponses. Mais ce qui frappe, ce n’est pas tant le côté « parlant » du film, je pense que c’est un faux problème : non, c’est la véracité de l’ensemble, renforcée par l’utilisation d’une pellicule sensible aux nuances (C’est d’autant plus vrai dans les copies dérivées du négatif original, bien sur), et ça prend tout son sens en HD…

On a reproché à Dreyer l’édification d’un décor, que selon la légende on ne voit jamais dans le film ; c’est non seulement faux, mais en plus injuste : on voit suffisamment ce décor nu et blanc, pour constater qu’il s’agit d’un monde cohérent, lié à la recherche (même faussée) de la justice et de la vérité dans le cadre d’un procès religieux. Et surtout, aucun obstacle ne vient se mettre entre nous et les protagonistes du procès… Les juges qui ont manifestement collectivement tort, mais qui essaient surtout de trouver une faille dans la foi inébranlable de la jeune femme afin éventuellement de provoquer son salut, et la jeune femme qui n’a pas fait d’études, n’est pas sure de tout, mais a la foi, et ne doute que d’elle-même, pas de son Dieu. Ce que fait Dreyer, ce n’est ni de nous dire qu’elle a raison, ni qu’elle a tort. C’est de nous montrer le cheminement de la foi, que Falconetti irradie, et l’éventuelle irruption du doute. C’est de mettre en perspective la recherche de la vérité d’un coté, et une femme qui sait confusément qu’elle joue ses derniers instants, mais qu’elle ne peut se dérober à ce qui a donné un sens exceptionnel à ses dernières années. Les tentatives dégoutantes de la droite Française d’enrober ce film d’une grande délicatesse d’un soupçon de nationalisme répugnant ont toutes échoué : Jeanne d’Arc pour Dreyer, n’est pas une sainte, ce n’est pas une héroïne Française, c’est une femme qui souffre, et qui a décidé d’assumer sa foi. Elle est incarnée par une actrice géniale qui s’est jetée à corps perdu dans le drame, et dont les larmes ne sont jamais feintes…

Fallait-il incorporer le supplice de Jeanne ? Oui, bien sur… Chez Cecil B. DeMille, dans son Joan the Woman (1916), le moment du bûcher était un supplice bien sublimé par le flou artistique d’une intervention divine. Ici, le bûcher, ça brûle et ça fait manifestement très mal. Cette souffrance renvoie bien sur à l’origine de la Chrétienté, à ce sacrifice primal supposé justifier toute la religion qui a suivi. Mais Jeanne, si elle souffre, si elle rend ensuite selon l’expression consacrée « son âme à Dieu », meurt de façon privée. Les gens qui assistent à sa mort se font leur propre opinion, on voit d’ailleurs que les Anglais présents sentent venir le souffle de la révolte, et se préparent à un coup dur. Mais à aucun moment, une obligation de croire -ou de ne pas croire, du reste- ne se met en travers de notre chemin. Ce traitement choisi par Dreyer (Qui ne nous assènera pas le mot « Fin ») est admirable, respectueux, tant de la jeune femme suppliciée, que du spectateur. C’est un chef d’œuvre.

http://allenjohn.over-blog.com/
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: La passion de Jeanne d'Arc (Carl Theodor Dreyer - 1928)

Post by Federico »

Un témoignage de seconde main mais savoureux : Christian Marin imitant Michel Simon en train de casser du sucre sur Dreyer. :uhuh:

Lire à partir de 6'10.
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
moonfleet
Assistant opérateur
Posts: 2911
Joined: 13 Aug 09, 21:46
Location: fondue enchaînée

Re: La passion de Jeanne d'Arc (Carl Theodor Dreyer - 1928)

Post by moonfleet »

Federico wrote:Un témoignage de seconde main mais savoureux : Christian Marin imitant Michel Simon en train de casser du sucre sur Dreyer. :uhuh:

Lire à partir de 6'10.
Ha ha :D , merci pour ce lien Federico, j'adore l'anecdote à la fin de la vidéo, relative au tournage de La Beauté du Diable où Michel Simon avait décidé de prendre l'accent suisse pour la tirade Ô grand Lucifer !! en disant au réalisateur: " Un suisse qui invoque le Diable, c'est amusant"
Sinon Christian Marin est irrésistible dans le délirant Pouic Pouic revu à la TV il y a quelques jours...

Image Image
Les lois de nos désirs sont des dés sans loisirs
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: La Passion de Jeanne d'Arc (Carl Theodor Dreyer - 1928)

Post by Thaddeus »

Image


Visages



"Comme cette femme a dû souffrir !" Le commentaire est fameux : il émane d'un ouvrier de Copenhague qui assista à la première du film de Carl Dreyer, et donne une idée du degré d’identification et d’engagement présidant à l’expérience de son visionnage. La singularité de l’œuvre, ce qui la place hors de pair, c'est qu'elle néglige le mouvement, la durée, la composition des faits, pour ne mettre en lumière que la partie affective des êtres. C'est le récit de Jeanne d'Arc reconstitué par des états d'âme. La caméra n'enregistre pas la surface des choses, elle est braquée droit vers l'intérieur. Elle rebondit de l’Histoire à l’humain, de la souffrance d’un personnage de légende à la tragédie d’une anonyme. Les mots mêmes du procès sont là. Cette question, l’inquisiteur n'a pu la poser avec une autre intention ; cette réponse, Jeanne n'a pu la faire entendre sans cette expression. Il faut imaginer la surveillance, la rigueur, l’exigence que nécessite un tel travail. Un battement de cils qui intervient une seconde trop tôt, une ombre qui tache une paupière, et tout porte à faux. Les visages apparaissent ici comme d'immenses paysages, plats ou ravinés. Lorsque frappe la méchanceté des juges, les sanglots de Jeanne jaillissent si tumultueux et si rapides que ce sont des torrents qui coulent sur les vastes plaines de ses joues ; ses lèvres gercées, quand ne les ferme pas une obstination divine, sont des crevasses ; sa bouche, un cratère qui projette la vérité. Pas un seul des interprètes n'est maquillé : leurs douloureuses géographies — les pores comme des puits — dévoilent des physionomies tourmentées et convulsées. Dreyer scrute le grain de la peau, creuse l’épiderme, les rides, les callosités, à l’affût du moindre frémissement. On peut y prévoir les tempêtes avec une exactitude météorologique. Nerfs, yeux, mentons qui explosent comme des tombes, tonsures, indices jetés à la gorge innocente de la donzelle. Jeanne est une femme simple et têtue. Sale, tondue ras, elle cesse néanmoins de pleurer pour voir quelques colombes se poser sur la coupole de l'église ou se distraire comme une fillette, avec ses doigts, avec un bouton, avec la mouche qui se pose sur la narine du moine. Puis elle meurt, laminée de flammes. On a gardé une de ses petites larmes qui roula jusqu'à nous, dans une boîte de celluloïd. Larme sans odeur, goutte de la source la plus pure.


Image



La Passion de Jeanne d'Arc est écrit à même le plan. C’est un film fondamentalement réaliste, comme en attestent le poids de la matière, la qualité de sa présence, la concrétude des accessoires, lits, sièges, encrier, poutre, croix, armes, engins de persécution, mais aussi du bouquet d’herbes folles au pied d’un mur blanc ou de la fumée s’échappant des fagots du bûcher. Le style de Dreyer tend à neutraliser l'environnement sans le supprimer. Il s'effectue au long de l'échelle des cadres, conservant aux plans éloignés la charge spirituelle et la vigueur investigatrice du gros plan. Son point de vue accuse les plafonds, coupe les voûtes, les portes, juste en-dessous de leur sommet, change les ouvertures en soupiraux, les fenêtres en lucarnes. La restriction visuelle conduit à tout voir comme au travers de trous de serrure, d’œils-de-bœuf, dans une tension et une angoisse au bord de l’insoutenable. On est avec Jeanne en prison, hanté par les milliers de têtes tondues des suppliciés qui ont traversé tant de siècles. Ce faisant, Dreyer respecte la vocation "centripète" du cinéma qui est de retrouver et de reconnaître l'homme à partir du monde. L'expressionnisme, si on le réduit au seul fait de la déformation, devient ici d’une extraordinaire subtilité : loin de tenir dans les schématisations du lieu, il est tout entier dans ce mouvement de la périphérie vers le centre qui fait l'être plus grand que ce qui l’entoure. Le décor reste toujours parfaitement identifiable malgré son dépouillement et sa stylisation. C’est sa clarté et sa nudité mêmes qui le donnent concrètement à imaginer. Austère, lisse, sublimé, il n’a pas à disparaître quand le flou ou la réverbération du gros plan l’éclipse ou l’éblouit. Il demeure, réduit à un minimum de signes qui sont à la fois sa réalité et son essence, il conserve assez d’éléments visibles derrière la tête du personnage pour y subsister présent. Non seulement on le sait là, mais on voit sa blancheur de chaux, on éprouve sa présence aveuglante, écrasante. La lumière, en effet, ne repose pas sur de gros effets de contrastes. Les ombres sont rares, qui impressionnent furtivement la rétine. Chaque photogramme force l'admiration, mais ne rend en définitive que peu compte du déroulement du film, tant ce que l’image transmet n'est pas quantifiable en termes d'informations. Le regard du spectateur est pris dans un labyrinthe de plongées et de contre-plongées, de diagonales, de décadrages, de positionnements divers, extrêmement mobiles, dont le rythme des enchaînements ébranle les affects.


Image



À bien des égards, Dreyer réalise ici le film muet "idéal", et on peut se demander si le soupçon de ceux qui y voient une sorte de manifeste n’est pas né de son exacte conformité aux principes et aux canons esthétiques dominants de son époque. Bien que les paroles de Jeanne se lisent presque toutes sur ses lèvres, il n’en demeure pas moins que l’œuvre exige et implique son mutisme afin de le transcender, à la fois en le surmontant (le film donne cette stupéfiante impression de "parler"), et en en faisant l’objet même de son drame : le procès s’identifie à ce déni de justice, ce scandale d’un dialogue refusé. Tout se passe comme si Dreyer avait résolu de renchérir sur les "manques" du cinéma, d'en créer de nouveaux et même de transférer l'insuffisance d'un élément sur un autre. Ce n'est que dans une semblable perspective que le parti de traiter des derniers jours et non de l'épopée de Jeanne peut se comprendre autrement que comme une gageure paradoxale. Avec un film muet, Dreyer aborde un sujet essentiellement parlant : fol orgueil. Le septième art peut tout montrer, son ubiquité spatio-temporelle est l'une de ses vertus spécifiques. Lui la refuse pour le fragment, le détail, le guichet : humilité insensée. Apparemment contradictoires, ces deux mouvements sont en fait complémentaires. Selon les lois d'une économie que la morale et la mystique ne sont pas seules à vérifier, une libération n'est jamais possible sans quelque sacrifice corrélatif. On dit bien que les aveugles doivent à leur cécité une sensibilité tactile et sonore infiniment plus développée que celle des voyants. Il fallait que notre attention fût rigoureusement absorbée par les personnages pour que nous les entendions au-delà même du langage, pour que nous croyions lire leur âme à visage découvert. Comme par le fait de quelque entropie esthétique, l'énergie intuitive s'est transportée d'un sens sur un autre : la vue, contrainte, s'est faite ouïe, l'œil a pu écouter.

La fidélité au texte, la résolution de ne pas déformer les faits rendent inutiles le culte des détails formels, l'étalage des costumes, la couleur anecdotique. Il en va de même pour l’espace naturel, le cinéaste s’étant astreint à ne construire qu’un pont-levis, un gibet, une roue crantée : on est proche d’un Moyen-âge de miniature et de théâtre. Le procès, échelonné dans la réalité sur trois mois, est réduit ici à une journée unique. Ce qui a pour résultat de concentrer et de fortifier l'intérêt dramatique en éliminant des questions vouées, si elles avaient été conservées, à disperser l’attention et à affaiblir la vérité profonde de l'histoire. Une narration littérale de ce qui s'est passé entre Jeanne et ses juges à Rouen se serait noyée dans des redites et aurait atténué la signification essentielle de cet affrontement. Ainsi, en même temps que le cinéaste nous rend contemporains de ses personnages, il nous permet, en refusant le parti-pris du documentalisme, de nous distancier pour interpréter l'enjeu et la portée de l’événement. C’est l’originalité même de cette approche qui exprime le suc ou le fiel d'un temps et d'un milieu, comme une main vigoureuse et experte "exprimerait" le suc d'un fruit. Elle est celle d'un imaginaire à la fois lyrique et satirique, qui voit et qui communique d'une part la fruste grandeur d'une fille de la campagne, d'autre part la duplicité, le dogmatisme pervers, le sadisme latent d’une cour de justice ecclésiastique. Le tribunal, loin d’être un guignol monstrueux, s’accorde avec ce que l’on sait aujourd’hui de la décadence du clergé, de sa volonté de puissance, de sa misogynie. La meute rampante ou glapissante des inquisiteurs constitue un excellent microcosme de l’Église officielle. En regard de ces forcenés, Massieu, interprété par Antonin Artaud, a quelque chose d’angélique. La douceur et la réserve de son jeu sont justifiées par la vérité historique, par le fait qu’il représente un aspect miséricordieux de son ordre, et surtout parce qu’il est, comme Jeanne, un être de lumière s’opposant à ces démoniaques puissances de ténèbres.


Image



Aux juges laids, tortueux et bouffis, assis dans leur graisse et dans leurs principes, le cinéaste confronte donc une créature dont la chair est d’une tout autre substance. Tout comme la verrue de l’évêque Cauchon et les tâches de rousseur de Jean d’Yd, le moindre pli de la peau chez la Pucelle est porteur de sens. L’épuration de Dreyer relève d’une attention passionnée et clinique à la fois, de ce que le biologique peut révéler d’un drame politique et théologique vécu au XVème siècle. La matière est dénudée, écorcée pour être éloquente, mais elle n’est pas méconnue. Le réalisateur voit dans le parcours de Jeanne le point de polarisation privilégié de cet accomplissement permanent d'une énigmatique transcendance. Il conduit à la perception souterraine de la vie intérieure des personnages, veut passer au-delà des apparences visibles et atteindre l'intangible. Il entrevoit un lien entre le sensible et l'intelligible, fait affleurer l'âme sur un visage baigné de mystère, d'une merveilleuse profondeur spirituelle, dont on ressent la présence sans la saisir. Le film consigne moins la lutte entre l'accusée et les juges qu’il propose un poème de la grâce, œuvrant simultanément à travers eux tous, en un seul et unique mouvement, jusqu'à l'accomplissement du sacrifice qui parachève pour Jeanne sa mission de rédemption : le bûcher devient alors le lieu où l’amour remporte la victoire sur le mal. Il fallait à cette sobre et envoûtante création d’architecte, à ce jeu savant des blancs, des noirs et des gris, le concours crucial de Renée Falconetti, qui abolit tous souvenirs sulpiciens par son intensité, sa pureté, sa plénitude fragile. Impitoyable mais miraculeux plasmateur de l’actrice, Dreyer nous invite à communier avec une jeune fille destinée à devenir martyre et sainte, et dont l’irradiation s’exprime à travers le modelé du film, son jeu des formes et des lignes, son développement litanique. Ce rayonnement, irréductible à tout autre, est celui de l'ecce homo, qui s'impose à l’évidence pour peu que l’on ait compris que ce dont il s’agit ici n’est pas le "procès" mais la "passion" de Jeanne d'Arc.

Cette passion, celle du peuple, celle des bourreaux également, n'apparaîtrait pas si elle n'était d'abord exprimée à partir des corps et des visages, comme le vin du raisin. Le cadrage de Dreyer est son pressoir mystique. Croisé contre l’intolérance, dénonciateur de tout asservissement, qu’il soit familial, social ou religieux, le cinéaste illustre à travers la résistance de son héroïne l’opposition de l’individu contre le groupe, de l’opprimé contre l’oppresseur, de la foi contre la doctrine. La tragédie de Jeanne est une tragédie du silence — ce silence auquel elle est réduite de la même manière que le film, d’abord envisagé comme parlant, fut finalement amputé du son. Paysanne naïve et inculte, elle ne peut se faire entendre de ses juges, d'abord parce qu'elle ne parle pas leur langage, ensuite parce qu'ils ont résolu de se faire sourds. Les signes qui lui viennent du tribunal cachent autant de pièges et ses propres voix se sont tues. Jeanne est une noyée qui, revenue à la surface, ouvre la bouche pour respirer et crier sa vérité, et que l’on s'acharne à maintenir la tête sous l'eau. Le procès inique, la mise en scène de Dreyer, c'est déjà le supplice de la baignoire. Tout concourt à cette atmosphère suffocante, qui provoque l’équivalent esthétique de l’asphyxie : la souplesse et la science du chef-opérateur qui promène son objectif comme un œil indiscret et implacable, la volonté, le courage du réalisateur qui sait ce qu’il cherche et le trouve, sa patience à suivre l'enchaînement des événements tels que la fatalité les avait ordonnés, la construction par l'intérieur d'une torture physique et morale d'où sont exclus la sensiblerie, le pittoresque, le grandiloquent, toute cette poudre aux yeux qui masque si souvent l'absence d'émotion et la pauvreté d'inspiration. Autant de facteurs ne pouvant venir que d'un filtrage et d'une décantation de ce qui est donné au regard. Leur convergence en un ensemble parfaitement harmonieux fait de La Passion de Jeanne d’Arc un film coupé, limé, ajusté comme un chef-d’œuvre d'horlogerie réglé sur les battements du cœur.


Image
Last edited by Thaddeus on 27 Feb 18, 18:53, edited 1 time in total.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8847
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: La Passion de Jeanne d'Arc (Carl Theodor Dreyer - 1928)

Post by Alexandre Angel »

Félicitations! Je vais commencer à m'intéresser à un top 10 Thaddeus, moi :wink:
User avatar
Jack Carter
Certains l'aiment (So)chaud
Posts: 22723
Joined: 31 Dec 04, 14:17
Location: Dans le cerveau de Dale Cooper

Re: La Passion de Jeanne d'Arc (Carl Theodor Dreyer - 1928)

Post by Jack Carter »

Revu en ciné-concert au Festival de La Rochelle il y a une dizaine de jours, ce film est une tuerie (je vais me lire ça tranquillement)
User avatar
Carlito Brigante
Machino
Posts: 1175
Joined: 27 Aug 06, 00:21
Location: Ygam

Re: La Passion de Jeanne d'Arc (Carl Theodor Dreyer - 1928)

Post by Carlito Brigante »

Jack Carter wrote:Revu en ciné-concert au Festival de La Rochelle il y a une dizaine de jours, ce film est une tuerie (je vais me lire ça tranquillement)
Ça m'a toujours parut paradoxal qu'on organise des ciné-concerts sur un film dont le réalisateur a toujours dit qu'il fallait mieux le voir dans le plus grand silence.
User avatar
tenia
Le Choix de Sophisme
Posts: 24195
Joined: 1 Jun 08, 14:29

Re: La Passion de Jeanne d'Arc (Carl Theodor Dreyer - 1928)

Post by tenia »

Je l'avais vu à Lyon en ciné-concert et j'avais trouvé que la partition jouée nuisait plus souvent au film qu'elle ne l'aidait.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8847
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: La Passion de Jeanne d'Arc (Carl Theodor Dreyer - 1928)

Post by Alexandre Angel »

tenia wrote: l'avais vu à Lyon en ciné-concert et j'avais trouvé que la partition jouée nuisait plus souvent au film qu'elle ne l'aidait.
C'est souvent le problème : j'ai mal vécu une projo de La Grande Parade, de Vidor, à cause de ça (musique prise de tête, monotone et omniprésente).