Top Otto Preminger

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Bonner
Junior
Posts: 199
Joined: 20 Jan 19, 22:30

Re: Top Otto Preminger

Post by Bonner »

Je ne comprends pas trop la remarque sur une certaine mentalité américaine comme élément négatif. Car ce qui me saisit dans le film, c'est qu'il décortique avec une précision assez implacable le parcours d'un professionnel plus que consciencieux qui défend les valeurs nobles d'un système, et pourtant ce système ne le mériterait presque pas.

Et là où le film peut gagner en intérêt, c'est quand on le voit dans une lecture symbolique, voire métaphysique sur le jeu d'ombres et de lumières que le film met en avant sur tous les personnages concernés. Le personnage de Stewart est comme un metteur en scène, cherchant le bon angle, le bon ton, se confrontant à des critiques professionnelles et compétentes, tentant de comprendre le monde qui l'entoure, ses défauts (la mentalité américaine justement?), développant ses principes humanistes en le faisant partager pour une vision et une conclusion la plus juste possible, prenant le risque moral d'innocenter un coupable plutôt que de condamner un innocent.

Dommage de ne pas avoir été sensible ou d'avoir été attrapé par sa force d'exécution ou ses nombreux questionnements que le film soulève. Mais bon, cela arrive à tout le monde. :)[/quote]
Merci pour ta réponse. Mais j'ai trouvé qu'aucun personnage n' était réellement incarné et 2 h 40 pour dire que le système judiciaire est un jeu de dupes et que la réalité est plus nuancée que la loi pénale c'est un peu long. Derrière chose : les ponctuations burlesques où tout le monde rigole sous le regard bienveillant du juge ça ne le fait pas non plus. Mais bon...
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Top Otto Preminger

Post by homerwell »

Ambre d'Otto Preminger (1947) est un film en couleur au rendu flamboyant, et en costumes d'époque ce qui est rare dans la filmographie du réalisateur, Linda Darnell y est splendide malgré quelques minauderies et Cornel Wilde a une drôle de coupe, le film se suit avec enthousiasme.