Boulevard du Crépuscule (Billy Wilder - 1950)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Hitchcock
Electro
Posts: 967
Joined: 9 Dec 13, 13:34
Location: Londres

Boulevard du Crépuscule (Billy Wilder - 1950)

Post by Hitchcock »

Assez étonné de ne pas voir de topic sur ce magnifique film. :shock:
Bref, il n'y a absolument rien à redire sur ce film. Tout est parfait : l'interprétation (Gloria Swanson est magnifique, Erich Von Stroheim parfait également), la mise en scène, le scénario, les dialogues, la musique de Franz Waxman, les décors... Un monument du cinéma, un pur chef d'oeuvre du septième art. Mon film préféré avec Vertigo.

Lien vers la Chronique Classik qui en parlera mieux que moi

Bande-annonce :

Last edited by Hitchcock on 13 Apr 14, 14:36, edited 1 time in total.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15111
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Boulevard du Crépuscule (Billy Wilder - 1950)

Post by Watkinssien »

En effet, un chef-d'oeuvre hallucinant. Le plus grand film jamais fait sur Hollywood, montrant un système qui mange et digère sans nuance tout ce qu'il découvre.

On pourrait écrire des tartines sur ce monument, magnifiquement mis en scène, écrit et interprété.
Image

Mother, I miss you :(
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Boulevard du Crépuscule (Billy Wilder - 1950)

Post by Federico »

Watkinssien wrote:En effet, un chef-d'oeuvre hallucinant. Le plus grand film jamais fait sur Hollywood, montrant un système qui mange et digère sans nuance tout ce qu'il découvre.
Je ne l'ai pas revu depuis longtemps mais pour moi, LE film définitif sur la machine à broyer hollywoodienne et qui en décortique tous les rouages reste Les ensorcelés de Minnelli. Il me semble que le Wilder se concentre davantage sur l'ambition d'un scénariste (déçu) et le portrait d'une star (déchue).
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15111
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Boulevard du Crépuscule (Billy Wilder - 1950)

Post by Watkinssien »

Federico wrote:
Watkinssien wrote:En effet, un chef-d'oeuvre hallucinant. Le plus grand film jamais fait sur Hollywood, montrant un système qui mange et digère sans nuance tout ce qu'il découvre.
Je ne l'ai pas revu depuis longtemps mais pour moi, LE film définitif sur la machine à broyer hollywoodienne et qui en décortique tous les rouages reste Les ensorcelés de Minnelli. Il me semble que le Wilder se concentre davantage sur l'ambition d'un scénariste (déçu) et le portrait d'une star (déchue).
Très grand film le Minnelli, en effet. Cependant, le Wilder évoque aussi bien le muet que le parlant (même si le film parle de beaucoup d'autres choses) et l'ensemble prend l'allure d'un film noir onirique que n'a pas Les ensorcelés.
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Boulevard du Crépuscule (Billy Wilder - 1950)

Post by Thaddeus »

Image


Le mausolée des rêves perdus



Une remarque pour commencer, qui ne traduit pas le moindre cynisme mais tient plutôt de l’hommage et de l’admiration : Boulevard du Crépuscule paraît encore plus abouti et retors depuis que tous les participants à sa genèse sont morts : William Holden évidemment, Billy Wilder plus encore, mais aussi et surtout Gloria Swanson. À le revoir aujourd'hui, on n'éprouve pas tant le trouble plaisir du pathétique que le sentiment tragique du fatum : comme si la disparition de l’actrice de chair et d'os donnait sa dimension nécessaire au personnage qu'elle incarna, comme si en nous parlant d'outre-tombe, où elle a rejoint Joe Gillis, elle donnait enfin son sens plein au propos du cinéaste. Car dans le procès du film son décès était inscrit : il ne commence vraiment que par la fin et c'est en expédiant Norma/Swanson dans l'autre monde qu'il décrit en profondeur, de profundis littéralement, cet univers autre qui est celui du cinéma. Surgie du néant, Hollywood s’est fondée sur ses propres créations pour acquérir un statut culturel, faisant du celluloïd sa trompeuse vérité, sa seule légitimation mythologique. La réalité décrite par ce légendaire film noir, dont le romantisme décadent ne se défait jamais d’une grinçante causticité, offre le reflet d’un temps aboli, la distorsion pathologique d’un monde disparu, de son extravagance déliquescente, de son faste funèbre, qui trouvent leur pleine mesure dans la stylisation parfois baroque de la réalisation. Mais la beauté de la palette monochrome, qui élabore de somptueuses compositions autour de l’ombre et de la lumière, ne rappelle pas seulement que Wilder, s’il fut un véritable enchanteur par son génie du scénario et du dialogue, fut également un sorcier de l’image. Elle nous dit surtout que Boulevard du Crépuscule porte plus fondamentalement sur la mort que sur l'art que l'on dit septième, ou plutôt il qu’il est le film du cinéma par excellence, dans la mesure même où il met la mort en scène.


Image



Elle s'y donne à lire de trois manières, selon trois modèles de narration, et ce n'est pas la moindre subtilité, la moindre rouerie de l’entreprise que l'articulation de ces différents niveaux. Vient en premier le fait divers : avant de sombrer dans la démence, une ex-reine d’Hollywood assassine un jeune scénariste au chômage. Maitresse vieillissante faisant la peau d'un gigolo : une aubaine pour les gazettes, que le film traite d'emblée selon la rhétorique du reportage. "Oui, nous sommes sur Sunset Boulevard à Los Angeles, Californie" : ancien chroniqueur d'un petit canard local, le narrateur trouve sans effort le ton d'un commentateur de la télé, tandis qu'ambulanciers et argousins, badauds nécrophiles et cameramen d'actualités, tout le personnel d'une presse à sensation prend sa place comme il convient autour de l'héroïne du scandale. Dans le retour en arrière qui s'ouvre alors, et qui constitue le film lui-même, le récit procède apparemment comme une enquête journalistique, ou comme une investigation de sociologue, laissant l'observateur à bonne distance de l'objet qu'il étudie. C'est elle qu'ont retenue le plus souvent les historiens et les exégètes. Non qu'ils aient tort de souligner la critique féroce de Hollywood que Wilder a développée : monde de leurre et d'argent, haut lieu de l'artifice et de l'ambitieuse médiocrité, dont ce Viennois d'origine jette à bas les faux-semblants, sans répugner aux notations polémiques ni aux private jokes pour initiés. Nul doute non plus que la charge n'ait une immense valeur documentaire, expressément revendiquée : comme bien d’autres elle donne à voir l'opposition du parlant et du muet et introduit dans les milieux du cinéma. Avec d'éblouissants effets de réel lorsqu'aux personnages imaginaires se mêlent des êtres bien vivants, lorsque se multiplient les références volontiers perverses à la petite histoire des studios, lorsqu'un Buster Keaton vieilli ou l'ingambe Cecil B. DeMille apparaissent à l'écran tels qu'ils étaient à la ville.

Mais le film interdit qu'on le réduise à cette chronique du show-business, même assortie d'un credo esthétique. Avec une audace et une ironie sarcastiques, Wilder abat une première carte dès l’introduction. Son narrateur est déjà mort, et d’emblée il nous met en garde : "Avant que les nouvelles soient gonflées et transformées, dit Joe Gillis, avant qu'y mettent la main les journalistes, peut-être ne vous déplairait-il pas de savoir comment les choses se sont passées." Rien ne nous plairait davantage, puisqu'elles sont advenues — second modèle narratif — dans un univers de conte de fées. Boulevard du Crépuscule est une variation sur la Belle au bois dormant, qui remplace la belle par la sorcière de Blanche-Neige, le prince charmant par un faible partagé entre pitié et veulerie masochiste, et le happy end par le meurtre et la folie. Transformations radicales, mais qui renforcent la dimension fantastique de la fiction. Comme dans le conte, Wilder oppose deux espaces et deux époques, deux temporalités spatialisées. Ici le boulevard éponyme, découvert au générique à la faveur d’un long travelling arrière, parcouru par les motards et les sbires : transposition californienne du vieux fleuve d'Héraclite, représentation linéaire d'un temps dûment irréversible. Là, à l'écart de ce flot automobile, s’élève la demeure de la star : sorte de castel suranné, aussi démodé et opulent que sa limousine, et dont les escaliers en arc de cercle imposent l'image d'une chronologie circulaire qu'un tourbillon de feuilles mortes dans le caniveau suggère déjà sournoisement. Manoir léthargique dont Joe dit le lent engloutissement, et où la recluse Norma Desmond refuse l’ordre naturel des choses. "Desmond" évoquant la prison en grec et "Norma" la règle en latin, il n'est pas défendu de jouer avec les mots. C'est dans ce lieu voué au souvenir et à l'attente (elle prend Gillis pour un croque-mort lors de sa première apparition et lui reproche son long retard), dans un luxe aux airs d’embaumement, entre les fantômes du passé et les chimères du futur, entre les témoignages filmés d'une gloire défunte et les miroirs cruels d'un narcissisme exacerbé, que la solitaire médite sa grandeur révolue et nourrit l’espoir névrotique de se régénérer comme un phénix.


Image



La has been prépare en effet son come-back à la façon d’une palingénésie platonicienne. L’inversion du temps, la répétition du même sont dans le fantasme de Norma une grande aventure cosmologique, dans laquelle le trépas n'est pas un terme. De même que le narrateur ne naît comme tel que par son décès en tant que personnage (c'est du fond d'une piscine, où flotte son cadavre en compagnie d'un rat crevé, qu'il nous raconte cette histoire : jamais voix off ne fut plus off), de même la morte-vivante entend renaître de sa propre décrépitude. Comme lorsque, emmaillottée telle une momie à la suite de son suicide, elle ressuscite sous un baiser. Scène parfaitement emblématique, où le film témoigne sa profonde cohérence : c'est par les lèvres de son amant rémunéré que le visage de Norma se ranime, c'est dans la parole du scénariste que la reine déchue du muet fonde ses espoirs de résurgence, c'est dans la bouche du macchabée que le récit prend origine. Et Joe Gillis, le maître des mots, n’est plus à la fin de l'histoire que langage, tandis que Norma Desmond, qui est par essence un visage, se dissout dans un gros plan, une image floue hors du figuré. "I’m ready for my close-up, Mr DeMille." Phalène guidée par la lumière éblouissante des projecteurs, elle succombe sous le poids écrasant de son image artificiellement préservée et croit ainsi avoir accompli sa révolution sidérale, son retour au zénith du cinéma. Il ne s'agit pas seulement de ralentir son devenir, de retarder son vieillissement à coups de crèmes et d'onguents, ni de l'immobiliser dans la durée ou de se leurrer d'un statu quo sur la foi des lettres (fictives) d'innombrables admirateurs. C'est sa récurrence qui importe, pareille au renouveau régulier des saisons. Seul ce mouvement garantit une nouvelle apothéose : ainsi rêve la sorcière dans son château d'uchronie, en attendant que Gillis la propulse au firmament, comme jadis Max von Mayerling (ah, la composition de von Stroheim en majordome à gants blancs !) l'avait hissée au rang de star. Mirage d'un temps cyclique, dont le film imite la forme par ce long flash-back en boucle, où l'alpha rejoint l'oméga. Et où, à la scène de l'escalier que Joe monte au début, correspond la séquence finale du même escalier que descend Norma : route ascendante, route descendante. Les Anciens ne décrivaient pas autrement les renaissances grandes et petites, l'aller-retour de la mort à la vie.


Image



Ici s'arrête le conte de fées, car la fin est aux deux extrémités : c'est vers la dépouille de son amant que Norma se dirige en se prenant pour Salomé, c'est le corps d'une guenon que Joe trouve en haut des marches. On l’enterrera dans le jardin à la lueur des chandeliers, dans une de ces scènes oniriques et vaguement morbides dont le film tire un pouvoir d’envoûtement absolu. Puissante figure que cette antithèse de la star : alors que Norma voudrait lire son éternité dans les étoiles, sur le faciès flétri de son chimpanzé se dessine son devenir animal. La bête, d'où émergeait triomphalement Marlene Dietrich dans la Blonde Vénus de Sternberg, marque, dix-huit ans plus tard, le point d'aboutissement d'une Norma-Gloria vouée au mimétisme, que Wilder nous montre "singeant" Charlie Chaplin. Le troisième modèle auquel obéit la narration a déjà été suggéré par les remarques précédentes. Au croisement exact du sarcasme et de la nostalgie, de la satire et du mélodrame, Boulevard du Crépuscule est une constante allégorie, une métaphore filée du cinéma, qui fonctionne exactement de la façon dont le décrit Wilder : du corps vivant d'un comédien, il fabrique une image morte à laquelle il rend la vie par la lumière et le mouvement. Celui de Joe Gillis dans son cercueil flottant est comme un papier sensible plongé dans un bain révélateur, et que le processus photochimique fait revivre. En ce sens, l’œuvre n'est pas seulement un "movie movie" ni juste un principe intellectuel dans lequel d’autres films s'emboîtent par une mise en abîme sophistiquée, mais un vertigineux jeu de miroirs, une construction systématiquement spéculaire dont la fiction dévoile les opérations qui l'ont produite. Il raconte la mutation d’une industrie, la confrontation entre le Hollywood des balbutiantes années 50, régi par un mercantilisme bridant les élans créatif, et celui des années 20, pionnier mais délirant et mythomane : conflit symbolique de deux idéologies, deux générations, dont les allusions romanesques n’adoucissent jamais l’amertume.

Et c'est la métamorphose de la star qui régit tout le système, qui en organise les mille détails : les lunettes noires de Norma, ses orbites cernées de sombre, l'atmosphère crépusculaire, le titre même du scénario sur lequel planche Joe Gillis (Dark Windows) ou du journal qu'il a quitté (l'Evening Post), toute une série de notations filent la métaphore de l'éclipse, comme à l'inverse les spots qu'on braque sur elle, dans les studios de DeMille, rendent pour un instant à la disparue son aura de corps astral. Dans cette perspective "astronomique", la date de naissance du narrateur, le jour du solstice d'hiver, prend aussi un certain sens. Plus subtilement, et passant des figures de l’éclat aux figures du déplacement, Wilder fait graviter les personnages comme dans un microsystème solaire qui visualiserait le "star system". Non sans raison l'action se situe aux alentours du Nouvel An (la soirée du New Year's Eve est un des grands moments du film). Non sans raison les protagonistes ont une propension au tournoiement (voir la mort du narrateur ou les torsions de Norma). Non sans raison leurs rapports sont décrits en termes de sphères d'attraction. Ainsi de la satellisation de Gillis ou de son flirt avec Betty, la jeune scénariste qui tente d'écrire, on ne s'en étonnera guère, une histoire fondée sur l'alternance entre le jour et la nuit. Fille d'électricien, petite-fille d'une doublure de Pearl White, Betty est aussi évidemment lumineuse que Norma est saturnienne, et la trajectoire du héros est comme celle d'une planète soumise à l'influence de ces deux soleils antithétiques. Revenant sur terre, et puisqu'il faut une conclusion au moins partielle : Boulevard du Crépuscule cristallise ce rayonnement et ces rapports de fascination mais il en exprime en même temps toute la nature vampirique. De l’art de transformer en capiteux spectacle les pièges ensorcelants de nos désirs et de nos illusions.


Image
Last edited by Thaddeus on 11 Feb 18, 22:42, edited 1 time in total.
Rashomon
Electro
Posts: 980
Joined: 7 Apr 14, 14:16

Re: Boulevard du Crépuscule (Billy Wilder - 1950)

Post by Rashomon »

Et là je pose une question qui revient régulièrement sur les forums anglophones: si vous aviez été juré pour les oscars, auriez-vous voté pour Sunset Boulevard ou pour Eve (qui gagna cette année-là) ?
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89991
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Boulevard du Crépuscule (Billy Wilder - 1950)

Post by Jeremy Fox »

Rashomon wrote:Et là je pose une question qui revient régulièrement sur les forums anglophones: si vous aviez été juré pour les oscars, auriez-vous voté pour Sunset Boulevard ou pour Eve (qui gagna cette année-là) ?

Sunset Boulevard. J'ai du mal avec le Mankiewicz.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15111
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Boulevard du Crépuscule (Billy Wilder - 1950)

Post by Watkinssien »

Jeremy Fox wrote:
Rashomon wrote:Et là je pose une question qui revient régulièrement sur les forums anglophones: si vous aviez été juré pour les oscars, auriez-vous voté pour Sunset Boulevard ou pour Eve (qui gagna cette année-là) ?

Sunset Boulevard. J'ai du mal avec le Mankiewicz.
Le Mankiewicz est superbe, mais j'aurais voté pour le Wilder, définitivement !
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Sybille
Assistant opérateur
Posts: 2014
Joined: 23 Jun 05, 14:06

Re: Boulevard du Crépuscule (Billy Wilder - 1950)

Post by Sybille »

Sunset Boulevard très certainement. Quoique je n'ai pas revu Eve depuis plus de dix ans, donc qui sait ?
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Boulevard du Crépuscule (Billy Wilder - 1950)

Post by Thaddeus »

Rashomon wrote:Et là je pose une question qui revient régulièrement sur les forums anglophones: si vous aviez été juré pour les oscars, auriez-vous voté pour Sunset Boulevard ou pour Eve (qui gagna cette année-là) ?
Sunset Boulevard par K.O. J'ai beau aimer énormément le film de Mankiewicz, celui de Wilder reste une coudée franche au-dessus.
User avatar
Harkento
Assistant opérateur
Posts: 2716
Joined: 12 Oct 11, 18:05
Liste DVD
Location: Lyon

Re: Boulevard du Crépuscule (Billy Wilder - 1950)

Post by Harkento »

En quelques mots :
Un classique noir, vraiment noir ! Au delà de la notoriété du film, j'avais en tête un film qui ne faisait que critiquer le monde cinématographique mais c'est surtout un film d'une incroyable noirceur et d'un pessimisme percutant qui m'a tout simplement glacé l'échine lors du tout dernier plan ! J'ai d'ailleurs rarement vu un portrait de femme aussi effrayant que celui écrit pour ce film dans cette période dite "classique". La critique incisive est telle qu' on a d'ailleurs l'impression qu'Hollywood est le Dr Frankenstein et Norma Desmond sa créature malléable et sa marionnette éphémère ... et qu'il ne peut en être autrement, comme si c'était la destinée de toute star. On est carrément dans la tragédie pure, là ! Mais on nous montre surtout ce qu'il en a coûté psychologiquement (toute proportion gardée) aux acteurs et actrices qui ont du passer du muet au parlant, ce qui a du grandement changé la donne a cette époque ou le cinéma pris un virage vers la modernité en lestant une grosse partie de ses codes et de ses processus de création via l'arrivée du parlant.

SPOIL. Concernant la dimension tragique du personnage de Desmond (démon ??), on voit donc une femme abîmée car rejetée par le système de production hollywoodien et l'évolution du cinéma lui même au point d'en devenir folle et isolée, faisant de sa demeure un théâtre ou elle s'imagine être encore une grande star : le formidable Mayerlind/stroheim entretient d'ailleurs constamment l'illusion pour rassure sa/la star, puisqu'il a contribué à sa renommée mais aussi parce qu'il l'aime ! Mais son jeu expressif, excessif et grotesque dans cette descente des escaliers (la dernière scène) là renvoient également à la période du muet, période dans laquelle elle reste coincée, emprisonnée et ne peut sortir. Et puis la mise en scène de Wilder la filme admirablement bien dans cette demeure ou l'on sent sa présence dans chacun de ses recoins. J'ai adoré cette scène ou Betty quitte Joe Gillis, son nouvel amant qui repousse son amour, devant la grille d'entrée et, par un mouvement vertical de la caméra, la vamp Norma Desmond est à la fois au dessus de Joe, symbolisant l'emprise qu'elle a sur lui, mais également qu'elle est emprisonnée parce que son corps entier n'apparaît qu'à travers une grille qui rappelle la prison dans laquelle elle vit. Le film parvient d'ailleurs a à la fois d'être une élégance folle esthétiquement tout en restant très noir, lorgnant vers l'expressionnisme pour les scènes en intérieur dans la demeure. Une belle leçon de cinéma, rien à redire la dessus !
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89991
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Boulevard du Crépuscule (Billy Wilder - 1950)

Post by Jeremy Fox »