Léonide Moguy (1899-1976)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89218
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Léonide Moguy (1898-1976)

Post by Jeremy Fox »

Je t'attendrai par Florian Bezaud. Le film vient de sortie en Bluray chez Gaumont.
Music Man
Assistant opérateur
Posts: 2287
Joined: 16 Feb 06, 21:23

Re: Léonide Moguy (1898-1976)

Post by Music Man »

Sortie chez l'Harmattan de la première biographie de Léonide Moguy, par l'auteur de la bio d'Annabella .


Metteur en scène français d'origine ukrainienne, Léonide Moguy (1898-1976) s'est imposé à la fin des années 30 comme le spécialiste du mélodrame social. Conscient de l'impact du Septième art sur les masses et désireux de faire évoluer les mentalités, cet homme de conviction a abordé des sujets audacieux et délicats au risque de subir les affres de la censure ou les pressions des ministères. Cet ouvrage aborde aussi bien la filmographie et les motivations de cet artiste généreux que son engagement pour la France libre pendant la Seconde Guerre mondiale ou au sein des Citoyens du Monde.

Image

http://www.editions-harmattan.fr/index. ... SqlClone=1
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 15874
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Léonide Moguy (1898-1976)

Post by Supfiction »

Music Man wrote:Sortie chez l'Harmattan de la première biographie de Léonide Moguy, par l'auteur de la bio d'Annabella .


Metteur en scène français d'origine ukrainienne, Léonide Moguy (1898-1976) s'est imposé à la fin des années 30 comme le spécialiste du mélodrame social. Conscient de l'impact du Septième art sur les masses et désireux de faire évoluer les mentalités, cet homme de conviction a abordé des sujets audacieux et délicats au risque de subir les affres de la censure ou les pressions des ministères. Cet ouvrage aborde aussi bien la filmographie et les motivations de cet artiste généreux que son engagement pour la France libre pendant la Seconde Guerre mondiale ou au sein des Citoyens du Monde.

Image

http://www.editions-harmattan.fr/index. ... SqlClone=1
J'étais passé à côté de ce message. Bravo!

Et jolie couverture..

Image
Music Man
Assistant opérateur
Posts: 2287
Joined: 16 Feb 06, 21:23

Re: Léonide Moguy (1899-1976)

Post by Music Man »

Merci!!!

Léonide Moguy, évoqué sur un site espagnol :


http://newsonmagazzine.com/2019/01/02/l ... estrellas/
Music Man
Assistant opérateur
Posts: 2287
Joined: 16 Feb 06, 21:23

Re: Léonide Moguy (1899-1976)

Post by Music Man »

Dédicace par l'auteur de la biographie de Léonide Moguy, le vendredi 15 mars, 19H, à l'Espace L'Harmattan - 24 rue des Écoles 75005 Paris
Métro : ligne 10 (Station Maubert-Mutualité) - Bus : lignes 63-86-87

en présence de Katia Moguy, fille du réalisateur et vedette du cinéma italien des années 60 et de Myrial Bru, star du cinéma italien des années 50 et épouse d'Horst Buchholz
Image
Music Man
Assistant opérateur
Posts: 2287
Joined: 16 Feb 06, 21:23

Re: Léonide Moguy (1899-1976)

Post by Music Man »

Cycle Léonide Moguy à la cinémathèque à compter du 12 février 2020. Tous ses films y compris le rarissime Documents d'époque (1928) retrouvé en Ukraine après 90 ans d'oubli seraient au programme.
Music Man
Assistant opérateur
Posts: 2287
Joined: 16 Feb 06, 21:23

Re: Léonide Moguy (1899-1976)

Post by Music Man »

Image


Voici les dates des projections des films de Léonide MOGUY à la Cinémathèque française pour les cinéphiles parisiens 8) :
CONFLIT : Mercredi 19 février 2020, 20h00 - Salle Georges Franju → 21h35 (94 min)
Ouverture de la rétrospective
France / 1938 / 94 min
Avec Corinne Luchaire, Annie Ducaux, Raymond Rouleau.
DOCUMENTS D'ÉPOQUE ; Jeudi 20 février 2020, 19h00 - Salle Jean Epstein → 20h10 (68 min)
Séance présentée par Lubomir Hosejko
URSS / 1928 / 68 min
LE MIOCHE ; Jeudi 20 février 2020, 21h15 - Salle Jean Epstein → 22h55 (96 min)
France / 1936 / 96 min
Avec Lucien Baroux, Gabrielle Dorziat, Pauline Carton.
PRISON SANS BARREAUX : Vendredi 21 février 2020, 19h30 - Salle Jean Epstein → 21h10 (98 min)
Séance présentée par Eric Antoine Lebon
France / 1937 / 98 min
Avec Annie Ducaux, Corinne Luchaire, Ginette Leclerc, Roger Duchesne.
LE DÉSERTEUR : Vendredi 21 février 2020, 21h45 - Salle Jean Epstein → 23h10 (85 min)
Séance présentée par Carole Wrona
France / 1939 / 85 min
Avec Jean-Pierre Aumont, Corinne Luchaire, Berthe Bovy, Edouard Delmont.
L'EMPREINTE DU DIEU : Samedi 22 février 2020, 19h00 - Salle Jean Epstein → 21h10 (126 min)
France / 1939
Avec Annie Ducaux, Pierre Blanchar, Blanchette Brunoy, Ginette Leclerc.

Image


PARIS AFTER DARK : Samedi 22 février 2020, 21h45 - Salle Jean Epstein → 23h10 (85 min)
Etats-Unis / 1943 / 85 min
Avec George Sanders, Madeleine Lebeau, Marcel Dalio
INTRIGUE À DAMAS : Dimanche 23 février 2020, 19h30 - Salle Jean Epstein → 20h45 (75 min)
Etats-Unis / 1943 / 75 min (SOUS RESERVE)
Avec Marcel Dalio, George Sanders, Virginia Bruce.
TRAGIQUE RENDEZ-VOUS : Dimanche 23 février 2020, 21h30 - Salle Jean Epstein → 22h55 (84 min)
Etats-Unis / 1945 / 84 min
Avec Ava Gardner, George Raft, Victor McLaglen, Tom Conway.
BETHSABÉE : Mercredi 26 février 2020, 19h00 - Salle Jean Epstein → 20h30 (90 min)
France / 1947 / 90 min
Avec Danielle Darrieux, Georges Marchal, Paul Meurisse.
DEMAIN IL SERA TROP TARD : Mercredi 26 fév 2020, 21h00 - Salle Jean Epstein → 22h45 (105 min)
Séance présentée par Eric Antoine Lebon
Italie / 1949 / 105 min
Avec Anna Maria Pierangeli, Gino Leurini, Vittorio De Sica.
LES ENFANTS DE L'AMOUR : Vendredi 28 février 2020, 19h00 - Salle Jean Epstein → 20h55 (111 min)
Séance présentée par Mylène Demongeot
France / 1953 / 111 min
Avec Etchika Choureau, Jean-Claude Pascal, Lise Bourdin, Mylène Demongeot.
DEMAIN EST UN AUTRE JOUR : Vendredi 28 février 2020, 21h30 - Salle Jean Epstein → 23h15 (104 min)
Italie / 1950 / 104 min
Avec Pier Angeli, Anna-Maria Ferrero, Rossana Podesta.

Image


DONNEZ-MOI MA CHANCE : Samedi 29 février 2020, 19h30 - Salle Jean Epstein → 21h15 (105 min)
France / 1957 / 105 min
Avec Ivan Desny, François Guérin, Michèle Mercier, Danik Patisson, Nadine Tallier, Noël Roquevert.
LE LONG DES TROTTOIRS ; Samedi 29 février 2020, 21h45 - Salle Jean Epstein → 23h25 (100 min)
France-Italie / 1956 / 100 min
Avec Anne Vernon, Françoise Rosay, Danik Patisson, Pierre Fromont.
LES HOMMES VEULENT VIVRE : Dimanche 1 mars 2020, 19h30 - Salle Jean Epstein → 21h20 (110 min)
France-Italie / 1961 / 110 min
Avec Yves Massard, Jacqueline Huet, John Justin.

https://www.cinematheque.fr/cycle/leoni ... y-546.html
Music Man
Assistant opérateur
Posts: 2287
Joined: 16 Feb 06, 21:23

Re: Léonide Moguy (1899-1976)

Post by Music Man »

Tout Léonide Moguy à la Cinémathèque en février et Donnez moi ma chance sur Arte
https://www.arte.tv/sites/olivierpere/2 ... ide-moguy/

Image
zigfrid
Assistant opérateur
Posts: 2328
Joined: 30 Nov 10, 11:30

Re: Léonide Moguy (1899-1976)

Post by zigfrid »

Quand ca veut pas... il y a 9 ans j'avais loupé la projection de l'empreinte du dieu à la cinémathèque '(oubli..)
et ce samedi 19h: séance complète..les boules... je me demande si je verrai un jour ce film..a t il seulement été diffusé à la télévision?
Music Man
Assistant opérateur
Posts: 2287
Joined: 16 Feb 06, 21:23

Re: Léonide Moguy (1899-1976)

Post by Music Man »

Oui, mais dans les années 60, en témoigne un vieux Télé 7 jours avec interview de Moguy, depuis plus jamais!
La rétro Moguy qui s'achève dimanche a remporté un vif succès (salles combles). Une vraie redécouverte!
Image
https://www.telerama.fr/sortir/il-a-rev ... 603429.php
User avatar
a2line
Doublure lumière
Posts: 452
Joined: 24 Sep 06, 12:54
Location: Gallifrey

Re: Léonide Moguy (1899-1976)

Post by a2line »

Beaucoup aimé Prison sans barreaux, film très moderne aux dialogues truculents et au montage expressif. Le sujet (les maisons de correction pour jeunes filles) m'intéressait à la base car on y atterrissait pour toute sorte de prétexte (vagabondage, immoralité...).
"Any view of things that is not strange, is false" (Neil Gaiman)

le bollyblog d'A2

Mes photos


Image
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 15874
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Léonide Moguy (1899-1976)

Post by Supfiction »

Music Man wrote:Tout Léonide Moguy à la Cinémathèque en février et Donnez moi ma chance sur Arte
https://www.arte.tv/sites/olivierpere/2 ... ide-moguy/

Image
Revu avec plaisir dans une belle copie sur ARTE.
Metoo n’a inventé que la dénonciation sur les réseaux sociaux car pour le reste tout est déjà dans le film de MOGUY.
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 22764
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Léonide Moguy (1899-1976)

Post by Commissaire Juve »

Supfiction wrote: Revu avec plaisir dans une belle copie sur ARTE...
J'ai regardé les premières minutes pour voir s'il était en HD... Et c'était bien le cas ! (au passage le DVD René Chateau était très bien ; il s'agissait peut-être du même master, mais en SD).
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
bruce randylan
Mogul
Posts: 11493
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Léonide Moguy (1899-1976)

Post by bruce randylan »

Découverts lors de la rétro à la cinémathèque le mois dernier.

Documents d'époque (1928)

Le premier "film" de Léonide Moguy est un documentaire compilant des films d'actualité ou des reconstitutions pour commémorer le dixième anniversaire de la révolution d'Octobre.
C'est donc avant tout un exercice de montage comme d'autres ont en fait avant - et après - lui. L'an dernier j'avais justement vu L'anniversaire de la révolution (1918) de Dizga Vertov dont on reconnait pas mal d'images identiques. Autant dire que je trouve ça d'un intérêt strictement cinématographique assez vain. C'est sans doute passionnant pour un historien mais en 2020, cet enfilage ne dépasse pas le tract de propagande. C'est tout de même supérieur au Vertov, moins didactique et bénéficiant forcément de davantage d'images. A part ça...


Le mioche (1936)

Image

Un vieux garçon au chômage trouve sur le pas de sa porte un bébé abandonné. S'attachant vide au nourrisson, et craignant que celui-ci soit placé, il accepte un poste de professeur dans un pensionnat de jeune fille.

Pour sa première fiction - en France donc - Léonide Moguy signe une formidable comédie débordant de tendresse et d'humanité. Le scénario faisait pourtant planer de sérieuses craintes mais en optant pour un registre léger plutôt que mélodramatique, le mioche se savoure du début à la fin. Ca passe par des dialogues savoureux, des personnages attachants, et surtout une remarquable direction d'acteurs qui sont spontanés, frais et vivants, Lucien Barroux en tête qui trouve sans le moindre doute l'un de ses meilleurs rôles. Il porte de nombreuses scènes sur ses épaules avec un naturel épatant, en réussissant à rendre touchant ses nombreux monologues ou ses relations avec ses élèves.
Et quant je dis que Moguy sait diriger ses comédiens, c'est également le cas pour le bébé qui peut-être le plus "doué" que j'ai pu voir au cinéma. Ses réactions et l'intégration de ses gros plans dans le montage sont tous plus irrésistibles les uns que les autres. Difficile de ne pas s'attendrir.
Derrière des séquences volontairement plus loufoques - et pas toujours très fines comme celles avec Pauline Carton déchaînée -, le mioche possède aussi plusieurs moments émouvants et justes dans l'écriture comme les réactions des élèves quand elles découvrent la vérité de la bouche de leur prof ou encore dans le vécu de la mère biologique.
Autre bonne surprise habilement intégrée au récit, les convictions socio-politiques de Moguy sont également visibles dans le comportements des jeunes pensionnaires qui s'opposent à un pouvoir vieillissant, autoritaire et réactionnaire. Elle n''hésitent pas à lancer une grève puis une véritable révolution dans leur dortoir pour mettre en avant leurs idéaux (à noter qu'on trouve parmi les élèves une asiatique qui est traitée de la même manière que les autres).

Alors une fois de plus, ça n'a pas la volonté de ré-inventer le cinéma ni même de faire un grand film mais Moguy signe un film avec un grand coeur, de l'humour et des acteurs en grande forme. J'en reprendrais par douzaine des comme ça.
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 22764
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Léonide Moguy (1899-1976)

Post by Commissaire Juve »

bruce randylan wrote:
Le mioche (1936)

Un vieux garçon au chômage trouve sur le pas de sa porte un bébé abandonné. S'attachant vide au nourrisson, et craignant que celui-ci soit placé, il accepte un poste de professeur dans un pensionnat de jeune fille.

... J'en reprendrais par douzaine des comme ça.
Ta remarque finale m'intriguait. Ce matin, j'ai passé un temps fou à chercher un avis que j'étais censé avoir laissé sur ce film (qui -- a priori -- ne m'avait pas emballé des masses). Et puis, de proche en proche, j'ai fini par comprendre que j'errais dans l'erreur, que je me fourvoyais dans le fourvoiement... que je confondais Le Mioche (1936) avec -- rrroulez tambours -- La Marmaille (1935) ! :mrgreen: (film ou Pierre Larquey était déjà "vieux")

D'une manière générale, j'aime bien les films de Moguy. Mais Lucien Baroux, euh, oué... de loin. Je préfère Pierre Larquey.
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...