Les films noirs à petits budgets et/ou de cinéastes méconnus

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Chip
Electro
Posts: 893
Joined: 22 Oct 08, 10:26

Re: Les films noirs à petits budgets et/ou de cinéastes méconnus

Post by Chip »

Encore une rareté exhumée . Question film rare , je possède une photo d'un film tout aussi méconnu OPERATION MANHUNT (1954) réalisé par Jack Alexander avec des seconds couteaux comme Harry Townes, Jacques Aubuchon, Will Kuluva et Irene Jensen. Tourné au Canada, ce film d'espionnage est une sorte de remake de " the iron curtain "(1948), ce mélodrame sur la guerre froide est tourné d'après " guide to movies and videos " , dans un style hard -boiled, et obtient 3 étoiles et demi. C'est un film United Artists, 77 mn. Une idée de titre pour tes prochaines recherches :wink:
Chip
Electro
Posts: 893
Joined: 22 Oct 08, 10:26

Re: Les films noirs à petits budgets et/ou de cinéastes méconnus

Post by Chip »

Aussi sur WM (ciné faniac, film noir): 23/08/ 2019. Même auteur. :wink:
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18677
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: The Big Caper

Post by Supfiction »

kiemavel wrote: 10 Oct 20, 23:09The Big Caper...
Un film assez malsain dans lequel j’ai beaucoup aimé Mary Costa, très classe.
kiemavel
Assistant opérateur
Posts: 2191
Joined: 13 Apr 13, 09:09

The Man with my Face - Edward Montagne - 1951

Post by kiemavel »

Image
Chick Graham, un expert comptable installé à Porto Rico rentre à son domicile pour y trouver son sosie exact qui a pris sa place chez lui et semble avoir convaincu tout son entourage, sa femme, son associé … et même son chien puisque celui ci le mord lorsqu'il s'en approche, qu'il est lui le véritable Chick Graham. Il a beau faire appel à un policier, celui ci constate en consultant les papiers d'identité, la signature et même les empreintes digitales du soi disant usurpateur, qu'il est bien celui qu'il prétend être. Bouleversé par la situation, Chick quitte la maison. Plus tard, alors qu'il se trouve dans un bar, la description à la radio d'un homme, Bert Rand, venant de commettre un vol d' 1 million de dollars en Floride et correspondant à sa description, puis son portrait dans le journal, fait comprendre à Chick que Rand a pris son identité pour que lui soit pris en chasse par la police et écope à sa place. Avec son ex petite amie et le frère de cette dernière, Chick tente de prouver la machination dont il se dit victime et de rétablir la vérité sur son identité ...
ImageImage
Il ne faut pas prendre peur à la lecture de cette trame de base invraisemblable qui fait ressembler le début du film à un des opus du « Whistler «  (8 films entre 1944 et 1948) ou à un épisode de Alfred Hitchcock Présente … voire de La quatrième dimension. Certes, les scénaristes ont raté une opportunité en ne jouant pas la carte du suspense - du moins pas celui là – puisque jamais le spectateur ne doute de l'identité du vrai Chick et de son double négatif et il reçoit très vite les informations donnant à comprendre comment l'usurpateur est parvenu à ses fins. J'ajoute même que les détails de la manipulation prêtent à sourire puisqu'on découvre que Rand a planifié vraiment de longue date son usurpation d'identité puisque lui et ses complices avaient même provoqué, des années auparavant - durant la guerre - la rupture de Chick d'avec sa fiancée de l'époque (Mary, que Chick va donc retrouver en cours de route) et sa rencontre avec celle qui allait être sa femme mais qui est en réalité la Moll de Rand. Bref, ça c’est de la machination savamment et patiemment orchestrée! La suite exploite la situation de manière bien plus satisfaisante même si les qualités du film restent assez modestes.
ImageImage
Déjà, pour un tel scénario à double rôle, il fallait un acteur principal qui tienne la route. Or, la "superstar" Barry Nelson s'en tire étonnement bien … pour un 3ème couteau (Je voulais mettre canif mais j'ai eu pitié). Il est vraiment très bien dans deux registres bien distincts. D'une part, dans celui d'un homme en plein marasme, qui perd tout, à commencer par son identité, tout ce qu'il a construit, et dont les plus proches : la femme, le meilleur ami avec qui il avait fait la guerre et qui est ensuite devenu son associé, et même le chien (qu 'on ne peut à priori pas soupçonner de faire parti d'un complot. Arf) l'écartent sans exprimer le moindre doute, au profit d'un double qui n'aurait pas du pouvoir duper d'aussi proches relations. Perdu pour lui même, donc, mais qui de plus a tout à redouter de cet échange d'identité étant donné le passé de Rand qui l’entraînerait en prison, voire sur la chaise, s'il était pris. Barry Nelson s'en tire aussi très bien en double diabolique du précédent, faisant usage de postures différentes, hautaines, de rictus satisfaits et d'un petit sourire moqueur qui tranchent vraiment avec la face fébrile et inquiète qu'il montre dans son autre "demi-personnage".
ImageImage
D'autre part, les développements de l'intrigue exploitent la situation de départ de manière attendue mais sans fausses notes et sans temps morts. Assez vite, Chick n'est plus absolument seul puisqu'il reçoit le soutien de son ex, la peu rancunière Mary (Carole Mathews) et du frère de celle ci, Walt (Jack Warden). Puis le scénario exploite de manière habile les quiproquos qui vont naître de cet échange d'identité. Un partenaire commercial de Chick, croisant le faux, va payer de sa vie le fait d'avoir voulu faire chanter Rand … Il arrive la même chose à Juanita, une ex petite amie du gangster qui confond Chick avec son ex compagnon avant de s'apercevoir de sa méprise et qui va elle aussi brièvement vouloir aider le fuyard confondu avec son ex.

C'est que dans le sillage de Chick, traîne en permanence Meadows, un des hommes de Rand, un ancien dresseur de chiens d'attaque de l'armée et son fidèle King, un Doberman dressé pour tuer. Il est de quelques bonnes petites scènes le brave toutou et constitue une des curiosités les plus aguichantes de ce petit film. Il est notamment du grand final dans un vaste fort de Porto Rico dont les souterrains, les longs escaliers et les tours constituent un environnement final formidable où les deux Chick se retrouvent et où tout se règle, non sans une bonne dose de rebondissements et – en ce qui concerne le ton - d'ironie insufflés par les scénaristes. C'est aussi le moment où Edward Montagne a choisi de se réveiller tant on dirait qu'un autre metteur en scène, bien plus doué, s'était chargé de ce climax. En dehors de ce final, on ne peut pas dire que sa mise en scène soit éclatante mais au moins il sut très bien tirer parti de la localisation de son histoire dans un lieu exotique puisque le film fut intégralement tourné à Porto Rico. C'est d'ailleurs à ma connaissance le seul film noir tourné sur cet île américaine peu vue au cinéma. Pas indispensable, non, mais mouvementé et sympathique, à condition que l'on pose son cerveau et que l'on suive cette histoire sans se soucier de vraisemblance. Vu ' à peu près ' en vost.
ImageImage
King, l'autre star du film. Comme dans La moutarde me monte au nez :wink: ou dans un épisode de Columbo, il suffisait de deux mots chuchotés à l'oreille de l'animal pour que le brave toutou se transforme en bête féroce. Mais évidemment, c'est aussi à White Dog (Dressé pour tuer) que l'on pense.
ImageImage
Final :
Spoiler (cliquez pour afficher)
ImageImage
ImageImage
kiemavel
Assistant opérateur
Posts: 2191
Joined: 13 Apr 13, 09:09

Re: Les films noirs à petits budgets et/ou de cinéastes méconnus

Post by kiemavel »

Chip wrote: 17 Nov 20, 09:20 Encore une rareté exhumée . Question film rare , je possède une photo d'un film tout aussi méconnu OPERATION MANHUNT (1954) réalisé par Jack Alexander avec des seconds couteaux comme Harry Townes, Jacques Aubuchon, Will Kuluva et Irene Jensen. Tourné au Canada, ce film d'espionnage est une sorte de remake de " the iron curtain "(1948), ce mélodrame sur la guerre froide est tourné d'après " guide to movies and videos " , dans un style hard -boiled, et obtient 3 étoiles et demi. C'est un film United Artists, 77 mn. Une idée de titre pour tes prochaines recherches :wink:
Je l'ai sur mes étagères ... mais pas encore vu.

De cette famille là, je viens de voir un film anti-communiste ahurissant que je ne serais pas allé chercher sans 50 ans de cinéma américain où il est dit :
LE COIN DU NANAR :

Un classique. En fait, Staline n'est pas mort : il s'est réfugié dans un monastère grec avec la moitié du trésor soviétique. C’est ce que découvre Lex Barker, aidé dans son enquête par Zsa Zsa Gabor (qui joue un double rôle : deux jumelles dont l'une est pro-américaine, l'autre pro-communiste) et sans doute l'archange Gabriel .... Sublime
kiemavel
Assistant opérateur
Posts: 2191
Joined: 13 Apr 13, 09:09

Re: The Girl in the Kremlin - Russell Birdwell - 1957

Post by kiemavel »

Il s'agit de :
Image
The Girl in the Kremlin de Russell Birdwell

Si sur les écrans, on a pu voir jadis plusieurs variations autour du thème du retour de la bête de Berlin : Adolf is Back, on a bien plus rarement vu des Joseph Strikes Again ! ... Et ça ne m'étonne pas car c'est rempli de gaucho à Hollywood (parait que ceux d'aujourd'hui étaient presque tous contre Trump :twisted: )

Je résume :
Dans un hôpital de Moscou, un homme choisi pour sa ressemblance avec Joseph Staline est supprimé. Deux opérations de chirurgie esthétique s'en suivent, l'une pour que le cadavre ressemble tout à fait au petit pervers pépère des peuples, l'autre pour que Joseph passe inaperçu dans sa nouvelle villégiature grecque. Tandis que le faux Staline est placé au coté de Lenine et honoré en grandes pompes funèbres, le vrai, pour se payer de ses bons services en faveur de l'Union soviétique emporte avec lui la moitié du trésor du pays, quelques fidèles et quelques femmes dont une infirmière bien roulée. Quelques années plus tard, la sœur jumelle de cette dernière fait appel à un ancien agent de l'OSS pour retrouver sa sœur disparue ...

Les péripéties sont démentes : on découvre que le grand plaisir fétichiste de Staline était d'assister (avec une main dissimulée sous son manteau ?) au rasage de cranes féminins. La première tonsure s'étire sur au moins 5 minutes, temps durant lequel Staline tire sur sa pipe ( à priori ça doit être une mystérieuse métaphore sexuelle) et devient de plus en plus rouge (nous aussi mais de confusion). Après maints rebondissements dont de bien amusants, entre autres : la façon dont les agents de l'ouest débusquent Staline et le forcent à se dévoiler prouvant ainsi qu'il est bien vivant suite à un faux message radio ... que bien sûr à l'autre bout de l'Europe Staline et ses sbires entendent. L'arrivée dans l'histoire du fils caché de Staline qui déteste son père. Le duel entre les deux sœurs jumelles, l'une rouge, l'autre non, qui se crêpent littéralement le chignon vaut aussi de l'or. L’obsession capillaire de Birdwell n’est d'ailleurs pas le seul de ses penchants coupables puisque la flagellation l'excite aussi pas mal. Il est aussi sous entendu que si on emme... vraiment Joseph dans sa réclusion pourtant peu monacale, il tenterait le coup de retourner en Union soviétique et d' y proclamer qu'il est ressuscité ! Ce qui pour un communiste est une bien belle reconversion. Quant au rôle joué par le fils de Staline (William Schallert) dans le final, je laisse la surprise à ceux qui voudraient découvrir ce chef d’œuvre inconnu.
Image
L'égérie rouge entre Staline et Beria
L'acteur qui joue Staline est exceptionnel. Au tout début, juste après la mort de son sosie allongé sur une table d'opération, Il faut l'entendre débiter sur un ton lugubre et avec un accent indéterminé :

Tu vois Beria, nous nous sommes trompés. Finalement, l'église a raison. Il y a bien une vie après la mort. J'en suis la preuve vivante !
Last edited by kiemavel on 23 Dec 20, 11:28, edited 1 time in total.
kiemavel
Assistant opérateur
Posts: 2191
Joined: 13 Apr 13, 09:09

Gorilla at Large - Panique sur la ville - 1954 - Harmon Jones

Post by kiemavel »

Image

Dans le parc de loisirs dirigé par Cyrus Miller (Raymond Burr), l'attraction la plus populaire est celle de son épouse LaVerne (Anne Bancroft), trapéziste dont le point culminant du numéro consiste à échapper à un gorille géant lâché sous le chapiteau. Quand un employé du parc est retrouvé la nuque brisée dans la cage du gorille, c'est ce dernier qui est suspecté mais l'enquête du Sgt. Garrison (Lee J. Cobb) l'amène a suspecter plusieurs employés du parc …

Image
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Alerte nanar !!!
...mais un nanar visuellement superbe, très marrant -pas toujours volontairement- et surtout servi par un casting de premier ordre (Raymond Burr, Cameron Mitchell, Lee J. Cobb, Lee Marvin, Warren Stevens ...), au sein duquel se distingue surtout une Anne Bancroft terriblement sexy et irrésistible en nymphomane très perturbée (ce que l'on découvre en cours de route)

L'affiche pourrait évoquer un film d'horreur ou de science-fiction mais il s'agit bien ici d'une intrigue policière prenant la forme d'un très classique « qui-l'a-fait ». Dans un premier temps, parmi les suspects, le coupable évident semble bien le plus poilu mais il n'en est évidemment rien !
Image
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Parmi ces suspects, on retrouve Peter Whitney (Kovacs), le monumental et mystérieux dompteur du gorille qui vit reclus avec la bête ...et semble avoir le même QI. Cameron Mitchell (Joey Matthews), l'un des animateurs du parc qui au début du récit se retrouve promu co-vedette du show de LaVerne puisqu'il se voit proposer d'endosser un costume de gorille, le faux primate devant se substituer au vrai (1) dans une variante du spectacle imaginée par LaVerne pour le rendre encore plus spectaculaire. Et Cyrus (Raymond Burr), qui était en conflit avec la victime qu'il accusait de vols répétés et dont on apprend par la suite que sa jalousie (justifiée) pourrait être un mobile du meurtre … Car gravitant autour de ces personnages, il y a LaVerne, mariée avec Cyrus mais qui saute au cou de sa nouvelle co-vedette ; qui aurait eu jadis une aventure avec un autre partenaire mort officiellement dans un accident de trapèze … et dont on en apprendra encore d'autres par la suite. En fait, LaVerne, le seul sur lequel elle n'a jamais fait de trapèze aérien, c'est Goliath qui lui inspire une véritable terreur.
Image
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
En dehors de la sexualité débridée de LaVerne, on en apprend aussi sur chacun des protagonistes avec naissance de suspicions croisées sur fond de jalousie généralisée ; ce qui intéresse les flics chez qui il y a aussi du bien beau monde : Lee J. Cobb (Garrison) mène l'enquête, assisté de Warren Stevens (Joe) tandis que c'est Lee Marvin (Shaughnessy) qui joue le flic stupide affecté à la surveillance de l'animal. C'est lui qui a certaines des meilleures lignes. A un collègue incrédule, il dira : « The ape that can outsmart Shaughnessy just ain’t been born ». L'homme et la bête se reconnaissent mutuellement une certaine communauté de regard :
ImageImage
Évidemment, au début, tout accuse la bête … Enfin, la bête, l'une des deux « bêtes » puisqu 'il y a la « vraie » … et sa doublure (ou plutôt celui qui avec sa doublure de fourrure joue à la bête et est le véritable coupable). Or, avant les travaux et les films de Dian Fossey (merci Dian), le commun des mortels, n'ayant aucune familiarité avec ces animaux sauvages, devait penser que le gorille c'est juste une sale bête puissante comme 3 Lino ventura (ou 10 Eric Zemmour si on voulait faire une conversion) et donc un danger, voire un rival pour l'homme (le cinéma en a joué abondamment) ... et même la chanson : « … supérieur à l'homme dans l’étreinte « selon ce bon George. Ici, une fois le coupable connu, on pourra remonter l'histoire à rebours et se dire que la nymphomanie de LaVerne n'est rien d'autres que l'expression d'une insatisfaction sexuelle qui pourrait trouver sa solution dans l’acceptation de l'animalité de l'homme … ou de sa propre animalité. Or, chez les humains, qui est plus proche du gorille que Raymond Burr, son époux de cinéma ? Personne ! Raymond avait eu les oreillons ? C'est donc que probablement il doit y avoir un message plus ou moins misogyne laissant entendre que la sexualité féminine potentiellement sans limite contrairement à celle des hommes présenterait un danger ? Mais dans ce cas, il faudrait demander à l'auteur de s'allonger et de s'exprimer ; chose qu'il fait très bien depuis un bout de temps, mais au cimetière.
Image
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Trop tard donc, et il ne faut quand même pas trop m'en demander à ce sujet car pour le décodage psychanalytique, mieux vaut faire appel à un spécialiste et je ne crois pas qu'il faille trop chercher " la petite bête " et se creuser le ciboulot sur un tel film. L'important est que Harmon Jones ait, dans le final référentiel et spectaculaire dans les montagnes russes du parc, eu la présence d'esprit de faire s'échapper Goliath avec Anne Bancroft sur son épaule et de bien cadrer les plus remarquables atouts de son anatomie dans ce final ; comme il avait su le faire tout au long d'un film utilisant sans vergogne la beauté et la sensualité de son actrice principale. Et il savait y faire le bougre ! (pièces à conviction à venir)
Image
(1) L'acteur qui "jouait" Goliath, le gorille, était un spécialiste du "rôle" puisque George Barrows fit plusieurs fois le singe au cinéma, débutant déjà comme gorille dans Tarzan et sa compagne (1934). Pour en savoir plus sur cet acteur : https://www.tapatalk.com/groups/monster ... 33856.html
Cette pépite a été édité en zone 1 dans la collection Midnite Movies (avec vost)
Image
kiemavel
Assistant opérateur
Posts: 2191
Joined: 13 Apr 13, 09:09

Re: Les films noirs à petits budgets et/ou de cinéastes méconnus

Post by kiemavel »

Anne Bancroft :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
Image
Image
Image
Attention : Film CULte
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 10569
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Les films noirs à petits budgets et/ou de cinéastes méconnus

Post by Alexandre Angel »

kiemavel wrote: 21 Dec 20, 19:25 Lee J. Cobb (Garrison) mène l'enquête
Il rempile dans L'Exorciste :mrgreen:





Mais qu'est ce que c'est que ce film que tu nous as dégotté Kiemavel ?????? :shock: :lol:
kiemavel
Assistant opérateur
Posts: 2191
Joined: 13 Apr 13, 09:09

Re: Les films noirs à petits budgets et/ou de cinéastes méconnus

Post by kiemavel »

Alexandre Angel wrote: 21 Dec 20, 20:19 Mais qu'est ce que c'est que ce film que tu nous as dégotté Kiemavel ?????? :shock: :lol:
:wink:
Il est quand même bien noté ce film ... Bon, en tant que nanar mais quand même. C'est un film culte notamment pour quelques critiques américains de renom : Leonard Maltin lui donne 4 étoiles sur 5 !
J'avoue que j'ai hésité à l'intégrer à ce sujet (c'est de la récup.) mais derrière La fille du Kremlin, encore plus dingue, on peut tout se permettre.

Je rêve de le voir en 3D. il existe en effet une version en relief qui a été projeté dans des festivals aux USA ces dernières années. Je le veux chez moi, cet hypothétique B-R 3D :!:

En cadeau, une photo publicitaire si sublime que les mots me manquent :

Image
Chip
Electro
Posts: 893
Joined: 22 Oct 08, 10:26

Re: Les films noirs à petits budgets et/ou de cinéastes méconnus

Post by Chip »

Anne Bancroft, encore plus sexy que dans " the graduate "( le lauréat) :lol:
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 10569
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Les films noirs à petits budgets et/ou de cinéastes méconnus

Post by Alexandre Angel »

Le gorille est merveilleux : il me fait penser à celui de La Panthère Rose.

Cette photo-là, je l'aimerais bien en poster :D
kiemavel
Assistant opérateur
Posts: 2191
Joined: 13 Apr 13, 09:09

Venetian Bird - Enquête à Venise - 1952 - Ralph Thomas

Post by kiemavel »

Image
Enquête à Venise (Titre original anglais : Venetian Bird. Titre américain : The Assassin) de Ralph Thomas (1952) avec Richard Todd, Eva Bartok, John Gregson, George Coulouris, Walter Rilla, Margot Grahame, Sidney James, Eric Pohlman. Scénario de Victor Canning, d'après son roman. Musique de Nino Rota

Le détective privé anglais Edward Mercer (Richard Todd), employé par un cabinet d'avocats français, est envoyé à Venise pour retrouver Renzzo Ucello (John Gregson), un résistant italien que la famille d'un soldat américain qu'il avait sauvé durant la guerre souhaiterait récompenser.
D'emblée, l'enquête est difficile. Un premier témoin est poignardé par les deux hommes qui surveillaient le détective depuis son arrivée à Venise. Puis, alors que pour le protéger, le détective avait mis à l'abri à son hotel un second contact, l'homme prend la fuite avant d'être peu après retrouvé mort lui aussi...
Image
Nébuleuse enquête au cœur d'une Venise que l'on parcourt en tous sens, des lieux touristiques aux appartements vétustes en passant par les vieux et vastes palais …Par tous les moyens de transport (vaporetto, gondole ...) et qui fournit un cadre merveilleux très habilement exploitée par un metteur en scène qui aura rarement été aussi inspiré … au moins par son cadre car il a tout de même notamment réalisé d'autres bons films criminels (à commencer par The Clouded Yellow / La fille aux papillons).
La source d'inspiration de ce Venetian Bird semble être à l'évidence Le troisième homme (1949) : un étranger débarque dans une ville européenne fournissant un décor singulier (Vienne et Venise). L'enquête de Mercer l'amène lui aussi à rencontrer des personnages pittoresques et étranges, qu'ils soient des soutiens : son premier contact est un massif antiquaire servant de boite aux lettres occulte. Puis on croise Rosa (Margot Grahame), une expatriée anglaise, voyante, et son compagnon italien Bernardo (Sydney James), entrepreneur de pompes funèbres ...
Image
Des observateurs plus ou moins neutres : La police ... qui ne semble pas prête à collaborer avec l'étranger et qui le fait surveiller par un informateur officiellement photographe de rue (et piège à touristes) qui opère sur la place St Marc ; même, ou surtout, quand le chef de la police (Spadoni, interprété par George Coulouris) prétend que Renzo Uccello serait mort quelques années plus tôt (une Fake News). Spadoni fournit tout de même quelques renseignements qui permettent déjà d'entrevoir un disparu au comportement jadis moins héroïque que durant la guerre puisqu'un volumineux dossier dans les archives de la police recense ses forfaits. Ainsi, au fil des rencontres du détective, on découvre un disparu à multiples facettes. Au cours de ses recherches, Mercer retrouve ainsi un vieux maitre chez qui Uccello, jeune homme très doué pour le dessin, avait fait son apprentissage. Un tableau conservé par le vieil homme rappelle d'ailleurs étrangement la fresque que restaure Adriana (Eva Bartok) pour le comte Borla (Walter Rilla) dans le palais duquel Mercer la rencontre en remontant la piste Ucello. Dans les deux cas, le motif central en est un oiseau (c'est le mystérieux Venetian Bird du titre original).
Image
Héros de guerre, truand au casier chargé, artiste peintre ... On ne saisit pas en cours de route où cela nous mène d'autant qu'il est évident que tous les personnages croisés retiennent des informations ; y compris Adriana, la restauratrice de tableaux dont se rapproche pourtant de plus en plus le détective. Le mystère sur la personnalité du disparu s'épaissit donc paradoxalement au fur et à mesure des découvertes du détective … qui finit par retrouver le caméléon mêlé à un complot politique, un complot fasciste visant à plonger l'Italie dans le chaos et prendre le pouvoir après avoir assassiné une personnalité politique populaire en visite à Venise. C'est peut-être la goutte de trop mais elle permet de justifier un final très mouvementé, et même quelques péripéties qui répondent au modèle déposé : la poursuite dans les égouts de Vienne …. mais sur les toits de Venise, au-dessus de la place St Marc. Pour en finir avec les rapprochements, même la musique de Nino Rota, atypique pour un thriller anglais rappelle - quand bien même elle n'a rien à voir - le sirtaki :oops: du film de Carol Reed.
Image
Ce thriller est peut-être inférieur au meilleur que Ralph Thomas aura réalisé (selon moi, The Clouded Yellow) ; son histoire est peut-être excessivement nébuleuse mais les comédiens sont parfaits, la beauté de la ville très bien employée et on ne s'ennuie pas une seconde. Vu " à peu près " en vost.
Image
Eva : Tourisme :
Nathan Brittles
Stagiaire
Posts: 17
Joined: 27 Feb 19, 20:02

Re: Les films noirs à petits budgets et/ou de cinéastes méconnus

Post by Nathan Brittles »

Bravo, encore une belle découverte!
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16802
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Les films noirs à petits budgets et/ou de cinéastes méconnus

Post by Profondo Rosso »

Traquée de Richard Wallace (1947)

Image

La belle Paula Craig persuade son amant Stephen Price de cambrioler la banque pour laquelle il travaille. Paula tue Stephen et réclame l'aide d'un jeune ingénieur, Mike Lambert. Ce dernier apprend que Paula cherche à faire endosser le crime à l'un de ses meilleurs amis...

Traquée est une remarquable série B sous haute influence des classiques Assurance sur la mort de Billy Wilder (1944) et Le Facteur sonne toujours deux fois de Tay Garnett (1946). Ces deux films étaient adaptés de James M. Cain, et étaient porté par l'apport de ce dernier dans le polar à savoir délaisser les histoires de gangsters et de détective pour placer les gens ordinaires et leurs démons au centre du récit criminel. Sans égaler ces chefs d'œuvre, Traquée relève de la même approche. Comme souvent dans ce schéma nous avons un pauvre bougre (Glenn Ford) qui va tomber dans les griffes d’une femme fatale (Janis Carter) qui va le manipuler en vue d'une machination où notre héros devra mourir en se substituant à son amant pour qu'ils s'échappent avec un magot. Mike (Glenn Ford) est un déçu revenu de tout mais toujours croyant en sa bonne étoile tandis que Paula (Janis Carter) elle aussi frustrée par sa condition semble vouloir prendre un chemin plus rapide et criminel avec son amant banquier (Barry Sullivan).

Le récit est mené avec habilité distillant où laissant deviner le parcours cassé et les frustrations des protagonistes, tout introduisant progressivement la nature de la manipulation. Le classicisme du schéma est transcendé par l'interprétation. Glenn Ford pour son deuxième film noir après Gilda (1946) offre une prestation subtile et plus vulnérable que ce que l'on connaîtra de lui, un initialement fort mais abimé par la vie qui rappelle certaine prestation de John Garfield (ce qui nous ramène au Facteur sonne toujours deux fois encore). Et alors le grand atout c'est Janis Carter en femme fatale. Elle dénote, comme le signalera plusieurs fois Glenn Ford, par son élégance bourgeoise qui détonne avec le trou paumé où elle évolue, le modeste métier de serveuse dans laquelle on la découvre. C'est ce contraste qui éveille chez Mike une suspicion qui ne s'éteindra jamais vraiment. Mais paradoxalement cette ambition larvée ne caractérise pas une mante religieuse impitoyable totale. Cette séduction ambiguë amène une électrisante tension sexuelle à chaque apparition de sa silhouette élancée, à chaque œillade et sourire sur son visage anguleux. Du coup le twist (que nous tairons) est d'autant plus surprenant et enrichit le personnage qui en plus des atours perfides de la femme fatale est aussi une femme amoureuse. Le petit spasme quasi orgasmique qu'elle a lors d'une de ses pires exactions est assez mémorable - comme le dit Patrick Brion en bonus avec des films de plus grand standing elle avait le potentiel d'une Barbara Stanwyck.

Richard Wallace livre une mise en scène efficace mais fonctionnelle, avec plus d'inventivité il y avait matière à en faire un vrai classique. Néanmoins la facture d'ensemble est élégante notamment avec la superbe photo de Burnett Guffey. Jolie découverte ! 4,5/6