Les Moissons du Ciel (Terrence Malick - 1978)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15734
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Les Moissons du Ciel (Terrence Malick - 1978)

Post by Père Jules »

Merveilleux BR chez Criterion qui est le plus bel hommage que pouvait recevoir ce film.
wontolla
mon curé chez les forumistes
Posts: 6922
Joined: 14 Mar 10, 14:28
Liste DVD
Location: Bruxelles

Re: Les Moissons du Ciel (Terrence Malick - 1978)

Post by wontolla »

Grimmy wrote:Ah quel dommage Wontolla que l'élément clé du film t'ai échappé parce que, effectivement, on sait dès le début que Gere et Brooke Adams sont, en fait, amants et non frère et soeur. (la voix off l'annonce lorsque tout le monde voyage sur le toit du train, si j'ai bonne mémoire). Tout le film et ses enjeux partent de ce postulat là !!
Pour moi un immense chef d'oeuvre (l'image, le son, tout est à tomber) que j'aimerai revoir un jour en BR !! Le dvd est quand même très beau...
J'ai donc revu le film hier soir.
De fait, la petite soeur dit en voix off:
4'41 :"Ils disaient qu'ils étaient frère et soeur.
4'44: "Mon frère voulait que personne sache. Les gens, on leur dit un truc, ils bavardent.



Cela se passe bien lorsqu'ils sont dans le train avec de superbes images du train en pleine campagne. J'ai été distrait pour la phrase Ils disaient qu'ils étaient frère et soeur. J'ai un très vague souvenir de l'avoir "vue"... mais pas "entendue", intégrée.

A noter aussi que les criquets ou sauterelles (?) jouent un rôle important dans la dramatisation du film mais dès la première partie du film on voit un de ces insectes sur du blé. Et la voix off: "Elles nous aiment pas".
A noter que au moins à deux reprises, lors d'un moment de tension entre Bill et le fermier, un événement extérieur vient suspendre celle-ci: l'arrivée des clowns volants et celle des insectes qui ravagent les champs de blé.

J'ai donc revu à tous nouveaux frais le film (et cela m'a permis de "relire" mon propre malaise à tous les moments où j'avais "lu" une situation incestueuse !).
Je me suis permis de faire quelques copies d'écran (pas sur l'ordinateur, mais du grand écran de projection) pour retrouver l'ambiance du film. Il s'agit d'un DVD et pas d'un BR. Il y a de la parallaxe (les côtés de l'écran fuient et ne sont pas parallèles) parce que je ne suis pas dans l'axe horizontal. Il y a aussi du grain car je suis à 3200 ASA pour avoir une vitesse acceptable de 1/20 ou 1/30e environ pour éviter qu'il y ait trop de flou.

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image


NB: pour ne pas squatter le fil, j'ai posté des photos supplémentaires dans mes cinitinéraires.
Grimmy
Assistant opérateur
Posts: 2879
Joined: 1 Feb 04, 11:25

Re: Les Moissons du Ciel (Terrence Malick - 1978)

Post by Grimmy »

C'est trop beau !! :shock:
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14402
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Les Moissons du Ciel (Terrence Malick - 1978)

Post by Demi-Lune »

Image Image Image

Copié-collé d'un autre topic.
Le dernier Terrence Malick qu'il me restait à découvrir est finalement celui qui aura ma préférence... mais avec encore pas mal de réserves. D'abord, il convient de souligner, évidemment, l'incroyable travail sur la photographie signée Nestor Almendros, justement récompensée, et plus généralement, le talent certain de Malick pour filmer ces cadres naturels. Après un générique superbe sur fond de Camille Saint-Saëns, Les Moissons du Ciel est une succession de plans renversants qui figurent aisément parmi les plus beaux jamais tournés. Mais si les images sont d'une beauté inouïe, l'insistance avec laquelle le réalisateur s'attarde inlassablement sur ses paysages dorés finit par devenir lourdeur, ce qui est d'ailleurs un reproche que je peux faire à l'encontre de tous ses films. Et au millième plan d'un brin de blé qui s'agite doucement, on finit par se demander si ce n'est pas la prétention qui guide le cinéaste. Il faut dire que le "gigantisme" de l'aspect pictural n'est aucunement équilibré par l'histoire qui, encore une fois chez Malick, se résume à quelques lignes. Ce n'est en soi pas forcément un inconvénient, mais encore eût-il fallu que les acteurs imposent une forte présence à l'écran, ce qui ne m'a pas semblé être le cas, même s'ils s'en tirent honorablement (avec une forte domination du charismatique Sam Shepard). La pauvreté numérique des dialogues, et le rythme lancinant du film, qui traîne souvent trop en longueur, m'incline par conséquent à penser (je fais peut-être fausse route) que Malick est un grand formaliste mais un pas un grand conteur (une dernière preuve : la voix-off de la fillette : je sais bien que Malick épouse une vision "innocente" de l'histoire en la faisant raconter par elle... mais bon Dieu, ce que cela devient pénible, à la longue, ces commentaires pseudo-rousseauistes!). Et la partition de Morricone, axée sur une relecture du Carnaval des animaux, n'a pas vraiment frappé mes oreilles. Bref, d'un point de vue visuel, ce film est extraordinaire et ne vole pas sa réputation. L'histoire, en revanche, a peiné à me convaincre, et me frustre d'autant plus qu'il y avait du potentiel pour en faire un vrai drame profond, avec une prégnance historique plus marquée.

Image Image Image
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 20774
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Les Moissons du Ciel (Terrence Malick - 1978)

Post by Major Tom »

Demi-Lune wrote:Et la partition de Morricone, axée sur une relecture du Carnaval des animaux, n'a pas vraiment frappé mes oreilles.
Ben c'est quand même là qu'il est le meilleur: il parvient aussi bien à faire dans la surenchère du western spaghetti que dans une belle sobriété (nécessaire selon moi à des films comme Les Moissons du ciel, un score exacerbé, trop romantique ou avec des envolées trop lyriques aurait pu lui nuire gravement, d'ailleurs je suis content en entendant la BO qu'un ou deux morceaux, qu'un Leone n'aurait certainement pas refusés, n'ont pas été utilisés dans ce film).

Les Moissons du ciel est un film qui est resté gravé dans ma mémoire, c'est simple je n'ai absolument aucun reproche à lui formuler. C'est beau, tendre, contemplatif, épuré, et ça va à contre-courant de ce qui se fait à cette époque, loin de la violence et de l'érotisme de plus en plus présents sur les écrans (dans le même genre, Polanski fera Tess peu après). Pas un film parfait, mais il s'en approche.
Image
Clique ici Image ... et ta vie va changer pour toujours
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14402
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Les Moissons du Ciel (Terrence Malick - 1978)

Post by Demi-Lune »

Major Tom wrote:
Demi-Lune wrote:Et la partition de Morricone, axée sur une relecture du Carnaval des animaux, n'a pas vraiment frappé mes oreilles.
Ben c'est quand même là qu'il est le meilleur: il parvient aussi bien à faire dans la surenchère du western spaghetti que dans une belle sobriété (nécessaire selon moi à des films comme Les Moissons du ciel, un score exacerbé, trop romantique ou avec des envolées trop lyriques aurait pu lui nuire gravement, d'ailleurs je suis content en entendant la BO qu'un ou deux morceaux, qu'un Leone n'aurait certainement pas refusés, n'ont pas été utilisés dans ce film).
Mon commentaire sur Les Moissons du ciel date un peu. Depuis, j'ai eu l'occasion d'écouter plus attentivement le score de Morricone. C'est effectivement très bien. Sobre, discret, mais émouvant et planant, influencé par la musique classique française de la fin XIXe - début du XXe siècle. Sur le morceau que tu avais soumis au jeu des OST, c'est comme si l'on entendait des mouvements de vague (ça traduit bien les ondes créées par le vent dans les champs de blé). La relecture de Saint-Saëns est bien sûr là mais il y a aussi un côté Debussy dans cette partition (Prélude à l'après-midi d'un fauve ou La Mer).
Wagner
Assistant opérateur
Posts: 2258
Joined: 2 Oct 04, 19:21
Location: Dans le temps

Re: Les Moissons du Ciel (Terrence Malick - 1978)

Post by Wagner »

Demi-Lune wrote:une dernière preuve : la voix-off de la fillette : je sais bien que Malick épouse une vision "innocente" de l'histoire en la faisant raconter par elle... mais bon Dieu, ce que cela devient pénible, à la longue, ces commentaires pseudo-rousseauistes!).
C'est un reproche qui revient tout le temps. Pourquoi juger sans cesse Malick à partir de notre propre culture? Ce n'est pas très valide comme démarche. Malick c'est Emerson et Heidegger à la base, pas Rousseau.
Image

Ego sum qui sum
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89950
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Les Moissons du Ciel (Terrence Malick - 1978)

Post by Jeremy Fox »

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89950
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Les Moissons du Ciel (Terrence Malick - 1978)

Post by Jeremy Fox »

User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Les Moissons du Ciel (Terrence Malick - 1978)

Post by Thaddeus »

Image


La mort de la pastorale



La beauté est suspecte. Comme pour le misogyne qui ne peut associer une belle femme qu'à une tête vide, pour l'amateur de films, les qualités plastiques d’une œuvre semblent jeter un doute sur la profondeur de son propos. À l’égard des Moissons du Ciel on perçoit parfois des réticences, comme une gêne devant tant de splendeur. Façonnée par les clichés touristiques ou publicitaires, la belle image est en effet souvent le refuge du cinéaste à court d'idées. La dissonance, la discrépance paraissent davantage exprimer notre monde et les doutes qu'il inspire que la plénitude esthétique. Il ne suffit pas de dire que le deuxième long-métrage de Terrence Malick est l’un des exemples les plus remarquables de la couleur à l'écran (comme en atteste le travail extraordinaire de Nestor Almendros), encore faut-il que cette beauté voulue à chaque instant soutienne une recherche de sens. Le plan admirable où sur un pont élevé passe le train qui conduit les prolétaires de la ville à la campagne oppose ainsi la sérénité d'un ciel azuréen à leurs visages las et anxieux. De même, le kiosque à musique battu de mousselines, la mer d'herbes bleuies par l'aurore, le moutonnement des jeunes pousses, le drap blanc de la neige, les ouvriers dorés à l'or fin ramassant des ballots de paille chevelus comme des anges, le canapé installé au milieu des champs féconds, et sur lequel le fermier allongé s’entretient avec son intendant, traduisent une véritable offrande lyrique, une exaltation quasi whitmanienne de la noblesse de la terre et de son dialogue avec les saisons. Mais cette harmonie se heurte aux dédales du calcul et des passions. La magnificence du monde n'en accentue alors que davantage le dérisoire des destinées humaines, et l'indifférence paraît rapidement gouverner les rapports entre les êtres et l'univers. À la majesté terrible d'une nature soudain cruelle et hostile succède une réconciliation éphémère (la fuite dans le bois), comme si les hommes ne pouvaient jouir vraiment des biens terrestres qu'en se coupant de la société. Le drame est là, sordide et pathétique, la tragédie de deux êtres qui, pour échapper à la misère et conquérir le bonheur, avilissent le seul bien qu’ils possèdent, leur amour, et s’avilissent aux-mêmes. Le souffle de King Vidor rejoint alors le tellurisme de Dovjenko, et la rudesse de Steinbeck s’accouple au chant profond de Millet.


Image



Le cinéma est né du mariage de la lanterne magique, qui joue sur le temps et la persistance rétinienne (donc l'illusion), et de la photographie, avec son sens de l'espace et de la surface des choses (donc le réalisme). Rien de moins figé que celui de Malick, comme le montrent les premières séquences — l'usine, le périple vers les contrées sauvages — où une caméra d'une grande mobilité assure une fluidité constante. Mouvement justifié par le récit lui-même (altercation, voyage en train) avant qu'il se ralentisse, voire se fixe devant un cadre enfin offert à la contemplation. Le metteur en scène se nourrit de cette tension entre l’immobile et le dynamique, la même qui se retrouve chez ses personnages entre le désir de préserver l'instant pour en jouir ("Ô temps, suspends ton vol") et l'aspiration à l'errance, à la course vers l'avant, à la fuite. L'art romantique est un art du devenir, de la transformation (observation des nuages, des tempêtes, peinture du héros et de sa trajectoire conquérante). Dans Les Moissons du Ciel c'est une nature vivante qui est dépeinte. Malick filme ce qu'il voit, l'être-là du paysage américain. Son panthéisme cosmologique rejoint le choc qu'ont ressenti tous les visiteurs face à cet espace sans limites. Méfiant à l'égard d'un vérisme épidermique, impressionniste, de surface pure, il n'en vise pas moins à retrouver une réalité reconstituée où le sensible reste présent mais filtré par l'idée. C'est ce réalisme supérieur qui le rapproche du Kubrick de Barry Lyndon et de sa conception hegelienne de l'art. Pour lui, une plante qui croît au ralenti ou une sauterelle qui dévore un épi de blé expriment un ordre/désordre naturel que l'on retrouve aussi bien dans les prairies s’étendant à perte de vue que dans les nuées d'insectes s’abattant sur les récoltes. Le tournage à la lumière naturelle, l'utilisation du son qui vise à étendre la précision de ce qui est filmé au-delà de l'écran tiennent d'une ontologie du cinéma répondant au désir des hommes de reproduire magiquement le monde et, ce faisant, de le voir sans être vu, ce qui est notre mode naturel de perception. Le film comme miroir sans tain.

Noyau du film, sa dureté et sa vérité, la jeune Linda le traverse comme une fillette qui jouerait au cerceau au milieu du cataclysme (il surviendra) et le décrirait avec la terrible lucidité de l’enfance. Voix déchirée, éraillée, de l’innocence humiliée et de la joie impossible, dont les hésitations, les approximations, la spontanéité s'opposent à une esthétique très élaborée. Son chaos verbal établit un rapport ambigu avec le strict ordonnancement visuel. Mais si son commentaire inaugure et clôt le récit, il ne l'explique pas vraiment. Les motivations pas plus que les sentiments des personnages ne sont explorées. On connaît peu de l’amour qui lie Bill et et Abby, ces Bonnie et Clyde de l’ère agricole ; rien que leurs deux ombres courant dans la nuit, surveillées par l’œil rond d’un épouvantail. Les scènes semblent laissées en suspens et n'aboutissent jamais à une résolution dramatique. La dispersion, l'ellipse, le vide et le silence gouvernent davantage le mode de la fiction que la psychologie ou les ressorts classiques d'une intrigue comme aurait pu s'y prêter l’enjeu mélodramatique. Et le monologue de Linda surenchérit sur cette économie : notations sensorielles, réflexions existentielles ou énonciations purement descriptives se mêlent, sans jamais éclairer l'opacité de l'action. On est tenu à distance dans la mesure où l’on observe avec détachement, ironie ou compassion le décalage entre les événements qu'elle a vécus et la connaissance qu'elle peut en avoir. Mais, proche en cela de son créateur, Linda possède un savoir supérieur, prophétique ("J’ai rencontré ce gars nommé Ding Dong. Il m'a dit que la terre sera dévorée par les flammes"), social ("Si vous ne travailliez pas, ils vous renvoyaient. Ils n'ont pas besoin de vous. Ils peuvent toujours trouver quelqu'un d'autre"), métaphysique ("Il n'y a jamais eu un seul être parfait, chacun de nous est moitié diable, moitié ange"). Comme chez certains narrateurs faulknériens, l'intuition poétique renseigne mieux que l'analyse rationnelle.


Image



Jouets entre les mains de la fatalité, fragiles jusque dans leurs ruses, secrets jusque dans leurs élans, les héros de Malick incarnent une conscience malheureuse, étrangers ici bas privés d'un rêve qu'ils ont bercé : ces journées entières au paradis dont parle un titre original que l'on peut lire à la fois comme une antiphrase et une réalité concrète. Car le ciel et ses moissons, ils existent vraiment, là, palpables sous leurs yeux, mais ils leur échappent sans cesse, illusion et chimère. Longtemps l'Ouest a été considéré comme la récompense de l'immigrant. Le travail à l'usine dans les états de l'Est ne représentait qu'une étape avant d'aborder les terres fertiles au-delà du Mississipi. En ce sens, le voyage qui conduit Bill, Abby et Linda des forges de Chicago au Panhandle du Texas s’inscrit dans le mouvement de l'Histoire. La préoccupation essentielle de ces condamnés à vivre est de se défendre en évitant les coups trop durs. Mis au rebut par une société qui les transporte dans des wagons à bestiaux, tous éprouvent l’existence comme une longue maladie dont la guérison s’appelle la mort, même s’ils lorgnent mi-curieux mi-envieux sur la résidence du propriétaire, même si, bribes d’un instant, ils pensent rééditer le miracle de Martin Eden (la fausse sœur se mariera avec le maître). Ce ne sont pas seulement des fugitifs porteurs d'un laconisme mystérieux, il y a chez eux ces traits nationaux : l’instabilité et la volonté de rompre avec les contraintes (plongé dans le drame passionnel, Bill choisit de partir avec les saltimbanques volants). Comme il s'évade de l'usine, Linda s'enfuira du pensionnat. Mais on est en 1916 et depuis quelques décennies la frontière du soleil couchant est fermée. Malick joue des contradictions propres à la croissance de la nation. Malgré quelques voix discordantes, le développement du machinisme n'était pas considéré au XIXème siècle comme nécessairement incompatible avec l'idéal champêtre. Le chemin de fer pouvait sembler le seul moyen disponible pour aborder les espaces vierges et favoriser leur défrichement. Malick formalise l’évolution de ces idées, leur transformation en une rhétorique creuse à mesure que l’avancée technologique dégrade le milieu naturel. Il les retrace en associant par exemple les flammes avec l'enfer et l'industrie, et le soleil avec le paradis et la nature. Quand le fermier agonise, la fumée de l'incendie qui ravage ses champs voile à ses yeux la lumière du jour. À mesure que le film progresse, les divergences s'exaspèrent. Le train, source d'espoir dans le trajet qui conduit de l'Est pollué vers l'Ouest agraire, devient signe de mort lorsqu'il inverse son itinéraire et emmène les soldats vers la guerre, vers cette Europe de la servitude que les Américains ont voulu fuir. S’exprime alors la complainte unanime d’un groupe social mal connu, vivant déjà presque dans sa tombe.


Image



Tout se passe comme si le désir de l'argent et l'hypocrisie des rapports sociaux broyaient les relations symbiotiques avec la nature. Les destins concrétisent des idées touchant à l’histoire de l’humanité et de la civilisation, archétypes où fusionnent le collectif et l’individuel, symbolisant deux visions du mondes qui entrent en conflit ouvert. Ils ne racontent pas que l’amour, la jalousie et la mort, mais aussi la remise en question d’une culture existante et sa mise au défi par une autre, plus neuve. Bill, le saisonnier agressif, figure le principe moderne ; le fermier paisible, réservé et proche des éléments (auquel Sam Shepard et sa blondeur drue apportent une grande douceur), la tradition et la permanence. Quand aux animaux (oies sauvages, perdrix, lapins, bisons, paonnes, chevaux, loutres, grenouilles, faisans, grue, dindons… un véritable bestiaire), ils participent d’un certain fantastique, relient les êtres à des forces obscures et primitives. Cette fable d'une chute originelle s'enrichit ainsi d'échos bibliques. À la recherche du profit, l'homme a détruit l'Éden avant que le feu et les sauterelles ne l'en chassent. Excessives et éphémères, organisées en hordes, en légions, ces dernières échappent, comme les humains dont elles partagent l’instinct migratoire, à l’ordre harmonieux établi dans les blés, dans les ondes et dans les airs. Le film emprunte à la tradition picturale du Southern Gothic, entretenant des liens avec la peinture d’Andrew Wyeth et du courant régionaliste représenté par Grant Wood et surtout Edward Hopper. Sur le plan des influences cinématographiques et littéraires, si on peut parler du Géant de George Stevens et de sa maison victorienne comme posée sur l’horizon, il faut aussi évoquer Les Raisins de la Colère pour la description naturaliste des travailleurs fraîchement débarqués des cités tentaculaires, où les accents et les coutumes se mêlent, où un Noir danse sur une planche au son d’un harmonica puis d’un violon, où tout un prolétariat à la voix rauque, au teint blafard et aux yeux cernés fume à longueur de journée sans distinction d’âge ni de sexe. Mais encore À l’Est d’Éden : l'assonance du titre y fait songer, tout comme sa parabole rurale, son écho de la Genèse et cette même période historique au point que l’on se prend à penser qu’Abby dans le train consolera Aaron, le nouveau conscrit, de la perte d'Abra.

La tristesse irrémédiable distillée par le récit et les images, c'est aussi cela : non seulement la mort tragique de ses deux héros si ressemblants, si frères, la dérive d'une femme devenue fille à soldats et le futur horizon fermé d'une petite fille, mais encore la perte sans espoir de retour d'un jardin idyllique à peine entrevu et déjà dérobé. Et in Arcadia ego... Si le propre des grandes œuvres est d'exprimer les contradictions de tout ce qui les a nourries, alors Les Moissons du Ciel est de celles-là, car Malick, poète et philosophe, y fait jouer souverainement la dialectique des contraires. À l'intérieur de son art : romantisme/réalisme, statique/mouvant, sensoriel/réfléchi, symbolique/concret. Mais aussi à l'intérieur de ses mythes : innocence/expérience, nature/industrie, réalité/illusion. Le bonheur impossible quêté par les personnages devient alors la métaphore centrale de son cinéma. Lieu de tension et de rencontre entre un paradis sauvage, sans contraintes (le réel brut), auquel il dut imposer ses règles et les artifices délibérés, les formes gratuites inventées par l'homme dans une démarche solipsiste (l'art coupé du réel). Paradis entretenu non sans peine puisque s'y exerce une mise en scène aux secrets de moins en moins partagés. Et le mot culture dans toutes ses acceptions semble alors le plus adéquat pour définir ce film embrasé et fulgurant, à l’architecture de cathédrale, qui aspire à rien de moins qu'accomplir le but originel du cinéma : devenir la synthèse des arts qui l'ont précédé.


Image