Le Western américain : Parcours chronologique II 1950-1954

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90013
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Post by Jeremy Fox »

homerwell wrote:J'aime bien ce western. Et je trouve adroit de lui accoler "The Ox-Bow Incident" car pour reprendre tes mots, ils provoquent tous deux la même sensation de désenchantement avec leurs personnages au prise dans un "Far West" où le folklore n'est qu'une devanture.
Dans ces deux cas, le folklore n'est même plus une devanture, il a quasiment disparu.
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Post by homerwell »

Jeremy Fox wrote:
homerwell wrote:J'aime bien ce western. Et je trouve adroit de lui accoler "The Ox-Bow Incident" car pour reprendre tes mots, ils provoquent tous deux la même sensation de désenchantement avec leurs personnages au prise dans un "Far West" où le folklore n'est qu'une devanture.
Dans ces deux cas, le folklore n'est même plus une devanture, il a quasiment disparu.
Exactement, l'imagerie "Far West" s'efface devant le drame psychologique.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90013
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Post by Jeremy Fox »

homerwell wrote:
Jeremy Fox wrote:
Dans ces deux cas, le folklore n'est même plus une devanture, il a quasiment disparu.
Exactement, l'imagerie "Far West" s'efface devant le drame psychologique.

Tout à fait subjectivement, mon rêve aurait été l'association des deux, d'où un film qui n'entre quand même pas dans mon top 20 du genre. Car j'aime retrouver les belles chemises, la classe d'un Randolph Scott, le charisme des 'héros', les paysages et villes magnifiées... bref le folklore quoi ; c'est mon côté fleur bleue :oops:
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15742
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Post by Père Jules »

Et si ça chante, c'est encore mieux ! :uhuh:

Plus sérieusement, j'ai beaucoup aimé ce western qui m'avait enchanté par le dépouillement et le pessimisme qui en émanait. Ce doit être même à cette occasion que j'ai découvert le cinéma de KIng. Belle première comme on dit.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90013
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Post by Jeremy Fox »

Père Jules wrote:
Plus sérieusement, j'ai beaucoup aimé ce western qui m'avait enchanté par le dépouillement et le pessimisme qui en émanait. Ce doit être même à cette occasion que j'ai découvert le cinéma de KIng. Belle première comme on dit.
As tu vu la première collaboration entre l'acteur et le cinéaste, Twelve O'Clock High (Un homme de fer) ; si non, à mon avis il devrait te plaire aussi
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 15742
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Post by Père Jules »

Non. J'attends le BR avec impatience :wink:
someone1600
Euphémiste
Posts: 8853
Joined: 14 Apr 05, 20:28
Location: Québec

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Post by someone1600 »

Je l'ai en dvd personnellement mais toujours pas regarder... ce serait peut-etre le temps... :roll: :fiou: :oops:
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Post by homerwell »

Jeremy Fox wrote:
homerwell wrote:
Exactement, l'imagerie "Far West" s'efface devant le drame psychologique.

Tout à fait subjectivement, mon rêve aurait été l'association des deux, d'où un film qui n'entre quand même pas dans mon top 20 du genre. Car j'aime retrouver les belles chemises, la classe d'un Randolph Scott, le charisme des 'héros', les paysages et villes magnifiées... bref le folklore quoi ; c'est mon côté fleur bleue :oops:
Oui, mais cela aurait été au risque de réaliser un western conventionnel... :mrgreen:
Ce qui en fait l'audace, c'est d'opter pour le drame en évacuant une partie de l'imagerie Far West, et par ce choix, de nous inspirer ce sentiment désenchanté que tu évoquais.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90013
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Post by Jeremy Fox »

homerwell wrote: Ce qui en fait l'audace, c'est d'opter pour le drame en évacuant une partie de l'imagerie Far West, et par ce choix, de nous inspirer ce sentiment désenchanté que tu évoquais.
Bien sûr :wink: Mais quand même, un film comme The Man from Laramie me semble avoir réussi à intégrer les deux éléments par exemple.

Euh sinon, j'adore le film hein ; c'était juste pour chipoter :mrgreen:
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Post by homerwell »

J'étais sûr de voir arriver un Anthony Mann dans la conversation. :D
Et je suis d'accord avec toi, chez les grands réalisateurs de western, on retrouve bien les deux éléments dont nous parlons. Mais on arrive pas nécessairement à cette impression un peu mélancolique présente dans La cible humaine.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90013
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Post by Jeremy Fox »

homerwell wrote:. Mais on arrive pas nécessairement à cette impression un peu mélancolique présente dans La cible humaine.
Coups de feu dans la Sierra ?
homerwell wrote:J'étais sûr de voir arriver un Anthony Mann dans la conversation. :D
D'ailleurs il arrive à grand pas et risque d'en laisser pas mal sur le carreau dans mon top 10 actuel. :)

Le voilà d'ailleurs à ce jour et à cette date (juin 1950)

* La Charge Héroïque (John Ford)
* Le Passage du Canyon (Jacques Tourneur)
* Le Massacre de Fort Apache (John Ford)
* Smith le Taciturne (Leslie Fenton)
* La Ville Abandonnée (William Wellman)
* Sur la Piste des Mohawks (John Ford)
* Une Aventure de Buffalo Bill (Cecil B.DeMille)
* Le Convoi des Braves (John Ford)
* La Rivière Rouge (Howard Hawks)
* La Cible Humaine (Henry King)
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Post by homerwell »

Jeremy Fox wrote:
homerwell wrote:. Mais on arrive pas nécessairement à cette impression un peu mélancolique présente dans La cible humaine.
Coups de feu dans la Sierra ?
Ha oui tiens, si l'on tient compte de la chemise élimée aux manches, c'est un peu le même procédé. Mais on ne peut pas dire que sur le reste du film, Peckinpah fasse l'économie du folklore westernien. :D
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90013
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Post by Jeremy Fox »

homerwell wrote:
Jeremy Fox wrote:
Coups de feu dans la Sierra ?
Ha oui tiens, si l'on tient compte de la chemise élimée aux manches, c'est un peu le même procédé. Mais on ne peut pas dire que sur le reste du film, Peckinpah fasse l'économie du folklore westernien. :D
Ben oui justement, en voilà un western mélancolique, moderne et rude qui n'en oublie pas pour autant les éléments que les westerners de la première heure apprécient tant. Le patchwork idéal pour ma part :mrgreen:
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Post by homerwell »

:mrgreen: Gosh ! C'était une chausse-trape... Alors je vous ressers mon top 10, histoire que l'on ne se méprenne pas sur mes intentions.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Rio Bravo : Si l'on cherche une définition au western, il faut sans doute commencer par regarder Rio Bravo de Howard Hawks. Il me semble que tout ce qui fait la quintessence du genre est réuni dans ce film agrémenté de ces pincées de sel qui en font bien plus qu'un grand classique. Je citerai sans ordre le thème de la citadelle assiégée, les moments fulgurants de violence, la complicité des personnages autour d'une guitare pour une pure parenthèse de bonheur, Walter Brennan singeant John Wayne...

L'homme qui tua Liberty Valance : Je tiens là l'un de mes westerns préféré et aussi simplement l'un des films de mon top 10 tous genres confondus. John Ford a réalisé un Chef d'œuvre dont les revisions ne me lassent pas. Et si l'ensemble vous paraît manquer de vraisemblance, n'oubliez pas que quand la légende dépasse la réalité, les journalistes impriment la légende. Ici la force de caractère des personnages, leur conviction et leur énergie l'emportent sur toute autre forme d'opposition et repoussent encore un peu plus loin les frontières de l'ouest inexploré.

Convoi de femme : William Wellman nous offre un film parfait, un incontournable pour qui veut découvrir le western entre autre parce qu'il démontre là l'universalité du genre en s'attaquant à de somptueux personnages féminins. Vous m'objecterez que toutes les bonnes histoires sont transposables en tous lieux et en tous temps. Songez alors combien le western est un genre codifié, facilement reconnaissable, de sorte qu'il pourrait passer pour figé et vous comprendrez qu'il y a dans Convoi de femme une vrai performance et c'est aussi ce qui fait qu'on aime tant les westerns.

Impitoyable : Après lui avoir donnée ces lettres de noblesse comme acteur, Clint Eastwood est l'un des seuls réalisateurs contemporains (avec Kevin Costner) a nous avoir encore fait vibrer avec une histoire de cow boys. Et parce qu'il a su nous rappeler combien le western est une genre violent, peut être dans l'auto destruction, surtout quand toutes les frontières à découvrir l'ont été, il nous donne aussi l'explication de sa lente et impitoyable disparition.

Au delà du Missouri : (William Wellman) De tous les westerns qui nous révèlent la nature enchanteresse de l'ouest américain, Au delà du Missouri est un des plus remarquables et si l'on conjugue cette beauté au caractère quasi anthropologique du récit dans sa description des pionniers, on est en présence d'une belle synthèse qui n'oublie pas non plus humour, charme et action. A voir en version originale pour profiter des trappeurs qui poussent la chansonnette en français un soir de noël.

Johnny Guitare : Nicholas Ray livre ici un film tout en tension, en fureur, un affrontement atypique du western entre deux femmes fortes et dures. Les hommes eux restent à la bottes, réduits au rôle de porteurs de chemises, distingués les uns des autres par la couleur. Et cette idée si romantique de petite maison cachée par de grands rochers à laquelle on accède par une rivière tranquille qui s'engouffre dans une faille ! Vous aurez compris que l'on parle de tension sexuelle...c'est tout le ressort de cette histoire.

7 hommes à abattre : Ce film du réalisateur Budd Boetticher avec l'acteur vedette Randolph Scott est issu de la fructueuse collaboration entre les deux hommes qui verra naître sept grands westerns. 7 Hommes à abattre est une quête de vengeance avec une scène d'introduction magistrale et un final à la fureur minérale. Lee Marvin incarne un méchant qui préfigure son personnage de Liberty Valance et John Wayne est aux manettes de la production, bref tout le gratin est présent.

La Prisonnière du désert : Tous les westerns présentent peu ou prou des héros qui font un trajet d'aller et un trajet de retour. Ici, John Ford nous conte les recherches d'un groupe d'hommes pour retrouver une petite fille enlevée par les indiens. Mais cette recherche est encadrée par les deux plus belles et poignantes scènes d'arrivée et de départ de toute l'histoire du cinéma. Après avoir visionné La prisonnière du désert, vous n'oublierez plus jamais l'image de John Wayne s'éloignant dans l'embrasure de la porte de la ferme des Jorgensen.

3H10 pour Yuma : Vu il y a longtemps mais j'ai encore un souvenir prégnant de cette histoire dans laquelle un homme affronte seul son destin, avec le compte à rebours de l'horaire du train à respecter en distillateur de suspense, une merveilleuse scène de séduction et d'amour entre Glen Ford et Felicia Farr, des chevaux filmés comme jamais et un ciel orageux biblique dans le final. De Delmer Daves.

Winchester 73 : Je ne pouvais pas imaginer faire une liste de « mes 10 westerns préférés »sans y intégrer un représentant des collaborations entre Anthony Mann et James Stewart, la célèbre quinté dans laquelle il n'y a rien de moins que cinq très grands films. J'ai choisi Winchester 73 parce que l'histoire de cette arme mythique nous laisse rencontrer tout un panorama de situations typiques de ce cinéma, des duels, des poursuites, des guerres indiennes, pour finir dans un combat de géants opposant Abel et Caïn.

Sachant que je caresse l'idée d'y faire entrer "La Vengeance aux deux visages", mais à la place de quel titre ?
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90013
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Le Western américain : Parcours chronologique Part 2 (50

Post by Jeremy Fox »

homerwell wrote:
Sachant que je caresse l'idée d'y faire entrer "La Vengeance aux deux visages", mais à la place de quel titre ?
Moi je n'aurais pas hésité à virer le Eastwood ; c'est le seul qui détonne car j'adore les 9 autres