Joshua Logan (1908-1988)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Tuck pendleton
Mogul
Posts: 10614
Joined: 13 Apr 03, 08:14

Joshua Logan (1908-1988)

Post by Tuck pendleton »

EDIT DE LA MODERATION:

Vous pouvez également consulter le topic consacré à La kermesse de l'ouest (1969)










====================================================================================











Bus stop de Joshua Logan - 1956

Une comédie romantique un brin poussive (même si elle ne s'en cache pas) et heureusement assez dynamique, que j'imagine appréciable si l'on est sensible au charme de Don Murray ou que l'on éprouve une quelconque sympathie envers son personnage. En ce me concerne l'agacement a pris le dessus mais le film contient quelques fulgurance notamment lors des scènes finales ou le couple Monroe et/ Murray finit par s'enlacer. La mise en scène acquiert alors une justesse et une inventivité inattendue. Monroe est d'une pâleur extreme.

3/6
Ernst Preston Wilder
Stagiaire
Posts: 77
Joined: 1 Dec 06, 11:44
Location: Paris

Post by Ernst Preston Wilder »

Picnic

Film de Joshua Logan - 1955

Bon, je l'avais vu il y a pas mal de temps, et il repassait sur TCM je crois. Eh bien je n'ai pas changé d'avis, c'est toujours le plus mauvais film de William Holden, en comptant même la Tour Infernale :wink:

Joshua Logan n'a jamais bien compris que le théatre et le cinéma n'étaiant pas les mêmes vecteurs de communication, et dèjà il avait un peu massacré une magnifique Maryline dans Bus Stop, mais là pour le coup, il fait un remake de MAssacre à la Tronçonneuse avec le grand Bill.

Je trouve Kim Novak mal photographiée, le scénario guère méchant ou interessant (ça ne vaut pas Peyton Place), bref un ratage épouvantable !

4/10. Et parce que c'est Noël !!! :D
JT : Son époux est le grand grand acteur polonais Josef Tura. Vous avez déjà entendu parler de lui?
CE : Oh oui. D'ailleurs je l'avais vu en scène avant la guerre à Varsovie
JT : Vraiment ?
CE Ce qu'il faisait à Shakespeare, nous le faisons maintenant à la Pologne.
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16442
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Post by Profondo Rosso »

Bus Stop de Joshua Logan (1956)
Image

Bus Stop de Joshua Logan
Charmante comédie romantique où Marilyn jeune chanteuse ambitieuse doit resister aux avances d'un jeune chien fou incarné par Don Murray. Ce dernier est excellent en gros bouseux jamais sorti de son ranch et reserves de très bon moments comique, le film constituant également son parcours initiatique où il devra apprendre à moins jouer des épaules et ouvrir son coeur pour séduire Marilyn. Très simple mais vraiment touchante la seduction dans le fameux arret d'autobus est très réussie grâce à une excellente Marilyn dans un de ses meilleurs rôle (autobiographique sur pas mal de points) agacée puis progressivement attirée par ce rustres balourd mais sincère (avec un dernier regard attendri :oops: ). Cynique s'abstenir. 5/6
Judyline
Accessoiriste
Posts: 1697
Joined: 11 Sep 06, 00:45
Location: Quelque part entre ici et ailleurs...

Post by Judyline »

Profondo Rosso wrote: Bus Stop de Joshua Logan
[...]
5/6
C'est une jolie note pour un film pourtant souvent critiqué. A tort peut-être, il faudra que je m'en fasse une idée par moi-même (comme pour 'Le prince et la danseuse' que j'ai trouvé plutôt drôle malgré l'invraissemblance du couple principal).
Ballin Mundson
O Captain! my Captain!
Posts: 7107
Joined: 27 Jan 05, 20:55
Location: à l'abordage

Post by Ballin Mundson »

Judyline wrote:
Profondo Rosso wrote: Bus Stop de Joshua Logan
[...]
5/6
C'est une jolie note pour un film pourtant souvent critiqué. A tort peut-être, il faudra que je m'en fasse une idée par moi-même (comme pour 'Le prince et la danseuse' que j'ai trouvé plutôt drôle malgré l'invraissemblance du couple principal).
J'ai un excellent souvenir de ce film pas revu depuis au moins .... houlàlà...
Et je suis très étonné de lire autant d'avis sévères à son sujet.
Ca n'est pas le film du siècle, mais ça reste une comédie bien sympathique, un peu rétro avec son look 50's de carte postale.
Image
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16442
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Post by Profondo Rosso »

Judyline wrote:
Profondo Rosso wrote: Bus Stop de Joshua Logan
[...]
5/6
C'est une jolie note pour un film pourtant souvent critiqué. A tort peut-être, il faudra que je m'en fasse une idée par moi-même (comme pour 'Le prince et la danseuse' que j'ai trouvé plutôt drôle malgré l'invraissemblance du couple principal).
C'est très simple, naïf et retro si on est du genre blasé ça passe difficilement (d'où mon "cynique s'abstenir") mais sinon très jolie comédie et Marilyn est vraiment excellente et puis je suis bon client de ce genre de sucrerie avec Marilyn (j'adore "Le Milliardaire" avec Montand assez décrié aussi) et j'aimerais beaucoup voir "Le Prince et La Danseuse".
Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7279
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Joshua Logan (1908-1988)

Post by Cathy »

Pour arrêter de polluer le topic Kim Novak, j'ouvre ce topic sur Joshua Logan. Je ne me risquerai pas dans le top, même si Francesco a résumé un peu trop rapidement mon avis
Aimé Bus Stop et South Pacific
Bien aimé Camelot, ce qui m'a gênée ce sont les anachronismes involontaires, quand dans The Affairs of Cellini, Constance Bennett apparaît en robe lamé, cela fait rire, quand dans Camelot, on voit un hamac ou un haut ouvert sur un torse poilu avec un médaillon typique des années 70, c'est ridicule.
Pas aimé Picnic.
Il faudrait que je vois Sayonara, certes, mais je ne l'ai pas :) !

Ceci étant Logan n'a pas tourné beaucoup de films si j'en crois imdb

Je laisse à Nestor le soin de rapatrier les messages liés à Logan ;) !
Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7279
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Re: Joshua Logan (1908-1988)

Post by Cathy »

Picnic (1955) - Joshua Logan

Image

Un homme revient dans la ville de son enfance le jour du Labour Day. Lors du pique nique traditionnel, il tombe amoureux de la fiancée de son meilleur ami.

De ce qui aurait pu faire un superbe mélodrame, Joshua Logan fait un film glauque aux personnages tous plus antipathiques les uns que les autres, seuls échappent peut-être à la règle Millie la jeune soeur de l'héroine et le fiancé de Miss Sidney, vieille fille acariatre par qui le scandale va arriver. Le problème du film réside aussi dans les interprètes, Kim Novak manque de charme et se révèle d'une froideur épouvantable (froideur qui sera un atout dans la carrière future de l'actrice, mais ici rend son personnage antipathique, on se demande comment tous les hommes peuvent être amoureux d'elle, hormis pour sa plastique) dans le rôle de cette jeune fille qui se doit de réussir sa vie pour relever l'honneur familial, et William Holden semble surjouer continuellement. Jamais on ne croit en le voyant à l'homme jeune qu'il est sensé être. On a l'impression désagréable de voir un acteur cabotiner, se prendre pour un jeune homme qu'il n'est plus, il ne se révèle sensible et interessant que lorsqu'il se rend compte de son amour pour Marge. Il est évident que le personnage est futile, et peu intéressant mais sans doute ce problème d'âge est-il le centre du problème. Il y a une ambiance détestable dans ce film, sans doute est-ce aussi voulu, mais jamais on ne suit les péripéties de ces héros avec plaisir. La sensualité ou l'érotisme de l'affiche ne transparaissent pas dans ce film réalisé de manière convenue, sans aucune envolée.

Rosalind Russell est certes parfaite dans son rôle, mais là encore, Logan filme des personnages trop ordinaires et peu sympathiques, sans concession aucune. Betty Field est insupportable à souhait dans le rôle de cette mère qui ne vit qu'à travers ses fills. Seul moment agréable, l'évocation du pique-nique avec cette succession de scenettes évoquant les différentes attractions de cette fête, les jeux, les concours, etc., On se plaît à imaginer ce que le même sujet aurait donné avec un réalisateur comme Sirk ou Minnelli. Bref grosse déception à la vision de ce film qui se complaît dans l'évocation de la vie sans relief d'habitants sans intérêt d'une petite ville obscure du fin fond des USA !

Par ailleurs la copie proposée par le DVD Columbia est particulièrement mauvaise.

==================================================

Camelot (1967) - Joshua Logan

Image

Les amours de Guenièvre, Arthur et Lancelot, évocation musicale des chevaliers de la table ronde.

Camelot est l'adaptation d'un succès de Broadway à l'écran et nous sommes face à trois problèmes. Le premier et ce qui constitue l'attrait principal d'une comédie musicale est sa musique, et il faut dire que même si Alan Jay Lerner et Frederic Loewe furent les auteurs à succès de My Fair Lady, leur partition ici est loin de l'égaler. On retrouve les mêmes sortes de "soliloques" pour Arthur que ceux signés pour Higgins à savoir ces chansons mi-parlées, mi-chantées écrites pour des acteurs qui n'étaient pas des chanteurs ici Richard Burton, créateur du rôle d'Arthur à Broadway . Le second écueil auquel peut se heurter une pièce à succès de Broadway est le transfert de la pièce du théâtre à l'écran, et ici c'est plutôt réussi formellement et esthétiquement parlant, de nombreuses scènes sont magnifiques, luxuriantes, même trop luxuriantes. L'oeil finit par se perdre dans ce fatras de détails. Le troisième problème est le fait que bien que voulant restaurer une esthétique moyen-ageuse, les héros semblent trop sortis de la vie réelle des seventies, là où Carol Reed a réussi une transposition parfaite d'Oliver dans l'Angleterre du XIXe, Joshua Logan oublie parfois quelques détails. Ainsi Franco Nero aborde une chemise largement ouverte sur un poitrail poilu et sa chaine, et la frange de Vanessa Redgrave fait tâche, de même que certaines robes.

Par ailleurs, le scénario est confus, on évoque juste quelques scènes la vie d'Arthur, pas d'évocation du graal, mais naturellement la table ronde. Les scènes les plus réussies sont sans doute toutes celles des forêts où Arthur se remémore l'enseignement de Merlin (ceci étant, on ne peut s'empêcher de penser à Merlin l'enchanteur de Disney quand il évoque les animaux ou même Sir Kay et the sword in the stone), la rencontre entre Arthur et Guenièvre est aussi une très belle réussite.
Par contre, il est assez curieux de voir Guenièvre et Lancelot et même le roi Pellimore se transformer en Jenny (sous-titré Jennifer en français, alors qu'on entend bien Jenny), Lance ou Pelly, mais bon cela n'est pas bien gênant. L'histoire est confuse, brouillonne. On ne sait pas très bien qui sont les chevaliers de la table ronde, hormis les pairs du royaume qu'on réunit. Le film se découpe en deux parties bien distinctes ; la première très chantante et qui permet de voir les plus belles scènes du film, lumineuse, évoque l'apogée d'Arthur, de Guenièvre et l'arrivée de Lancelot, un peu caricatural toutefois. Cette partie laisse la place à une seconde beaucoup plus sombre qui voit la chute de Guenièvre, la trahison de Mordred, impeccablement interprété par David Hemmings, elle est aussi plus bavarde et plus confuse, on y a aussi une jolie scène de bagarre sur la table.
Sans doute le problème de Camelot réside-t'il dans les doutes métaphysiques d'Arthur, et les scènes où le roi se questionnent sont souvent longues et confuses, même si certaines ne sont pas dénuées de poésie comme l'évocation de Merlin. Richard Harris campe un Arthur fort sympathique, même si le personnage est plus nostalgique qu'autre chose, tout comme Franco Nero campe un Lancelot tout à fait crédible, sans oublier Vanessa Redgrave qui interprète une reine Guenièvre tout à fait convaincante.

Bref un film n'est pas un mauvais film, il est même esthétiquement un beau film (le mariage, la rencontre, le tournoi, etc.), même si certains anachronismes peuvent choquer; le hamac, ou comment ne pas penser au printemps de Boticcelli ou à des rassemblements hippies quand Guenièvre évoque le joli mois de mai. Le problème du film vient sans doute du livret original qui d'un sujet intense ne retient que quelques bribes anecdotiques et décousues, et surtout d'une musique tout à fait incolore.

=========================================================

Bus stop (1956) - Joshua Logan

Image

Un cowboy qui n'a jamais quitté son ranch va à Phoenix disputer un rodéo. Un vieil ami lui conseille de s'initier aux "filles", le jeune homme décide qu'il n'y en aura qu'une, il jette son dévolu sur une chanteuse de boite de nuit et veut l'épouser à tout prix.

Joshua Logan réalise avec Bus Stop une sorte de Road Movie, avec cette excursion en bus entrecoupée par un rodeo ou les fameux arrêts aux Bus stop. Nous sommes aussi dans l'adaptation de pièce, quelque part, l'atmosphère de ces arrêts d'autobus fait penser à celle de l'auberge de la Forêt pétrifiée, par son côté relais ! Il y a aussi une description de ces personnages typiques de l'amérique profonde, cette amérique aux gens ordinaires qui ne vivent jamais rien et pour qui un voyage peut tant représenter. Les scènes de rodéo ou de parade sont admirablement réalisées, et le réalisateur arrive à recréer cette 'atmosphère chaleureuse de cet arrêt d'autobus paumé au milieu de nulle part si ce n'est de la neige.

C'est aussi le portrait croisé de plusieurs personnes, Beauregard, le cow boy qui a toujours tout réussi du premier coup et pense prendre une fille dans son filet, comme il prend un taureau au lasso, finalement attachant malgré son côté pataud, insupportable et brusque campé idéalement par Don Murray. Il y a la fameuse fille, fille perdue, magnifiquement interprétée par Marylin Monroe qui se montre bouleversante dans ce rôle de fille perdue qui pour une fois n'est pas la bimbo stupide, mais une fille à la dérive, dont le corps semble être l'unique attrait, à cette fille s'oppose trois autres femmes, la serveuse confidente Vera, qui ne cherche qu'à aider Cherie, Grace, plus entremetteuse quelque part avec son relai dans lequel le chauffeur de bus aimerait bien passer plus de temps et Elma, l'autre serveuse de l'arrêt de bus, sorte de parallèle vertueux de Chérie et très subtilement interprétée par Hope Lange.

Côté masculin, il y a en quelques sortes les deux "pères" du jeune homme, celui qui l'a formé magistralement interprété par Arthur O'Connell et ce chauffeur qui lui fera comprendre la vie. Cette chronique de portraits est bien typique d'une certaine Amérique, mais contrairement à Picnic que Logan a tourné l'année précédente, les personnages ici ne seront pas à contre-emploi ou inexistants. Le film doit beaucoup à la présence de Marylin Monroe qui bénéficie notamment de superbes gros plans. Si Bus Stop n'est pas un chef d'oeuvre, il ne mérite absolument pas l'opprobre à laquelle il est généralement assimilée. Une jolie chronique très typique de ce théâtre américain moralisateur et plein de bons sentiments amplifiés par les aspects négatifs de certains personnages.

=====================================================

South Pacific (1958) - Josua Logan

Image

Durant la seconde guerre mondiale sur une ile du pacifique, le destin croisé d'une infirmière amoureuse d'un français exilé et celui d'un lietuenant américain qui aime une jeune indigène. Les deux hommes se retrouvent ensemble dans une mission d'espionnage.

Josua Logan adapte le succès de Rodgers et Hammerstein à l'écran. Le gros point fort de cette comédie musicale est justement sa musique, comme dans Sound of Music, toutes les chansons sont sympathiques et restent très longtemps en tête que ce soit l'envoutant "Bali Hai", le sensuel "Some enchanted Evening" ou les primesautiers "I'm Gonna Wash That Man Right Outa My Hair" , I"'m love with a wonderful guy" ou le sympathique "Happy Talking".
Ici peu de danse comme c'est souvent le cas dans les musicals créés par Rodgers et Hammerstein, mais une succession de morceaux chantés, notamment dans la première partie qui ferait presque oublier que nous sommes en situation de guerre, et que l'Ile est la base de soldats américains en guerre avec les japonais. La deuxième partie est plus sombre avec cette mission d'espionnage, et ces êtres séparés dans leurs amours respectifs. On y retrouve aussi les thèmes chers aux auteurs à savoir le racisme, la guerre, la différence. Le gros problème du film réside dans sa réalisation et surtout l'utilisation de filtres colorés dans quasiment toutes les chansons, filtres dorés pour les chansons de rêves, ou succession de filtres différents rose, rouge dans Bali Hai. Si les couleurs obtenues sont surprenantes et gênent un peu, on peut dire que l'utilisation des filtres bleus est particulièremenr réussie. La plus belle scène est aussi sans doute la rencontre entre le jeune lieutenant et Liat dans la maison de Bloody Mary, notamment l'ouverture de cette porte entre l'extérieur Bali Hai et cette maison mais aussi cette vision des soldats venus assister à la fête de Thanksgiving. Toutes les scènes "militaires" ou mettant en action des soldats sont toujours filmées de manière normale, y compris leurs chansons.

Il est dommage que les talents de danseuse de Mitzi Gaynor ne soient quasiment pas exploités. Elle est toutefois parfaite dans le rôle de cette infirmière pleine de préjugés, tout comme Rossano Brazzi qui joue de son charme italien pour interpréter un français qui parle anglais ! John Kerr complète le casting dans le rôle de ce jeune officier lui aussi plein de préjugé mais qui se laisse envouter par la magie de Bali Hai. Juanita Hall campe une Bloody Mary, mère maquerelle assez attachante, même si le personnage exubérant est un peu exaspérant avec ses rires continuels. Ray Walston apporte la touche "comique" nécessaire au genre.

South Pacific n'est donc pas un chef d'oeuvre, mais un film très agréable et Josua Logan quand il n'utilise pas ses filtres illustre de manière magnifique l'histoire avec cette photo certes très cliché et chromo de la mer, des plages, de la végétation luxuriant. Lla grande course de Liat à travers Bali Hai pour retrouver Cable est exemplaire. Et puis de toute façon, il y a la musique et n'est-ce pas le plus important pour une comédie musicale digne de ce nom !

L'image du DVD Fox est magnifique, toutefois comme d'habitude, malheureusement les chansons ne sont pas sous-titrées ce qui est gênant vu l'usage des filtres qui est fait suivant le texte de celles-ci.
hansolo wrote:J'ai également passé un très bon moment devant ce film et je n'ai pas été gêné par les fameux filtres.
La musique est excellente et j'ai apprécié le jeu des acteurs!
Cathy wrote:J'ai été gênée dans une ou deux scènes surtout ces filtres jaunes qui donnent une impression bizarre du paysage. Cela ne m'a pas gêné quand c'est sur Bali Hai, mais par exemple dans "I'm in love with a wonderful guy", je trouve que cela n'apporte rien, et c'est plutôt gênant, on a l'impression d'un vieux film "daté", ceci étant la musique est tellement bonne que cela est secondaire. Et puis il y a certains effets qui sont très beaux, notamment dans les auréoles floues "blanches".
Music Man wrote:Pour ma part, j'avais adoré ce film, et me souviens avec délice de la séquence Happy Talk avec la facétieuse Juanita Hall.
Et comme tu le rappelles si bien, toutes les chansons sont magnifiques (this nearly was mine ou Younger than springtime, entre autres, pour en nommer deux , car il n'y a rien à jeter dans la partition).
Peut-on espérer un jour voir la version scénique à Paris....
User avatar
Miss Nobody
heureuse d'être contente
Posts: 9524
Joined: 23 Oct 05, 16:37
Location: Quelque part ailleurs

Re: Joshua Logan (1908-1988)

Post by Miss Nobody »

South Pacific

Image

Je ne sais pas trop bien ce qui m'a poussée à voir cette horripilante comédie musicale: la curiosité peut-être. Toujours est-il que j'ai eu bien du mal à en arriver à bout.
Dès le premier numéro, pourtant sympathique, je n'ai pu m'empêcher d'esquisser un sourire devant le manque de crédibilité de ces marins qui chantent leur besoin de femmes tout en ayant l'air de sortir d'un défilé Jean-Paul Gautier... On se dit « après tout, pourquoi pas? », mais voilà, par la suite, rien d'autre ne sonnera juste. Rien n'émouvra non plus, d'ailleurs, et surtout pas les insipides intrigues amoureuses qui sont au centre de l'histoire. Pour ne rien arranger, le film est incroyablement long, et le trop-plein de chansons plombe totalement le rythme, toujours désespérément lent, même quand il s'agit de bombardement ou de soit-disant scènes d'action. Oui, car dans « South Pacific », par moment, la comédie musicale se transforme en film de guerre (tout aussi pénible). A la fin, on a même le droit à un pseudo-instant dramatique (qui évidemment tombe à plat), où la belle infirmière prie son bel amant de revenir sain et sauf, suivi par une scène de retrouvailles mièvre au possible. La seule idée intéressante du livret original concerne les préjugés raciaux des américains, mais, dans le film, le racisme des personnages est tout juste esquissé, à peine dénoncé.
La distribution est au niveau du film: fade. Même la joviale Mitzi Gaynor ne parvient pas à tirer son épingle du jeu. Elle se révèle même plutôt mauvaise actrice. Heureusement, elle se rattrape en chanson, dévoilant une voix qu'on ne lui connaissait pas. Et que dire de la réalisation de Joshua Logan, ratée à tous les niveaux. Les filtres colorés, tant décriés, ont bien raison de l'être: ces changements de couleur permanents, absolument injustifiés, rendent les images d'une laideur infinie. Les contours adoucis et les effets de fumée ne sont pas terribles non plus. On se demande vraiment ce qui est passé par la tête du réalisateur pour qu'il dénature de la sorte son film (dont le technicolor de base est pourtant somptueux). On dirait même quelque fois que celui-ci se mélange les pinceaux dans ses couleurs (comme lors du spectacle de Thanksgiving par exemple, tantôt bleuté, tantôt non).
Très franchement, je ne sais pas quoi sauver dans ce spectacle indigeste. Certes, la partition de Rogers & Hammerstein n'est pas complètement nulle, certaines chansons possèdent même un vrai potentiel. Mais dans ce cas, autant écouter un cd tranquillement, et ne pas se broyer les neurones pendant près de deux heures et demi dans cet océan de miel et de niaiserie.

A vendre...

2/10
Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7279
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Re: Joshua Logan (1908-1988)

Post by Cathy »

Eh beh pour de la critique au canon, c'est la critique au canon :fiou: :lol: :lol: :lol: ! Mais je comprends ton avis ! C'est Francesco qui m'a poussée à le voir et je n'ai pas regretté malgré ses horribles filtres, ce côté primaire des personnages, mais j'adore la musique et voir les chansons illustrées du coup m'a plutôt plu :) ! Ceci étant le spectacle de Thanksgiving est une des scènes où le filtre passe le plus avec celui de la maison dans les montagnes. Les filtres bleus sont les plus réussis.

Essaie Camelot quand même pour voir ce que tu vas en sortir ! J'ai aimé moyennement peut-être que tu adhereras plus.
User avatar
Miss Nobody
heureuse d'être contente
Posts: 9524
Joined: 23 Oct 05, 16:37
Location: Quelque part ailleurs

Re: Joshua Logan (1908-1988)

Post by Miss Nobody »

Cathy wrote: Ceci étant le spectacle de Thanksgiving est une des scènes où le filtre passe le plus avec celui de la maison dans les montagnes. Les filtres bleus sont les plus réussis.
Mouais bof...

Le problème du spectacle de Thanksgiving, c'est que le champ/contre champ n'est pas maîtrisé. Un coup, c'est uniquement le public qui "subit" le filtre, un coup, c'est aussi la scène... Bizarre quoi. :o
Bugsy Siegel
Accessoiriste
Posts: 1675
Joined: 1 Sep 07, 17:42
Location: Flamingo Hotel

Re: Joshua Logan (1908-1988)

Post by Bugsy Siegel »

Miss Nobody wrote:South Pacific
A vendre...

2/10
Merci pour cette chronique, car maintenant je suis sûr d'avoir vu juste en négligeant "South Pacific" en Blu-Ray car j'ai toujours eu un très mauvais pressentiment concernant ce film. Pour dire vrai, je n'ai même jamais pensé à aller regarder des extraits sur Youtube tellement ce film m'indifférait.
on faisait queue devant la porte des WC comme au ciné lors du passage de l'Atlantide à l'écran. Jean Ray, Hôtel de Famille, 1922
User avatar
Sybille
Assistant opérateur
Posts: 2057
Joined: 23 Jun 05, 14:06

Re: Joshua Logan (1908-1988)

Post by Sybille »

Oui, merci pour ton avis. :)

J'essaierai néanmoins de le voir un jour (tu dis que tu ne sais pas ce qui t'as poussé à regarder le film, moi c'est le titre qui me plaît bien :lol: ). Par contre, je ne suis pas acheteuse là, tout de suite. :mrgreen:

J'ai déjà eu l'occasion d'écouter quelques unes des chansons comme Bali Ha'i ou I'm gonna wash my hair... avec Peggy Lee, que j'ai bien aimé. :P
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 92002
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Joshua Logan (1908-1988)

Post by Jeremy Fox »

A moi, à moi ! :lol:

South Pacific (1958) de Joshua Logan 20TH CENTURY FOX

Dans une île du pacifique durant la Seconde Guerre Mondiale, les amours difficiles entre, d'une part, un soldat américain et une polynésienne, de l'autre, entre une infirmière de la Navy et un planteur français exilé après un crime commis dans son pays d'origine.

Le roman de James Michener n'était pas désagréable, il y avait donc matière à une bonne histoire romanesque mais le scénario de Paul Osborn (pourtant auteur des magnifiques The Yearling et Wild River) est d'une rare niaiserie. Même avec une âme de midinette, trop c'est parfois trop et on pourrait parfois penser à une parodie tellement les dialogues et les situations se révèlent mièvres. D'autant que la direction d'acteur n'arrange rien ; Mitzi Gaynor chante bien mieux qu'elle ne joue et hormis l'amusant Ray Walston, les autres comédiens ne brillent ni par leur talent ni par leur charisme. Et puis quelle idée d'avoir choisi d'utiliser des filtres colorés pendant bien plus d'une bonne moitié du film ! Avec de tels paysages idylliques magnifiés par le Todd-Ao et une telle photograhie de Leon Shamroy, il n'y en avait vraiment pas besoin ; le procédé est particulièrement hideux notamment dans toute la partie 'jaunie' se déroulant sur l'île 'aux polynésiens'.

Bref, le film n'est pas franchemet une grande réussite. Cependant, il ne s'avère pas désagréable non plus grâce au dépaysement garanti (le DVD est particulièrement réussi niveau image ; un piqué hallucinant) et surtout à une nouvelle splendide partition de Richard Rodgers. Retenons aussi le très bon numéro 'Honey Bun' au cours duqel Mitzi Gaynor nous prouve ses talents vocaux. Malgré ses innombrables défauts et en sachant qu'il ne pourra plaire qu'aux amateurs du livret de Rodgers et Hammerstein et à ceux qui possèdent encore un côté fleur bleue, il se laisse quand même bien mieux regarder que le Carrousel d'Henry King, la plus poussive des transpositions hollywoodiennes d'un des Musicals du duo.

ceci dit, j'ai nettement préféré ce film à Picnic :fiou:
Cathy
Producteur Exécutif
Posts: 7279
Joined: 10 Aug 04, 13:48

Re: Joshua Logan (1908-1988)

Post by Cathy »

Jeremy Fox wrote: il se laisse quand même bien mieux regarder que le Carrousel d'Henry King, la plus poussive des transpositions hollywoodiennes d'un des Musicals du duo.
Complètement d'accord :wink: !