Pierre Schoendoerffer (1928-2012)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 51391
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Re: Pierre Schoendoerffer

Post by Roy Neary »

Les films de Pierre Schoendoerffer n'avaient pas encore été chroniqués sur DVDClassik. C'est heureusement maintenant chose faite grâce à celui qui apparaît ici comme son plus grand amateur, Homerwell. :)
Voici donc la chronique du Crabe tambour
Image
Strum
n'est pas Flaubert
Posts: 8458
Joined: 19 Nov 05, 15:35

Re: Pierre Schoendoerffer

Post by Strum »

Bravo homerwell pour cette jolie chronique qui donne très envie de voir le film ! :D
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Pierre Schoendoerffer

Post by homerwell »

Merci à vous deux, j'espère avoir donné envie à quelques personnes du forum de redécouvrir ce film et je finalise mon tour Schoendoerffien avec son avant-dernier. :D

Je signale aussi que la personne qui fait la mise en page des chroniques fait un remarquable travail de valorisation des textes et je l'en remercie.
Last edited by homerwell on 23 Jan 10, 09:15, edited 1 time in total.
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Điện Biên Phủ

Post by homerwell »

Điện Biên Phủ (1992)

La bataille comme a pu la vivre Pierre Schoendoerffer, c'est à dire que le film nous donne plutôt le ton, l'ambiance, que le point de vue érudit d'un historien. Pour changer un peu, voici des extraits d'interview durant lesquels le réalisateur nous livre le cheminement qui l'a amené à cette œuvre.
Image Image
Image
http://www.lexpress.fr/culture/livre/je ... 18700.html
(Interview réalisée par Thierry Gandillot pour L'Express) - Extraits :
L'autre passion de votre vie, à côté de la mer, c'est l'armée. D'où vient cette fascination ?
Mon premier contact avec la guerre fut l'entrée du général de Lattre à Chamalières en 1940. On s'attendait à voir une armée française en guenilles, et on a vu des soldats d'une grande tenue. Je l'ai aperçu, lui, de loin, à l'occasion du défilé qu'il a organisé à Clermont-Ferrand, mais je n'imaginais pas l'influence qu'il aurait sur moi par la suite. Je n'ai jamais servi sous ses ordres en Indochine - il était décédé - mais il a dit deux ou trois choses qui m'ont influencé. Quand son fils unique est mort, en particulier, il a déclaré: «Bernard n'est pas mort pour la France, il est mort pour le Vietnam.» Et cela a donné le véritable ton de notre affaire. Nous n'étions pas des vieux colonialistes à la con; il y avait une vérité de notre engagement qui était bien plus noble.

Comment vous êtes-vous retrouvé en Indochine, une caméra sur l'épaule ?
Après mon service militaire, où j'avais montré plus d'enthousiasme pour les manœuvres que pour la vie de caserne, les portes du cinéma, malgré tous mes efforts, étaient restées fermées. J'étais désespéré, au point d'envisager de repartir en mer. C'est là que j'ai découvert, dans Le Figaro, l'annonce de la mort du cameraman Georges Kowal. Je me suis présenté pour le remplacer. Je voulais aller au front. Mes grands-pères avaient fait deux guerres, mon père également, et mon frère aîné, une. Je développais un complexe à leur égard. Je désirais cet examen de passage, l'épreuve du feu.

Vous êtes-vous posé la question de la légitimité de cette guerre ?
Bien sûr. D'autant plus que quand j'allais au Service cinématographique des armées, à la sortie du métro Mairie-d'Ivry, je lisais tous les matins ce slogan: «Halte à la sale guerre!» badigeonné sur le sol.

Vous sentiez-vous de droite, de gauche, ou bien votre morale était-elle ailleurs ?
Ailleurs. C'était probablement ma dernière chance de faire ce que j'avais envie de faire. Le reste, je n'en avais rien à foutre. Ma mère m'a envoyé voir notre pasteur, l'excellent Raoul-Duval. Je lui ai expliqué mon point de vue: «C'est quitte ou double: soit je meurs, soit je reviens, et alors je serai un grand du cinéma de reportage.» Il m'a mis en garde: «La guerre peut dégrader physiquement et moralement.» Quand je suis arrivé là-bas, j'ai eu le privilège d'avoir de très grands lieutenants, de très grands capitaines qui correspondaient à mon caractère, à ma nature. J'étais arrivé adolescent, bien qu'âgé de 23 ans, et j'en suis revenu adulte. «C'est quitte ou double: soit je meurs, soit je reviens, et alors je serai un grand du cinéma de reportage»

Dans votre œuvre, l'Indochine ressemble à un paradis perdu...
Nous sortions de quatre ans d'occupation allemande, qui avaient provoqué un sentiment de claustrophobie terrifiant. Et tout à coup nous avions la révélation de l'autre versant du monde! J'en ai la nostalgie, comme on a la nostalgie des endroits que l'on a connus quand on était gamin. Cela n'a rien à voir, je le répète, avec la volonté de possession, de colonialisme. Nous avions des camarades de combat vietnamiens, et c'était l'avenir de leur pays qui était en jeu. Et d'ailleurs, le résultat, ce fut quoi ? Les boat people.

Mais on a le sentiment que vous avez laissé votre âme là-bas, sur les hauts plateaux ?
Pas toute mon âme. Une partie. Pour peu que l'âme puisse se concevoir par morceaux.

A Diên Biên Phu, vous êtes fait prisonnier, non sans avoir, au préalable, détruit vos pellicules.
A l'exception de six bobines reprises par les Vietnamiens et qu'ils ont développées. Des années plus tard, le cameraman communiste Roman Karmen m'a assuré qu'il les avait visionnées. J'ai fait des démarches, mais on ne les a pas retrouvées. Peut-être sont-elles à Moscou.

Qu'avez-vous retenu de ce désastre ?
La honte. La rage d'avoir été abandonné par la France. J'ai passé quatre mois et demi dans un camp de prisonniers où les trois quarts de mes camarades sont morts. J'avais une solide nature; je ne suis pas mort. A ma libération, j'avais peur de rentrer au pays. Alors j'ai fait l'école buissonnière: je suis rentré par Hongkong, Taïwan, le Japon, Honolulu et l'Amérique. C'est à Hongkong que j'ai rencontré, pour la première fois, Joseph Kessel. Nous avons passé une nuit princière. Peu après, j'ai mis en scène La Passe du diable, sur un scénario de Kessel, qui était en fait la première esquisse de ce qui deviendrait son roman Les Cavaliers.
Image Image
Image
http://lexnews.free.fr/cinema.htm
(Interview réalisée par Ch. B. pour le site Lexnews) - Extraits :
LEXNEWS : "Le film Dien Bien Phu, c’est un désir de toujours ?"
Pierre Schoendoerffer : "Non, on me l’a demandé. C’est Kirshner, le producteur, qui en a eu l’idée. C’est quelque chose qui m’excitait, et en même temps me faisait très peur. Pour moi, c’était énorme ! On envisageait de le tourner en Thaïlande ou aux Philippines, et ce sont les Vietnamiens qui ont demandé que l’on tourne le film au Tonkin. Je pensais évidemment que ce serait formidable, mais je me méfiais des cocos. Je les connaissais !
On est parti à Hanoï. On a vu des personnages importants, beaucoup de commissaires politiques, et le général qui commandait le Tonkin. Je lui ai dit voilà, on va avoir besoin de votre armée, mais pas uniquement pour jouer le vietminh, aussi pour interpréter les Vietnamiens qui étaient avec nous, nos camarades de combats. Ceux que vous appeliez les fantoches. Il m’a répondu : « C’est un mot que nous n’utilisons plus. » J’ai pris ça comme un début de poignée de main…
Je leur ai également dit que je ne passerai pas de l’autre côté, je ne passerai pas la frontière de la ligne de feu. C’est l’histoire vue par un Français. Je ne voulais pas non plus de personnages historiques, pour ne pas avoir à leur faire dire des choses qu’ils n’auraient pas dites, parce que je ne suis pas biographe. On ne voit pas Bigeard par exemple !"

LEXNEWS : "On en parle pourtant !"
Pierre Schoendoerffer : "On en parle, mais je ne l’ai pas montré. Je ne voulais pas qu’on voie de Castres, ni même Cogny. On voit sa voiture, et l’on entrevoit un képi, mais on ne le voit pas. (Général Cogny, adjoint du général Navarre, commandant en chef en Indochine. Colonel, puis général de Castres : Chef du camp retranché de Dien Bien Phu.) Je ne voulais pas de personnages historiques, je voulais ma liberté. J’ai un capitaine, qui m’est inspiré d’un capitaine que j’ai connu, et qui a fait à peu près ce qu’il a fait. J’ai aussi un artilleur qui m’a inspiré."

LEXNEWS : "Il y a Geneviève de Galard !"
(Geneviève de Galard : Convoyeuse de l’air, engagée en Indochine. Elle sera la seule femme au milieu de 15 000 soldats pendant la bataille de Dien Bien Phu, et restera pour eux : « l’Ange de Dien Bien Phu ».)
Pierre Schoendoerffer : "Oui, et c’est ma fille qui joue le rôle. Quelqu’un dit juste : « Qui c’est celle-là ! » Et un autre répond : « C’est Geneviève. »"

LEXNEWS : "Et votre fils joue votre propre rôle."
Pierre Schoendoerffer : "Oui."
Image Image
Image Image
Image
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Pierre Schoendoerffer

Post by homerwell »

Je ne veux pas finir sans vous livrer une phrase effroyable que Pierre Schoendoerffer cite de temps en temps, et qui est significative de l'honnêteté de la démarche du bonhomme. C'est l'épitaphe que Rudyard Kipling a faite inscrire sur la tombe de son fils, mort pendant les combats de la première guerre mondiale.
« Si quelqu’un vous demande pourquoi nous sommes morts, dites-lui que c’est parce que nos pères nous ont menti »
If any question why we died, Tell them, because our fathers lied »)
User avatar
Karras
David O. Selznick
Posts: 12630
Joined: 15 Apr 03, 18:31
Location: La cité du Ponant

Re: Pierre Schoendoerffer

Post by Karras »

Pierre Shoendoerffer est mort à 83 ans des suites d'une opération à l'hôpital Percy à Clamart, dans les Hauts-de-Seine, ce mercredi matin, rapporte l'AFP
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Pierre Schoendoerffer

Post by homerwell »

Chiasse ! :|
User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 51391
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Re: Pierre Schoendoerffer (1928 - 2012)

Post by Roy Neary »

J'ai toujours considéré La 317ème Section comme l'un des plus grands films de guerre jamais tournés, toutes époques et tous pays confondus.
RIP à ce grand cinéaste aventurier...
Image
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Pierre Schoendoerffer (1928 - 2012)

Post by homerwell »

Roy Neary wrote:J'ai toujours considéré La 317ème Section comme l'un des plus grands films de guerre jamais tournés, toutes époques et tous pays confondus.
RIP à ce grand cinéaste aventurier...
Merci pour le commentaire un peu plus constructif que le mien. Et je suis bien d'accord avec toi au sujet de La 317ème Section, c'est une œuvre majeure qui fait office de jalon dans le genre du film de guerre.
Nomorereasons
Dédé du Pacifique
Posts: 5151
Joined: 29 May 07, 20:19

Re: Pierre Schoendoerffer (1928 - 2012)

Post by Nomorereasons »

homerwell wrote:
Roy Neary wrote:J'ai toujours considéré La 317ème Section comme l'un des plus grands films de guerre jamais tournés, toutes époques et tous pays confondus.
RIP à ce grand cinéaste aventurier...
Merci pour le commentaire un peu plus constructif que le mien. Et je suis bien d'accord avec toi au sujet de La 317ème Section, c'est une œuvre majeure qui fait office de jalon dans le genre du film de guerre.
Bien d'accord. C'est un film unique, qui en outre ne ressemble pas à la resucée de films américains (ce qui dans le cinéma français de genre est déjà un exploit)
Tancrède
J'suis un rebelle, moi !
Posts: 1602
Joined: 18 Jan 07, 11:12

Re: Pierre Schoendoerffer (1928 - 2012)

Post by Tancrède »

RIP, comme on dit
ballantrae
Accessoiriste
Posts: 1890
Joined: 7 Dec 10, 23:05

Re: Pierre Schoendoerffer (1928 - 2012)

Post by ballantrae »

Oui, c'est bien triste...d'autant plus triste que ce grand monsieur n'a pas eu la carrière qu'il méritait.Les projets avortés se sont multipliés notamment une adaptation de conrad dont B Tavernier dit qu'il s'agit d'un des meilleurs scénarios qu'il ait lus.
Heureusement il y a La 317ème section et Le crabe tambour qui brillent dans le ciel cinéphilique comme deux joyaux rares.
L'an passé, j'ai eu la chance de rencontrer R Coutard qui racontait l'implication absolue de Schoenderffer dans un film vécu comme une aventure absolue.
villag
Accessoiriste
Posts: 1762
Joined: 24 Feb 08, 09:48
Location: la rochelle

Re: Pierre Schoendoerffer (1928 - 2012)

Post by villag »

On pourrait dire de ce réalisateur qu’il était l’anti Yves Boisset ; il aimait l’armée et il filmait le destin de ces soldat, pataugeant dans les marécages de l’histoire avec honnêteté et tendresse…un peu à la manière de Kipling, avec aussi la même poésie….un grand réalisateur !
F d F ( Fan de Ford )
Tancrède
J'suis un rebelle, moi !
Posts: 1602
Joined: 18 Jan 07, 11:12

Re: Pierre Schoendoerffer (1928 - 2012)

Post by Tancrède »

"Idéale" musique funéraire et accessoirement, ce pourquoi Dien Bien Phu n'est pas complètement nul:
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: Pierre Schoendoerffer (1928 - 2012)

Post by homerwell »

Tancrède wrote:"Idéale" musique funéraire et accessoirement, ce pourquoi Dien Bien Phu n'est pas complètement nul:
Dien Bien Phu n'est pas une grande réussite, c'est un fait, "pas complétement nul" est par contre une approximation. Il est certain que par rapport à ses plus grandes réussites, Schoendoerffer a oublié le côté Entertainment au profit d'une volonté de montrer l'ambiance, d'expliquer le quotidien d'une multitude de personnages, de filmer ce qu'il avait vécu.