John Berry (1917-1999)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Lord Henry
A mes délires
Posts: 9466
Joined: 3 Jan 04, 01:49
Location: 17 Paseo Verde

John Berry (1917-1999)

Post by Lord Henry »

Tension (1950)

Même si on ne l'associe pas spontanément au genre, il faut se rappeler que la MGM a produit son lot de films noirs - généralement un galop d'essai pour les réalisateurs.

John Berry soigne la facture et privilégie les personnages à l'intrigue. Audrey Totter, en épouse rouée moulée jusqu'à l'asphyxie dans un sweater, est l'objet de toute son attention. Et elle ne le déçoit pas.
De son côté, André Previn, qui n'a pas les yeux dans sa poche, lui réserve quelques langoureux accords de saxophone.

Richard Basehart, Barry Sullivan, William Conrad et Cyd Charisse complètent impeccablement la distribution.
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93016
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Lord Henry wrote:Tension (1950)

Même si on ne l'associe pas spontanément au genre, il faut se rappeler que la MGM a produit son lot de films noirs - généralement un galop d'essai pour les réalisateurs.

John Berry soigne la facture et privilégie les personnages à l'intrigue. Audrey Totter, en épouse rouée moulée jusqu'à l'asphyxie dans un sweater, est l'objet de toute son attention. Et elle ne le déçoit pas.
De son côté, André Previn, qui n'a pas les yeux dans sa poche, lui réserve quelques langoureux accords de saxophone.

Richard Basehart, Barry Sullivan, William Conrad et Cyd Charisse complètent impeccablement la distribution.
Excellent film noir en effet
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Post by Alligator »

Tension (John Berry, 1950) :

Image
_______________

Petit polar pas mauvais du tout. J'avais pourtant un méchant a priori sur le réalisateur. J'avais vu son fade Don Juan. J'avais peine à associer ces deux films avec Le voyage à Paimpol. Parcours très étonnant que celui de cet américain finissant ses jours en France.

Ma foi je ne sais à qui il convient de rendre hommage ici, au réalisateur ou au chef-op. Sans doute à un peu des deux, mais le film peut se valoir de nous proposer une très belle image et quelques jolis plans noir&blanc.

D'autre part, j'ai un petit faible pour Audrey Totter qui sait si bien parer son joli minois d'un regard de salope. Elle a le chic pour nous ouvrir la braguette rien qu'avec quelques oeillades bien senties et une moue boudeuse aux lipes aussi tombantes que suggestives. Mais pour être tout à fait honnête, ses simagrées sont plus rigolotes qu'excitantes. N'empêche que la belle blonde emporte ma sympathie. Elle est si mimi à faire tous ces efforts pour jouer les blondes fatales.
Je note que Cyd Charisse est une beauté presque fade à côté d'elle.
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 21999
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Post by Nestor Almendros »

TENSION de John Berry
Découvert il y a 5-6 ans déjà sur TCM je n'en gardais que très peu de souvenir (juste que le héros était vendeur dans un drugstore) ce qui veut dire que je n'avais pas été si impressionné que cela. Il est passé au cinéma de minuit il y a 2-3 ans, mais c'est seulement aujourd'hui que je lui ai donné une 2e chance. Et j'ai bien fait!

Tous les ingrédients du film noir sont là: la femme fatale (sublime Audrey Totter), le héros dépassé, le détective rusé, la voix off (au début)... La première moitié installe l'intrigue pendant que la suite se penche sur l'enquête de la police, et comment ils vont pousser les protagonistes à trahir leurs secrets. Un peu comme dans la série COLUMBO, sauf qu'ici le détective n'hésite pas à donner de sa personne (le veinard) et à mettre la pression (psychologique). Le tout est bien mené, sans temps mort. Un bon polar. Et, j'allais oublier: Cyd Charisse est :oops: :oops: :oops:


EDIT du 3 janvier 2009

Juste un petit mot car j'ai vu cet après-midi FROM THIS DAY FORWARD de John Berry, sorti aux Editions Montparnasse (collection RKO).
Le film ne m'a pas laissé un grand souvenir: traitement un peu longuet mais, au moins, histoire au ton résolument original. On parle ici du quotidien pas forcément facile d'un jeune couple d'amoureux: entre complicité, cohésion, chômage, recherche d'emploi, et peinture d'un New-York populaire, l'histoire évolue sans intrigue solide mais dans une ambiance réaliste et presque intimiste, en tout cas très inhabituelle je trouve.

Aux côtés de Joan Fontaine, on retrouve donc le débutant Mark Stevens, au talent prometteur, et que j'ai physiquement confondu (sur la jaquette) avec Cornel Wilde...

Image
joe-ernst
Décorateur
Posts: 3752
Joined: 20 Mar 06, 15:11
Location:

Post by joe-ernst »

Tension (Tension, 1950), de John Berry.

Warren Quimby (Richard Basehart) décide de tuer l'amant de sa femme (Audrey Totter) lorsque celle-ci le quitte. Malheureusement son plan minable se retourne contre lui...

Un bijou que ce film au scénario plein de rebondissements ! Les flèches décochées contre la réussite et le mariage sont assez savoureuses. La musique d'André Previn contient à plusieurs reprises un bon morceau de trompette solo jazzy. Reste l'interprétation, sans conteste le summum de ce film noir. Tout d'abord Richard Basehart, incarnation parfaite de l'Américain moyen, Barry Sullivan, excellent en flic séduisant et manipulateur, Cyd Charisse, la good girl ennuyeuse comme il faut, William "Orchidée" Conrad, toujours plaisant à retrouver dans un noir, et puis... Audrey Totter, la bad girl vraiment bad. Elle est parfaite et sa prestation mérite tous les éloges.
Image

We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars. Oscar Wilde.
L'hyperréalisme à la Kechiche, ce n'est pas du tout mon truc. Alain Guiraudie
Jeanpop2
Stagiaire
Posts: 47
Joined: 4 Sep 09, 12:31

John Berry (1917-1999)

Post by Jeanpop2 »

J'ai récemment vu deux films remarquables de John Berry, "Tension" et "He ran all the way"...

On retrouve dans les deux une préoccupation sociale très exacte et émouvante, qui me rappelle le Jules Dassin de "Thieves highway"... Des films noirs en prise directe avec la réalité américaine de leur époque, tous deux magistralement interprétés (respectivement) par Richard Basehart et John Garfield au sommet de son génie ultramoderne.

Image
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16735
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re:

Post by Père Jules »

Nestor Almendros wrote: Juste un petit mot car j'ai vu cet après-midi FROM THIS DAY FORWARD de John Berry, sorti aux Editions Montparnasse (collection RKO).
Le film ne m'a pas laissé un grand souvenir: traitement un peu longuet mais, au moins, histoire au ton résolument original. On parle ici du quotidien pas forcément facile d'un jeune couple d'amoureux: entre complicité, cohésion, chômage, recherche d'emploi, et peinture d'un New-York populaire, l'histoire évolue sans intrigue solide mais dans une ambiance réaliste et presque intimiste, en tout cas très inhabituelle je trouve.
Celui-ci me fait de l'oeil depuis un bon moment.
Pas facile de récolter des avis sur ce film méconnu.
Je tente le coup Nestor ?
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22718
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Re: John Berry (1917-1999)

Post by cinephage »

Franchement, le film ne casse pas trois pattes à un canard. Ca reste sympathique, mais très oubliable, sauf que...
Sauf qu'il est très rare de voir un film de studio de cette période s'attacher à une famille de prolétaires, et s'intéresser à leurs problèmes d'argent. Du coup, autant le film parait assez anodin à un spectateur actuel, autant il a peut-être pu paraître révolutionnaire à une certaine époque. Atypique, en tout cas, il l'est toujours.

Le film vaut donc un coup d'oeil si l'on est curieux, à mon avis... Et puis ça reste un film plaisant à regarder.
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
Nestor Almendros
Déçu
Posts: 21999
Joined: 12 Oct 04, 00:42
Location: dans les archives de Classik

Re: John Berry (1917-1999)

Post by Nestor Almendros »

Merci d'avoir répondu à ma place: deux ans après j'aurais été incapable de dire quelque chose en plus de mon avis d'époque... :wink:
"Un film n'est pas une envie de faire pipi" (Cinéphage, août 2021)
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16735
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: John Berry (1917-1999)

Post by Père Jules »

OK merci.
Plus largement, que vaut sa carrière française (notamment avec Eddie Constantine) ?
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18190
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: John Berry (1917-1999)

Post by Kevin95 »

Père Jules wrote:Plus largement, que vaut sa carrière française (notamment avec Eddie Constantine) ?
Bertrand Tavernier parle de quelques films inventifs et drôles. Je n'ai personnellement vu que À tout casser, sympa mais très anecdotique.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93016
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: John Berry (1917-1999)

Post by Jeremy Fox »

Maya - 1966

Les relations tumultueuses entre un jeune garçon du Wyoming venu retrouver son père en Inde. Sa courte histoire d'amitié avec un guépard apprivoisé (sans vraiment l'être ; sic!). Puis l'aventure de cet enfant et d'un jeune hindou chargé de conduire un éléphanteau blanc jusqu'à un temple. Les rapports entre ces trois postulats de départ ? On ne le sait jamais vraiment ; pas plus que l'on ne comprend les motivations des uns et des autres ou que l'on ne croit une seule seconde à ce qui leur arrive (le jeune garçon fait ami-ami avec un guépard comme s'il s'agissait d'un chat, passe sous un cobra sans s'en faire, délivre un éléphant au milieu d'une ville sans se faire inquiéter...) Pourquoi toutes ces invraisemblances et ce j'menfoutisme dans l'écriture ? A cause d'un écrivain (John Fante) qui a cru que le métier de scénariste était le même que le sien mais accouchant d'un truc totalement décousu, très vite inintéressant et fichtrement ennuyeux d'autant que ses personnages sont interprétés par des comédiens aussi inexpressifs les uns que les autres. C'est d'autant plus dommage que John Berry avait à sa disposition de superbes paysages naturels, un budget confortable, un bon chef opérateur (qui n'utilise presque jamais de transparences) et des tas d'animaux remarquablement bien dressés (un guépard, des tigres, des éléphants...).

La MGM a donné là de la confiture aux cochons, John Fante et John Berry étant ici responsables d'un beau navet qui ne plaira probablement ni aux adultes ni aux enfants (pour qui le film semble fait au départ). Un beau gâchis !

Pour ceux que le film intéresserait, à savoir que le DVD Warner est au format scope respecté, anamorphosé et qu'il est de superbe qualité.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 10569
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: John Berry (1917-1999)

Post by Alexandre Angel »

Je me suis précipité sur le dvd de MAYA avant de me renseigner sur le film : j'aurais du faire l'inverse.
Mais bon, on va dire que c'est du "complétisme". :fiou:
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93016
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: John Berry (1917-1999)

Post by Jeremy Fox »

Alexandre Angel wrote:Je me suis précipité sur le dvd de MAYA avant de me renseigner sur le film : j'aurais du faire l'inverse.
Bien fait :twisted: :mrgreen:
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 10569
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: John Berry (1917-1999)

Post by Alexandre Angel »

Jeremy Fox wrote:
Alexandre Angel wrote:Je me suis précipité sur le dvd de MAYA avant de me renseigner sur le film : j'aurais du faire l'inverse.
Bien fait :twisted: :mrgreen:
que de sadisme..