John Huston (1906-1987)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
AlexRow
The cRow
Posts: 25590
Joined: 27 Mar 05, 13:21
Location: Granville (50)

Post by AlexRow »

Gens de Dublin (John Huston, 1987). Un film très délicat... presque ténu. On peut le voir comme un dîner très nostalgique et s'attacher aux personnages (lecture priviligiée par la page de menu du DVD Le Monde) ou bien y voir un spectacle de vanités. Bien que je préfère cette lecture, je reste un peu déçu par le manque de mordant de la mise en scène. La conclusion amère fait penser à une certaine oeuvre d'Arthur Schnitzler adapté par Kubrick. En moins puissante toutefois.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" (Albert Camus)

Mes visionnages
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23392
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Post by AtCloseRange »

AlexRow wrote:Gens de Dublin (John Huston, 1987). Un film très délicat... presque ténu. On peut le voir comme un dîner très nostalgique et s'attacher aux personnages (lecture priviligiée par la page de menu du DVD Le Monde) ou bien y voir un spectacle de vanités. Bien que je préfère cette lecture, je reste un peu déçu par le manque de mordant de la mise en scène. La conclusion amère fait penser à une certaine oeuvre d'Arthur Schnitzler adapté par Kubrick. En moins puissante toutefois.
Justement le film est dénué de toute lourdeur Kubrickienne et c'est une très bonne chose.
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93007
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Nicolas Brulebois wrote:
AtCloseRange wrote:lourdeur Kubrickienne
Ca faisait des années que j'avais le mot sur le bout de la langue, sans jamais parvenir à définir simplement ce qui m'irritait chez lui. :?

C'est maintenant chose faite. Bravo 8)
Faut vraiment pas être très futé pour mettre des années à reconnaitre de la lourdeur chez un cinéaste. A moins que cette lourdeur n'existe que sur le bout de ta langue ? :idea:
tijay
Assistant opérateur
Posts: 2382
Joined: 17 Aug 04, 19:24
Liste DVD
Location: A jamais à Fort Alamo ...

Re: Notez les films de Février 2008

Post by tijay »

La nuit de l'iguane (John Huston, 1964)

Adaptation d'une pièce du très apprécié et prolifique Tennessee Williams (Soudain l'été dernier, La chatte sur un toit brulant ...), John Huston créé une ambiance lourde et oppressante sur des personnages désabusés par la vie ...
Richard Burton incarne un prêtre qui ne se rattache qu'à l'alcool et essaie désespérement de trouver une issue positive à son existence. En proie au doute et à la faiblesse de la chair, il se laisse embarquer par une jeune et impétueuse Sue Lyon, pourtant sous la coupe de la terrible Grayson Hall (et son regard incroyable).
Il tente de trouver un appui salutaire auprès d'Ava Gardner (absolument incroyable dans son interprétation), elle aussi en proie à la solitude et au doute sur sa propre vie. Deborah Kerr en jeune femme distinguée de prime abord est également impeccable ...

Les ingrédients chers à Tennessee Williams sont présents (l'ambiance lourde qui se déchaine sous l'orage et s'apaise avec la fraicheur revenue, des personnages blasés par la vie ...) et l'on passe un très agréable moment ... Ava Gardner domine ce film de bout en bout ...

7,5/10
Image
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 22220
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Notez les films - Mars 2008

Post by Major Tom »

L'HONNEUR DES PRIZZI de John Huston (1986)

Au début, je craignais le pire. Un film d'un John Huston en fin de carrière, dont je me souviens du pénible Phobia (1980) réalisé six auparavant... et puis tout à coup, un duo formidable se créé. Jack Nicholson, Kathleen Turner. Le scénario ne manque pas d'imagination et les situations s'enchainent. Finalement John Huston, à 80 ans, réalise un film d'une modernité étonnante, sorte de satire drôlatique des films de gangsters, qui désacralise les mafiosi. On pense aux Soprano d'ailleurs (ils se sont peut-être inspirés du film pour cette série?) Une très bonne surprise. Du coup, je vais bientôt découvrir Les Gens De Dublin avec une meilleure appréhension (même si j'avais eu de bons échos).
Image
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18190
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Notez les films - Mars 2008

Post by Kevin95 »

Major Tom wrote:Du coup, je vais bientôt découvrir Les Gens De Dublin avec une meilleure appréhension (même si j'avais eu de bons échos).
Le mieux est de ne rien attendre du film pour mieux être transporté ! :wink:
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 50007
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Notez les films - Mars 2008

Post by Boubakar »

Kevin95 wrote:
Major Tom wrote:Du coup, je vais bientôt découvrir Les Gens De Dublin avec une meilleure appréhension (même si j'avais eu de bons échos).
Le mieux est de ne rien attendre du film pour mieux être transporté ! :wink:
D'autant plus qu'il est excellent, malgré les conditions très difficiles de tournage pour Huston.
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18190
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Notez les films - Mars 2008

Post by Kevin95 »

Boubakar wrote:
Kevin95 wrote: Le mieux est de ne rien attendre du film pour mieux être transporté ! :wink:
D'autant plus qu'il est excellent, malgré les conditions très difficiles de tournage pour Huston.
Et malgré un style (ou un recit) assez difficile d’accès.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 22220
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Notez les films - Mars 2008

Post by Major Tom »

Boubakar wrote:malgré les conditions très difficiles de tournage pour Huston.
J'imagine.
Et même, qu'au final j'aime ou n'aime pas, il y a une certaine curiosité très forte je dirai, qui me pousse à vouloir le regarder.
Image
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 50007
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Notez les films - Mars 2008

Post by Boubakar »

Major Tom wrote:il y a une certaine curiosité très forte je dirai, qui me pousse à vouloir le regarder.
Je ne sais pas quelle édition tu as, mais il était vendu à un moment avec Promenade de l'amour à la mort, réalisé vingt ans plus tôt, qui est très réussi aussi (où joue aussi sa file, Angelica).
Si tu ne l'as pas vu, je te le conseille. :)
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 22220
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Notez les films - Mars 2008

Post by Major Tom »

Boubakar wrote:
Major Tom wrote:il y a une certaine curiosité très forte je dirai, qui me pousse à vouloir le regarder.
Je ne sais pas quelle édition tu as, mais il était vendu à un moment avec Promenade de l'amour à la mort, réalisé vingt ans plus tôt, qui est très réussi aussi (où joue aussi sa file, Angelica).
Si tu ne l'as pas vu, je te le conseille. :)
J'ai l'édition simple avec quelques bonus de Promenade... Bon film oui, mais que j'ai peu envie de revoir bizarrement.
Image
User avatar
cinephage
C'est du harfang
Posts: 22713
Joined: 13 Oct 05, 17:50

Re: Notez les films - Mars 2008

Post by cinephage »

J'ai un peu de mal, moi, avec Promenade avec l'amour et la mort. Disons qu'un certain manque de moyen allié à une certaine épure en font un film conceptuel, presque abstrait, et qui ne m'a pas passionné une seule seconde. On y trouve des choses intéressantes, c'est vrai, mais le récit est assez peu fouillé, et toujours au service d'une reflexion un peu grandiloquente.

Cela dit, j'ai une relation très en dents de scie avec Huston, dont j'adore certains aspects, et n'en apprécie pas certains autres.
I love movies from the creation of cinema—from single-shot silent films, to serialized films in the teens, Fritz Lang, and a million others through the twenties—basically, I have a love for cinema through all the decades, from all over the world, from the highbrow to the lowbrow. - David Robert Mitchell
User avatar
AtCloseRange
Mémé Lenchon
Posts: 23392
Joined: 21 Nov 05, 00:41

Re: Notez les films d'avril 2008

Post by AtCloseRange »

Revu Le Piège de John Huston.
Un de mes préférés de son auteur malgré son ambition modeste. On dirait un cousin éloigné des films anglais d'Hitchcock (Les 39 marches ou Jeune et Innocent). Ou alors un héritier modeste de James Bond avec Dominique Sanda en James Bond girl sublime. On peut penser aussi à un précurseur de Jason Bourne.
ça va vite sans temps mort, c'est mystérieux, c'est passionnant, le scénario est un modèle de concision, il y a tous les acteurs anglais qu'on aime (James Mason, Peter Vaughan, Harry Andrews, Ian Bannen) et on sent que Huston aime bien filmer son Irlande.
Et puis Paul Newman est Paul Newman et ça suffit.
Décidément il n'est pas assez cité dans les réussites de son auteur.
bruce randylan
Mogul
Posts: 11575
Joined: 21 Sep 04, 16:57
Location: lost in time and lost in space

Re: Top John Huston

Post by bruce randylan »

Fat city ( 1972 )

Plutôt rare, ce film est pourtant l'une des grandes réussites de son réalisateur.
Ce drame sur un poignée de paumés qui gravitent autour du monde de la boxe a pour qualité première de ne jamais sombrer dans le pathos, le misérabilisme ou tire-larme. Au contraire, ça pourrait presque être une comédie tant Huston s'attache ( et c'est le mot ) à ne jamais juger ses personnages mais à adopter plutôt leur visions du monde.
Sans grande ambition, mais ayant tout de même quelques rêves et espoirs, ils se content de vivre leur vie de misère sans résignation, simplement en l'acceptant telle qu'elle l'est puisqu'il n'ont pas de choix (cf l'intro avec l'allumette ). Ils ne sont même jamais posés la question de savoir s'ils connaissaient la tristesse, préférant la voir chez l'autre.
La dernière séquence en est la plus belle preuve. Des retrouvailles amer se font dans un sordide bistrot tenu par un vieux chinois incapable de tenir une tasse de café sans trembler. Les 2 amis se moquent gentillement de lui en se demandant s'il est heureux comme ça avant de lui adresser un sourire ironique auquel celui-ci répond par un franc sourire chaleureux.
Une courte scène qui en dit long sur l'humanité de Huston qui a l'air de bien connaitre tous les personnes que l'on croise dans son film et en parle avec une sincérité évidente.

Le film est donc une succession de scènes qui montre le quotidien dans son aspect le plus "crasseux" mais capté en saisissant le décalage des situations : les déboires de Jeff bridges avec sa copine ; Stacy Keach qui tente de faire manger un repas des plus grotesque à Susan Tyrrell ; la même, qui bourrée, évoque son petit ami noir emprisonné ; l'entraineur de boxe qui voudrait faire partager son enthousiasme pour sa nouvelle recrue tandis que sa femme cherche à dormir etc...

il y a vraiment beaucoup de tendresse et pas le moindre degré ce cynisme, de méchanceté ni même de discours social dans ce film qui refuse les facilités pour préférer le naturel. On se croirait même à plusieurs reprises dans un documentaire tant la spontanéité et l'improvisation semblent régner en maître. L'effet est parfois très déstabilisant conférant au spectateur le sentiment d'être un voyeur qui épierait les gens dans leurs plus stricte intimité.
Huston ne cherche pas à ménager son spectateur et le surprend constamment en glissant de Jeff bridges à Stacy Keach au moment où l'on s'y attend le moins. Ce n'est sans créer quelques trous et frustrations dans l'histoire. Personnellement j'aurais bien voulu avoir plus de scène de Bridges avec sa femme.
C'est vraiment le seul regret que je pourrai émettre envers Fat city, le reste est admirable ( la photo de Conrad Hall aussi au passage )
"celui qui n'est pas occupé à naître est occupé à mourir"
Nomorereasons
Dédé du Pacifique
Posts: 5151
Joined: 29 May 07, 20:19

Re: Top John Huston

Post by Nomorereasons »

bruce randylan wrote:Fat city ( 1972 )
Ils ne sont même jamais posés la question de savoir s'ils connaissaient la tristesse, préférant la voir chez l'autre.
La dernière séquence en est la plus belle preuve. Des retrouvailles amer se font dans un sordide bistrot tenu par un vieux chinois incapable de tenir une tasse de café sans trembler. Les 2 amis se moquent gentillement de lui en se demandant s'il est heureux comme ça avant de lui adresser un sourire ironique auquel celui-ci répond par un franc sourire chaleureux.
(...)
il y a vraiment beaucoup de tendresse et pas le moindre degré ce cynisme, de méchanceté ni même de discours social dans ce film qui refuse les facilités pour préférer le naturel. On se croirait même à plusieurs reprises dans un documentaire tant la spontanéité et l'improvisation semblent régner en maître.
Exactement ce que je pense (et mieux que je ne pourrais dire) de ce merveilleux film.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Une autre scène unique en son genre, c'est le combat de boxe final, où les deux combattants à bout de force avant même d'avoir lutté un round (avant même de monter sur le ring, en fait) passent tout le combat moins à échanger des coups qu'à s'empêcher de tomber raides morts en se supportant mutuellement. A la fin, Stacy Keach s'en tire par k.o mais demande, hébêté, qui a gagné...