Fritz Lang : rétrospective personnelle

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

M le maudit
Stagiaire
Posts: 98
Joined: 18 Dec 08, 19:40

Re: Fritz Lang : rétrospective personnelle

Post by M le maudit »

J'en profite pour glisser quelques captures de l'excellente édition allemande e-m-s des 'Bourreaux'!

Image
Image
Image
Image
Image
M le maudit
Stagiaire
Posts: 98
Joined: 18 Dec 08, 19:40

Re: Fritz Lang : rétrospective personnelle

Post by M le maudit »

Image

Le diabolique docteur Mabuse

Après l'échec critique de son diptyque indien, Lang reçoit l'offre de tourner un remake du Testament du docteur Mabuse, qu'il refuse. L'idée d'un nouveau Mabuse ne lui déplaît toutefois pas, et le scénario prend racine, comme souvent chez Lang, dans un article de journal (cette fois sur les armes de plus en plus efficaces de l'armée américaine ainsi que sur certaines informations révélées par le dévoilement de documents d'archive nazis). Il y a longtemps que j'attendais une chance de visionner ce film, dernier de Fritz Lang avant sa mort en 1976. Avec la sortie chez Masters of Cinema du "Complete Fritz Lang Mabuse Box Set", j'ai enfin pu me gâter. Il faut bien le dire, je n'avais absolument aucune attente envers cette oeuvre que je voyais simplement comme une curiosité. Réalisé peu après le retour de Lang en Allemagne, ce chant du cygne du grand cinéaste aurait certainement pu être meilleur... mais il aurait surtout pu être bien pire.

Lang reprend son personnage du Dr. Mabuse en le transposant au contexte de la Guerre Froide, lui attribuant toujours des visées de destruction de la société, cette fois à l'aide d'équipement moderne tel que des fusils à air comprimé et des miroirs-caméras. Lang veut faire ressortir les dangers de cette modernité mais réussit modérément dans son entreprise. Qu'on se le tienne pour dit, il ne réinvente pas la roue, allant même jusqu'à calquer une ou deux scènes des précédents films. L'intrigue est assez prévisible, mais on ne s'attend pas vraiment à plus. Disons que c'est en continuité avec les deux autres Mabuse, mais que Lang ne se force plus tellement pour être original. Il veut créer un bon film d'espionnage et ce sans prétention.

C'est d'ailleurs exactement ce qu'est Die 1000 Augen des Dr. Mabuse. Qui s'attendrait à plus serait amèrement déçu. Toutefois, Lang fait quand même montre du talent qu'on lui connaît dans l'élaboration d'un thriller sans temps morts. On parle quand même de l'homme qui a littéralement inventé le genre avec Dr. Mabuse le joueur et Espions, ses deux classiques muets. L'ambiance de film d'espionnage des années 60 à la James Bond est bien présente, et c'est d'ailleurs à ce niveau que s'opère la plus grande rupture avec les deux films précédents. Quand même, entre les hommes aux mille masques, les agents doubles, les fusillades, les repères secrets et les poursuites en voiture, ce pionnier du septième art prouve qu'il est encore dans le coup, et ferme la boucle d'une carrière remplie de chefs-d'oeuvre. Il ne tournera plus jamais.
M le maudit
Stagiaire
Posts: 98
Joined: 18 Dec 08, 19:40

Re: Fritz Lang : rétrospective personnelle

Post by M le maudit »

Bon eh bien, c'est terminé pour moi. Les films qui ne sont pas couverts risquent de ne jamais l'être. J'ai couvert tout ce que j'ai pu trouver sans trop de mal et/ou sans dépenser une fortune. Je sais que j'ai laissé de côté le diptyque indien, que certains considèrent essentiel, mais il ne m'appelle pas particulièrement et de plus mon compte en banque dit: non! J'espère que mes petits textes vous auront donné le goût d'approfondir vos connaissances langiennes; pour ma part, j'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir et redécouvrir les films de cette légende du cinéma.

Je retiens surtout, niveau incontournables:

Docteur Mabuse le joueur
Metropolis
Les Espions
La Femme sur la lune
M
Le Testament du docteur Mabuse
Furie
J'ai le droit de vivre
La Femme au portrait
La Rue rouge
Règlement de comptes

Avec un petit coup de coeur personnel également pour:

Les bourreaux meurent aussi
Désirs humains
La Cinquième Victime

Maintenant, à vous! :P
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93360
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Fritz Lang : rétrospective personnelle

Post by Jeremy Fox »

Et Moonfleet alors :(

Dommage qu'il ne soit pas disponible en DVD aux USA car sinon tu loupes un très grand film avec un des plus héros les plus riches du film d'aventure dont je tairais le nom :mrgreen:

Mes chouchous du réalisateur :

1- Les contrebandiers de Moonfleet
2- Le Tigre du Bengale / Le Tombeau Hindou
3- Règlements de compte
4- La Cinquième victime
5- Metropolis

Mais dans l'ensemble, je me rends compte avoir moyennement d'affinités avec l'univers du cinéaste.
User avatar
Sybille
Assistant opérateur
Posts: 2098
Joined: 23 Jun 05, 14:06

Re: Fritz Lang : rétrospective personnelle

Post by Sybille »

Merci pour tes avis chronologiques, M le maudit. :wink:

J'ai quant à moi encore de sérieuses lacunes dans la filmographie de Lang.

Si je dois faire un classement de ce que connais déjà, ça donne à peu près :

1/ The big heat
2/ Les contrebandiers de Moonfleet
3/ La rue rouge
4/ Le secret derrière la porte
5/ House by the river
6/ J'ai le droit de vivre
7/ La femme au portrait
8/ M le maudit
9/ Espion sur la Tamise
10/ Le testament du Dr Mabuse

Mais j'ai besoin de réactualiser mon jugement pour nombre d'entre eux.
Bugsy Siegel
Accessoiriste
Posts: 1674
Joined: 1 Sep 07, 17:42
Location: Flamingo Hotel

Re: Fritz Lang : rétrospective personnelle

Post by Bugsy Siegel »

Incontournable :

Le Testament du Docteur Mabuse
M Le Maudit
Le Diabolique Docteur Mabuse

Distrayant :
Spione
Les Nibelungen

Je n'aime pas :

La Femme Sur La Lune

A revoir :

Metropolis

Ni chaud ni froid :

La Femme Au Portrait
Le Secret Derrière La Porte
on faisait queue devant la porte des WC comme au ciné lors du passage de l'Atlantide à l'écran. Jean Ray, Hôtel de Famille, 1922
someone1600
Euphémiste
Posts: 8853
Joined: 14 Apr 05, 20:28
Location: Québec

Re: Fritz Lang : rétrospective personnelle

Post by someone1600 »

Topic super intéressant en tout cas. :wink:

J'essaierai d'approfondir mes connaissances de Lang, lorsque j'aurai fini de faire l'intégrale Hitchcock.
M le maudit
Stagiaire
Posts: 98
Joined: 18 Dec 08, 19:40

Re: Fritz Lang : rétrospective personnelle

Post by M le maudit »

Pour t'aider un peu, voici les Lang que tu peux facilement trouver en Z1 (je suis du Québec moi aussi):

Der müde Tod (Destiny) (1921) - Image
Dr. Mabuse, the Gambler (1922) - Kino
Die Nibelungen (1924) - Kino
Metropolis (1927) - Kino
Spies (1928) - Kino
Woman in the Moon (1929) - Kino
M (1931) - Criterion
The Testament of Dr. Mabuse (1933) - Criterion
Liliom (1934) - en bonus sur le DVD de "Carousel"
Fury (1936) - Warner
You Only Live Once (1937) - Image
The Return of Frank James (1940) - Fox
Man Hunt (1941) - Fox
Hangmen Also Die (1943) - Kino
The Woman in the Window (1945) - MGM
Scarlet Street (1945) - Kino
Cloak and Dagger (1946) - Republic
House by the River (1950) - Kino
Rancho Notorious (1952) - Warner Archives
Clash by Night (1952) - Warner
The Blue Gardenia (1953) - Image
The Big Heat (1953) - Sony
The Indian Epic (1959) - Fantoma
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 22222
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Fritz Lang : rétrospective personnelle

Post by Major Tom »

Étant un grand fan d'histoires de fugitifs, je ne pouvais passer à côté de cette Chasse à l'homme (1941) que j'ai pu découvrir il y a quelques jours. Mais malgré cette fascination et toute mon admiration pour Fritz Lang, il y a beaucoup de choses (longueurs, la fin...) que je n'ai pas beaucoup aimées. Cela reste évidemment un très agréable film, apparemment connu pour être le meilleur de sa série "anti-nazis" ce qui me fera certainement trainer des pieds pour voir le reste :oops: (cela dit, Les bourreaux meurent aussi me tente beaucoup), avec un suspens constant et des acteurs impeccables (Walter Pidgeon, Joan Bennett, John Carradine et surtout George Sanders).
Image
Image
Clique ici, et ta vie va changer pour toujours...
M le maudit
Stagiaire
Posts: 98
Joined: 18 Dec 08, 19:40

Re: Fritz Lang : rétrospective personnelle

Post by M le maudit »

"Les bourreaux meurent aussi" est grandement supérieur à "Chasse à l'homme", à mon avis.
Julien Léonard
Duke forever
Posts: 11824
Joined: 29 Nov 03, 21:18
Location: Hollywood

Re: Fritz Lang : rétrospective personnelle

Post by Julien Léonard »

M le maudit wrote:"Les bourreaux meurent aussi" est grandement supérieur à "Chasse à l'homme", à mon avis.
Je suis d'accord. Par ailleurs (mais peut-être serais-je un peu seul sur ce coup là), je trouve également excellent Espions sur la tamise. Un exercice de style parfaitement maitrisé par Lang, au tempo toujours aussi efficace.
Image
User avatar
Sybille
Assistant opérateur
Posts: 2098
Joined: 23 Jun 05, 14:06

Re: Fritz Lang : rétrospective personnelle

Post by Sybille »

J'aimerais beaucoup voir Chasse à l'homme ! Je possède Les bourreaux meurent aussi en dvd, il faut que je prenne le temps de le regarder.

Quant à Espion sur la Tamise, j'ai été très déçue. Pour moi, le film est bon jusqu'à la scène du train et ce qui s'ensuit juste après. Ensuite... je ne m'en souviens même plus vraiment. Je n' ai pas aimé l'histoire avec le frère et la soeur, et le personnage de Dan Duryea est plutôt mal utilisé.
M le maudit
Stagiaire
Posts: 98
Joined: 18 Dec 08, 19:40

Re: Fritz Lang : rétrospective personnelle

Post by M le maudit »

Je déteste me citer mais... :P
M le maudit wrote:Image

Ministry of Fear

Fritz Lang est dans une période forte quand il réalise "Ministry of Fear", un projet auquel il rêvait depuis quelques temps, et dont le contrôle lui a finalement échappé quand Paramout a acheté les droits du roman d'origine avant lui pour lui offrir de l'adapter au grand écran... en lui imposant le scénario d'un autre.

Lang entame donc le projet avec un goût amer dans la bouche et finira par rabaisser le film à de nombreuses reprises en entrevue. Pourtant, le résultat est un petit film compétent, avec quelques trouvailles de réalisation qui valent le détour. Le réalisateur flirte encore avec la thématique de la menace nazie, alors que le protagoniste démasque par hasard un réseau d'espions allemands en Angleterre. Rien de bien marquant, mais tout de même un petit côté hitchcockesque (un personnage seul qui enchaîne les péripéties plus ou moins rocambolesques) toujours bienvenu.

Il est cependant facile de voir que les décisions finales de montage ont échappé à la main de Lang. Le tout semble parfois fragmenté, comme si certaines scènes manquaient à l'appel. Et la finale incroyablement précipitée est d'un vomitif hollywoodien consommé. Ce qui n'empêche pas le film de valoir le détour, pour les scènes où la griffe de Lang est bien visible et toujours aussi inspirée.
someone1600
Euphémiste
Posts: 8853
Joined: 14 Apr 05, 20:28
Location: Québec

Re: Fritz Lang : rétrospective personnelle

Post by someone1600 »

M le maudit wrote:Pour t'aider un peu, voici les Lang que tu peux facilement trouver en Z1 (je suis du Québec moi aussi):

Der müde Tod (Destiny) (1921) - Image
Dr. Mabuse, the Gambler (1922) - Kino
Die Nibelungen (1924) - Kino
Metropolis (1927) - Kino
Spies (1928) - Kino
Woman in the Moon (1929) - Kino
M (1931) - Criterion
The Testament of Dr. Mabuse (1933) - Criterion
Liliom (1934) - en bonus sur le DVD de "Carousel"
Fury (1936) - Warner
You Only Live Once (1937) - Image
The Return of Frank James (1940) - Fox
Man Hunt (1941) - Fox
Hangmen Also Die (1943) - Kino
The Woman in the Window (1945) - MGM
Scarlet Street (1945) - Kino
Cloak and Dagger (1946) - Republic
House by the River (1950) - Kino
Rancho Notorious (1952) - Warner Archives
Clash by Night (1952) - Warner
The Blue Gardenia (1953) - Image
The Big Heat (1953) - Sony
The Indian Epic (1959) - Fantoma
Merci mon cher. Je regarderai pour cela. Je possede deja Clash by night et je vais tres surement acheter Metropolis cet automne dans sa nouvelle édition.
User avatar
Phnom&Penh
Assistant opérateur
Posts: 2059
Joined: 28 Feb 08, 12:17
Location: Tengo un palacio en Granada

Re: Fritz Lang : rétrospective personnelle

Post by Phnom&Penh »

M le maudit wrote:Je déteste me citer mais... :P
M le maudit wrote:Image

Ministry of Fear

Fritz Lang est dans une période forte quand il réalise "Ministry of Fear", un projet auquel il rêvait depuis quelques temps, et dont le contrôle lui a finalement échappé quand Paramout a acheté les droits du roman d'origine avant lui pour lui offrir de l'adapter au grand écran... en lui imposant le scénario d'un autre.

Lang entame donc le projet avec un goût amer dans la bouche et finira par rabaisser le film à de nombreuses reprises en entrevue. Pourtant, le résultat est un petit film compétent, avec quelques trouvailles de réalisation qui valent le détour. Le réalisateur flirte encore avec la thématique de la menace nazie, alors que le protagoniste démasque par hasard un réseau d'espions allemands en Angleterre. Rien de bien marquant, mais tout de même un petit côté hitchcockesque (un personnage seul qui enchaîne les péripéties plus ou moins rocambolesques) toujours bienvenu.

Il est cependant facile de voir que les décisions finales de montage ont échappé à la main de Lang. Le tout semble parfois fragmenté, comme si certaines scènes manquaient à l'appel. Et la finale incroyablement précipitée est d'un vomitif hollywoodien consommé. Ce qui n'empêche pas le film de valoir le détour, pour les scènes où la griffe de Lang est bien visible et toujours aussi inspirée.
Le film a énormément de charme, certaines scènes sont somptueusement réalisées et le final est pas terrible sans être à vomir, faut pas déconner. C'est pas son chef d'oeuvre non plus, c'est clair, mais il a justement toute la beauté et l'aisance des films où un grand auteur se promène tranquille au lieu de se prendre la tête, un peu comme La main au collet, par exemple. J'ai toujours eu beaucoup de mal à croire à la version officielle selon laquelle il aurait du faire ce film sans pouvoir en retoucher le scénario, sous la contrainte du producteur-scénariste. D'une part, Seton Miller était un bon scénariste et Ministry of Fear est un film réussi sur le plan du scénario. D'autre part, il y a tellement de scènes typiquement langiennes qu'il aurait vraiment fallu que Miller ait des penchants sadiques pour faire un film aussi langien tout en s'opposant aux désirs du réalisateur.
Pour moi, les commentaires de Lang sur ce film sont du même registre que les "merdes indiennes": des propos de caractériel dont il était coutumier, rien de plus. Je crois beaucoup plus à sa vexation quand on a dit qu'il faisait du sous-Hitchcock.

Et si le final n'est pas terrible, l'introduction est l'une des meilleures de Lang. Ca rattrape.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Bon, c'est aussi le film qui m'a rendu cinéphile alors que Lang n'était pour moi rien de plus que le nom d'un ministre de la culture, donc je le défends toujours avec virulence :wink:
"pour cet enfant devenu grand, le cinéma et la femme sont restés deux notions absolument inséparables", Chris Marker

Image