Yves Robert (1920-2002)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Posts: 10018
Joined: 13 Apr 03, 20:28
Location: A la recherche de Zoltar

Yves Robert (1920-2002)

Post by Joshua Baskin »

Je viens de revoir le dyptique d'Yves Robert, que je n'avais pas vu depuis de très nombreuses années.
Et bien c'est toujours un véritable plaisir de revoir ces deux films !
Cette bande d'acteurs (Rochefort, Bedos, Lanoux et Brasseur) transpire l'amitié.
Les deux films ont une véritable classe qui s'éloigne tellement de la plupart des comédies françaises actuelles ! La réalisation sobre mais efficace, la musique de Vladimir Cosma que désormais tout le monde connait, et puis des thèmes éternels (l'amour et surtout l'amitié) font vraiment de ces films des immenses classiques de la comédie.

Le coffret dvd sorti il y a quelques mois rend hommage aux films, les copies sont superbes et le documentaire est classique mais très interessant.
Je me demande ce que vaut le remake américain avec Gene Wilder ?

Je suppose qu'il y a des amateurs ...?
Laissez-moi passer, je suis Francis Moury
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 47395
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Un éléphant au paradis

Post by Flol »

Joshua Baskin wrote:Je suppose qu'il y a des amateurs ...?
Count me in !! Je suis fan de ces 2 films, comédies douces amères comme je les aime, peuplées de personnages attachants et magnifiquement interprétés (Claude Brasseur y est particulièrement génial).
Quand je pense que mon père trouve que Le Coeur des Hommes est dans lignée des 2 films d'Yves Robert....:roll:
User avatar
Roy Neary
Once upon a time...
Posts: 51359
Joined: 12 Apr 03, 01:42
Liste DVD

Re: Un éléphant au paradis

Post by Roy Neary »

Ratatouille wrote:Quand je pense que mon père trouve que Le Coeur des Hommes est dans lignée des 2 films d'Yves Robert....:roll:
La filiation est clairement voulue par Esposito. Mais le niveau n'est pas le même évidemment...
Image
Jordan White
King of (lolli)pop
Posts: 15434
Joined: 14 Apr 03, 15:14

Post by Jordan White »

Un éléphant ça trompe énormément est culte pour moi, une de mes comédies de jeunesse à n'en pas douter ( avec les Bronzés n'en déplaisent à certains :lol: ). La partie de tennis avec l'avion qui passe au dessus de leur tête est le genre de scène que je pourrais me repasser à l'envi. Les acteurs sont tous formidables, j'ai une préférence pour Jean Rochefort que je trouve impeccable de bout en bout et puis Guy Bedos n'a jamais été ma came, pas plus que Victor Lanoux, mais je les trouve tous bien dirigés et ce n'était pas gagné d'avance. Un film de potes, dans la même veine que les premiers Leconte.
La "suite" est aussi très bonne, à moins que ce ne soit l'inverse mais je préfère le premier.
Image

Je vote pour Victoria Romanova
User avatar
AlexRow
The cRow
Posts: 25590
Joined: 27 Mar 05, 13:21
Location: Granville (50)

Post by AlexRow »

Jordan White wrote:Un éléphant ça trompe énormément est culte pour moi, une de mes comédies de jeunesse à n'en pas douter ( avec les Bronzés n'en déplaisent à certains :lol: ). La partie de tennis avec l'avion qui passe au dessus de leur tête est le genre de scène que je pourrai me repasser à l'envi.
Ça c'est dans Nous irons tous au paradis.
"Le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" (Albert Camus)

Mes visionnages
Jordan White
King of (lolli)pop
Posts: 15434
Joined: 14 Apr 03, 15:14

Post by Jordan White »

AlexRow wrote:
Jordan White wrote:Un éléphant ça trompe énormément est culte pour moi, une de mes comédies de jeunesse à n'en pas douter ( avec les Bronzés n'en déplaisent à certains :lol: ). La partie de tennis avec l'avion qui passe au dessus de leur tête est le genre de scène que je pourrai me repasser à l'envi.
Ça c'est dans Nous irons tous au paradis.
Sûr ?
J'en arrive à tous les confondre.
Image

Je vote pour Victoria Romanova
Baston Labaffe
Batte man
Posts: 97
Joined: 3 Jul 05, 19:18
Location: au balloche avec mon manche de pioche

Post by Baston Labaffe »

Sûr. C'est une des seules suites à être aussi drôle que l'original. Mieux que la suite du grand blond en tout cas.
Jordan White
King of (lolli)pop
Posts: 15434
Joined: 14 Apr 03, 15:14

Post by Jordan White »

Ok, bon ça n'empêche que ça reste excellent.
Image

Je vote pour Victoria Romanova
Baston Labaffe
Batte man
Posts: 97
Joined: 3 Jul 05, 19:18
Location: au balloche avec mon manche de pioche

Post by Baston Labaffe »

Jordan White wrote:Ok, bon ça n'empêche que ça reste excellent.
Très bonne série. Plus réussie que le grand blond.
User avatar
Joshua Baskin
ambidextre godardien
Posts: 10018
Joined: 13 Apr 03, 20:28
Location: A la recherche de Zoltar

Post by Joshua Baskin »

Dans le documentaire, on apprend qu'Yves Robert et Jean Loup Dabadie planchaient sur un 3e episode ou forcement, la bande aurait 20 ans de plus. Guy Bedos serait paumé dans un pays exotique et les trois autres seraient partis le chercher.
Le destin en a decidé autrement...

Rien à voir, mais j'aime beaucoup le coeur des hommes aussi
Laissez-moi passer, je suis Francis Moury
Breezy
Passe ton bac d'abord
Posts: 8023
Joined: 13 Apr 03, 17:30
Last.fm
YMDB
Location: Brigadoon

Post by Breezy »

J'adore évidemment, Jean Rochefort est directement entré dans mes acteurs français préférés avec ces deux films, il est tout simplement IMMENSE. Avec Vincent, François, Paul et les autres, ce sont certainements les films "de potes" que je préfère, l'alchimie entre comédie pure et petites pointes d'émotion est parfaite.
Image
Highway Buckley
Invité
Posts: 1492
Joined: 17 Apr 05, 15:21

Post by Highway Buckley »

idem
Image
This is the best part of the trip...
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Yves Robert (1920-2002)

Post by Alligator »

Je commence avec le chef d'oeuvre Un éléphant ça trompe énormément. Film peu aidé par un titre ronflant, faisant plutôt penser à Pecas qu'à Sautet. Dommage. M'enfin, le titre porte bien son nom. Titre trompeur, énormément.

Un éléphant ça trompe énormément (Yves Robert, 1976) :

Image
_______________

Classique de la comédie française, ce film tellement dans le style et le goût d'Yves Robert fait preuve d'une belle maturité. Elle se teinte de noir, volontiers, à l'italienne. La comédie italienne sous des dehors de comédie burlesque se tord de douleur sociale, montre bien les crasses de la société italienne. Ici, Robert ne propose pas du tout ce regard corrosif sur la société française. Le noir de la vie n'est en rien le symptome d'un mal culturel, civilisationnel ou politique, il vient du quotidien, du banal, mais n'en fait pas moins souffrir ses sujets. Robert distille ici et là un regard plein d'humanité et de douceur.

Finalement, sans être une vraie comédie (on ne s'y poile pas tout le temps, loin de là), ce film est un condensé de vies, celles de quatre copains et leurs familles respectives. C'est une comédie de moeurs, joviale, tellement pleine de son temps, des ces années 70 qui laissent encore peu de place à l'angoisse sociale. On est encore dans l'insouciance des trente glorieuses. Bobos avant l'heure, ces moyens bourgeois vivent leur bonheur tranquillement et surtout restent soudés face aux évènements, plus ou moins tragiques de l'existence.

Le personnage principal, joué par Rochefort, ressemble bien à Rochefort lui même, ou du moins à l'idée qu'on s'en fait : gai, un peu guindé sur les bords à la manière d'un faux aristocrate, maladroit aussi, de mauvaise foi surtout, un peu lache également... en un mot, attachant.
Pourtant ce fieffé saligaud se met en tête comme en bite de tromper sa femme. Il l'aime, il n'y a pas de doute, mais un petit incident (une femme qui danse sur une bouche d'aération) le met dans un état second et change toute sa vie.

Le chef d'oeuvre du film est sûrement à mettre au compte du scénario (Robert et Dabadie), tellement bien écrit, avec des personnages fouillés, des dialogues piquants et un rythme ô combien millimétré.

Cet adultère donc forme en quelque sorte de fil rouge, de canevas central pour dépeindre les petits mondes satellites du personnage de Rochefort, qui l'occupent, l'astreignent, le tarabustent, l'enquiquinent pour finir par le colorer et lui donner tout son sens. Une belle vie quoi.

Ainsi découvre-t-on le personnage de Bouli, joué par un Lanoux rustre et macho qui s'en mord les doigts et les poils de moustache velue. Il trompe allègrement sa femme. Elle s'en va et le gorille s'effondre comme une bouse. Ses copains sont là pour le ramasser à la petite cuillère.
Il y a Brasseur dans son rôle à double face, mi-homme viril, qui ne dédaigne pas aller faire le coup de poing pour aider les copains et puis l'amoureux en larmes, parce qu'éconduit mais aussi à cause de son coming-out non maitrisé. Un homo qui refoule, évidemment plus mal que bien. Brasseur est étonnant parfois, jouant parfaitement de ces masques de virilité exagérée, de ces pacotilles, de ces costumes trop grands à porter tout seul, contre les autres.
Et puis on finit par Bedos assisté par sa mère Villalonga, la mère méditerranéenne, centrale, puissante, ultra présente, à deux portes l'un de l'autre, tout en gesticulations, la mamma, elle parle fort, lui aussi, ils s'entre-dévorent, s'aiment comme ça, avec un gros coeur et de gros poumons, à voix haute, avec les gestes de tempête qui vont avec. Un brin caricaturaux, ils nous offrent cependant quelques numéros de comédie pure, dans l'exagération, dans le paroxysme perpétuel.

Tout ce petit monde bouge, s'embrasse, se caresse, s'engueule, s'aime en quelque sorte dans un tourbillon de drôlerie mais aussi de tendresse, solidaires, unis. C'est une bande, une famille élargie où les personnages sont libres d'être seuls, où les amis ne sont pas loins. C'est justement le monde d'Yves Robert, les thématiques du lien, qu'il a déjà approché et travaillé, celle de Les Copains en 1964 ou de La guerre des boutons en 1962.
Cette glorification du plaisir, du bien commun, de l'humain, de la joie de vivre et de la force que l'on trouve chez l'autre, avec lui, pour soi et pour lui, toute cette justification de l'existence, cet hédonisme communicatif sont en soi une vision de la vie qui me plaît, un projet d'être auquel je souscris avec vigueur.

Ce qui me plait encore plus c'est que cette philosophie de vie est prononcée de manière très subtile et si juste, avec une grâce et une délicatesse que l'on ne retrouve guère que chez Sautet ou chez Monicelli. Ils sont peu nombreux les cinéastes à produire du plaisir avec tant de maîtrise et d'intelligence, en accord avec leurs propres principes, sans trop rien maquiller, sans grands artifices.

Il ne faudrait pas oublier un élément primordial du film, l'accompagnement musical soigneusement élaboré par Vladimir Cosma. Le thème principal, comme le petit morceau qui revient sans cesse quand Rochefort part dans ses rêveries érotiques avec comme sonorités les vagues et les mouettes, sont autant de partitions de bravoure en totale adéquation avec l'esprit qu'Yves Robert a voulu insufler à son film. Elément faisant partie intégrante du film et du scénario, la musique est largement un personnage à part entière.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15439
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Yves Robert (1920-2002)

Post by Watkinssien »

Très beau texte, que je souscris quasi entièrement.

Un Eléphant, Ca trompe Enormément est bel et bien un joyau de la comédie française (avec un beaucoup "d'italien" en ce qui me concerne) mis en scène avec élégance, parfaitement écrit, dialogué et joué.

Mais, pour ma part, le chef-d'oeuvre d'Yves Robert sera sa merveilleuse suite Nous irons Tous au Paradis, encore mieux mis en scène, écrit, dialogué et joué.

De toute façon, j'adore le cinéma d'Yves Robert, (cinéaste que j'ai eu la chance de rencontrer), sa bonne humeur, ses ruptures de ton, sa bonhomie, son pittoresque et sa poésie en font un des meilleurs réalisateurs "légers" du cinéma.

Un film majeur pour lequel le plaisir se renouvelle à chaque vision, c'est Alexandre le Bienheureux.
Image

Mother, I miss you :(
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Yves Robert (1920-2002)

Post by Alligator »

Je vais me clencher Nous irons tous au paradis ce soir ou demain soir. Il me semble que les deux films sont indissociables. Et dans mes souvenirs je suis bien en peine d'en trouver un plus important, plus beau que l'autre. Il me semble que le second est plus sombre. J'ai hâte de le retrouver. Ce sont des films que je n'avais pas vu à l'âge adulte. C'est un réel plaisir de cinéma que de les revoir.