Georges Lautner (1926-2013)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 17443
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Georges Lautner

Post by Profondo Rosso »

Bonne nouvelle ça maintenant j'aimerais bien qu'ils sortent Galia en dvd ça doit être la seule collaboration Mireille Darc/ Lautner que je n'ai pas vu et il ne passe jamais à la télé...
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18309
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Georges Lautner

Post by Kevin95 »

Profondo Rosso wrote:Bonne nouvelle ça maintenant j'aimerais bien qu'ils sortent Galia en dvd.
Je +1, avec Le Septième Juré et Road to Salina... et Le Cowboy.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
phibes
Réalisateur de seconde équipe
Posts: 5787
Joined: 2 May 03, 17:33

Re: Georges Lautner

Post by phibes »

le septième juré ( excellent ) passe en ce moment sur classik , il va certainement repasser .
Alphonse Tram
Réalisateur
Posts: 6783
Joined: 7 Jul 03, 08:50

Re: Georges Lautner

Post by Alphonse Tram »

Sur la dernière fournée (La grande sauterelle, et autres), Gaumont vidéo propose des sous-titres français pour malentendants (à première vue des st classiques). Idem pour la sortie prochaine des yeux sans visage toujours chez Gaumont. C'est assez rare pour être signalé et salué.
Souhaits : Alphabétiques - Par éditeurs
- « Il y aura toujours de la souffrance humaine… mais pour moi, il est impossible de continuer avec cette richesse et cette pauvreté ». - Louis ‘Studs’ Terkel (1912-2008) -
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18309
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Notez les films d'avril 2009

Post by Kevin95 »

Image

Est-ce bien raisonnable ? (Georges Lautner) Image

Avant d'entamer le gros tournage du Professionnel, Lautner s'autorise en compagnie d'une de ses muses (Miou-Miou) une comédie avec un léger soupçon de policier. Si Est-ce bien raisonnable ? n'est pas resté dans l'Histoire, il en n'est pas moins une très agréable comédie porté par un casting soigné, sorte de mélange entre les comédiens fétiches du metteur en scène et de nouvelles têtes (Gérard Lanvin ou Jean-Pierre Darroussin) encore tout jeunots. Le film aurait pu être supérieur si le scénario (pourtant de Jean-Marie Poiré) ne se perdait pas entre une intrigue complexe et finalement casse-gueule et les gags indispensables au film. Les dialogues d'Audiard sont réussit car même si l'auteur n'a pas écrit pour le film de "pavés" ou de phrases chocs, il distille tout le long et via tous les personnages des bons mots discrets mais efficaces. A noter tout de même que la scène avec Michel Galabru a visiblement tenue en halène Audiard.
Comme je le disais donc, Est-ce bien raisonnable ? n'est peut être pas inoubliable mais impossible de ne pas (comme l'équipe du film) passer un bon moment.
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23855
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Notez les films naphtas de décembre 2008

Post by Commissaire Juve »

Kevin95 wrote:
La Grande Sauterelle (Georges Lautner)

... un film de vacances ou un film fait pour son pur plaisir.
Loin de moi à dire par là que c'est un mauvais film ou mineur, mais seulement qu'ici, le metteur en scène se fout d'une quelconque intrigue, d'enjeux dramatiques ou même (c'est inédit) des dialogues de Michael Audiard. Il ne filme pas les bons mots, mais s'attarde sur sa muse (Darc), ses décors et son couple amoureux avec bonheur et joie de vivre...
Terminé hier soir... Je suis d'accord pour le film de vacances. Ce n'est pas un cru renversant. Il s'est fait plaisir à filmer Mireille Darc, point barre.

Incidemment : les gros plans de visage sur la demoiselle sont assez intrigants... le visage est clairement en "deux parties" : les éphélides en haut, rien en dessous... Les taches de son ont-elle été rajoutées au crayon ou est-ce le bas du visage qui a été tartiné de fond de teint ? (pour cacher d'autres taches) Assez étrange. Et pas toujours très joli sur un grand écran.
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
O'Malley
Monteur
Posts: 4520
Joined: 20 May 03, 16:41

Re: Notez les films naphtas de décembre 2008

Post by O'Malley »

Commissaire Juve wrote:
Kevin95 wrote:
La Grande Sauterelle (Georges Lautner)

... un film de vacances ou un film fait pour son pur plaisir.
Loin de moi à dire par là que c'est un mauvais film ou mineur, mais seulement qu'ici, le metteur en scène se fout d'une quelconque intrigue, d'enjeux dramatiques ou même (c'est inédit) des dialogues de Michael Audiard. Il ne filme pas les bons mots, mais s'attarde sur sa muse (Darc), ses décors et son couple amoureux avec bonheur et joie de vivre...
Terminé hier soir... Je suis d'accord pour le film de vacances. Ce n'est pas un cru renversant. Il s'est fait plaisir à filmer Mireille Darc, point barre.
C'est justement ce que j'aime dans La grande sauterelle: cette liberté totale du récit et du style pour une ode à Mireille Darc. Par moments, le film se rapporche même de l'expérimental tant Lautner bricole sur la photo, le montage et le rythme... Et puis, le final fait presque basculer le film dans la gravité, l'amertume. Cela n'engage que moi mais je considère Georges Lautner comme l'un des grands cinéastes formalistes français et ce film en est l'une des plus belles preuves!
A noter que Lautner utilise plusieurs morceaux musicaux "pop" de son précédent film: Ne nous fachons pas.

Par contre, sur le DVD, Gaumont a t-il réintégré le logo "la terre tourne" des années 50 et 60?
Last edited by O'Malley on 18 Apr 09, 23:47, edited 1 time in total.
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 17443
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Notez les films naphtas de décembre 2008

Post by Profondo Rosso »

O'Malley wrote:
Commissaire Juve wrote:
Terminé hier soir... Je suis d'accord pour le film de vacances. Ce n'est pas un cru renversant. Il s'est fait plaisir à filmer Mireille Darc, point barre.
C'est justement ce que j'aime dans La grande sauterelle: cette liberté totale du récit et du style pour une ode à Mireille Darc. Par moments, le film se rapporche même de l'expérimental tant Lautner bricole sur la photo, le montage et le rythme... Et puis, le final fait presque basculer le film dans la gravité, l'amertume. Cela n'engage que moi mais je considère Georges Lautner comme l'un des grands cinéastes formalistes français et ce film en est l'une des plus belles preuves!
A noter que Lautner utilise plusieurs morceaux musicales "pop" de son précédent film: Ne nous fachons pas.

Par contre, sur le DVD, Gaumont a t-il réintégré le logo "la terre tourne" des années 50 et 60?

Tout pareil "La Grande Sauterelle" est vraiment un de ses films qui me touche le plus j'adore l'abandon total du récit à mi parcours pours cette longue ballade avec les deux amoureux, visuellement sublime et Mireille Darc n'a jamais été aussi belle. Sinon pour le logi je crois bien que l'ancien logo demeure effectivement il faudrait que je vérifie (très belle copie qui rend bien justice à la beauté formelle du film en passant).
Alphonse Tram
Réalisateur
Posts: 6783
Joined: 7 Jul 03, 08:50

Re: Georges Lautner

Post by Alphonse Tram »

oui, les logos sont d'origine, avec la terre qui tourne en couleur. :D
Souhaits : Alphabétiques - Par éditeurs
- « Il y aura toujours de la souffrance humaine… mais pour moi, il est impossible de continuer avec cette richesse et cette pauvreté ». - Louis ‘Studs’ Terkel (1912-2008) -
O'Malley
Monteur
Posts: 4520
Joined: 20 May 03, 16:41

Re: Georges Lautner

Post by O'Malley »

ok merci... :D
User avatar
Kevin95
Footix Ier
Posts: 18309
Joined: 24 Oct 04, 16:51
Location: Devine !

Re: Notez les films d'avril 2009

Post by Kevin95 »

Image

Joyeuses Pâques (Georges Lautner) Image

Le film qui a toujours bénéficié d'un manque d'enthousiasme de beaucoup et est l'un des rares films avec Belmondo (fan boy inside) qui me manquait de découvrir.
Après un Professionnel fatiguant pour les deux hommes, Lautner et l'acteur se retrouve pour cette comédie de boulvard adapté (par l'auteur) d'une pièce de Jean Poiret (sachant que Belmondo c'était brouillé avec Audiard depuis Le Marginal) et autant dire qu'après deux minutes de film j'ai tout de suite compris pourquoi la critique a méprisé Joyeuses Pâques.
C'est simple, le film est un bon gros bras d'honneur de l'acteur et du réalisateur à une quelconque prétention intellectuel, dès le générique on comprend qu'ils sont là pour se marrer et donc faire rire ni plus ni moins. Ceux qui n'aiment pas le cabotinage made in Belmondo peuvent s'ennuyer devant (voir être en rage) mais perso, j'ai pris un panard coupable assez intense. C'est con, ça part dans tout les sens, s'en est même cartoonesque (avec bruitage à l'appuie), c'est de la comédie jouissive pour quiconque voulant se reposer le cerveau et le comédien est cabot mais alors cabot d'une force ! Moi j'adore.
Mauvais pour tous, Joyeuses Pâques fait partie maintenant de mon listing des métrages à voir en cas de cafard !
Les deux fléaux qui menacent l'humanité sont le désordre et l'ordre. La corruption me dégoûte, la vertu me donne le frisson. (Michel Audiard)
bronski
Touchez pas au grisbi
Posts: 17373
Joined: 23 Feb 05, 19:05
Location: location

Re: Notez les films d'avril 2009

Post by bronski »

Kevin95 wrote:Mauvais pour tous, Joyeuses Pâques fait partie maintenant de mon listing des métrages à voir en cas de cafard !
Je ressens la même chose avec Le Boulet d'Alain Berbérian avec Lanvin et Poelvoorde. J'adore ce film :mrgreen:
Et José Garcia complète le trio avec une prestation overthetop !
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Georges Lautner

Post by Alligator »

La grande sauterelle (Georges Lautner, 1967) :

Image

autres captures
_______________

Ca faisait belle lurette que je n'avais pas vu un film de Lautner. Et c'est à ma compagne que je dois cette redécouverte. Délicate attention de sa part, je te fais un smack baveux, mon amour.

Malheureusement, le plaisir n'est pas très intense. Je parle du film, pas du smack voyons! La grande sauterelle est un film charmant, mais plombé par un scénario trop frêle et une mise en scène et en image somme toute ordinaire malgré tous les efforts entrepris par Lautner pour donner à son film des airs de modernité et de jeunesse. Comme dans Ne nous fachons pas, mais sans la même réussite, Lautner saupoudre son récit de scènes musicales, pop-rock, présentant la jeunesse de l'époque dans ses flasques occupations, à fumer, danser, flirtouiller, boire, roupiller, bref les incontournables poncifs sur l'activité hippie, selon la vieille garde. Dans Ne nous fachons pas, la décoration sonore et visuelle donnait un décalage brillant et allumé, ici ça n'a pas du tout le même impact. Peut-être parce que Mireille Darc se trouve entre deux mondes, celui des hippies et celui d'Audiard et Lautner. Je ne sais pas. C'est difficile d'analyser cela. D'autant que le personnage de la grande sauterelle n'est pas dénué de charme. Non, non, pas sexuel, ce n'est pas du tout mon type de femme. Ca me donne l'occasion d'évoquer une actrice sans faire appel à son appeal, sans laisser parler mes ébullitions internes. C'est plutôt ce secret mélange qu'elle distille doucement sur certains plans entre la femme assumée, libre, moderne, forte et belle et puis, celle qui arbore un joli sourire, des regards timides, ceux de la femme enfant, avec ses tâches de rousseur plein la frimousse, une femme fragile. Cette dualité est éminement sympathique et l'on est comme déçu par le manque de passion qu'y met Krüger pour poser le genou devant cette jolie femme. Krüger est très bien en officier allemand, la mâchoire serrée et le regard glacé, mais en latin lover, il y a comme un défaut. Son sourire est enfantin, manquant de virilité et de charisme. Il ne se fond pas facilement dans le décor de ce Baalbeck, dans ce Liban ensoleillé et aride, dans cette histoire d'amour balbutiante. Le duo Darc-Krüger ne fonctionne pas. Lautner s'échine à nous les présenter sous toutes les coutures, dans de jolies séquences, dans des cadrages recherchés, en vain car la magie n'opère pas sérieusement. De beaux paysages, de beaux plans, de beaux acteurs ne font pas un beau film. Point d'alchimie.

Quelques scènes font saliver mais ne vont pas jusqu'au bout. Celle de l'introduction par exemple, du Audiard tout craché, est une belle promesse. "Tu veux que j'te dise : t'es con, non, tiens même pas, t'es bête. Ca se trouve t'as pas de cerveau!" Ca croustille. Même dans la bouche de George Géret, avec son débit un peu trainard pour le texte d'Audiard. Mais sur la longueur, ça ne tient pas la route. On aurait pu par exemple imaginer bien plus excitant que ces quelques envolées lyriques, trop courtes, mal disposées dans le récit, de Francis Blanche en vieux négociant nostalgique. Envolées décevantes poru tout dire. La nostalgie chez Audiard, c'est quand même quelque chose de magique. Je repense aussitôt à la fièvre verbeuse de Guiomar dans L'incorrigible ou le regard perdu de Blier et Ventura dans la scène de la cuisine à l'évocation de l'Indochine.

Je ne néglige pas cependant le toujours agréable moment passé en compagnie des comédiens du cinéma français qui ont forgé ma cinéphagie juvénile : Georges Géret, Venantino Venantini, Maurice Biraud, etc.

Finalement, cette grande sauterelle est un petit film, un peu plat, qui se laisse regarder sans grande palpitation, ni grand déplaisir.
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Georges Lautner

Post by Alligator »

Quelques messieurs trop tranquilles (Georges Lautner, 1973) :

Image

concours de trognes et tétons
_______________

Voilà le type de films que je voyais plus drôles et mieux fichus dans ma mémoire et qui engendrent donc lors de la revoyure une légère déception. La trame scénaristique avait pourtant une petite gueule sympathique. D'abord un village tranquille, trop, et vite perturbé par l'arrivée massive d'hippies, décidément une faune récurrente chez Lautner. Par dessus ce canevas peu original mais toujours piquant, se développe une trame approximativement policière avec un crime et des gangsters venus chercher un butin caché depuis belle lurette. Schmilblick qui aurait pu être explosif. L'absence de dynamisme est sans doute en grande partie engendrée par la faiblesse des dialogues de Jean-Marie Poiré. Dommage qu'Audiard fut trop surchargé de projets pour accepter celui-ci.

Encore une fois Lautner décore beaucoup son film, étouffant le rythme que l'action lui insuffle par moments. Ces parures diverses ne sont pas à proprement parler hideuses, bien au contraire : je suis encore subjugué par une des plus belles paires de seins jamais vues ever, mais il n'empêche que le tempo en prend de sacrés coups.
Alors tout repose finalement sur les acteurs et c'est vrai que certains sont excellents. Je vais sans aucun doute passer pour un malade mental, mais j'ai trouvé Paul Préboist très bon dans son rôle de paysan réac. J'irais même jusqu'à dire que Jean Lefebvre joue juste, sans les fioritures et excès dont il se repaît trop souvent par ailleurs. Galabru me plait beaucoup. Quand je vois ces trois-là dans ce film, je me dis que cette génération de nanaristes franchouillards avaient tout de même une bonne dose de talent. Oui, le mot est laché. Talent perceptible jusque dans ce petit film.
Tous ne sont pas enchanteurs, loin s'en faut : Renée Saint Cyr par exemple ne m'a rien inspiré du tout. André Pousse m'a paru même mauvais.
Dani, Guybet, Miou-Miou ou l'américain Charles Southwood font la job. Bordel, que Miou-Miou est jeune! Ses traits sont si juvéniles, lisses, que c'en est presque une autre personne. Drôle d'effet.

J'ai été surpris en découvrant qu'on devait la bande musicale rock péchue à Pierre Bachelet. Sont loins les corons.

Sinon, si les gags laissent froid -j'aime bien cependant le gimmick de Galabru sur les gamins, je crois que c'est le seul truc qui m'a fait sourire- j'ai une sorte d'affection pour ce genre d'histoires où des communautés très différentes et a priori hostiles se donnent la main. Mon côté fleur bleue, rose, vert pâle, jaune doré. Tolérance et humanisme en quelque sorte ne me laissent pas indifférent. Le traitement est un peu sommaire, mais le coeur y est. Je pense que Lautner part d'une bonne intention -je ne connais pas la teneur du roman adapté "La nuit des grands chiens malades"- et puis se perd un peu dans ses impératifs manouvriers : du téton dansant, de la cascade à tuture, du crayon gras sur les mots, les personnages et les situations.
O'Malley
Monteur
Posts: 4520
Joined: 20 May 03, 16:41

Re: Georges Lautner

Post by O'Malley »

Alligator wrote:Quelques messieurs trop tranquilles (Georges Lautner, 1973) :


Voilà le type de films que je voyais plus drôles et mieux fichus dans ma mémoire et qui engendrent donc lors de la revoyure une légère déception.
Tiens ton avis (et les photos sur ton site) me donne envie de le revoir.
Je garde le souvenir de quelques trognes incontournables de la comédie française (franchouillarde?) des années 70, d'un rythme alerte, de très jolies filles dénudées en effet, et d'une belle séquence d'ouverture: les interviews des villageois sur de vieux téléviseurs noirs et blancs suivis de l'arrivée des hippies tout bariolés sur la formidable musique de Pierre Bachelet.