Cannibal Holocaust (Ruggero Deodato - 1980)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Patrick Bateman
Assistant opérateur
Posts: 2300
Joined: 23 Jan 04, 13:38

Post by Patrick Bateman »

Akira wrote:
Patrick Bateman wrote:Je me demande encore comment ils ont simulé l'empalement de la jeune femme (que je n'ai vu qu'en photo) (?)
Ils l'expliquent dans le making-ok
Si mes souvenirs sont bons, ils ont accroché une selle au poteau (sur lequel elle etait assise donc) et lui ont mis un baton (du meme diametre) dans la bouche.
Tout le reste n'est qu'histoire de perspective.
Il est d'ailleurs drole de voir que cette scene est si realiste que Deodato a été obligé de refaire la technique pour prouver au procés que c'etais bien du simulé. :twisted:
Oui c'est l'idée que j'avais mais je ne pensais pas cela possible (gros diamètre du bâton sortant le la bouche, alignement difficile dû au poid et à l'inclinaison de la tête, mais bon avec un faux bâton ultra léger cela peut passer) encore une fois je n'ai pas vu le film, c'est peut-être bref dans le métrage contrairement aux photos.
This is not an exit.
Akira
Disciple zen
Posts: 5571
Joined: 9 Oct 03, 23:03
Location: Loin !

Post by Akira »

Patrick Bateman wrote:c'est peut-être bref dans le métrage contrairement aux photos.
Non t'as bien le temps de tout voir.
Et franchement, c'est vrai qu'avant de voir le film c'etait une image qui m'avait degouté mais apres vision elle est loin d'etre la pire (pour moi le foetus :? )
Manolito
Machino
Posts: 1042
Joined: 20 May 03, 17:16

Post by Manolito »

Pour la scène de l'empalement, il y a une photo dans un des deux ou trois derniers numéros de "Toxic", où l'on voit nettement la selle au niveau de l'entre-jambe de la jeune fille.
Vive Les Gnous
Assistant(e) machine à café
Posts: 152
Joined: 21 May 03, 16:50

Post by Vive Les Gnous »

j'aimerai bien voir ces photos moi dis donc
:D

J'suis fan des selles de vélo c'est pour ça
mannhunter
Laspalès
Posts: 16058
Joined: 13 Apr 03, 11:05
Location: Haute Normandie et Ile de France!

Post by mannhunter »

petite interview de Mr Deodato ici:

http://www.devildead.com/indexdossier.p ... =26&page=5
User avatar
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33377
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Post by Colqhoun »

Tiens, c'est bien que ce sujet remonte... le dvd a été interdit à la vente ?
Je ne le trouve plus nul part en Suisse.
"Give me all the bacon and eggs you have."
Nicolas Mag
Cadreur
Posts: 4016
Joined: 25 Apr 03, 16:11
Location: Lille 59

Post by Nicolas Mag »

Colqhoun wrote:Tiens, c'est bien que ce sujet remonte... le dvd a été interdit à la vente ?
Je ne le trouve plus nul part en Suisse.
s'il est estempillé -18 en suisse ça doit jouer
chez nous je l'ai vu recemment dans un coffret avec maniac notamment et c'etait en grande surface qui d'habitude sont frileuses
User avatar
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33377
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Post by Colqhoun »

Je ne l'ai plus trouvé dans le moindre magasin.
"Give me all the bacon and eggs you have."
Frank Bannister
The Virgin Swiss Hyde
Posts: 6874
Joined: 22 Feb 04, 18:02

Post by Frank Bannister »

Actuellement certaines enseignes vendent l'édition collector à 10 euros.
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49484
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Post by Boubakar »

Frank Bannister wrote:Actuellement certaines enseignes vendent l'édition collector à 10 euros.
Il est à 5 euros, dans une série de double dvd, avec notamment Maniac :o
haxandreyer
Stagiaire
Posts: 52
Joined: 17 Oct 05, 10:30

Post by haxandreyer »

C'est probablement l'un des plus beaux films jamais réalisés, à mon avis.

Déjà parce qu'à l'instar des films de contes de Pasolini, il y a un côté naturaliste exceptionnel doté d'une imagerie proche du documentaire, et donc de la vie comme elle s'écoule. Un film trés juste qui regroupe de nombreux thèmes intéressants et qui interroge assez violemment par sa mise en scène frontale.

Et puis surtout, c'est un film qui regarde notre civilisation droit dans les yeux, sans fard. Notre bonne vieille société européenne colonisatrice, qu'elle est belle !

Notre sentiment (à nous, occidentaux) d'être "civilisés" et ce besoin d'appliquer une "politique de civilisation" se traduit dans le film par les exactions de ces journalistes/documentaristes, nouveaux missionnaires, qui violent les aborigènes de ces pays nouveaux dans leur chair et leur culture.

Pour exemple, je rappelle juste ce mouvement de pensée occidental actuel qui souhaite imposer universellement une forme de démocratie, la monogamie et surtout la société de consommation (entre autres), comme si ces valeurs étaient d'essence divine (puisque transcendantes aux différentes cultures humaines :roll: :| ). Bref, ce film reste d'actualité.

Puis bien d'autres thèmes brillament illustrés dont bien sûr la légitimité d'un spectateur et d'un réalisateur de voir ou montrer des horreurs non simulées, avec cette scène de la tortue. Le montage, la durée, la mise en scène et la musique imposent un questionnement. Redoutable pour quiconque n'y est pas préparé !

Comme devant Salo, c'est un film devant lequel on se sent seul, plutôt démuni, et dont on ressort un peu différent. C'est là le grand talent des rares films moraux, et non moralisateurs.
User avatar
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33377
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Post by Colqhoun »

Frank Bannister wrote:Actuellement certaines enseignes vendent l'édition collector à 10 euros.
J'en déduis qu'il a été banni des ventes en Suisse.
"Give me all the bacon and eggs you have."
User avatar
Colqhoun
Qui a tué flanby ?
Posts: 33377
Joined: 9 Oct 03, 21:39
Location: Helvetica

Re: Cannibal Holocaust (Ruggero Deodato)

Post by Colqhoun »

Derrière son aspect cheap et mondo, cannibal holocaust est une chronique effrayante sur le journalisme à sensation.
C'est totalement rentre-dedans, excessivement ambiguë (comment justifier le massacre des animaux sensé servir le propos du film ?), fondamentalement dérangeant mais pourtant tellement puissant.
On est loin des cannibal flicks ritons des 80's qui ne misaient que sur l'horreur la plus vulgaire possible. Le film de Deodato, en présentant le récit en deux temps, par le biais de deux styles de mise en scène différents nous plonge dans une critique extrêmement virulente d'une société qui mise tout sur le spectacle, au pris d'une désinformation totale.
La conclusion du film (qui sont les vrais cannibals ?), bien qu'un peu trop appuyée, reste encore terriblement d'actualité.
Grand film.
"Give me all the bacon and eggs you have."
Frank Einstein
Régisseur
Posts: 3158
Joined: 18 Jan 07, 23:28
Location: Dans la lune

Re:

Post by Frank Einstein »

haxandreyer wrote:C'est probablement l'un des plus beaux films jamais réalisés, à mon avis.
Sans faire forcément preuve d'intolérance, rien qu'en lisant cette première phrase je sais d'avance que je vais lire la suite en croyant avoir fumé un pétard ! :uhuh:

On ne doit pas, comme souvent, avoir la même notion de la beauté... :fiou:
Image

"Il est toujours préférable d'être un faux-méchant que d'être un faux-gentil. (Le faux-gentil est souvent un vrai méchant)". J.-L. Fournier
User avatar
nobody smith
Monteur
Posts: 4722
Joined: 13 Dec 07, 19:24

Re: Cannibal Holocaust (Ruggero Deodato)

Post by nobody smith »

Très curieux de le découvrir par rapport bien sûr à sa sulfureuse réputation et surtout pour l’utilisation d’une mise en scène documentaire. Sur ce point, je suis assez déçu puisque le procédé n’intervient qu’à mi-parcours et son emploi comme outil narratif ne va guère loin (projet blair witch reste définitivement la référence en ce domaine). J’en ressors quand même satisfait, le film compensant son manque complet de finesse (des images déjà très appuyés dont le propos est paraphrasé quelques instants plus tard) par une force et une hargne bouleversante (la critique du journalisme sensationnel prend toujours malgré les années). La collection d’atrocités du film (cannibalismes et autres sévices justifiés par des rites tribaux, scène de sexe déviant dans la gadoue, meurtres d’animaux et autres joyeusetés trash) est aussi effrayante qu’hypnotisante par son jusqu’auboutisme et sa mise en parallèle entre les indigènes primitifs et les hommes dis civilisés est assez intéressante. C’est loin d’être dénué défaut (des faux raccords qui flirtent avec l’amateurisme complet) mais le film est loin d’être dénué d’idée derrière sa tripaille.
"Les contes et les rêves sont les vérités fantômes qui dureront, quand les simples faits, poussière et cendre, seront oubliés" Neil Gaiman
Image