Jacques Becker (1906-1960)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23409
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Jacques Becker (1906-1960)

Post by Commissaire Juve »

Le service public est plein d'imagination en ce moment... Ce soir ARTE, nous repasse Touchez pas au grisbi.

Je vais être "désagréable", mais ça n'a rien à voir avec l'âge (la séance de ce soir confirme ce que j'ai toujours pensé). La photographie est belle, la distribution est chouette, mais... faut bien reconnaître que tout le monde a un balai dans le "valseur", qu'on prend la pose, que ça ne vit pas beaucoup et qu'on s'emmerde un peu. On n'est pas loin du théâtre Nô ! (toutes mes excuses aux amateurs... de Nô, hein !)

Hier, je me suis revisionné Gas-Oil (Gilles Grangier, 1955), une sorte de "Touchez-pas-au-Grisbizploitation movie" campagnard, avec Gabin, avec Jeanne Moreau... avec de beaux éclairages aussi... et même Audiard aux dialogues... et c'était autrement plus "vivant".

Cela dit, j'aime bien le Becker (je l'ai acheté trois fois : en LD, en DVD, puis en DVD), mais...

EDIT : j'ajoute que j'ai lu le roman l'année dernière et que ça a été une épreuve... On avait beau être dans les années 50, c'était "presque" aussi pénible que de lire un roman noir d'aujourd'hui à base de "z'y-va, c'te fils de pute, j'vais lui niquer sa race !" ; horrible.

Dans un épisode de Derrick, on voit un mec entrer dans une pièce et inviter un autre mec à le suivre. Ils sortent tous les deux de la pièce, s'engagent dans un long couloir, puis descendent un escalier, puis se font un autre couloir. Après quoi, ils entrent dans un salon. Un des gars pose une fesse sur le canapé et l'autre dit :
Tu peux me dire ce qui se passe ?
Dans Touchez pas au grisbi, on a un peu la même scène. Max va chercher Riton. Ils grimpent dans sa bagnole. Riton demande :
Tu peux me dire ce qui se passe ?
Max répond :
Y a trop à dire ; on verra ça tout à l'heure !
Et la voiture démarre. Oh lala ! les dialoguistes... :?
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
bogart
Réalisateur
Posts: 6522
Joined: 25 Feb 04, 10:14

Re: Jacques Becker (1906-1960)

Post by bogart »

Commissaire Juve wrote:Le service public est plein d'imagination en ce moment... Ce soir ARTE, nous repasse Touchez pas au grisbi.

Je vais être "désagréable", mais ça n'a rien à voir avec l'âge (la séance de ce soir confirme ce que j'ai toujours pensé). La photographie est belle, la distribution est chouette, mais... faut bien reconnaître que tout le monde a un balai dans le "valseur", qu'on prend la pose, que ça ne vit pas beaucoup et qu'on s'emmerde un peu. On n'est pas loin du théâtre Nô ! (toutes mes excuses aux amateurs... de Nô, hein !)

Hier, je me suis revisionné Gas-Oil (Gilles Grangier, 1955), une sorte de "Touchez-pas-au-Grisbizploitation movie" campagnard, avec Gabin, avec Jeanne Moreau... avec de beaux éclairages aussi... et même Audiard aux dialogues... et c'était autrement plus "vivant".

Cela dit, j'aime bien le Becker (je l'ai acheté trois fois : en LD, en DVD, puis en DVD), mais...

EDIT : j'ajoute que j'ai lu le roman l'année dernière et que ça a été une épreuve... On avait beau être dans les années 50, c'était "presque" aussi pénible que de lire un roman noir d'aujourd'hui à base de "z'y-va, c'te fils de pute, j'vais lui niquer sa race !" ; horrible.

Dans un épisode de Derrick, on voit un mec entrer dans une pièce et inviter un autre mec à le suivre. Ils sortent tous les deux de la pièce, s'engagent dans un long couloir, puis descendent un escalier, puis se font un autre couloir. Après quoi, ils entrent dans un salon. Un des gars pose une fesse sur le canapé et l'autre dit :
Tu peux me dire ce qui se passe ?
Dans Touchez pas au grisbi, on a un peu la même scène. Max va chercher Riton. Ils grimpent dans sa bagnole. Riton demande :
Tu peux me dire ce qui se passe ?
Max répond :
Y a trop à dire ; on verra ça tout à l'heure !
Et la voiture démarre. Oh lala ! les dialoguistes... :?
Je me pose moins de question que toi, et j'éprouve autant de plaisir à revoir ce film de Becker.
Image
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23409
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Jacques Becker (1906-1960)

Post by Commissaire Juve »

Mais je ne me pose pas de questions... je fais simplement un constat (un peu attristé).

"Razzia sur la chnouf" et "Le Rouge est mis" sont autrement plus efficaces. "Le Grisbi" est un peu trop ampoulé, trop "exercice de style" (à la limite, il y a presque un côté "Pigalle à la comédie française").
Dans Touchez pas au grisbi, on a un peu la même scène. Max va chercher Riton. Ils grimpent dans sa bagnole. Riton demande :
Tu peux me dire ce qui se passe ?
Max répond :
Y a trop à dire ; on verra ça tout à l'heure !
Et la voiture démarre. Oh lala ! les dialoguistes... :?
Surtout que le "on verra ça plus tard", euh... ça se limite surtout à bouffer du foie gras sur des biscottes -- en faisant scrontch scrontch scrontch ('tain, les dialoguistes !), à mettre un pyjama, à faire gargouiller l'eau du dentifrice en gonflant les joues et à aller se coucher. Oh, la vache ! :lol:

C'est ce qui s'appelle une "décristallisation" ! :mrgreen:
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Jacques Becker (1906-1960)

Post by Federico »

Touchez pas au grisbi est moins "vendeur" que les audiarderies et forcément accuse son âge comme ses caïds en pyjama (on roule en Traction, pas encore en DS, on file des gifles, pas des mandales et les sulfateuses ont des ratés). Mais sa sobriété déjà un peu poseuse annonce Melville et puis j'aime bien les p'tits à-côté comme le personnage de la trop jeune "secrétaire" (Pauline Carton parlerait plutôt de "bonheur du jour" :wink: ) de l'oncle receleur, Gaby Basset (ex-Mme Gabin) et les conversations de bistro des vieux truands à la fin ("Max, dis-nous comment tu fais ?"). :)
Et puis c'est toujours impressionnant de voir que, dès son premier film, Ventura assurait sévère.
Image
Allons vite messieurs, quelqu'un pourrait venir, on pourrait se méprendre, et on jaserait. Nous venons déjà de frôler l'incident...
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23409
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Jacques Becker (1906-1960)

Post by Commissaire Juve »

Et je vous fiche mon billet que StudioCanal a déjà le BLU en réserve.

- laserdisc en décembre 1994
- 1e DVD en mars 1999
- 2e DVD en septembre 2001
- le BLU... bientôt (non ?)

Alors que "Compartiment tueurs" n'a même pas été édité en DVD. :? :mrgreen:
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
User avatar
Frances
Assistant opérateur
Posts: 2819
Joined: 3 Oct 12, 20:24

Re: Jacques Becker (1906-1960)

Post by Frances »

Commissaire Juve wrote:Mais je ne me pose pas de questions... je fais simplement un constat (un peu attristé).

"Razzia sur la chnouf" et "Le Rouge est mis" sont autrement plus efficaces.
D'accord concernant le Rouge est mis, revu grâce au br Gaumont il y a quelques jours. Razzia, je l'ai sous le coude :wink: .
A la révision donc, je me suis fait la réflexion : pour un film limite balayé sous le tapis il s'en sort sacrément bien. C'est bien mené, sans gras, les ambiances et les décors nous transportent sans fausses notes et les personnages sont ciselés avec précision. 1h25, rien à jeter et on a droit à quelques scènes (notamment à celle de la fin) qui n'a rien à envier à certains films noirs tournés de l'autre côté de l’Atlantique.

Quand je lis la critique de Jean Tulard dans son guide des films, je cite : "Film de gangsters à la française. Sans ennui et sans surprises. Gabin cabotine à coeur joie, surtout dans les scènes finales." je me dis qu'il ferait bien de revoir ses classiques. Sincèrement Grangier mérite mieux que ça.
"Il faut vouloir saisir plus qu'on ne peut étreindre." Robert Browning.
" - De mon temps, on pouvait cracher où on voulait. On n'avait pas encore inventé les microbes." Goupi
Mains Rouges.

Mes films du mois :
Spoiler (cliquez pour afficher)
Jan 21 : Cousin Jules
Fev 21 : Midnight special
Mar 21 : Nanouk l'esquimau
Avr 21 : Garden of stones
Mai 21 : Fellini Roma
User avatar
onvaalapub
Machino
Posts: 1372
Joined: 28 Mar 11, 18:02
Location: Monument Valley

Re: Jacques Becker (1906-1960)

Post by onvaalapub »

Frances wrote:
Commissaire Juve wrote:Mais je ne me pose pas de questions... je fais simplement un constat (un peu attristé).

"Razzia sur la chnouf" et "Le Rouge est mis" sont autrement plus efficaces.
D'accord concernant le Rouge est mis, revu grâce au br Gaumont il y a quelques jours. Razzia, je l'ai sous le coude :wink: .
A la révision donc, je me suis fait la réflexion : pour un film limite balayé sous le tapis il s'en sort sacrément bien. C'est bien mené, sans gras, les ambiances et les décors nous transportent sans fausses notes et les personnages sont ciselés avec précision. 1h25, rien à jeter et on a droit à quelques scènes (notamment à celle de la fin) qui n'a rien à envier à certains films noirs tournés de l'autre côté de l’Atlantique.

Quand je lis la critique de Jean Tulard dans son guide des films, je cite : "Film de gangsters à la française. Sans ennui et sans surprises. Gabin cabotine à coeur joie, surtout dans les scènes finales." je me dis qu'il ferait bien de revoir ses classiques. Sincèrement Grangier mérite mieux que ça.
Entièrement d'accord. Ce n'est pas un hasard si c'est avec ce film que Gabin redécolle.
Image
User avatar
Demi-Lune
Bronco Boulet
Posts: 14681
Joined: 20 Aug 09, 16:50
Location: Retraité de DvdClassik.

Re: Jacques Becker (1906-1960)

Post by Demi-Lune »

Commissaire Juve wrote:Je vais être "désagréable", mais ça n'a rien à voir avec l'âge (la séance de ce soir confirme ce que j'ai toujours pensé). La photographie est belle, la distribution est chouette, mais... faut bien reconnaître que tout le monde a un balai dans le "valseur", qu'on prend la pose, que ça ne vit pas beaucoup et qu'on s'emmerde un peu. On n'est pas loin du théâtre Nô ! (toutes mes excuses aux amateurs... de Nô, hein !)
Tu te sentiras sans doute moins seul si je te dis que la séance m'a été fort pénible aussi, hier soir. A part la prestance de Gabin et quelques détails osés (la nana qui sniffe un rail dans la voiture, pour un film de 1953 je ne m'attendais pas à ça, ou encore Gabin qui regarde la paire de seins de la secrétaire et devise dessus), un ennui insondable m'a saisi. Je crois que je suis allergique, d'une manière générale, à ce genre de polar à la Audiard.
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Jacques Becker (1906-1960)

Post by Federico »

Demi-Lune wrote:Je crois que je suis allergique, d'une manière générale, à ce genre de polar à la Audiard.
Là, ce serait plutôt aux polars à la Simonin... :wink:
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
Père Jules
Quizz à nos dépendances
Posts: 16745
Joined: 30 Mar 09, 20:11
Location: Avec mes chats sur l'Atalante

Re: Jacques Becker (1906-1960)

Post by Père Jules »

Mon top Becker

Image
1. Le trou (1960)
2. Antoine et Antoinette (1947)

Image
3. Casque d'or (1952)

Image
4. Goupi mains rouges (1943)
5. Les aventures d'Arsène Lupin (1957)
6. Rue de l'Estrapade (1953)
7. Rendez-vous de juillet (1949)
8. Touchez pas au grisbi (1954)
9. Edouard et Caroline (1951)

Image
10. Montparnasse 19 (1958)
11. Falbalas (1945)

Image
12. Dernier atout (1942)

Je crois qu'Ali Baba n'est pas indispensable... Je verrais ça sans doute un jour, mais je ne suis pas pressé.
User avatar
El Dadal
Réalisateur
Posts: 6314
Joined: 13 Mar 10, 01:34
Location: Sur son trône de vainqueur du Quiz 2020

Re: Jacques Becker (1906-1960)

Post by El Dadal »

Commissaire Juve wrote:Surtout que le "on verra ça plus tard", euh... ça se limite surtout à bouffer du foie gras sur des biscottes -- en faisant scrontch scrontch scrontch ('tain, les dialoguistes !), à mettre un pyjama, à faire gargouiller l'eau du dentifrice en gonflant les joues et à aller se coucher. Oh, la vache ! :lol:
:o Grand fou! La meilleure scène du film, qui est mon Becker préféré, un de mes films français préférés, et un de mes préférés tout court! Cette scène est idiosyncratique de notre francitude, si tu me permets. Des gangsters en pyjama mangeant du foie gras sur des biscottes qui font scrontch, je peux les regarder pendant des heures. Et pas que moi, Tarantino aussi visiblement, puisque l'ouverture de Reservoir Dogs m'en parait directement inspirée :wink:
Touchez pas au grisbi: 11/10
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Jacques Becker (1906-1960)

Post by Federico »

El Dadal wrote:
Commissaire Juve wrote:Surtout que le "on verra ça plus tard", euh... ça se limite surtout à bouffer du foie gras sur des biscottes -- en faisant scrontch scrontch scrontch ('tain, les dialoguistes !), à mettre un pyjama, à faire gargouiller l'eau du dentifrice en gonflant les joues et à aller se coucher. Oh, la vache ! :lol:
:o Grand fou! La meilleure scène du film, qui est mon Becker préféré, un de mes films français préférés, et un de mes préférés tout court! Cette scène est idiosyncratique de notre francitude, si tu me permets. Des gangsters en pyjama mangeant du foie gras sur des biscottes qui font scrontch, je peux les regarder pendant des heures. Et pas que moi, Tarantino aussi visiblement, puisque l'ouverture de Reservoir Dogs m'en parait directement inspirée :wink:
Touchez pas au grisbi: 11/10
On notera au passage qu'ils ont les mimines délicates, les vieux marlous. Parce qu'étaler du foie gras sur des biscottes sans tout envoyer valdinguer... Pour paraphraser un pilote de chasse qui parlait de l’appontage de nuit sur porte-avions : "C'est pas un sport de masse !" :uhuh:
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23409
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: Jacques Becker (1906-1960)

Post by Commissaire Juve »

:lol: Combien de prises pour c'te scène d'appontage ? :mrgreen:
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
Federico
Producteur
Posts: 9499
Joined: 9 May 09, 12:14
Location: Comme Mary Henry : au fond du lac

Re: Jacques Becker (1906-1960)

Post by Federico »

Commissaire Juve wrote::lol: Combien de prises pour c'te scène d'appontage ? :mrgreen:
Excellente question. Soit l'accessoiriste a remplacé le foie gras par du saindoux, soit la maison Heudebert fit son chiffre de l'année. :mrgreen:
The difference between life and the movies is that a script has to make sense, and life doesn't.
Joseph L. Mankiewicz
bogart
Réalisateur
Posts: 6522
Joined: 25 Feb 04, 10:14

Re: Jacques Becker (1906-1960)

Post by bogart »

El Dadal wrote:
Commissaire Juve wrote:Surtout que le "on verra ça plus tard", euh... ça se limite surtout à bouffer du foie gras sur des biscottes -- en faisant scrontch scrontch scrontch ('tain, les dialoguistes !), à mettre un pyjama, à faire gargouiller l'eau du dentifrice en gonflant les joues et à aller se coucher. Oh, la vache ! :lol:
:o Grand fou! La meilleure scène du film, qui est mon Becker préféré, un de mes films français préférés, et un de mes préférés tout court! Cette scène est idiosyncratique de notre francitude, si tu me permets. Des gangsters en pyjama mangeant du foie gras sur des biscottes qui font scrontch, je peux les regarder pendant des heures. Et pas que moi, Tarantino aussi visiblement, puisque l'ouverture de Reservoir Dogs m'en parait directement inspirée :wink:
Touchez pas au grisbi: 11/10
Avis que je partage.
Image