Une journée particulière (Ettore Scola - 1977)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Une journée particulière (Ettore Scola - 1977)

Post by Alligator »

Image

Una giornata particolare (Une journée particulière) (Ettore Scola, 1977) :
9/10
_______________

Image

Ettore Scola figure parmi les cinéastes les plus élégants et délicats que je connaisse. Un des plus justes également. Il est vrai que je n'en ai pas vu des tonnes du sieur Scola, mais pas de fautes de goût à déplorer jusqu'à aujourd'hui. Et ce n'est pas avec cette journée si particulière en effet que je pourrais être déçu.

Très théâtral dans sa structure en quasi huis clos, le film enveloppe ses deux personnages principaux dans un cocon merveilleux, avec une douceur et une chaleur extrêmement émouvante, ce qui va bien au delà des circonstances tragiques de l'histoire.

Vu récemment lors du festival cinémed rendant hommage à Mastroianni, le film fut présenté par un Mario Monicelli qui nous spoila le film en nous racontant la fin... et pourtant, malgré une projection pas loin d'être catastrophique, l'émotion fut grande, que dis-je, gigantesque grâce à ce couple d'acteurs jouant avec sobriété, malice et élégance.

Sophia Loren casse son image glamour, la fait littéralement voler en éclat et pourtant elle écrase le film de sa superbe, de son envoûtant charme, de sa sensualité débordante. Son personnage fatigué, éreinté par le manque patent d'affection découvre avec effroi le désir irrépressible d'être aimée, choyée, désirée, cajolée. Et cette demande transpire de tous les pores de sa peau, dégouline de son regard enfiévré.

Face à ce si soudain généreux personnage, Marcello joue un homosexuel dépressif (et pour cause, son sort dans l'Italie mussolinienne est peu enviable) avec l'incroyable maestria que l'on connait de cet immense acteur. Portant tout le poids du monde ces deux âmes perdues dans un monde brutal et insensible se trouvent, se découvrent et se donnent en cette journée si particulière une raison d'avoir vécu et peut-être de vivre encore.

Image
Cosmo Vitelli
Pipeaulogue
Posts: 7754
Joined: 13 Apr 03, 00:48
Location: Sur le forum DVDCLASSIK

Re: Une journée particulière (Ettore Scola)

Post by Cosmo Vitelli »

Alligator wrote:le film fut présenté par un Mario Monicelli
Il va bien ? :D
"De toutes les sciences humaines, la pipeaulogie - à ne pas confondre avec la pipe au logis - ou art de faire croire qu'on sait de quoi on parle, est sans conteste celle qui compte le plus de diplômés !" Cosmo (diplômé en pipeaulogie)
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15186
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Post by Watkinssien »

Une merveille !

Scola a signé l'un de ses meilleurs films, dans ce portrait magnifique de deux laissés-pour-compte, qui vont s'approcher, se toiser, rendre la complicité complexe, simplifier ce que l'humanité a de compliqué.

La mise en scène, élégante, sereine, d'une grande force d'observation, le scénario, d'une justesse rare et l'interprétaion remarquable de Sophia Loren (son plus beau rôle pour ma part) et de Marcello Mastroianni parachèvent la réussite majestueuse de ce très grand film, d'une beauté intense.
Image

Mother, I miss you :(
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Une journée particulière (Ettore Scola)

Post by Alligator »

Cosmo Vitelli wrote:
Alligator wrote:le film fut présenté par un Mario Monicelli
Il va bien ? :D
Très bien. Le saligaud est né en 1915. Tout beau, tout debout, tout dissert et parlant un français fort convenable pour un pépé qui cherche ses mots quelques fois. Impressionnant le petit père!
Blue
subMarine
Posts: 5406
Joined: 13 Sep 06, 13:32

Post by Blue »

Mon Scola préféré. Avec une mise en scène remarquable de bout en bout et une scène de cul particulièrement réussie.
Mon top éditeurs : 1/Carlotta 2/Gaumont 3/Studiocanal 4/Le Chat 5/Potemkine 6/Pathé 7/L'Atelier 8/Esc 9/Elephant 10/Rimini 11/Coin De Mire 12/Spectrum 13/Wildside 14/La Rabbia-Jokers 15/Sidonis 16/Artus 17/BQHL 18/Bach
Pollux
Doublure lumière
Posts: 553
Joined: 13 Apr 03, 22:59
Location: Paris

Re: Une journée particulière (Ettore Scola)

Post by Pollux »

Existe-t-il en zone 2 avec vostf ?
Parce que je ne vois que des versions françaises exclusivement.. :x

J'aimerais bcp voir ce film !
Last edited by Pollux on 15 Mar 08, 01:38, edited 1 time in total.
Image
User avatar
odelay
Mogul
Posts: 10350
Joined: 19 Apr 03, 09:21
Location: A Fraggle Rock

Re: Une journée particulière (Ettore Scola)

Post by odelay »

C'est le gros pb, il n'y a pas de DVD zone 2 en VOST pour ce chef d'oeuvre. C'est d'autant plus embetant que ce n'est pas Mastroianni qui se double dans le film!
Jipi
Assistant(e) machine à café
Posts: 107
Joined: 15 Feb 08, 09:55

Re: Une journée particulière (Ettore Scola)

Post by Jipi »

En cette singulière journée Antonietta mère de famille nombreuse et Gabriel homosexuel animent les pièces d'un immeuble pratiquement vide.

Non représentatifs de cette nouvelle Italie en marche, ils n’ont pas le droit d’acclamer les maîtres du moment.

Quelques heures permettent à deux exclus curieusement associés par leurs différences de communiquer.

La distance des incompréhensions diminue peu à peu. Cette mère « truie » porteuse d’abord réticente au discours hors norme de cet homme refoulé suite à sa non-conformité se laisse conquérir en percevant un statut de sous femme.

Une créature placardisée, soumise aux obligations d'une compréhension instaurant l'homme comme seigneur et maitre se porte à l'écoute d'un langage neuf.

Antonietta vieille avant l’age, usées par les taches quotidiennes épuisantes n'est receptrice d’aucunes reconnaissances de la part d’un régime qualifiant uniquement les femmes d’organismes de reproductions et de machines à dépoussiérer.

"Une Journée particulière" bénéficie d’une couleur amputée au maximum à la limite du noir et blanc. L’image blafarde sillon d'un visage terni décore d'un ocre pratiquement pale un regard creusé par une dévotion frisant l'esclavage.

Une exceptionnelle métamorphose acceptée par une grande comédienne perdant de sa superbe pour incarner une femme fanée détruite par sa résignation d'accepter quotiennement des théories imbéciles.

Un grand film pour une grande dame dont les possibilités sont enfin essorées à leurs maximums
Last edited by Jipi on 15 Mar 08, 12:48, edited 3 times in total.
Chaque individu a le devoir de se réaliser par l'esprit dans le contexte historique de son époque.
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16056
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Notez les films naphtas - Juin 2009

Post by Profondo Rosso »

Une Journée Particulière de Ettore Scola (1977)

Image

En pleine période fasciste italienne, nous assistons à la rencontre de deux êtres que tout semble séparer. Le pays en est à sa 16e année de fascisme et vit un tournant avec une fuite en avant : alliance allemande, lois raciales, déclaration de guerre (référence historique au 16 mai 1938). À Rome, le 8 mai 1938, Hitler rencontre Mussolini. Tous les Romains ont déserté leurs habitations pour aller assister à la cérémonie. Dans un grand immeuble, Antonietta, en bonne mère de famille nombreuse (conformément à l’endoctrinement mussolinien : un mari tout ce qu’il y a de plus machiste et six enfants), est contrainte de rester à la maison pour s’occuper des tâches ménagères alors qu’elle serait bien allée voir le Duce comme tout le monde. Le hasard va la mettre en contact avec un homme esseulé qu'elle a aperçu dans un appartement de l’autre côté de la cour. Il s’agit de Gabriele, un intellectuel homosexuel qui, pour cette raison, a été exclu de la radio nationale où il était présentateur et est menacé de déportation. Antonietta et Gabriele, sur fond de retransmission radiodiffusée de la parade militaire émanant de chez la concierge, vont d’abord s’affronter idéologiquement avant de se reconnaître dans leur commune et profonde solitude pour finalement vivre d’intenses émotions.

Un des derniers soubresauts de la comédie italienne (quoique on est plus proche du drame ici) et un des très grands films de Ettore Scola (qui entre "Nous nous sommes tant aimés" et "Affreux sales et méchants" juste avant et "Les Nouveaux Monstres" juste après enquillait les chef d'oeuvres comme des perles à ce moment là). Le film s'ouvre sur les images d'archives de l'accueil triomphal de Hitler en Italie, visite qui sert d'arrière plan pour un récit plus intimiste.
Le scénario confronte deux formes de solitude et d'exclusion, brisée par le régime fasciste de Mussolini. Sophia Loren tout d'abord, mère de famille (de 6 enfants, le 7e valant une prime aux famille de "famille nombreuse) qui entre un mari indifférent et autoritaire qui la trompe, les tâches ménagères et les enfants a des journées aussi remplies que pénibles et monotones. La première scène dans l'appartement où elle réveille tout le monde (et où Scola réutilise les procédés visuel de "Affreux, sales et méchant" et la caméra qui parcoure l'appartement en faisant découvrir progressive tout la la marmaille de gosses dans ce lieu exigu) est saisissante avec un Sophia Loren totalement méprisée par son entourage pratiquement au rang de domestique, il faut voir son mari carrément s'essuyer les mains avec sa robe de chambre et elle de lui lancer "Tu as besoin de te moucher aussi ?". On imagine facilement l'usure que provoque ce genre de moment vécu au quotidien, les traits tirés et le charme de Sophia Loren totalement annihilé illustrant bien la chose.
Le hasard provoque la rencontre avec Gabriele, son voisin lui aussi resté chez lui ce jour là et pour cause. Homosexuel montré du doigt et ayant perdu son travail de chroniqueur radio, il vit la même sentiment d'excusion et d'enfermement que Loren dans la société Mussolinienne exaltant la toute puissance de la figure masculine et virile. La différence étant que son statut d'intellectuel lui permet d'être conscient de sa situation alors que Sophia Loren la subit de manière détachée, résignée sur son sort.
Leur rencontre permet de partager progressivement leurs douleur et de montrer deux facettes de l'Italie non fasciste, la gauche intellectuelle représenté par Gabriele et les gens simple contraint de suivre le mouvement comme Antonieta qui admire malgré tout la prestance du Duce.
Scola livre un film d'une puissance dramatique bouleversante, chaque moment heureux étant immédiatement suivi d'un brutal retour à la réalité (sans parler des chants fascistes omniprésent en fond sonore comme une chape de plomb). Ainsi un café partagé amicalement se voit tempéré par une concierge qui épie les héros, le semblant d'intrigue amoureuse atténué par la magistrale scène ou Gabriele révèle son homosexualité et le final où après un moment de tendresse Antonieta retourne à sa prison tandis qu'un sort plus terrible encore attends Gabriele. Performance éblouissante d'une Sophia Loren poignante et attachante tandis que Marcello Mastroianni dévoile sa facette la plus fragile avec le talent qu'on lui connaît. 6/6
Jean Itard
Doublure lumière
Posts: 311
Joined: 8 Jan 09, 20:13

Re: Une journée particulière (Ettore Scola, 1977)

Post by Jean Itard »

Tout à fait d'accord avec toi !
Un chef d'œuvre dont même la vf ne parvient pas à nous gâcher l'immense plaisir. 8)
Je ne l'ai pas revu depuis un certain temps, une idée pour le mois prochain...
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49050
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Notez les films naphtas - Juin 2009

Post by Boubakar »

Profondo Rosso wrote:Une Journée Particulière de Ettore Scola (1977)
tu l'as vu au ciné, à l'occasion de sa ressortie ?
User avatar
Profondo Rosso
Howard Hughes
Posts: 16056
Joined: 13 Apr 06, 14:56

Re: Notez les films naphtas - Juin 2009

Post by Profondo Rosso »

Boubakar wrote:
Profondo Rosso wrote:Une Journée Particulière de Ettore Scola (1977)
tu l'as vu au ciné, à l'occasion de sa ressortie ?
Oui j'en ai profité pour enfin le revoir en VO vu que l'affreux dvd René Chateau ne propose que la vf. Autant pour les western ou les peplum ça ne me pose pas de problème mais de la comédie italienne en vf c'est juste pas possible, j'espère une réédition de qualité après cette ressortie ciné.
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49050
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Une journée particulière (Ettore Scola - 1977)

Post by Boubakar »

Le film est ressorti chez René Chateau sous cette jaquette :

Image

et où il y a un petit bandeau (VO/VF).
Pas de bonus, pas de chapitrage, mais ça n'empêche pas le film d'être un chef d’œuvre absolu !
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 20134
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: Une journée particulière (Ettore Scola - 1977)

Post by Rick Blaine »

Boubakar wrote:Le film est ressorti chez René Chateau sous cette jaquette :

Image

et où il y a un petit bandeau (VO/VF).
Pas de bonus, pas de chapitrage, mais ça n'empêche pas le film d'être un chef d’œuvre absolu !

Boubakar, ton annonce éclaire mon week-end! :D Je vais enfin pouvoir voir ce film dans les conditions que je souhaite!
Je vais me chercher ça. Tu l'as trouvé où?
User avatar
feb
I want to be alone with Garbo
Posts: 8800
Joined: 4 Nov 10, 07:47
Location: San Galgano

Re: Une journée particulière (Ettore Scola - 1977)

Post by feb »

:shock: Woh Boubakar merci pour cette info génialissime ! Par contre ça va être dur de ne pas se faire avoir sur Amazon.fr, va falloir assurer son achat.
ed wrote:Portrait de la jeune fille en feu
L'un des films les plus rigoureux, scénaristiquement et formellement, qu'il m'ait été donné de voir depuis longtemps (...)