Hardcore (Paul Schrader - 1979)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Frank Bannister
The Virgin Swiss Hyde
Posts: 6874
Joined: 22 Feb 04, 18:02

Hardcore (Paul Schrader - 1979)

Post by Frank Bannister »

Jack Van Dorn accompagne sa fille à un séminaire calviniste. Peu de temps après, l'adolescente disparait sans laisser de trace. Ce bon père de famille croyant et pratiquant met alors tout en oeuvre pour retrouver cette dernière. Il va meme jusqu'à engagé un Un detective privée qui retrouvera sa trace dans les milieux de l'industrie pornographique de Los Angeles. Bien décider à ramener son enfant dans son foyer, le père va plonger dans un monde glauque et sordide...

Comme à son habitude, Paul Schrader traite ici des valeurs religieuses, un thème cher au perosnnage, quasiment une marque de fabrique si l'on regarde les autres films auquel il a participé.
Comme Michael Powell l'avait fait bien avant lui (et comme le fera Joel Schumacher bien après), Paul Schrader aborde ici le délicat sujet du snuff movie. Mais le thème principal du film reste avant tout le chemin de croix, voire la descente au enfer, d'un homme. A sa manière, le réalisateur oppose ici le Bien et le Mal, à savoir, la vertu (celle d'un homme de principe) et le sexe (représenté ici de facon dégradente et sordide à travers le milieu pornographique).

En ne regardant ce film que d'un seul oeil, certains n'y verront peut-etre qu'un film de cul béni. Or, je pense que, comme dans le cinéma d'Abel Ferrara, tout est ici affaire de rédemption. Au terme de son incursion dans les milieux underground de L.A., Jack Van Dorn va peu à peu perdre confiance en tout ce qu'il croyait et par là meme ses repères. Cet homme pratiquant se retrouve en Enfer. Le personnage de Georges C. Scott est bien plus ambigue qu'il n'y parait dans le sens ou il se retrouve partagé entre ses principes moraux et son désir de vengeance envers ceux qu'il juge responsable de la situation de sa fille (je n'en dirais pas plus pour ne rien révéler de l'intrigue).
A travers Jack van Dorn se dévoile toute une représentation de l'Amérique, celle d'un pays à deux visages, partagé entre la libération sexuelle (n'oublions pas que nous sommes dans les années 70) et ses principes moraux et religieux.

Le film cherche à faire réagir le spectateur, notamment en le mettant mal à l'aise, comme le personnage lors de certaines situations ( SPOILER le casting d'acteurs pornos et le visionnage d'un film dans lequel joue sa fille notamment FIN DE SPOILER). Le film ne choque pas à proprement parler mais provoque une sorte de malaise.
Hardcore est véritablement un film symptomatiques des années 70 dans le sens ou il se permet des choses politiquement incorrect, impossible à retranscrire aujourd'hui à l'écran. Par exemple, la scène dans laquelle Jack Van Dorn surprend le détective privée avec une prostituée mineure dans une chambre de Motel est impensable dans l'esprit frigide des producteurs d'aujourd'hui.
Nous somme d'ailleurs dans une ambiance et des préoccupations propres au cinéma américain de cette décennie.

De plus, le film se veut assez glauque dans sa représentation des milieux undergrounds californiens. Les situations décrites bien sur, mais aussi le grain de la pellicule renforce encore cet aspect ainsi que certaines séquences filmées en plan serrés (on peut d'ailleurs faire le meme constat concernant le film de William Friedkin,Cruising) . Certains y ont vu dans ce film une complaisance nauséeuse dans sa représentation du sexe et de la femme. Le personnage principal fut également très critiqué: un bon père de famille commet des actes répréhensibles dans le seul but de retrouver sa fille. Pourtant, je n'y voit là pas de complaisance. Jack Van Dorn rejette physiquement (les nausées, les expressions de dégouts) et moralement ce monde qu'il découvre et cela, contrairement au détective qui accepte cet univers et en tire parfois profit. . Ce qui motive les actes de violence du personnage principal et son parcours c'est l'espoir de retrouver sa fille, et ca, tout père de famille qui regarde ce film le comprendra parfaitement je pense.

Pour moi Hardcore est véritablement un film symptomatique et caractéristique des années 70, une décennie que j'apprécie tout particulièrement, notamment sur le plan cinématographique. C'est un film à découvrir ou à redécouvrir.

Je sais aussi que le film beaucoup divise donc j'attend avec impatience vos avis sur ce film.

Image
Tuesday
Georges Abitbolchevique
Posts: 4685
Joined: 31 Jul 07, 11:04
Location: En train de préparer une tchatchouka à Momo...

Post by Tuesday »

Grand amateur de Schrader, fan de L.A. Federal Police, Sleepers et autres Affliction...
J'ai donc aussi grande envie de connaitre ce film. De plus, chaque apparition de George C Scott, pour moi, est un bonheur.

.....je sais à qui je vais demander... si le film existe en dvd, il est chez lui 8)
Image
Frank Bannister
The Virgin Swiss Hyde
Posts: 6874
Joined: 22 Feb 04, 18:02

Post by Frank Bannister »

TUESDAY wrote: .....je sais à qui je vais demander... si le film existe en dvd, il est chez lui 8)
le film existe en dvd.

Par contre les films que tu cites n'ont vraiment rien à voir avec le film. :wink:
Tuesday
Georges Abitbolchevique
Posts: 4685
Joined: 31 Jul 07, 11:04
Location: En train de préparer une tchatchouka à Momo...

Post by Tuesday »

Frank Bannister wrote:
TUESDAY wrote: .....je sais à qui je vais demander... si le film existe en dvd, il est chez lui 8)
le film existe en dvd.
Comme dit un ami helvete: "Joie :D "
Image
Wall of Voodoo Fan
Machino
Posts: 1092
Joined: 30 Nov 04, 15:00
Location: Tijuana ?

Post by Wall of Voodoo Fan »

Un similitude frappante entre deux films de la même époque : Hardcore et Hustle / La Cité des Dangers (Robert Aldrich, 1975)
Spoiler (cliquez pour afficher)
La scène bouleversante où George C. Scott voit le film porno dans lequel se trouve sa fille ressemble beaucoup à celle, tout aussi émouvante, où Ben Johnson apprend les activités de sa fille dans Hustle.
I wish I was in Tijuana, eating barbequed Iguana, I'd take requests on the telephone, I'm on a wavelength far from home. I'm on a Mexican Radio, I'm on a Mexican, woaa Radio !
Rupert Pupkin
Accessoiriste
Posts: 1528
Joined: 20 Oct 05, 09:06

Post by Rupert Pupkin »

Wall of Voodoo Fan wrote:Un similitude frappante entre deux films de la même époque : Hardcore et Hustle / La Cité des Dangers (Robert Aldrich, 1975)
Spoiler (cliquez pour afficher)
La scène bouleversante où George C. Scott voit le film porno dans lequel se trouve sa fille ressemble beaucoup à celle, tout aussi émouvante, où Ben Johnson apprend les activités de sa fille dans Hustle.
vi ça m'avait frappé à tel point que parfois je confondais les deux... Et il y a même un autre film (avec Lino Venturo) (dans les années 70) dont j'essaie de me rappeler le nom où se trouve exactement une scène du même genre (sauf que là c'est en plus pour faire chanter le père...)
bogart
Réalisateur
Posts: 6522
Joined: 25 Feb 04, 10:14

Post by bogart »

Rupert Pupkin wrote:
Wall of Voodoo Fan wrote:Un similitude frappante entre deux films de la même époque : Hardcore et Hustle / La Cité des Dangers (Robert Aldrich, 1975)
Spoiler (cliquez pour afficher)
La scène bouleversante où George C. Scott voit le film porno dans lequel se trouve sa fille ressemble beaucoup à celle, tout aussi émouvante, où Ben Johnson apprend les activités de sa fille dans Hustle.
vi ça m'avait frappé à tel point que parfois je confondais les deux... Et il y a même un autre film (avec Lino Venturo) (dans les années 70) dont j'essaie de me rappeler le nom où se trouve exactement une scène du même genre (sauf que là c'est en plus pour faire chanter le père...)
L'homme en colère de Claude Pinoteau.
Image
Lord Henry
A mes délires
Posts: 9466
Joined: 3 Jan 04, 01:49
Location: 17 Paseo Verde

Post by Lord Henry »

Le souvenir que j'en garde est surtout la découverte d'une actrice étonnante, Season Hubley; laquelle a d'ailleurs repris peu après du service sur le trottoir dans Vice Squad .
Image
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 50146
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Hardcore (Paul Schrader, 1979)

Post by Boubakar »

Je viens de le découvrir, et je suis pas loin de crier au génie sauf que.... la fin du film fout tout le reste par terre.
Pourtant, l'enquête du personnage, formidablement joué par George C. Scott (un petit air de Kirk Douglas), est vraiment passionnante, proposant une rupture entre les croyances de cet homme et ce qu'il vit dans sa rechercher, voyant des choses de plus en plus sordides.
Mais la fin, ultra-mielleuse,
Spoiler (cliquez pour afficher)
où il retrouve sa fille qui, hésitante devant sa nouvelle liberté, accepte de revenir au bercail une fois que celui-ci se met à pleurer
, flanque tout la noirceur qu'on avait vécu tout le long.
A cinq minutes près, on tenait un grand film. :(
Cadichon
Bourriquet au carré
Posts: 352
Joined: 4 Sep 08, 17:57

Re: Hardcore (Paul Schrader, 1979)

Post by Cadichon »

Un film mortellement ennuyeux, au rythme mou. Et une fois de plus avec les snuff-movie dont personne n'a prouvé l'existence. Néanmoins George C.Scott y est excellent interprétant à la fois le père dur et puritain mais aussi amoureux de son enfant.
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18892
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Hardcore (Paul Schrader - 1979)

Post by Supfiction »

Season Hubley avait fait un passage très remarqué dans Starsky & Hutch en tant que copine de Starsky. Ce qui lui permit d'avoir accès à d'autres rôles dont Hardcore deux ans plus tard ou New York 1997 en 1981.
ImageImageImageImageImage

Image
tenia wrote: rien de bien nouveau
Excelsior Supfiction - Excelsior Dvdclassik
Image
User avatar
Supfiction
Howard Hughes
Posts: 18892
Joined: 2 Aug 06, 15:02
Location: Have you seen the bridge?

Re: Hardcore (Paul Schrader - 1979)

Post by Supfiction »

Pour en revenir au film, il est intéressant de constater que la dépravation et les lieux sordides sont un thème récurrent chez Paul Schrader de Hardcore à The Canyons, en passant par American Gigolo (les trois se situant en partie à Los Angeles), et puis bien sûr Taxi Driver qui a de nombreuses similitudes avec Hardcore. Un homme erre dans un monde qui n'est pas le sien et qu'il ne comprend pas. La relation de C. Scott avec Season Hubley (Niki) renvoyant même à celle de De Niro / Travis avec la prostituée jouée par Jodie Foster.
Un bon film dont la dernière scène fait un peu baclée effectivement, tant le revirement final est soudain, comme si le film avait été raccourci de force..

Image
Image


Image

Sinon, je n'ai pas pu m'empêcher de rire en découvrant George C Scott déguisé en producteur de porno..
tenia wrote: rien de bien nouveau
Excelsior Supfiction - Excelsior Dvdclassik
Image