David Lean (1908-1991)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

A serious man
Doublure lumière
Posts: 311
Joined: 15 Feb 13, 21:24
Location: Bates motel

Re: David Lean (1908-1991)

Post by A serious man »

Rick Blaine wrote:
A serious man wrote: Tout dépend de ce qu'on entend par romantisme, si il s'agit de la sentimentalité fleur bleu, effectivement ça n'est pas du tout aproprié. En revanche je ne pense pas que les films de David Lean soit sans rapport avec le romantisme en tant que courant esthétique et intellectuel.
Oui bien sur, c'est évident, mais comme tu disais "gentil et romantique " il me semble que tu avais plutôt en tête quelque chose de relatif au fond.
Ah mais ce n'est pas moi qui disait gentil et romantique c'est moonfleet (oui moi aussi je suis un cafteur :mrgreen: )
"Il ne faut pas être timide avec la caméra. Il faut lui faire violence, la pousser jusque dans ses derniers retranchements, parce qu'elle est une vile mécanique. Ce qui compte, c'est la poésie."

Orson Welles
User avatar
Rick Blaine
Charles Foster Kane
Posts: 20165
Joined: 4 Aug 10, 13:53
Last.fm
Location: Paris

Re: David Lean (1908-1991)

Post by Rick Blaine »

A serious man wrote:
Rick Blaine wrote: Oui bien sur, c'est évident, mais comme tu disais "gentil et romantique " il me semble que tu avais plutôt en tête quelque chose de relatif au fond.
Ah mais ce n'est pas moi qui disait gentil et romantique c'est moonfleet (oui moi aussi je suis un cafteur :mrgreen: )
Oh mince j'ai confondu !
En tout cas ça explique ce que je refusais dans la notion de romantisme
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90440
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: David Lean (1908-1991)

Post by Jeremy Fox »

Bref, moonfleet va vite regarder les sublimes Brève rencontre et La route des Indes ainsi que le très bon Vacances à Venise et revenir nous en parler en faisant profil bas :twisted: :mrgreen:
User avatar
Sybille
Assistant opérateur
Posts: 2018
Joined: 23 Jun 05, 14:06

Re: David Lean (1908-1991)

Post by Sybille »

+ Docteur Jivago :mrgreen: (peut-être celui qui se rapproche le plus de la description romantique sentimentale si décriée d'ailleurs ? Je ne me souviens pas des détails).
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90440
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: David Lean (1908-1991)

Post by Jeremy Fox »

Ca me fait bizarre de parler à moonfleet ; comme un sentiment de schizophrénie :lol:
homerwell
Assistant opérateur
Posts: 2502
Joined: 12 Mar 06, 09:57

Re: David Lean (1908-1991)

Post by homerwell »

Jeremy Fox wrote:Ca me fait bizarre de parler à moonfleet ; comme un sentiment de schizophrénie :lol:
Jeremy Fox wrote:Bref, moonfleet va vite regarder les sublimes Brève rencontre et La route des Indes ainsi que le très bon Vacances à Venise et revenir nous en parler en faisant profil bas :twisted: :mrgreen:
Vaudrait peut être mieux dire à Serious Man et Juve de revoir du Lean, histoire d'être sûr. :mrgreen:
User avatar
moonfleet
Assistant opérateur
Posts: 2930
Joined: 13 Aug 09, 21:46
Location: fondue enchaînée

Re: David Lean (1908-1991)

Post by moonfleet »

Jeremy Fox wrote:Bref, moonfleet va vite regarder les sublimes Brève rencontre et La route des Indes ainsi que le très bon Vacances à Venise et revenir nous en parler en faisant profil bas :twisted: :mrgreen:
Non merci, pour Brêve Rencontre, j'ai vu le début et c'était soporifique, de plus je ne supporte pas Trevor Howard :mrgreen:

Pour revenir à Lawrence, mon argumentaire manque peut-être d'étayage mais pour faire bref, je n'aime pas ce personnage [l'homme blanc touché par la 'sagesse' du désert m'apparait le plus souvent comme ridicule (à part Théodore Monod :mrgreen: )], ni ce qu'il représente, ni le culte que l'on a de lui, et donc de la façon dont il est présenté par Lean (et interprété par O'Toole).
:arrow: Je passe à autre chose, à savoir un autre film classique que je n'aime pas du tout :D

En équivalence littéraire, sur les pays colonisés, je préfère largement la lucidité et l'ironie de Paul Bowles aux récits de Kipling, c'est sûr !!
Les lois de nos désirs sont des dés sans loisirs
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image

Image

Image
:arrow: Pauline Kael sur Kris Kristofferson dans Les Portes du Paradis: Quand il parle, son regard porte très loin, comme s'il essayait de lire un prompteur installé de l'autre côté de la rivière.
A serious man
Doublure lumière
Posts: 311
Joined: 15 Feb 13, 21:24
Location: Bates motel

Re: David Lean (1908-1991)

Post by A serious man »

moonfleet wrote: En équivalence littéraire, sur les pays colonisés, je préfère largement la lucidité et l'ironie de Paul Bowles aux récits de Kipling, c'est sûr !!
Sauf que David Lean n'a pas grand chose a voir avec Kippling que ça soit dans Lawrence d'Arabie ou dans La route des Indes a vrai dire il n'a même strictement rien a voir avec Kippling, surtout le second :fiou:
homerwell wrote:
Jeremy Fox wrote:Ca me fait bizarre de parler à moonfleet ; comme un sentiment de schizophrénie :lol:
Jeremy Fox wrote:Bref, moonfleet va vite regarder les sublimes Brève rencontre et La route des Indes ainsi que le très bon Vacances à Venise et revenir nous en parler en faisant profil bas :twisted: :mrgreen:
Vaudrait peut être mieux dire à Serious Man et Juve de revoir du Lean, histoire d'être sûr. :mrgreen:
je n'ai pas compris ce message :oops: :?:
"Il ne faut pas être timide avec la caméra. Il faut lui faire violence, la pousser jusque dans ses derniers retranchements, parce qu'elle est une vile mécanique. Ce qui compte, c'est la poésie."

Orson Welles
Lord Jim
Assistant(e) machine à café
Posts: 176
Joined: 26 Jan 06, 18:24

Re: David Lean (1908-1991)

Post by Lord Jim »

Ne t'inquiète pas Jeremy, quand on parle de Moofleet, je pense à toi! :wink:
I am not an actor, i am a movie star!!!


Image
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23016
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: David Lean (1908-1991)

Post by Commissaire Juve »

homerwell wrote: Vaudrait peut être mieux dire à Serious Man et Juve de revoir du Lean, histoire d'être sûr. :mrgreen:
Encore ! :o Mais je n'ai rien dit, moi. C'est un malentendu, c'est un problème de double quote ! :mrgreen:
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 90440
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: David Lean (1908-1991)

Post by Jeremy Fox »

Les amants passionnés chroniqué par Justin Kwedi à l'occasion de la sortie du film en combo Blu-ray/DVD chez Elephant Films.
villag
Accessoiriste
Posts: 1740
Joined: 24 Feb 08, 09:48
Location: la rochelle

Re: David Lean (1908-1991)

Post by villag »

Effectivement, LA ROUTE DES INDES n'a rien à voir avec Kipling, plutôt avec un certain E M Forster ( comme Chambre avec vue, Howards end ) ; ceci étant, c'est un très beau film, mon préféré de Lean ....
F d F ( Fan de Ford )
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23016
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: David Lean (1908-1991)

Post by Commissaire Juve »

moonfleet wrote:
A serious man wrote:
je ne sais pas bien ce que tu entend par gentil, mais romantique, si ce film est romantique alors ce n'est surement pas au sens sentimentale du terme (puisqu'il n'y a pas d'histoire d'amour) et que le film est bien plus centré sur la satire du comportement des colonisateurs anglais et surtout la difficulté d'un dialogue et d'une rencontre entre les deux civilisation, a travers les hésitations d'une jeune anglaise a l'éducation victorienne qui a la fois fasciné et attiré par l'Inde et dans le même temps répulsée et effrayée. J'avoue que je ne vois pas vraiment ce que ça a de gentil, quand au romantisme il y en a (il n'y a qu'a voir les plans de paysage) mais surement pas dans le sens réducteur de la sentimentalité (vu que c'est ce que tu semble mettre derrière ce terme avec ta référence a Brève Rencontre et Vacance a Venise)
Drame romantique si tu veux :mrgreen:
UP !

J'ai découvert La Route des Indes hier soir et j'avoue être resté sur ma faim.

Pas déplaisant, mais je me suis dit que c'était du Lean -- et du Maurice Jarre -- en petite forme (assez téléfilm... même pas de luxe). J'en retiens uniquement la scène de la balade au milieu des statues olé-olé !

Quant à Alec Guiness grimé en Indien ; je n'ai toujours pas compris.
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 9015
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: David Lean (1908-1991)

Post by Alexandre Angel »

Commissaire Juve wrote:Pas déplaisant, mais je me suis dit que c'était du Lean -- et du Maurice Jarre -- en petite forme (assez téléfilm... même pas de luxe)
Je reconnais (mais je ne l'ai pas revu depuis longtemps) que les tenants et aboutissants scénaristiques m'avaient laissé sur ma faim mais téléfilm, alors là non.. (outre le fait qu'il éxiste des beaux téléfilms) : c'est d'un classicisme somptueux.
User avatar
Commissaire Juve
Charles Foster Kane
Posts: 23016
Joined: 13 Apr 03, 13:27
Location: Aux trousses de Fantômas !

Re: David Lean (1908-1991)

Post by Commissaire Juve »

Somptueux ? Ah non... Je garde le mot pour "Laurence d'Arabie", "La fille de Ryan" ou "Dr Jivago"... Je parle bien sûr de la photographie.

Dans "La Route des Indes", il y a "un" truc joli à voir : le passage du train sur le pont... mais ça ne dure que quelques secondes.

La séquence des statues est très sympa (comme je l'ai écrit ci-dessus), mais visuellement assez passe-partout.
Last edited by Commissaire Juve on 15 Aug 17, 14:24, edited 1 time in total.
La vie de l'Homme oscille comme un pendule entre la douleur et l'ennui...