Luis Bunuel (1900-1983)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Jacques Palance
Assistant(e) machine à café
Posts: 163
Joined: 2 Aug 07, 21:55

Re: Votre TOP bunuel

Post by Jacques Palance »

1- La Vie criminelle d'Archibald de la Cruz
2- El
3- Belle de jour
4- Le Journal d'une femme de chambre
5- L'Ange exterminateur
User avatar
Miss Nobody
heureuse d'être contente
Posts: 9517
Joined: 23 Oct 05, 16:37
Location: Quelque part ailleurs

Re: Luis Bunuel (1900-1983)

Post by Miss Nobody »

Mon top

Hors compétition:
Un chien andalou

Excellent:
1) Le journal d'une femme de chambre
2) Tristana ex-equo Viridiana
3) Cet obscur objet de désir

Bien:
4) La vie criminelle d'Archibald de la Cruz
5) Los olvidados
6) La montée au ciel
7) Belle de jour
8 ) Le fantôme de la liberté
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 20965
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Luis Bunuel (1900-1983)

Post by Major Tom »

Excellents:
1) Le journal d'une femme de chambre
2) Los olvidados
3) La vie criminelle d'Archibald de la Cruz

Bien:
4) Le fantôme de la liberté
5) La Montée au Ciel
6) Cet obscur objet de désir

Pas mal:
7) Belle de jour
8) Viridiana
9) Tristana
Image
Clique ici... Image ...et ta vie va changer pour toujours.
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49061
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re:

Post by Boubakar »

Ratatouille wrote:Mon top Bunuel à moi !

1. Un Chien Andalou
2. L'Âge d'Or

Voilà. Super. :|
Tiens, je me joins au club des visionneurs de deux films de Bunuel ! :lol: :oops:

1 - Le journal d'une femme de chambre
2 - Belle de jour

Gu-re-to ! :|
User avatar
Major Tom
Petit ourson de Chine
Posts: 20965
Joined: 24 Aug 05, 14:28

Re: Re:

Post by Major Tom »

Boubakar wrote:je me joins au club
Personnellement, c'est mieux. :)
Image
Clique ici... Image ...et ta vie va changer pour toujours.
User avatar
Boubakar
Mécène hobbit
Posts: 49061
Joined: 31 Jul 03, 11:50

Re: Re:

Post by Boubakar »

Major Tom wrote:
Boubakar wrote:je me joins au club
Personnellement, c'est mieux. :)
Il est vrai, personnellement.
Super Soul
Assistant(e) machine à café
Posts: 296
Joined: 20 Jun 07, 15:32
Location: La Cinémathèque française

Intégrale Bunuel à la Cinémathèque française

Post by Super Soul »

Image

Intégrale Luis Bunuel à la Cinémathèque française, à partir du 10 juin prochain !

A noter une conférence de Frédéric Bonnaud (auteur du texte de présentation du cycle, assez polémique) le 11 juin et une rencontre avec JC Carrière à la suite de la projection de La voie lactée le 13 juin.
Je parle pas aux mecs qui ont une scène de chasse sur leur pull
Cosmo Vitelli
Pipeaulogue
Posts: 7754
Joined: 13 Apr 03, 00:48
Location: Sur le forum DVDCLASSIK

Re: Intégrale Bunuel à la Cinémathèque française

Post by Cosmo Vitelli »

Super Soul wrote: Frédéric Bonnaud (auteur du texte de présentation du cycle, assez polémique)
Ah bon, il a causé une polémique ?
"De toutes les sciences humaines, la pipeaulogie - à ne pas confondre avec la pipe au logis - ou art de faire croire qu'on sait de quoi on parle, est sans conteste celle qui compte le plus de diplômés !" Cosmo (diplômé en pipeaulogie)
Super Soul
Assistant(e) machine à café
Posts: 296
Joined: 20 Jun 07, 15:32
Location: La Cinémathèque française

Re: Intégrale Bunuel à la Cinémathèque française

Post by Super Soul »

Cosmo Vitelli wrote:
Super Soul wrote: Frédéric Bonnaud (auteur du texte de présentation du cycle, assez polémique)
Ah bon, il a causé une polémique ?
Enorme, une bataille d'Hernani d'au moins deux personnes :mrgreen:

Non, mais à titre personnel, je trouve la conclusion sur la période française de Bunuel assez expéditive...
Je parle pas aux mecs qui ont une scène de chasse sur leur pull
Cosmo Vitelli
Pipeaulogue
Posts: 7754
Joined: 13 Apr 03, 00:48
Location: Sur le forum DVDCLASSIK

Re: Intégrale Bunuel à la Cinémathèque française

Post by Cosmo Vitelli »

Super Soul wrote:
Cosmo Vitelli wrote: Ah bon, il a causé une polémique ?
Enorme, une bataille d'Hernani d'au moins deux personnes :mrgreen:
:mrgreen:
"De toutes les sciences humaines, la pipeaulogie - à ne pas confondre avec la pipe au logis - ou art de faire croire qu'on sait de quoi on parle, est sans conteste celle qui compte le plus de diplômés !" Cosmo (diplômé en pipeaulogie)
someone1600
Euphémiste
Posts: 8853
Joined: 14 Apr 05, 20:28
Location: Québec

Re: Luis Bunuel (1900-1983)

Post by someone1600 »

Pas vu un seul film encore... :oops:

Par contre, j'ai quelque part un enregistrement de Belle de jour, qu'il faudrait que je visionne... :? :oops:
User avatar
Phnom&Penh
Accessoiriste
Posts: 1971
Joined: 28 Feb 08, 12:17
Location: Tengo un palacio en Granada

Re: Luis Bunuel (1900-1983)

Post by Phnom&Penh »

Super Soul wrote: Intégrale Luis Bunuel à la Cinémathèque française, à partir du 10 juin prochain !

A noter une conférence de Frédéric Bonnaud (auteur du texte de présentation du cycle, assez polémique) le 11 juin et une rencontre avec JC Carrière à la suite de la projection de La voie lactée le 13 juin.
C'est vrai qu'il fait court, voire vraiment expéditif sur la période française, mais le texte en lui-même est génial! (la photo aussi d'ailleurs).
Très bonne nouvelle!
"pour cet enfant devenu grand, le cinéma et la femme sont restés deux notions absolument inséparables", Chris Marker

Image
Le Chiffre
Assistant(e) machine à café
Posts: 226
Joined: 28 Jul 07, 20:00
Location: Casino Royale, Montenegro

Re: Luis Bunuel (1900-1983)

Post by Le Chiffre »

La Cinémathèque bruxelloise lui a également consacré un cycle le mois dernier.
Nothing sinister...
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Luis Bunuel (1900-1983)

Post by Alligator »

Belle de jour (Luis Buñuel, 1967) :

http://alligatographe.blogspot.com/2009 ... -jour.html

Image
_______________

Foutre! Que de temps passé depuis mon dernier Bunuel! Cela doit dépasser les cinq ans, assurément! Et ces retrouvailles, si elles n'ont pas été aussi chaudement appréciées que lors de l'extraordinaire Charme discret de la bourgeoisie, elles recèlent pourtant quelques pépites d'un humour provocateur que Jean-Louis Carrière et Luis Bunuel savent si habilement instiller dans un récit à l'aspect de prime abord académique, excepté pour les séquences oniriques par lesquelles "Belle de jour" s'échappe avec hardiesse et sentiment de culpabilité de la morne réalité. Le duo d'auteurs s'attaque une nouvelle fois à la bourgeoisie, ses espaces étriqués, ses esprits limités qui favorisent un malaise inexplicable. Belle de jour ne sait pourquoi elle se sent aussi attirée par le sexe. Elle livre d'abord une lutte sans merci contre ses pulsions inavouables ; entre attirance et répulsion, son corps est ballotté avec une violence incompréhensible. Alors qu'elle se trouve au bord de la crise de nerf, un Piccoli pervers à souhait, libre surtout, lui donne les clés de son salut. Dans un deuxième temps, Belle de jour doit payer le prix de cette liberté. Tombant de Charybde en Scylla, il semble que la bourgeoise soit condamnée à ne pouvoir vivre épanouie, heureuse. On sent là que Bunuel lui même est tenaillé par le sentiment de culpabilité. Jamais il ne laisse sa Belle de jour en paix. A l'instar d'un Flaubert bovarien, on comprend... tsss... on croit comprendre -restons humbles- que pour Bunuel, Belle c'est lui! Elle est l'astre blanc, la lumière blonde autour de laquelle la caméra tourne, aliénée pour son pouvoir d'attraction solaire, obsédée par la nécessité vitale de suivre avec quel acharnement le destin semble se jouer de la pauvre Belle. Sadisme de la caméra -et du spectateur- masochisme du personnage coexistent, s'autovitalisent dans une danse macabre où les victimes expiatoires, les chèvres se révèlent être Jean Sorel et Pierre Clémenti.

La photographie de Sacha Vierny offre des contrastes chromatiques saisissants de sens, les gris monotones du couple par opposition à la diversité veloutée de la maison close. Belle de jour entre chair crême et rouge sang, comme le vase de roses qu'elle fait choir se déplace également dans des espaces aux couleurs dédiées à ses émotions, sensations et angoisses. Comme dans un rêve. Par bien des aspects, cette Belle de jour me fait songer à Alice aux pays des sévices ou des délices -rayez la mention inutile- sans cesse bousculée par une destinée floue et des angoisses désincarnées qui motivent l'expérience charnelle de la transgression, elle cherche sa voie, un salut incertain.

La mise en scène de Bunuel est a priori très sèche et directe. Sans doute laisse-t-il une large part de responsabilité et d'initiative aux acteurs? J'ai tout bonnement été séduit par Michel Piccoli ou même Francis Blanche dans des rôles secondaires où leur justesse, omniprésente, n'a cessé de me bluffer. Les toutes premières scènes de Piccoli sont si subjugantes que je me suis pris à l'admirer. Mais il est si précis dans son jeu que je n'ai pas eu de mal à revenir dans le film aussitôt, sans problème.
Il n'est pas nécessaire d'être un grand consommateur de films pour s'apercevoir assez rapidement pendant le visionnage que la jeune Catherine Deneuve fait preuve d'une redoutable efficacité. Justesse également. L'ambiguité du personnage, les troubles, les perturbations dans lesquelles elle se sent emprisonnée sont très joliment dessinées, avec une grande maitrise qui force le respect et les applaudissements.
Jean Sorel reste encore un mystère pour moi. Vu récemment dans Chair de poule où il m'avait semblé très lisse, j'ai ici bien du mal à lui trouver de plus ample attrait. Toujours tiré à quatre épingles, son image est comme figée, ce qui cela dit coincide logiquement ici avec son personnage de bourgeois, gentil, propret, à l'horizon bêtement plat et vide.
Pierre Clémenti n'est pas moins mal loti avec son exact opposé : le voyou, sale, rude et dont la brutalité n'a d'égale que la courte vue de l'existence et des sentiments. Son jeu un brin ampoulé n'échappe pas aux clichés du genre.

Fines provocations au parfums surréalistes (on ne se refait pas) et jeux de comédiens succulents garnissent un film intelligent et drôle qui ne cache pas cependant le lit de tristesse sur lequel il se couche avec une étrange allégresse.

Image
Alligator
Réalisateur
Posts: 6629
Joined: 8 Feb 04, 12:25
Location: Hérault qui a rejoint sa gironde

Re: Luis Bunuel (1900-1983)

Post by Alligator »

Tristana (Luis Buñuel, 1970) :

Image

http://alligatographe.blogspot.com/2010 ... stana.html
_______________

Un peu navré de découvrir que le dvd Studio Canal n'a qu'une piste audio française à offrir, on se lance tout de même dans le bain tolédan.

Et de rencontrer un personnages des plus abjects et hypocrites que j'ai jamais vus. Fernando Rey incarne un aristocrate en pleine déchéance, égocentrique et amoureux de l'image révolutionnaire et chevaleresque qu'il se donne malgré la réalité totalement réactionnaire au contraire qui fait du quotidien de Tristana un enfer. L'incapacité du bonhomme à ne serait-ce qu'entrevoir toutes les contradictions entre ses discours et ses actes est presque d'un comique tragique, morbide, celui qui se développe à partir des caractères les plus pathétiques, lâches, engoncés dans leur suffisance et finalement fossoyeurs de leur propre bonheur.

Le pire est que la victime finit par se laisser charmer par ce qu'elle croit être de l'amour. Naît de leur relation sado-masochiste -une récurrence lorsqu'il s'agit de Deneuve chez Bunuel- une histoire triste dans laquelle le bourreau prend la place de la victime et vice-versa. Don Lope (Rey) s'humanise un tant soit peu, reçoit des curés qu'il a abhorré toute sa vie, au fur et à mesure que Tristana s'assèche, perd de son éclat, se ratatine sur ses béquilles, se fane, devient l'ombre d'elle même, une femme acariâtre et qui tient Don Lope dans ses mains. La cage a changé d'oiseau. Comme toujours chez Bunuel, l'image se confond avec le symbole à de nombreuses reprises. On s'amusera à noter quelques plans évocateurs.

Un film plaisant, intelligent, d'une profonde noirceur et d'une triste misanthropie.