Rio Bravo (Howard Hawks - 1959)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Wagner
Assistant opérateur
Posts: 2258
Joined: 2 Oct 04, 19:21
Location: Dans le temps

Re: Rio Bravo (Howard Hawks - 1959)

Post by Wagner »

je vois que deux ouvrages ont été publiés sur le film, un chez Yellow Now par un certain M. Gabaston, l'autre chez L'Harmattan par Leutrat. Je serais volontiers preneur d'un retour afin de faire un choix éclairé :wink:
Image

Ego sum qui sum
20thCenturyBoy
Stagiaire
Posts: 38
Joined: 14 Nov 11, 00:57

Re: Rio Bravo (Howard Hawks - 1959)

Post by 20thCenturyBoy »

Revu ce soir pour la énième fois : je suis retombé amoureux d'Angie Dickinson, j'ai de nouveau eu envie de payer un verre (de limonade) à Dean Martin, de pousser la chansonnette avec Ricky Nelson, de jouer aux cartes avec Walter Brennan et de patrouiller avec John Wayne. Pas trop longtemps non plus parce que cette petite ville on en vite fait le tour. Pas banal ce huis-clos en espace ouvert : les lieux sont filmés avec une telle simplicité, parcourus en long, en large et en travers qu'on se prend à vite les connaître par coeur et à y habiter au même titre que les personnages. En fermant les yeux je peux sans difficulté retracer mentalement le parcours de la cellule de Burdette jusqu'à la chambre d'hôtel de Feathers. C'est le western le plus accueillant que j'ai pu voir, presque un petit film-monde invitant le spectateur à se plonger avec quiétude dans un Ouest américain sans grand danger (on ne tremble jamais vraiment pour la vie des protagonistes, donc pas d'enjeux classiques) et où presque tout le monde finit par retrouver une félicité bien méritée. Bonheur communicatif qui culmine dans cette scène précieuse des deux chansons qui ne manquent jamais de dessiner un grand sourire sur mon visage. On a presque l'impression que Dean Martin va se tourner vers la caméra et dire "Alors, elle est pas belle la vie ma gueule ?"

Elle ne manque en tout cas jamais de l'être pendant les deux heures et demie que dure Rio Bravo.
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89966
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Rio Bravo (Howard Hawks - 1959)

Post by Jeremy Fox »

Ce n'est pas faux ; je partage totalement ton avis :wink:

Bienvenue au fait
User avatar
Thaddeus
Ewok on the wild side
Posts: 5665
Joined: 16 Feb 07, 22:49
Location: 1612 Havenhurst

Re: Rio Bravo (Howard Hawks - 1959)

Post by Thaddeus »

Évidemment, quand on a lu (entre autres) la critique de Jeremy Fox sur le site, on se dit qu'il n'y a plus rien à dire sur le film. Mais il est tellement génial (comme l'indique sa place confortée dans le Top 100 du forum) qu'il vaut bien un texte redondant de plus.


Image


Le western à huis-clos



Il fait déjà nuit à Rio Bravo, toute la lumière jaune vient du saloon. On ne voit que le bas de la porte, une paire de bottes. Hésitation. L'homme qui est dans ces godillots entre sans assurance. Au plan suivant il est défini : hâve, fébrile (un tic : se caresser le menton avec une apparence de perplexité), imbibé d'alcool. Hawks a visé juste : dans un instant, le destin de Dude va bien se jouer à ras de terre. Accepter de ramasser un dollar jeté dans un crachoir, on ne tombe pas plus bas. Toute l'action du film va sortir de ce récipient, dans lequel se dessine le rachat de l’ivrogne. Western en vase clos ? Le pluriel même s'impose : crachoir, bureau-prison du shérif, et ce qui les contient tous, la ville, dont on ne s'écarte pas, le règlement de comptes final en étant à la lisière. Dans la galaxie westernienne, Rio Bravo est resserré sur lui-même, et cette constriction ajoute à l'évidence d'une dramatisation de l'Ouest quotidien — le champ refermé sur une vie qui donne tout leur poids à la crasse, à un paquet de café, à une livre de sucre... et à ces quelques arpents volés par les Burdette à Stumpy, autrefois, dont le souvenir nourrit sa haine gouailleuse pour les deux salopards. L'impérial Howard Hawks a signé ici un classique inusable à l'opposé de La Rivière Rouge, qui chantait la magnificence empathique de l'espace. Mais c'est par une différence de nature et non de degré que Rio Bravo s'oppose au western-épopée, support de la naissance d'une nation intégrant l'histoire à la mythologie de l'Union. Il s'en éloigne moins par le dessin de son action que parce que les contradictions, si remarquablement combinées à sa thématique, le placent sur le versant descendant de la conquête, celui où l'aventure, qui n'est plus que l'ultime refus de la loi, vient mourir entre les barrières et les codes d'une société aspirant à la stabilité. Ce n'est plus la migration fabuleuse mais l'enracinement dans l'ordinaire. Ici chaque coup de feu engage son homme et répond à un processus complexe. Loin de satisfaire un besoin de pittoresque, le réalisme poussé et le choix des tranches de vie traduit une nécessité d’ordre psychologique. Il fait voir les choses de près et par là même substitue aux figures légendaire de simples personnages. Étant entendu que simples ne signifie pas simplistes ; plus encore, cela ne les empêche pas d’être libres et héroïques. Libres car ils sont capables de s’adapter à tous. Héroïques car ils ont une conscience claire des moyens dont ils disposent pour atteindre le but qu’ils se sont fixés. Il leur faut vaincre parce qu’ils ont décidé de s’atteler à cette tâche et qu’aucun homme ne recule jamais devant la tâche à accomplir.

Comme la rue principale de Rio Bravo, bourgade archétypique alignant ses perrons et ses façades de bois pour notre surprise toujours ravivée, la ligne de force du film sépare traditionnellement les bons des méchants. Les frères Burdette, Joe l'abruti et Nathan l'élégant cerveau en feutre blanc (préfiguration du politicien pourri), à qui la moitié de la ville appartient, se sont taillés à coups de colts un état là où l'État existe à peine. Contre eux, le marshall John T. Chance, à qui John Wayne donne sa mesure et une épaisseur tranquille : l'éléphant de justice, d'abord masqué par la mousse du savon à barbe, qui lui permet d'être à la fois acteur et témoin — témoin de l'humiliation de Dude, qui ignorait sa présence dans le saloon, et témoin d'un meurtre. De la barbe au crachoir, le drame ne privilégie rien que de quotidien. Les gestes sont ceux qu'il faut exécuter pour vivre décemment en bonne compagnie : on enverra Dude prendre un bain afin que chacun puisse se sentir plus à l'aise dans l'espace confiné qu'est la prison assiégée ; mais, dérision, c'est un pot de fleurs lancé à travers une fenêtre qui sauvera le shérif désarmé par trois tueurs à la solde de Nathan. Le représentant de l'ordre ne fera confiance qu'à ce qui lui est familier : tout étranger lui est dans un premier temps suspect, la jolie femme arrivée par la diligence autant que le tricheur professionnel expulsé de la ville le lendemain. Et puisque son arme est caution de sa vie, l'homme de l'Ouest qu'il est encore ne se sépare jamais de son fusil aux canons courts, qu'il préfère à tout autre arsenal et manie comme une canne à pêche.


Image



La caméra de Hawks happe les choses, les situations et les évènements de la même manière. Le cadre est toujours exactement là où il faut pour nous faire mordre à l'appât : aucune envolée sur le paysage, aucun bavardage visuel. L'utilisation du champ-contre-champ dans la grande rue, quand Dude en faction, puis Chance à son tour, se font surprendre, ou dans la rencontre entre Dude et Joe, reste d'une parfaite sobriété. Comme le shérif, le cinéaste mise sur ce qui est naturel et s'y tient. Il gagne à chaque image, sans morceau de bravoure. Cette économie fait qu’au moindre raccord de rupture, on reçoit le plan suivant dans la poire à peu près comme si c'était la carabine du héros. Efficacité de la litote. La brutalité obtenue compense alors une brièveté galopante. Si chaque bagarre est longuement amenée, sa résolution (sauf la dernière à la dynamite) est rapide et sèche comme un coup de trique. Aussi ce film dont l'action quelque peu indolente va et vient dans la lumière poudreuse ou la nuit noire d'une petite ville presque en état de siège ne cesse-t-il de crépiter et de jeter de l’huile sur le feu. Aux moments de tension et d'éclat, Hawks fait succéder soit une montée dramatique (Chance conduit pour capituler à la prison), soit un temps de liaison romanesque, teinté d'humour. Puis il ajoute une note menaçante à un temps musical (quand les hommes de Burdette jouent l'aria à la mort du siège d'Alamo), ou tempère la tension par la fantaisie (l'âne et la dernière bataille rangée avec l'intervention de Stumpy). Remarquable nonchalance apparente d'un maître sûr de ses moyens, mais qui se tient avec une rare conscience à l'exact niveau de ce qu'il veut montrer. En bref, maître de son sourire comme de son punch.

Les relations avec les Burdette et leurs sicaires sont simples : ce sont des rapports de force et d'astuce. Hormis Pat Wheeler qui lui offre son aide et en meurt aussitôt, le shérif ne pourra compter que sur le vieux Stumpy et le petit hôtelier mexicain. Voilà pour la fidélité. Il est bien évident que les gens de Rio Bravo ne prendront aucun risque : ils ont vu ce qu'il en coûtait. Voilà pour le courage. Le film là encore se sépare de l’aile épique du genre, qui rassemblait les destins dans les mêmes épreuves. C’est le western de la modification américaine, de ce passage si beau en retours de flammes cinématographiques, du mythe à la sociologie psychologique — passage qui mène aussi du Gaucher à La Horde Sauvage ou aux westerns célébrant leur fin, qui est celle d'une époque, dans une fête rituelle où les grands bols de sang sont coupés de sarcasme, où la mort s'étrangle de rire, où le désert commence à puer l'essence (Peckinpah). L’évolution du héros est moins sensible en surface chez le personnage de Chance que chez le Pat Garrett d’Arthur Penn, car si chez Hawks il applique les mêmes principes et défend le parti de l'ordre, il ne lutte que contre des tueurs sinistres et pas contre un ami (à savoir le Kid). Au contraire il sauve de sa dégradation un borracho, Dude l'abandonné, et acceptera même — ultime et absolue marque de confiance — qu’il veille sur lui. Pas sans mal : ce dernier a, comme la soif, l'amitié ombrageuse, et la présence d'une femme complique plutôt les choses. Surtout lorsqu’il s’agit de la ravissante Angie Dickinson aux jambes si longues, qui porte la guêpière comme nulle autre.


Image



Cette impression d’une vie en train de se faire, d’une durée qui refuse les poncifs du genre, parce qu'elle est livrée aux incertitudes et aux glissements du hasard, est soutenue par une sensibilité morale des plus vigilantes. Puisque rien n’est jamais acquis, veillez et agissez. Rien de chrétien dans cette attitude inspirée par les lois de la jungle et soucieuse d’un humanisme à hauteur d’homme. Mais la convergence de quelques idées-forces essentielles : une liberté à regagner, une solidarité à maintenir, un capital d’engagement à revalider quotidiennement, une lutte contre l’érosion de l’énergie et de l’attention qui se fait à base d’intelligence, de self-control, de ténacité. Ce stoïcisme atteint son point de perfection avec le dandysme de Colorado, Janus bifrons nimbé de cette grâce suprême qu’est la désinvolture, parangon de légèreté immatérielle qui passe avec détachement au milieu de l’affrontement, du choc des poings et des consciences, et que le jeu de la vie et de la mort amuse plus qu’autre chose. Mais il est aussi dans le fléchissement voulu d’un rythme où les paliers habituels sont remplacés par une sinusoïde. C’est par un déroulement simple, aisé et comme négligent, tout en redites et en temps morts, que Hawks tisse cette toile de Pénélope de la croyance donnée, retirée et redonnée, de l’honneur perdu, compromis et retrouvé. Il compose une tapisserie arachnéenne d’un doigt subtil qui n’a pas besoin de recourir à la littérature pour tracer son graphique spirituel. Ici on n’existe que par l’estime dont vous gratifie le prochain. Le shérif polarise ce besoin fondamental qui n’est pas seulement celui de Dude et de Stumpy, mais également celui de l’ex-chanteuse qui ne se sentira vraiment lavée de son passé que si Chance se laisse émouvoir par elle. Chacun est nécessaire à tous, et dans les deux sens. Car le personnage de Wayne ne se sent pleinement exister lui aussi que grâce à cette justification d’eux-mêmes, constamment sollicitée par les autres.

Avec le quatuor Chance, Dude, Feathers et Colorado, qui mènent une sorte de hiératique et pourtant capricieuse parade, Hawks fait merveilleusement jouer sur les violons de l'Ouest les thèmes naïfs, ambigus et passionnants de la sexualité de l'aventure. L'arrivée de la joueuse de poker au moment du drame suscite de la part de Chance une hostilité marquée. Ses avances le font fuir parce qu’il n’oublie pas le motif de la déchéance de Dude : la trahison de celle qu’il a aimée. C'est aussi qu'il y a plus urgent à Rio Bravo que de s'occuper de dentelles. En revanche, quand Wheeler survient avec ses chariots et ses hommes, il est immédiatement séduit par Colorado, redoutable et félin charmeur : sous le velours, c'est l'acier qu'il faut pour se battre, donc pour survivre. La femme dans Rio Bravo n’est pas que l'élément comiquement discordant (Consuela) ou la faiblesse des forts (le guet-apens à l'hôtel réussit dans la mesure où cet élément dissout la vigilance, l'invulnérabilité du héros) : c’est elle qui choisit son homme en toute connaissance de cause et le fait évoluer en recourant à une saine provocation. Mais les temps changent. Une fois leur compte réglé aux Burdette, le shérif acquiesce au sommeil du guerrier. Et le soir, l'envol par la fenêtre des sous-vêtements qui choient sur Dude et Stumpy confirme qu'en cédant à Feathers, le puritain Chance expulse ce qui, pour lui, n'est plus conforme à une ère nouvelle. Rien de plus naturel à ce que la plupart des héros de Hawks soient ici des quinquagénaires, puisque l’œuvre est le reflet de l’artiste. Les pionniers d’autrefois se sont installés près du Rio Grande, ils ont pris de l’âge et c’est moins la splendeur qui touche ici que la nostalgie du lion devenu vieux. Pourtant la sérénité l’emporte. Il faudrait parler ici d’un art de la fugue car chaque mélodie n’existe que par rapport aux autres, chaque action advient en toute eurythmie avec ses mobiles et ses conséquences. Le cinéaste décrit un monde qui se suffit à lui-même et où rien ne se perd, un microcosme en perpétuel devenir qui tend vers une symbiose à laquelle on accède en bloc et en s’aidant les uns les autres. À la fin, les personnages libérés semblent prendre un nouveau départ et tout nous indique qu’il sera le bon puisque ses fondements correspondent précisément à l’idée que Hawks le moraliste se fait des rapports humains. Pour lui, le salut ne se trouve pas dans une quelconque forme de transcendance mais dans l’homme lui-même. Admirable conviction.


Image
Last edited by Thaddeus on 4 Mar 18, 20:04, edited 3 times in total.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8811
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Rio Bravo (Howard Hawks - 1959)

Post by Alexandre Angel »

Thaddeus wrote:en revanche, quand Wheeler survient avec ses chariots et ses hommes, il (John T.Chance) est immédiatement séduit par Colorado, redoutable et félin charmeur : sous le velours, c'est l'acier qu'il faut pour se battre, donc pour survivre.
On apprend, dans Dino, de Nick Tosches, que Ricky Nelson, teenage idol énervant les briscards, était le souffre-douleur de Martin et Wayne, sur le tournage, qui l'ont jeté dans une flaque de boue pour son anniversaire. Principe cruel de la réalité.
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4298
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: Rio Bravo (Howard Hawks - 1959)

Post by G.T.O »

Image

Déception singulière à la découverte de ce classique signé Howard Hawks. Le film, sous sa forme western, fait tout pour saboter son intrigue, traitée ici en prétexte, pour préférer les rapports ternes entre les personnages. De toute évidence, c’est un choix délibéré mais aussi un pacte scellé avec le spectateur, qui doit trouver ici empathie et intérêt à ses brèves de geôle, touchant même ce quotidien languissant d’un shérif et de sa troupe, et de leurs vagues démêlés moraux. Les quelques enjeux sont ainsi ramenés à un duel pauvret, sans cesse reporté, la réhabilitation centrale des acolytes loosers de Chance se solde en attitude de simple faire-valoir, la romance pudibonde entre Chance et Feathers passionne peu car sans alchimie, posé comme ça par les nécessités du récit, avec cette illustration du thème de la 2ème chance, sans parler des horrible saillies folkloriques pseudo comiques, à travers le personnage de Stumpy. La mise en scène transparente de Hawks, vantée pour sa fluidité, absence de couture, m’a paru extrêmement fonctionnelle, banale, réduisant le plus souvent l’espace sans l’exploiter, à un quasi unique décor de huit-clos, où les nombreux aller-retours rappellent dans le ton les entrées et les sorties des figures du théâtre boulevard. Intensité dramatique absente, retrouvailles heureuses d’une troupe de théâtre.
De cette œuvre matricielle, deux tendances ont vu le jour: tendance bavarde type Tarantino, dont on perçoit l’énorme influence, et son inverse, taiseuse, spatiale, anti-folklorique, type John Carpenter. L’un ne l’a clairement pas dépasser, notamment dans son dispositif verbal et théâtral, l’autre l’a fait voler en éclat.
Reste à découvrir d’autres westerns du MR, notamment Red River pour constater ou pas une possible incompatibilité hawksienne.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8811
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Rio Bravo (Howard Hawks - 1959)

Post by Alexandre Angel »

G.T.O wrote:Reste à découvrir d’autres westerns du MR, notamment Red River pour constater ou pas une possible incompatibilité hawksienne.
Tu devrais aimer El Dorado :lol:
User avatar
G.T.O
Egal à lui-même
Posts: 4298
Joined: 1 Feb 07, 13:11

Re: Rio Bravo (Howard Hawks - 1959)

Post by G.T.O »

Alexandre Angel wrote:
G.T.O wrote:Reste à découvrir d’autres westerns du MR, notamment Red River pour constater ou pas une possible incompatibilité hawksienne.
Tu devrais aimer El Dorado :lol:
Aussi quelconque et nonchalant ?!
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 89966
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Re: Rio Bravo (Howard Hawks - 1959)

Post by Jeremy Fox »

Nonchalant est pour ma part un adjectif globalement très positif. Il convient parfaitement dans l'ensemble à une période du cinéma de Hawks et c'est avant tout pour cette raison que je l'apprécie : Le sport favori de l'homme et Hatari en sont les exemples ultimes à mon avis. ElDorado, contrairement à son glorieux aîné, est à mon avis malheureusement plus paresseux que nonchalant.
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8811
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Rio Bravo (Howard Hawks - 1959)

Post by Alexandre Angel »

G.T.O wrote:Aussi quelconque et nonchalant ?!
C'est une variation. Et après, il y aura Rio Lobo, le moins bon des trois, celui qui flirte avec le quelconque, la routine, oui, malgré de bons moments.
El Dorado conserve, à mon goût, quelque chose de génial.

Cela dit, rien n'est inscrit dans le marbre et je comprends que Rio Bravo puisse paraître un peu figé par son statut de film intouchable, symbole de toute une cinéphilie à laquelle je me sens appartenir et redevable. Reste que comme le dit Jeremy, ce qui fait le prix et la saveur du film (outre la précision chirurgicale de l'écriture) est cette décontraction merveilleuse et fascinante qu'on trouve en effet aussi dans Hatari! (dont certaines péripéties peuvent agacer). On a un peu l'impression d'assister à des documentaires sur l’ambiance d'un tournage.

Tu devrais aimer La Rivière rouge, qui reste un film épique, classieux, avec des bouffées sombres et une fin un peu expédiée.
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15105
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Rio Bravo (Howard Hawks - 1959)

Post by Watkinssien »

G.T.O wrote:
Alexandre Angel wrote: Tu devrais aimer El Dorado :lol:
Aussi quelconque et nonchalant ?!

Tout ce qui t'a déçu sont les grandes forces de ce chef-d'oeuvre, alors à quoi bon? :mrgreen:
Image

Mother, I miss you :(
User avatar
Flol
smells like pee spirit
Posts: 45538
Joined: 14 Apr 03, 11:21

Re: Rio Bravo (Howard Hawks - 1959)

Post by Flol »

Alexandre Angel wrote:
G.T.O wrote:Reste à découvrir d’autres westerns du MR, notamment Red River pour constater ou pas une possible incompatibilité hawksienne.
Tu devrais aimer El Dorado :lol:
Que je viens d'ailleurs d'enregistrer sur TCM.
Je n'ai vu que 5 Hawks dans ma vie (honte ?), mais je ne sais pas pourquoi celui-ci m'avait jusqu'ici échappé tant c'est supposé être un classique.
J'espère quelque chose de moins statique et flashy en terme de couleurs que Rio Bravo (j'aime pas trop les westerns où les mecs ont des chemises trop propres et trop bien repassées).
User avatar
Alexandre Angel
Une couille cache l'autre
Posts: 8811
Joined: 18 Mar 14, 08:41

Re: Rio Bravo (Howard Hawks - 1959)

Post by Alexandre Angel »

Flol wrote:(j'aime pas trop les westerns où les mecs ont des chemises trop propres et trop bien repassées)
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
ah pardon, c'est une femme...
User avatar
Watkinssien
Etanche
Posts: 15105
Joined: 6 May 06, 12:53
Location: Xanadu

Re: Rio Bravo (Howard Hawks - 1959)

Post by Watkinssien »

Flol wrote: (j'aime pas trop les westerns où les mecs ont des chemises trop propres et trop bien repassées).

Et moi j'aime pas trop les voleurs et les fils de putes...
Image

Mother, I miss you :(
krolock
Stagiaire
Posts: 54
Joined: 29 Jun 20, 14:20

Re: Rio Bravo (Howard Hawks - 1959)

Post by krolock »

20thCenturyBoy wrote:Revu ce soir pour la énième fois : je suis retombé amoureux d'Angie Dickinson, j'ai de nouveau eu envie de payer un verre (de limonade) à Dean Martin, de pousser la chansonnette avec Ricky Nelson, de jouer aux cartes avec Walter Brennan et de patrouiller avec John Wayne. Pas trop longtemps non plus parce que cette petite ville on en vite fait le tour. Pas banal ce huis-clos en espace ouvert : les lieux sont filmés avec une telle simplicité, parcourus en long, en large et en travers qu'on se prend à vite les connaître par coeur et à y habiter au même titre que les personnages. En fermant les yeux je peux sans difficulté retracer mentalement le parcours de la cellule de Burdette jusqu'à la chambre d'hôtel de Feathers. C'est le western le plus accueillant que j'ai pu voir, presque un petit film-monde invitant le spectateur à se plonger avec quiétude dans un Ouest américain sans grand danger (on ne tremble jamais vraiment pour la vie des protagonistes, donc pas d'enjeux classiques) et où presque tout le monde finit par retrouver une félicité bien méritée. Bonheur communicatif qui culmine dans cette scène précieuse des deux chansons qui ne manquent jamais de dessiner un grand sourire sur mon visage. On a presque l'impression que Dean Martin va se tourner vers la caméra et dire "Alors, elle est pas belle la vie ma gueule ?"

Elle ne manque en tout cas jamais de l'être pendant les deux heures et demie que dure Rio Bravo.
"Rio Bravo" a été projeté pour répondre à l'immense "train sifflera trois fois" de Zinneman qui montre lacheté, cupidité et crétinisme.
Il a la prétention de cette Amérique courageuse, pleine de concertation, anti-raciste et offrant asile à tous les hommes probes et volontaires.
Mexicains idiots, lâches, veules ( les gérants de l'hôtel ), face aux texans bienveillants et protecteurs, courageux en diable et désintéressés.
Bref c'est du Walt Disney et non du Kafka / Flaubert.
John Wayne vieux beau 92 ans de plus qu'Angie et qui la drague, Ricky Nelson avec sa banane anachronique, Brennan/Wayne champions de ball-trap.
La scène finale est ridicule : Wayne tirant sur les pains de dynamite, les bandits n'ayant même pas l'idée de sortir par la porte de derrière !
Bon disons le tout de suite "rio bravo" est un film au scenario digne de taxi 2 de Besson et seul Dino émerge et prouve qu'un grand acteur comme lui n'a rien à faire dans un tel film.
Last edited by krolock on 30 Jun 20, 13:06, edited 1 time in total.