Ingmar Bergman (1918-2007)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11850
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Rata mon héros! :D
Comprends toujours pas le dédain général pour cet excellent cauchemar kafkaïen qui monte dans mon estime à chaques visions. Enfin, un ami.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
Jack Sullivan
Producteur Exécutif
Posts: 7320
Joined: 30 Jun 05, 08:00

Post by Jack Sullivan »

Cathwoman wrote:
Jack Sullivan wrote: Oui, effectivement, tu me sembles un peu secouée!
Saloperie de clavier qui fait ripper les doigts! :x :mrgreen:
Berg-Man, c'est plus fort que toi :mrgreen:
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11850
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Ce topic me rappelle que j'ai appris par le Mad du mois dernier que Alex Fridolinski aka Bo Arne Vibenius dans la vraie réalité de la vie a été l'assistant du Maître sur Persona et L'Heure du Loup.
J'ai d'ailleurs vu son très réussi (mais vraiment crados) Crime à Froid, rape and vengeance d'un sadisme et d'une méchanceté qui aujourd'hui encore, retournent bien comme il faut.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
User avatar
Truffaut Chocolat
Rene Higuita
Posts: 5761
Joined: 28 Jul 05, 18:33
Location: Allemagne

Post by Truffaut Chocolat »

Cathwoman wrote:Je viens de voir Vers la joie. Faut que je m'en remette.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Et ce final, mon Dieu... j'en avais des frissons.

PS: Tu devrais p'têt aimer Jeux d'été aussi
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11850
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Mais arrêtez de me déprimer! Tous ces Bergman à voir.
Je sens que mes prochains films du mois vont souvent être du même cinéaste. :fiou:
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
Tite Bouh
Je kiffe ta race
Posts: 8067
Joined: 16 Jul 03, 12:25
Last.fm

Post by Tite Bouh »

Je ne connais pas encore vraiment le cinéma de Bergman, mais je commence à m'y mettre et j'aime vraiment ça !

J'ai visionné Monika, qui pour l'instant est celui qui me touche le plus. J'ai adoré l'histoire, les différentes péripéties, la façon de montrer les personnages au spectateur ...

Persona, que j'avoue ne pas vraiment avoir compris ... Mais qui dégage ce quelque chose qui me plait.

Et Cris et Chuchotements, qui lui en revanche m'a laissé un peu de marbre ...
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11850
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

SPOILER pour Jack Sullivan
tite bouh wrote:Et Cris et Chuchotements, qui lui en revanche m'a laissé un peu de marbre ...
De ce film je n'ai vu que la scène de l'auto-mutilation sexuelle, mais quelle scène. :shock:
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
Jack Sullivan
Producteur Exécutif
Posts: 7320
Joined: 30 Jun 05, 08:00

Post by Jack Sullivan »

MJ, tu spoiles, merci d'éditer! :x
Profiler
Assistant(e) machine à café
Posts: 201
Joined: 9 Sep 05, 18:27

Post by Profiler »

MODÉRATION : image explicite
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
PERSONA, 1966 !!!!!!!
Et apres, on trouve Fight Club subversif :shock:
Image
Philip Marlowe
murder on the dance floor
Posts: 7287
Joined: 13 Apr 03, 18:33
Location: Bonne question...

Post by Philip Marlowe »

Bergman a des couilles.


:arrow:
User avatar
Eusebio Cafarelli
Passe ton Bach d'abord
Posts: 7834
Joined: 25 Jul 03, 14:58
Location: J'étais en oraison lorsque j'apprends l'affreuse nouvelle...

Post by Eusebio Cafarelli »

Philip Marlowe wrote:Bergman a des couilles.


:arrow:
"Bergman en a, nous aussi !"
C'était un communiqué du ministère de l'Homme.

:fiou: :arrow:
Image
User avatar
k-chan
squatteur
Posts: 14221
Joined: 16 Apr 05, 05:22
Location: on the road again.

Post by k-chan »

Profiler wrote:MODÉRATION : image explicite
Spoiler (cliquez pour afficher)
Image
PERSONA, 1966 !!!!!!!
Et apres, on trouve Fight Club subversif :shock:
C'est de Persona que vient cette image ?
Profiler
Assistant(e) machine à café
Posts: 201
Joined: 9 Sep 05, 18:27

Post by Profiler »

Tout à fait dans le générique, première minute...
Image
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11850
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Deux Bergman pour le prix d'un:

Ville Portuaire
Fait partie des tous premiers films du Maître et c'est encore assez hésitant. On y décèle une vision très noire de la famille et du groupe comme de l'individu, caractéristique du cinéaste, mais on ne ressent toutefois pas encore cette patte si personnelle qui caractérisera et donnera ensuite sa force à son oeuvre. Niveau influence ça va du cinéma américain à la qualité française, en passant par le néo-réalisme, un beau mélange qui, du coup, fait perdre beaucoup de cohérence au film, sorte de gloubiboulga mal geré.
Les acteurs sont parfois très justes et parfois très crispants, à l'image du film qui altèrne le meilleur
Spoiler (cliquez pour afficher)
(les flash-backs sont de toute beauté, le repêchage de la jeune fille après sa tentative de suicide impose déjà un grand réalisateur)
et le nettement moins bon
Spoiler (cliquez pour afficher)
(la sortie au cinéma du couple et la baston à la sortie, mamma mia ce que ça peut sonner faux!)
.
Rythme branlant, scénario qui manque d'aboutissement (la conclusion est bien faiblarde, à croire qu'au départ le concept n'était qu'une atmosphère), toutefois on recèle déjà une grande modernité dans le traitement et certains passages sont assez osés
Spoiler (cliquez pour afficher)
(la description des nuits au pensionnat, l'avortement, les relations saphiques)
.
Un film maladroit, remplis d'erreurs et d'incidences mais qui annonce déjà à bien des égards le génie de son auteur. Un film utile à la compréhension du personnage, et encourageant quand on pense que trente-cinq ans plus tard le même gars accouchait de Fanny et Alexandre, film plus grand que le cinéma lui-même.

Le Septième Sceau
L'agneau qui ouvre le septième sceau, le jugement qui descend sur Terre, Det Sjunde Inseglet est un film placé sous le sceau de l'inéluctable, bercé d'une atmosphère fin du monde (le ton crépusculaire sera d'ailleurs repris par Verhoeven pour son Flesh and Blood autre grand chef-d'oeuvre sur le Moyen-Âge, ouvertement inspiré de ce Bergman).
Bergman a autrefois laissé virevolté sa passion et son enthousiasme à sa guise aboutissant à des joyaux tel que Monika ou Jeux d'Eté. ici il râtisse, il structure, le mot est un peu fort, mais on appelle ça de l'académisme.
Et c'est dans cette minutie qu'il réussit un mélange conceptuellement très difficile: allier un naturalisme sauvage et abrupt à un lyrisme, une poésie bonne ou mauvaise scellée par l'onirisme. Regard direct et impitoyable sur l'une des période les moins glorieuse de l'histoire de Occidentale, Le Septième Sceau se permet une étrangeté et un mysticisme parfois à la limite du bunuellien.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Voir le sort réservé à la sorcière ayant propagé la peste, accompagnée d'une marche funèbre dirigée par l'Eglise, pourtant plus démoniaque qu'angélique. Attachée au bois, sorte de martyr satanique, une anté-christine messianique qui voit et parle à Satan, la chanceuse.
Voir, là est un peu le sujet du film. Le chevalier interprété par un Max Von Sydow tout jeune, veut voir Dieu, que ce soit directement ou par le biais de son antipode. Le chef de troupe avec qui il fera route la majeure partie du métrage, à des visions, qui s'avèreront finalement fondées. Certains voient et d'autre pas. Même la Mort prend une forme pragmatique, personnage à la fois effrayant et trucculent, dont les apparitions sèment dans l'esprit du spectateur parfois l'effroi (la rencontre finale), parfois le rire:
Spoiler (cliquez pour afficher)
le badin planqué sur un arbre, que la Mort vient scier avant de lui ôter la vie
.
Spoiler (cliquez pour afficher)
La vie est un jeu, ce personnage en quête d'une réponse joue d'ailleurs tout au long du film la partie d'échec de sa vie avec cette dernière. Lui et ses amis sont finalement emportée par Elle, dans une danse macabre mélangeant gothisme et expressionisme dans un bonheur communicatif.
Seuls s'en sortiront le troubadour et sa femme, magnifique Bibbi Andersson, porteurs de vie et d'espoir à moins que...
Spoiler (cliquez pour afficher)
La Mort ayant fait allusion à leur enfant à un moment donné.
Un film très maîtrisé, Bergman n'est pas encore arrivé à maturité mais il commence à entrevoir une grâce derrière la porte sur laquelle il a jusqu'alors frappé, frappé et encore frappé. Ni coup d'essai, ni coup de maître (encore que), Le Septième Sceau est toutefois une réussite majeure, un grand film qui alterne, quand il ne mélange pas, humour, émotion, frisson. Un cinéma du ressenti comme l'a toujours voulu Begman. De ses propres dires, ses films ne naissant jamais d'une réflexion mais d'un sentiment.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum
MJ
Conseiller conjugal
Posts: 11850
Joined: 17 May 05, 19:59
Location: Chez Carlotta

Post by MJ »

Zou, quelques petits nouveaux à mon actif!

Ville Portuaire
Fait partie des tous premiers films du Maître et c'est encore assez hésitant. On y décèle une vision très noire de la famille et du groupe comme de l'individu, caractéristique du cinéaste, mais on ne ressent toutefois pas encore cette patte si personnelle qui caractérisera et donnera ensuite sa force à son oeuvre. Niveau influence ça va du cinéma américain à la qualité française, en passant par le néo-réalisme, un beau mélange qui, du coup, fait perdre beaucoup de cohérence au film, sorte de gloubiboulga mal geré.
Les acteurs sont parfois très justes et parfois très crispants, à l'image du film qui altèrne le meilleur
Spoiler (cliquez pour afficher)
(les flash-backs sont de toute beauté, le repêchage de la jeune fille après sa tentative de suicide impose déjà un grand réalisateur)
et le nettement moins bon
Spoiler (cliquez pour afficher)
(la sortie au cinéma du couple et la baston à la sortie, mamma mia ce que ça peut sonner faux!)
.
Rythme branlant, scénario qui manque d'aboutissement (la conclusion est bien faiblarde, à croire qu'au départ le concept n'était qu'une atmosphère), toutefois on recèle déjà une grande modernité dans le traitement et certains passages sont assez osés
Spoiler (cliquez pour afficher)
(la description des nuits au pensionnat, l'avortement, les relations saphiques)
.
Un film maladroit, remplis d'erreurs et d'incidences mais qui annonce déjà à bien des égards le génie de son auteur. Un film utile à la compréhension du personnage, et encourageant quand on pense que trente-cinq ans plus tard le même gars accouchait de Fanny et Alexandre, film plus grand que le cinéma lui-même.

Le Septième Sceau
L'agneau qui ouvre le septième sceau, le jugement qui descend sur Terre, Det Sjunde Inseglet est un film placé sous le sceau de l'inéluctable, bercé d'une atmosphère fin du monde (le ton crépusculaire sera d'ailleurs repris par Verhoeven pour son Flesh and Blood autre grand chef-d'oeuvre sur le Moyen-Âge, ouvertement inspiré de ce Bergman).
Bergman a autrefois laissé virevolté sa passion et son enthousiasme à sa guise aboutissant à des joyeux tel que Monika ou Jeux d'Eté. ici il râtisse, il structure, le mot est un peu fort, mais on appelle ça de l'académisme.
Et c'est dans cette minutie qu'il réussit un mélange conceptuellement très difficile: allier un naturalisme sauvage et abrupt à un lyrisme, une poésie bonne ou mauvaise scellée par l'onirisme. Regard direct et impitoyable sur l'une des période les moins glorieuse de l'histoire de Occidentale, Le Septième Sceau se permet une étrangeté et un mysticisme parfois à la limite du bunuellien.
Spoiler (cliquez pour afficher)
Voir le sort réservé à la sorcière ayant propagé la peste, accompagnée d'une marche funèbre dirigée par l'Eglise, pourtant plus démoniaque qu'angélique. Attachée au bois, sorte de martyr satanique, une anté-christine messianique qui voit et parle à Satan, la chanceuse.
Voir, là est un peu le sujet du film. Le chevalier interprété par un Max Von Sydow tout jeune, veut voir Dieu, que ce soit directement ou par le biais de son antipode. Le chef de troupe avec qui il fera route la majeure partie du métrage, à des visions, qui s'avèreront finalement fondées. Certains voient et d'autre pas. Même la Mort prend une forme pragmatique, personnage à la fois effrayant et trucculent, dont les apparitions sèment dans l'esprit du spectateur parfois l'effroi (la rencontre finale), parfois le rire:
Spoiler (cliquez pour afficher)
le badin planqué sur un arbre, que la Mort vient scier avant de lui ôter la vie
.
Spoiler (cliquez pour afficher)
La vie est un jeu, ce personnage en quête d'une réponse joue d'ailleurs tout au long du film la partie d'échec de sa vie avec cette dernière. Lui et ses amis sont finalement emportée par Elle, dans une danse macabre mélangeant gothisme et expressionisme dans un bonheur communicatif.
Seuls s'en sortiront le troubadour et sa femme, magnifique Bibbi Andersson, porteurs de vie et d'espoir à moins que...
Spoiler (cliquez pour afficher)
La Mort ayant fait allusion à leur enfant à un moment donné.
Un film très maîtrisé, Bergman n'est pas encore arrivé à maturité mais il commence à entrevoir une grâce derrière la porte sur laquelle il a jusqu'alors frappé, frappé et encore frappé. Ni coup d'essai, ni coup de maître (encore que), Le Septième Sceau est toutefois une réussite majeure, un grand film qui alterne, quand il ne mélange pas, humour, émotion, frisson. Un cinéma du ressenti comme l'a toujours voulu Begman. De ses propres dires, ses films ne naissant jamais d'une réflexion mais d'un sentiment.

Et en retard: La Source
Comment venger le viol de la vierge? Comment exprimer ce que l'on ressent face à l'absence de Dieu?
Violent, subversif, choquant, dérangeant. Le film se suffit à lui-même et le malaise qu'il procure est difficilement descriptible.
Begman invente le rape and revenge, et il s'agit assurément de l'un des films les plus efficace du genre.
"Personne ici ne prend MJ ou GTO par exemple pour des spectateurs de blockbusters moyennement cultivés." Strum