La Loi du silence/Le Faux coupable (A. Hitchcock 1953/1956)

Rubrique consacrée au cinéma et aux films tournés avant 1980.

Moderators: cinephage, Karras, Rockatansky

Kurwenal
Assistant opérateur
Posts: 2874
Joined: 25 Sep 03, 19:49
Location: Je sous-loue chez Mrs Muir

La Loi du silence/Le Faux coupable (A. Hitchcock 1953/1956)

Post by Kurwenal »

The Wrong Man, Hitchcock 1956 (Le Faux-coupable)

Ce film que je ne connaissais pas du tout s'avère une belle découverte pour moi. Si Hitchcock, toujours virtuose de la mise en scène, peine un tout petit peu avec son scénario, le résultat est loin d'être négligeable.
Film d'une grande noirceur, filmé avec une relative froideur, il illustre et communique parfaitement l'angoisse ressentie par les personnages devant la police et la justice aveugles chacune leur tour. L'impact est d'une redoutable efficacité. Le seul petit reproche , et encore, que je pourrais lui adresser est qu'après avoir commencé son film avec le regard extérieur et implacable du documentaire, il le termine dans un esprit mélodramatique moins attendu.
Personnage broyé et dépassé, la prestation de Fonda bouleverse et émeut fortement. Vera Miles qui tutoie les rivages de la folie pour y sombrer avec désespoir offre toute la gamme d'un beau talent.
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93036
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Kurwenal wrote:The Wrong Man, Hitchcock 1956 (Le Faux-coupable)

Ce film que je ne connaissais pas du tout s'avère une belle découverte pour moi. Si Hitchcock, toujours virtuose de la mise en scène, peine un tout petit peu avec son scénario, le résultat est loin d'être négligeable.
Film d'une grande noirceur, filmé avec une relative froideur, il illustre et communique parfaitement l'angoisse ressentie par les personnages devant la police et la justice aveugles chacune leur tour. L'impact est d'une redoutable efficacité. Le seul petit reproche , et encore, que je pourrais lui adresser est qu'après avoir commencé son film avec le regard extérieur et implacable du documentaire, il le termine dans un esprit mélodramatique moins attendu.
Personnage broyé et dépassé, la prestation de Fonda bouleverse et émeut fortement. Vera Miles qui tutoie les rivages de la folie pour y sombrer avec désespoir offre toute la gamme d'un beau talent.
Content, un Hitchcock un peu atypique et qui mérite la redécouverte :)
Cinetudes
Accessoiriste
Posts: 1724
Joined: 14 Apr 03, 12:25
Location: Jersey ( Iles Anglo Normandes- Channel Islands)

Post by Cinetudes »

I Confess de Hitchcock,


décidément un de mes Hitch favoris !!

Je sais que le maitre ne l'aimait pas forcément beaucoup mais je dois dire que plus je le vois plus il m'impressionne.
Le dilemme moral va cette fois ci beaucoup plus loin que d'habitude et j'apprécie beaucoup que ce film soit sur une foi en un idéal et non particulièrement un film religieux.
Montgomery Clift y est vraiment phénoménal et les tourments internes de son personnage vraiment rendus de façon extrémement émouvante par son visage et ses yeux si expressifs.

Hitchcock n'est pas en reste au niveau visuel et nous offre une mise en scène au couteau dont les "moments de bravoure" sont toujours au service de l'histoire.
La photographie est magnifique et le fait d'avoir tourné quasiment tout en extérieur ne semble pas l'avoir bloqué, au contraire.
Montreal devient un lieu baroque et tourmenté à l'image des barrières morales du pêre Logan.

Certains plans sont réellement bouleversants tel celui ou la femme de l'employé du pêre Logan est émue par le sort du prêtre.

Hictch pensait que son film manquait d'humour mais personnellement je le trouve quasi parfait comme cela même si effectivement la fin initialement prévue aurait donné encore plus de relief à l'ensemble.

Un grand film sérieux sur une question morale primordiale dans lequel Hitch se renouvelle sur un même thème d'échange de culpabilité.

Stefan

EDIT: Posté par Requiem le 14 décembre 2003

La Loi du Silence de Alfred Hitchcock, 1952 :
Une très bonne surprise pour moi. Je n'en attendais rien de particulier si ce n'est un "bon Hitchcock" ce qui aurait amplement suffit à faire mon bonheur. J'étais bien loin d'imaginer que ce film allait rentrer illico dans mon top5 Hitchcock. Tout est admirable dans ce film. De Monty Clift à Anne Baxter en passant par des cortèges entiers de plans magnifiques et un traitement au lyrisme inhabituel chez Hitchcock, rien n'est à jeter.
Rear Window et The Rope m'avaient sidéré par leur maîtrise, North by Northwest et The Man who knew too much m'avaient tenu en haleine comme jamais ou presque, Mr and Mrs Smith m'avait fait rire, mais jusque là, seul Vertigo m'avait réellement touché... Aujourd'hui je peux ajouter La loi du Silence à ses côtés; j'ai trouvé absolument magnifique le témoignage de Anne Baxter, tout autant que les errances de Monty Clift avant son arrestation, sans avoir une seconde l'impression d'assister à une énième démonstration autour de cette fameuse dialectique innocent-coupable qui obsédait Hitchcock. Au contraire, cette idée a rarement trouvé tant de justesse et de force qu'ici à travers le personnage du prêtre pris entre les devoirs de son habit et d'injustes accusations. Somptueux. 6/6
Image
Margo

Post by Margo »

Décortiquage du coffret Hitch. Hier : I Confess (La loi du silence)...

Confirmation du souvenir que j'en avais. Un film mineur dans sa filmographie, comme Hitchcock et Truffaut le reconnaissent eux-même dans le Hitchbook. L'interprétation de Montgomery Clift est superbe (de l'underacting avant l'heure ? Clift n'a qu'une expression tout au long du film, mais la décline en mille nuances. De toutes façons, depuis Wild River la semaine dernière, je suis fan :D ) et le scénario offre un point de départ plutôt intéressant, avec cette notion de silence obligé.

Mais le film, un peu trop statique, ne développe jamais de suspens vraiment passionnant, et l'on s'intéresse assez peu à Anne Baxter et ses flash-backs. Reste une très belle scène d'introduction (le meurtre puis Keller et LOgan dans l'église de nuit) et de fin (la sortie de tribunal de Logan, impressionnante)... Pour autant, les ressorts scénaristiques ne prennent jamais trop, et le film se traine finalement en longueur entre ces deux sommets. Ca reste du Hitch, donc très bien troussé, mais quand même loin de ses plus grands films.

7/10
bogart
Réalisateur
Posts: 6522
Joined: 25 Feb 04, 10:14

Post by bogart »

Margo wrote:Décortiquage du coffret Hitch. Hier : I Confess (La loi du silence)...

L'interprétation de Montgomery Clift est superbe (de l'underacting avant l'heure ? Clift n'a qu'une expression tout au long du film, mais la décline en mille nuances. De toutes façons, depuis Wild River la semaine dernière, je suis fan :D ) et le scénario offre un point de départ plutôt intéressant, avec cette notion de silence obligé.

Topic sur ce comédien ici. :wink:
http://www.dvdclassik.com/forum/viewtop ... sc&start=0
Image
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93036
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

Margo wrote:. L'interprétation de Montgomery Clift est superbe (de l'underacting avant l'heure ? Clift n'a qu'une expression tout au long du film, mais la décline en mille nuances. De toutes façons, depuis Wild River la semaine dernière, je suis fan :D )
C'est le moment pour toi de redonner une chance au magnifique Soudain l'été dernier :wink:
Alex Blackwell
Charles Foster Kane
Posts: 22026
Joined: 13 Apr 03, 10:10
Location: into the sky, into the moon

Post by Alex Blackwell »

Jeremy Fox wrote:
Margo wrote:. L'interprétation de Montgomery Clift est superbe (de l'underacting avant l'heure ? Clift n'a qu'une expression tout au long du film, mais la décline en mille nuances. De toutes façons, depuis Wild River la semaine dernière, je suis fan :D )
C'est le moment pour toi de redonner une chance au magnifique Soudain l'été dernier :wink:
J'ai déjà essayé trois fois mais n'ai jamais pu passer le seuil fatidique des 30 minutes.
Image

Night of the hunter forever


Caramba, encore raté.
Margo

Post by Margo »

Jeremy Fox wrote:
Margo wrote:. L'interprétation de Montgomery Clift est superbe (de l'underacting avant l'heure ? Clift n'a qu'une expression tout au long du film, mais la décline en mille nuances. De toutes façons, depuis Wild River la semaine dernière, je suis fan :D )
C'est le moment pour toi de redonner une chance au magnifique Soudain l'été dernier :wink:
Hmmmm, cas désespéré... je crois que Monty Clift n'y pourra pas grand chose. :oops: :wink:
Kurwenal
Assistant opérateur
Posts: 2874
Joined: 25 Sep 03, 19:49
Location: Je sous-loue chez Mrs Muir

Post by Kurwenal »

Margo wrote:I Confess (La loi du silence)...

L'interprétation de Montgomery Clift est superbe (de l'underacting avant l'heure ? Clift n'a qu'une expression tout au long du film, mais la décline en mille nuances. De toutes façons, depuis Wild River la semaine dernière, je suis fan :D ) et le scénario offre un point de départ plutôt intéressant, avec cette notion de silence obligé.
C'est tout à fait ce qui m' a subjugué dans la dernière vision du film. Des gros plans fixes où tout est induit par le regard d'une prégnance incroyable, déclinant tous les sentiments et toutes les émotions sans aucun parasite ...honnêtement, un cas d'école car je ne sais personne qui ait pu réussir cela avec autant de brio sans que ce soit ressenti comme travaillé ou, pire, appliqué. On retrouve cette "énérgie statique" (si vous me permettez l'oxymore) dans A Place in The Sun. Du grand Art :wink:

Merci Margo, je pouvais difficilement passer à coté, même si je donne dans la redondance :oops:
Image
Cinetudes
Accessoiriste
Posts: 1724
Joined: 14 Apr 03, 12:25
Location: Jersey ( Iles Anglo Normandes- Channel Islands)

Post by Cinetudes »

Margo wrote:Décortiquage du coffret Hitch. Hier : I Confess (La loi du silence)...

Confirmation du souvenir que j'en avais. Un film mineur dans sa filmographie, comme Hitchcock et Truffaut le reconnaissent eux-même dans le Hitchbook. L'interprétation de Montgomery Clift est superbe (de l'underacting avant l'heure ? Clift n'a qu'une expression tout au long du film, mais la décline en mille nuances. De toutes façons, depuis Wild River la semaine dernière, je suis fan :D ) et le scénario offre un point de départ plutôt intéressant, avec cette notion de silence obligé.

Mais le film, un peu trop statique, ne développe jamais de suspens vraiment passionnant, et l'on s'intéresse assez peu à Anne Baxter et ses flash-backs. Reste une très belle scène d'introduction (le meurtre puis Keller et LOgan dans l'église de nuit) et de fin (la sortie de tribunal de Logan, impressionnante)... Pour autant, les ressorts scénaristiques ne prennent jamais trop, et le film se traine finalement en longueur entre ces deux sommets. Ca reste du Hitch, donc très bien troussé, mais quand même loin de ses plus grands films.

7/10
Moi j'avoue que c'est un de mes hitch préférés et je trouve au contraire le suspens réellement prenant d'autant plus qu'il est assorti d'une question d'honneur et de foi réellement puissante.
Je n'ai jamais eu cette impression de longueur et je trouve que ce film est une direction dans laquelle hitch aurait du aller, qu'elle renouvelle son univers et son système de superbe façon
Clift est fascinant de bout en bout, un personnage marquant !! :D
Image
Battling
Machino
Posts: 1499
Joined: 19 Sep 04, 12:02
Location: Rue des Merveilles, sous le ciel de cinq heures

Post by Battling »

Margo wrote:Décortiquage du coffret Hitch. Hier : I Confess (La loi du silence)...

Confirmation du souvenir que j'en avais. Un film mineur dans sa filmographie, comme Hitchcock et Truffaut le reconnaissent eux-même dans le Hitchbook. L'interprétation de Montgomery Clift est superbe (de l'underacting avant l'heure ? Clift n'a qu'une expression tout au long du film, mais la décline en mille nuances. De toutes façons, depuis Wild River la semaine dernière, je suis fan :D ) et le scénario offre un point de départ plutôt intéressant, avec cette notion de silence obligé.

Mais le film, un peu trop statique, ne développe jamais de suspens vraiment passionnant, et l'on s'intéresse assez peu à Anne Baxter et ses flash-backs. Reste une très belle scène d'introduction (le meurtre puis Keller et LOgan dans l'église de nuit) et de fin (la sortie de tribunal de Logan, impressionnante)... Pour autant, les ressorts scénaristiques ne prennent jamais trop, et le film se traine finalement en longueur entre ces deux sommets. Ca reste du Hitch, donc très bien troussé, mais quand même loin de ses plus grands films.

7/10
Parmi les Hitchcock mineurs, c'est un de mes favoris. De lui je retiens la superbe interprétation de Monty Clift, la très belle mise en scène du dilemne suscité par ses voeux et surtout c'est félure dans la mécanique hitchcockienne alors encore en rodage, faille de la construction dramatique à suspense qui laisse échapper un lyrisme peu coutumier des films du maître à l'époque, lequel explose à l'écran dans les superbes scènes où Clift erre à la fois dans les rues désertées de cette ville qui lui devient hostile et dans sa terrible indécision.
Passons, passons, puisque tout passe
Nous nous retournerons souvent...
User avatar
Jeremy Fox
Shérif adjoint
Posts: 93036
Joined: 12 Apr 03, 22:22
Location: Contrebandier à Moonfleet

Post by Jeremy Fox »

La loi du silence de Hitchcock

Bien que le film soit superbement réalisé et interprété, je trouve que le scénario, sur une telle histoire, aurait pu être beaucoup plus riche. La réflexion qui aurait du en découler n'est pas si présente et l'intrigue 'policière' prend trop le pas sur le reste. Le film ne m'a pas emballé outre mesure mais la déambulation (fuite) de Montgomery Clift dans les rues de Québec (?) est magnifiquement photographiée et filmée. Petite déception mais pourtant très bon film.
acidparadouze
Machino
Posts: 1210
Joined: 11 Jun 03, 22:24

Post by acidparadouze »

La loi du silence: C'est Hitchcock donc evidemment ca a une certaine classe. Néanmoins le tout est assez expeditif et mou du genoux, l'histoire avec la jeune femme (malgré que j'aime beaucoup l'actrice dont je me souviens plus le nom) est hors sujet et écarte malheureusement le sujet du film. Ce que j'aime surtout dans le film c'est ce personnage de l'etranger, torturé et tiraillé. Dommage que le film diverge autant de l'idée de base passionnante et plus le recit avance et plus il s'engloutit dans une dimension hollywoodienne.
JamesCicero
Invité
Posts: 461
Joined: 21 Jan 05, 11:25

Post by JamesCicero »

acidparadouze wrote:La loi du silence: C'est Hitchcock donc evidemment ca a une certaine classe. Néanmoins le tout est assez expeditif et mou du genoux, l'histoire avec la jeune femme (malgré que j'aime beaucoup l'actrice dont je me souviens plus le nom) est hors sujet et écarte malheureusement le sujet du film. Ce que j'aime surtout dans le film c'est ce personnage de l'etranger, torturé et tiraillé. Dommage que le film diverge autant de l'idée de base passionnante et plus le recit avance et plus il s'engloutit dans une dimension hollywoodienne.
C'est une façon très spéciale et pour moi très probante qu'a le cinéaste dans ce film de révéler les dessous des cartes, de toutes les cartes.

C'est une analyse en profondeur de la comédie humaine dans ses figures les plus caractéristiques, que ce soit celles du juge, du flic, du procureur, du prêtre, et not last but not least dans le cinéma de Hitchcock, celle de la femme.

Puisque le monde est coupable, ce que pense profondément le meurtrier du film, il n'y a pas, il ne peut pas y avoir d'innocent : pas plus un prêtre qu'aucun autre. Et tous dans cette histoire sous la caméra EXTRA-LUCIDE d'Hitchcock de prouver d'une façon ou d'une autre que les propos du meurtrier ne sont pas simple lettre morte, mais expriment une certaine vérité, mais la vérité de ce monde, celle de toute comédie humaine, qui n'est pas celle de notre cinéaste.

En ce sens, dire que l'histoire entre Monty Clift et Anne Baxter serait hors sujet, cela reviendrait à dire que l'histoire entre le prêtre et le flic, celle entre le prêtre et le procureur ou celle avec le juge lors du rendu de jugement (très important) seraient aussi du hors sujet. Tout dans ce film d'Hitchcock se tient d'une seule pièce. Et la caméra du maître, loin de faire dans le mou, est d'une précision d'horloger incomparable. Il n'y a pas un plan de trop dans cette oeuvre parmi les plus abouties et les plus réussies d'Alfred Hitchcock. Pourtant dès les premiers plans de son film, Hitchcock fait tout pour guider son spectateur à VOIR ce qu'il faut voir dans son film et pas EVIDEMMENT une vague histoire sentimentale hollywoodienne entre un prêtre et son ancienne petite amie, dont les amours seraient contrariées par les moeurs d'une société pudibonde et hypocrite.
acidparadouze
Machino
Posts: 1210
Joined: 11 Jun 03, 22:24

Post by acidparadouze »

JamesCicero wrote:
acidparadouze wrote:La loi du silence: C'est Hitchcock donc evidemment ca a une certaine classe. Néanmoins le tout est assez expeditif et mou du genoux, l'histoire avec la jeune femme (malgré que j'aime beaucoup l'actrice dont je me souviens plus le nom) est hors sujet et écarte malheureusement le sujet du film. Ce que j'aime surtout dans le film c'est ce personnage de l'etranger, torturé et tiraillé. Dommage que le film diverge autant de l'idée de base passionnante et plus le recit avance et plus il s'engloutit dans une dimension hollywoodienne.
C'est une façon très spéciale et pour moi très probante qu'a le cinéaste dans ce film de révéler les dessous des cartes, de toutes les cartes.

C'est une analyse en profondeur de la comédie humaine dans ses figures les plus caractéristiques, que ce soit celles du juge, du flic, du procureur, du prêtre, et not last but not least dans le cinéma de Hitchcock, celle de la femme.

Puisque le monde est coupable, ce que pense profondément le meurtrier du film, il n'y a pas, il ne peut pas y avoir d'innocent : pas plus un prêtre qu'aucun autre. Et tous dans cette histoire sous la caméra EXTRA-LUCIDE d'Hitchcock de prouver d'une façon ou d'une autre que les propos du meurtrier ne sont pas simple lettre morte, mais expriment une certaine vérité, mais la vérité de ce monde, celle de toute comédie humaine, qui n'est pas celle de notre cinéaste.

En ce sens, dire que l'histoire entre Monty Clift et Anne Baxter serait hors sujet, cela reviendrait à dire que l'histoire entre le prêtre et le flic, celle entre le prêtre et le procureur ou celle avec le juge lors du rendu de jugement (très important) seraient aussi du hors sujet. Tout dans ce film d'Hitchcock se tient d'une seule pièce. Et la caméra du maître, loin de faire dans le mou, est d'une précision d'horloger incomparable. Il n'y a pas un plan de trop dans cette oeuvre parmi les plus abouties et les plus réussies d'Alfred Hitchcock. Pourtant dès les premiers plans de son film, Hitchcock fait tout pour guider son spectateur à VOIR ce qu'il faut voir dans son film et pas EVIDEMMENT une vague histoire sentimentale hollywoodienne entre un prêtre et son ancienne petite amie, dont les amours seraient contrariées par les moeurs d'une société pudibonde et hypocrite.
Le problème n'est pas là, car tout comme toi ce que je trouve interessant dans cette histoire est le thème de la culpabilité.
Neanmoins ce que toi tu considères comme un "tout", la cohérence du recit, je le considère pénible. Ce n'est pas tant les personnages qui font que le film est decevant, bien au contraire ils sont très reussis. Mais je pense en effet que le film prend une dimension hors sujet (et très hollywoodienne) avec cette dynamique de l'enquête faite de procès, de temoignages, de flashbacks... Le recit s'engouffre dans de vrais lourdeurs qui annihile autant le suspens qu'il prétend le créer.

Car la force de ce récit est justement au niveau des personnages, la situation en elle-même (le pretre va-t-il reveler le secret?) n'est pas suffisante pour créer le suspens pendant une heure et demie même si il est suffisant pour avoir des personnages d'une force immense. Or Hitchcock se sentant obligé de créer un suspens en arrive à créer plusieurs personnages et des histoires qui engendrent un film proche du film de procès (soit l'horreur totale pour ma pomme). D'ailleurs Hitchcock pensait aussi que l'etrange "hasard" des deux recits parallèles diminue la credibilité du recit. De la même manière je pense aussi que toute cette histoire developpée autour de la femme (même si le personnage en lui-même est interessant), des flashbacks puis du procès ne fonctionne pas du tout car apparait très artificiel.

Que ce soit clair, je ne considère pas le film du tout comme mauvais. Mais ne reussissant jamais à donner la mesure que les personnages méritent, on s'enchevetre dans un recit un peu lourd. Une des choses peut-etre qui ne m'ont pas plus, c'est ce que Hitchcock declare à Truffaut, c'est le manque d'humour tout comme dans Le faux coupable. De la même manière le faux-coupable manque tout autant d'energie à mon avis.